Chaykhaboulaliyah's Blog


L’hiver, c’est le printemps du croyant

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur juin 20, 2010
Tags: , ,

Allah dit : (‘Inna l-ladhina qalou rabbouna l-Lahou thoumma staqamou tatanazzalou ^alayhimou l-mala’ikatou ‘alla takhafou wa la tahzanou wa ‘abchirou bi l-jannati l-lati kountoum tou^adoun ; Nahnou ‘awliya‘oukoum fi l-hayati d-dounya wa fi l-‘akhirah wa lakoum fiha ma tachtahi anfouçoukoum walakoum fiha ma tadda^oun ; Nouzoulan min ghafouri r-rahim) [Sourat Foussilat/30-32].

Mes frères de foi, celui qui est intelligent, c’est celui qui a craint Son Seigneur, qui se remet en cause, qui œuvre pour ce qui vient après la mort. Celui qui s’attache à la Loi de l’Islam au grand jour et en son for intérieur, celui qui protège son cœur pour ne pas oublier d’évoquer Allah, celui qui s’empresse pour accomplir les bons actes sans paresse ni ennui.

Nous allons parler dans ce discours de l’adoration durant l’hiver. Et les paroles à ce sujet peuvent durer. Lorsque vient l’hiver et que nous gagnons le butin des adorateurs. L’hiver, c’est le printemps des croyants. Nous serons avec les victorieux, par la volonté de Allah.

At-Tirmidhiyy a rapporté dans ses Sounan, d’après ^Amir Ibnou Mas^oud d’après le Prophète, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, il a dit : (Al-ghanimatou l-baridah assawmou fi ch-chita) ce qui signifie : « Le butin qui ne nécessite pas beaucoup d’effort, c’est le jeûne durant l’hiver ».

Abou Hourayrah, que Allah l’agrée, disait : « Voulez-vous que je vous indique le butin qui ne nécessite pas beaucoup d’effort ? ». Ils lui ont dit : « Oui ». Il répondait : « Jeûnez pendant l’hiver ». C’est un butin qui n’est pas difficile à obtenir parce que le jeûneur ne subit pas la chaleur ni la soif.

Ibnou Rajab Al-Hanbaliyy a dit : « Veiller les nuits en hiver est équivalent à un jour de jeûne en été ».

Il est confirmé de ^Oumar Ibnou l-Khattab, que Allah l’agrée, qu’il a dit : « L’hiver est le butin des adorateurs », rapporté par Abou Nou^aym avec une chaîne de transmission sahih.

L’Imam ‘Ahmad a rapporté de Abou Sa^id Al-Khoudriyy, que Allah l’agrée, que le Prophète, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, a dit : (Ach-Chita-ou rabi^ou l-mou’min) ce qui signifie : « L’hiver est tel le printemps pour le croyant ». Al-Bayhaqiyy l’a également rapporté. Et il a ajouté : (Tala laylouhou faqamah wa qasoura naharouhou fasamah) ce qui signifie : « La nuit en hiver est longue. Le croyant l’accomplit en actes d’adoration. Le jour en hiver est court. Le croyant le jeûne ».

Comment le musulman peut-il exploiter la nuit et le jour en hiver ? L’hiver, c’est comme un printemps pour le croyant car il gambade dans les jardins de l’obéissance. Il se déplace dans les lieux des adorations. Il promène son cœur dans les jardins de l’obéissance, qui sont faciles en hiver car le croyant peut accomplir en hiver le jeûne durant la journée sans grande difficulté. Il n’a pas à endurer la faim ou la soif. Les journées sont en effet courtes en hiver. Il ne ressent pas une grande difficulté pour le jeûne.

L’un des compagnons, que Allah les agrée, a insisté sur cela. Les compagnons s’appliquaient particulièrement durant l’hiver. Ils étaient heureux de son arrivée. Et ils incitaient les gens à en profiter.

D’après Ibnou Mas^oud, que Allah l’agrée, il a dit : « Bienvenu à l’hiver. Les bénédictions descendent. La nuit est longue pour que l’on puisse faire des actes d’adoration. Et le jour est court pour qu’on puisse faire le jeûne ».

Et quelle belle parole que celle de Al-Haçan Al-Bisriyy, quand il a dit : « Quelle bonne époque pour le croyant que l’hiver. Sa nuit est longue, il la veille. Sa journée est courte, il la jeûne ».

Et l’un des vertueux, lorsque venait l’hiver, disait : « Ô vous, les gens du Qour’an, la nuit est longue pour que vous puissiez réciter. Alors récitez. La journée est courte pour que vous puissiez jeûner. Alors jeûnez ».

Alors pourquoi ne pas jeûner comme le jeûne de Dawou? Pourquoi ne pas jeûner les lundis et les jeudis ? Et si nous ne jeûnons pas les lundis et les jeudis, pourquoi ne pas jeûner les jours blancs, qui sont le 13, le 14 et le 15 de chaque mois lunaire ?

Mes chers bien-aimés, c’est une occasion en or pour celui qui recherche la récompense de la part de Allah, le Seigneur des mondes, et qui cherche à avoir un butin facile, pour celui qui doit des rattrapages, pour celui qui doit des expiations. Profitons tous de ce butin facile. Pour celui qui a veillé les nuits en hiver, en raison de leurs longueurs, la personne peut prendre le sommeil dont elle a besoin puis elle se lève pour la prière. Celui qui fait la prière et récite son wird, son âme pourra obtenir ce dont elle a besoin comme sommeil tout en faisant son wird ou pratique habituelle. Ainsi, il réalise son intérêt dans la religion tout en donnant le repos à son corps.

Il a été rapporté de Al-Haçan Al-Bisriyy, que Allah lui fasse miséricorde, qu’il a dit : « Quel bon compagnon pour le croyant que l’hiver. Sa nuit est longue, il la veille. Sa journée est courte, il la jeûne ». Et l’hiver est étonnant pour celui qui a goûté l’adoration. Allah ta^ala a cité les gens du paradis par Sa parole : (Kanou qalilan mina l-layli ma yahja^oun) [Sourat Adh-Dhariyat/17] ce qui signifie : « Ils dormaient peu la nuit ».

Il est rapporté de Mou^adh Ibnou Jabal, que Allah ta^ala l’agrée, qu’il a pleuré quand il était en train d’agoniser. On lui a dit : « Est-ce que tu pleures par crainte de la mort ? ». Et il a répondu : « Et pourquoi je ne pleurerai pas ? Qui aurait pleuré en priorité ? Par Allah, je ne pleure pas par crainte de la mort, ni par recherche de votre bas monde. Mais je pleure parce que je vais quitter les soifs des journées et les veillées de nuit des mois de l’hiver ». Et ceci n’est pas étonnant car l’adoration donne un plaisir. Celui qui n’en profite pas est privé.

^Abdou l-Lah Ibnou Wahb a dit : « Chaque chose qui a un goût ne donne qu’un seul plaisir, sauf l’adoration, qui donne trois plaisirs : pendant que tu es en train de l’accomplir, pendant que tu t’en rappelles, et lorsque tu en recevras la récompense ».

Abou Hourayrah, que Allah l’agrée, partageait sa nuit en trois parties : entre le qiyam, éveillé en actes d’adoration surérogatoire, le sommeil, et l’apprentissage de la science. Et il disait : « J’ai partagé ma nuit en trois parties : « Un tiers, je fais la prière. Un tiers, je dors. Et un tiers, je révise le hadith du Messager de Allah, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam ».

Et un poète a dit : « Si tu es dérangé par la chaleur de l’été, par la dureté de l’automne, par le froid de l’hiver, et que tu es occupé par le temps doux au printemps, quand est-ce que tu vas prendre la science ? ».

Les jours sont de différentes étapes, et le musulman les traverse, étape par étape. Et font partie des meilleurs des gens ceux qui profitent de chaque étape pour prendre des provisions pour l’au-delà.

Nous demandons à Allah ta^ala qu’Il nous donne une grande ardeur pour l’obéissance, qu’Il nous accorde la sincérité et l’acceptation des vertueux, et qu’Il nous accorde la réussite pour faire ce qu’Il agrée. Il est certes Celui Qui exauce les invocations.

Commentaires fermés sur L’hiver, c’est le printemps du croyant

%d blogueurs aiment cette page :