Chaykhaboulaliyah's Blog


Biographie : L’Imam Al Ghazaliyy

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur novembre 9, 2010
Tags: ,

L’Imam Al Ghazaliyy

 

Sa biographie.

C’est le grand Chaykh et l’illustre savant, le spécialiste de jurisprudence, celui qui a rassemblé différentes sortes de sciences, celui qui a dépassé ses contemporains concernant la science selon la raison, et il est celui qui a les preuves pour les avis de jurisprudence, et qui est un grand soufi : Abou Hamid Mouhammad fils de Mouhammad fils de Ahmad Al Ghazaliyy.

Il est né à Touss dans la région de Khouraçan en l’an 450 de l’Hégire.

Dans une famille pauvre et modeste puisque son père filait la laine dans une boutique qu’il avait à Touss. Et donc filer la laine c’est ‘al ghazal’, d’où son nom Al Ghazaliyy.

Le Chaykh Al Ghazaliyy a grandi orphelin, il a été pris en charge par un soufi, parmi les amis de son père qu’il lui avait recommandé lorsque la mort était devenue proche pour lui, et il lui avait recommandé aussi son frère Ahmad, un autre ami à lui, soufi lui aussi, des gens de la science et du bien. Il lui avait dit avant de mourir : « Je suis vraiment désolé de n’avoir pas appris a écrire, et je souhaite rattraper ce qui m’a manqué dans mes deux fils. Alors apprends leur et ne t’en fais pas si tout ce que j’ai laissé soit(est) dépensé pour cela. »

Et quand il est mort le soufi s’est consacré à leur enseigner. Il s’est occupé d’eux particulièrement. Et il (leur) était (d’)un(e) grand(e) aide pour eux pour qu’ils atteignent un haut degré dans différentes sortes de science et de connaissances.  Abou Hamid était tel un chevalier, un grand spécialiste de la jurisprudence, un grand soufi, un enseignant et quelqu’un de spécialiste dans les débats pour défendre la religion agréée par Allah.

 

Les faits importants de sa vie.

Al Ghazaliyy, que Allah lui fasse miséricorde, est un des plus grands savants des musulmans.

Il a été surnommé ‘Oujatou l-Islam. Il a été l’un des plus grands Faqih des musulmans, celui qui écrivait le plus pour appuyer l’école Chafi^ite. Il a également un grand mérite pour renforcer la voie des Ach^ariyy conformément à la méthode du grand savant de Ahlou s-Sounnah : Abou l-Haçan Al Ach^ariyy, que Allah l’agrée.

Il est arrivé à Nayçabour, et il a côtoyé l’imam des deux Haram : ^Abdou l Malik al Jouwayniyy. Il a oeuvré et il s’est appliqué jusqu’à maîtrisé l’école Chafi^ite. Et il a composé son livre qu’il a appelé : Al mankhoul fi l-fiqh, il l’a présenté à son chaykh Al Jouwayniyy qui l’a apprécié beaucoup. Et il a alors dit sa phrase qui est très connue : ce qui signifie : « Tu m’as enterré alors que je suis encore vivant ».

Après cela il a étudié la sagesse et la divergence. Il a dépassé ses contemporains et il a répliqué aux philosophes et annulé leurs fausses prétentions. Il s’est énormément appliqué en cela jusqu’à les emprisonner dans les trous. Et il a composé pour cela des livres dans lesquels il répliquait à ces gens qui suivaient leur passion. C’étaient des répliques pleines de sagesse, claires et qui ne laissaient aucune faille à l’adversaire. Après le décès de Al Jouwayniyy que Allah lui fasse miséricorde, il est sorti pour rejoindre le ministre Midhamou l-moulk.

Et il a débattu dans son assemblée. Et il a parlé au point que sa parole a pris le dessus sur celle des ses adversaires et ses arguments ont pris le dessus sur les gens qui suivaient les mauvaises innovations. Les savants ont ainsi reconnu son haut degré. Et le ministre lui a fait bon accueil, avec beaucoup d’honneur. Il l’a chargé de l’enseignement dans son école : An nidhamiyyah à Baghdad. Il s’y est installé en l’an 484H. Et il a poursuivi l’enseignement une longue période. Les gens ont apprécié ses belles paroles, son éloquence, sa précision et ses belles allusions. Ils l’ont aimé et ils l’ont honoré au point qu’il lui a été dit (à son sujet) :

« Bienvenue à celui qui a eu par son mérite les plus hauts postes ».

Ce qui a aidé Al Ghazaliyy à cela c’est son extrême intelligence. C’est sa forte compréhension. Il était de ceux qui approfondissaient dans les subtilités des significations.

Il utilisait les expressions parfaites, utiles. C’était quelqu’un qui savait trouver les arguments, qui maîtrisait le débat. L’imam des deux harams l’a décrit, il a dit : « Al-Ghazaliyy est comme une mer dans laquelle se noie l’adversaire ».

Al Ghazaliyy est resté une période avec beaucoup de pudeur, beaucoup de politesse. On le prenait comme exemple. On le prenait pour destination et son âme a dépassé les choses viles du bas-monde. Il a délaissé tout cela derrière lui et il a pris pour destination Al Haram, il a fait son pèlerinage. Il s’est ensuite dirigé vers le pays de Ach-Cham, le mois de Dhoul Qa^dah de l’an 488H et il a laissé son frère dans l’enseignement. Il s’est ensuite rendu à Damas et il est resté en i^tikaf, dans la Zawwiyah de la mosquée Omeyyade connue aujourd’hui sous le nom de Al-Ghazaliyyah, en hommage à son nom (à lui). Puis il a mis les vêtements rêches. Il a diminué sa nourriture et sa boisson et il s’est mis à visiter les tombes des saints et il visitait les mausolées et les mosquées. Et il se retrouvait souvent seul, il rejoignait les endroits déserts et il entraînait son âme, il la combattait pour qu’elle freine ses passions, d’un grand combat.

Et il multipliait les actes d’adoration et les veillées de nuit et il accomplissait beaucoup d’obéissances et d’actes pour se rapprocher de l’agrément de Allah. Il s’est mis à ce moment là à composer son livre Ahyah al ^ouloumi d-din.

Et lorsqu’il a terminé et qu’il est revenu à Baghdad et qu’il a organisé des assemblées de science et des exhortations, il s’est mis à enseigner et a parler de son livre Al Ahyah. Il parlait la langue des gens du Tasawwouf,  des connaisseurs, ce qui lui a élevé son degré. Et il a maîtrisé les sciences de la jurisprudence et du Tasawwouf, sauf qu’il n’a pas maîtrisé les sciences du hadith comme il convient. Et c’est pour cela que tu trouves dans certains de ces livres des hadith du degré du da’if ou du makdhoub tout comme cela a été indiqué par le Hafidh, le spécialiste de la grammaire arabe et spécialiste de la langue arabe, Mou^tadah AzZabidiyy.

 

Sa croyance :

Sache que celui qui lit les livres de Al Ghazaliyy y trouve des paroles éminentes, des perles de sagesse, dans l’exemption de Allah de la direction et de l’endroit. Ce qui renforce chez le lecteur ce sur quoi était ce Chaykh, dont les livres n’ont pas été épargnés des paroles qui ont été rajoutées malgré lui. Et nous voici citant quelques unes de ces paroles dans Al Ahyah,

Sous le titre « le chapitre des règles de la croyance ».

Parmi ce qu’il dit , il dit qu’il est un devoir de savoir, de connaître l’existence de Allah ta^ala, Son exemption de début, Son exemption de fin. Qu’IL n’est pas une substance « jawhar », ni un corps, ni un ^arad – ce qui advient à la substance- et que Allah soubhanah n’est pas spécifié dans une direction ni installé dans un endroit. Puis il dit : dans un autre passage, à savoir, c’est à dire savoir qu’IL est vivant, qu’IL sait toute chose, qu’IL est sur toute chose tout-puissant, qu’IL a une volonté, qu’IL a une ouie,  une vue, qu’IL parle et qu’IL est exempt de prendre place dans ce qui entre en existence ou que ce qui entre en existence ne s’incarne en LUI. A partir de là il parle des actes des esclaves, et il confirme que ce sont des créatures de Allah ta^ala et que l’esclave n’a rien d’autre que l’acquisition (al-kasb). Et il parle de ce qui est connu par transmission orale du Prophète, pour la confirmation de al-Hachr-la résurrection ; an-Nachr– le rassemblement ; l’interrogatoire des deux anges Munkar et Nakir, le supplice de la tombe ; la balance ; le paradis et l’enfer ; le mérite des quatre califes selon l’ordre de leur prise de responsabilité, et d’autres que cela qui font partie des fondements de la voie de Ahlou s-Sounnah qui sont fiables et qu’on prend en compte.

Et qui sont connus par tout le monde qui est raisonnable, et seul celui qui va à sa perte ne s’en écarte.

 

Son innocence de ce qui lui a été injustement attribué.

Sache qu’après ce qui a été présenté au sujet de Al-Ghazaliyy dans les croyances que cet homme était sur la croyance en l’unicité de Allah. Il exemptait Allah de tout ce qui n’est pas digne de LUI. Il fait partie des Chaykh Ach^ariyy des plus haut degrés. Un des savants qui ont un haut degré. Il a été confirmé de lui les paroles pures dans le tanzih et l’unicité de Allah ^azza wa jall qui renforce la voie des Ach^ariyy et sache que ce qu’ils trouvent après cela comme ayant étant attribué à Al-Ghazaliyy comme expression ou allusion qui contredit la croyance pure des gens de la vérité ne sont que du faux duquel nous innocentons le Chaykh Al-Ghazaliyy et nous considérons que ce sont des choses qui ont été ajoutées malgré lui.

En effet ce n’est pas valable après toute cette présentation, qu’il soit attribué au Chaykh Al-Ghazaliyy le doute au sujet de Allah ou le doute au sujet de Ses attributs.

Puisque tu peux trouver dans les livres des philosophes ou autres biographies des livres d’histoire ou autres qui sont attribués au Chaykh Al-Ghazaliyy, ce n’est pas valable qu’ils lui soit attribués à lui, et il est apparent que ce sont des choses qui ont été ajoutées injustement à ses livres. De plus il est connu par le passé que les Faqih Chafi^ites et les spécialistes de  la science de la croyance, les savants de son époque et les chaykh de son époque l’ont pris pour modèle. Et il n’a pas été confirmé de la part d’un savant digne de considération une seule parole qui lui porterait atteinte ou à sa croyance. Et le fait que les imams contemporains n’aient rien dit et plus encore qu’il l’aient pris pour modèle, est une preuve que ce qui lui est attribué est infondé, et que cela lui est attribué injustement et calomnieusement.

Tout en sachant qu’il n’a pas été confirmé dans les manuscrits de Al-Ghazaliyy une quelconque parole qui porterait atteinte à sa croyance, ou qui l’accuserait d’athéisme ou de doute au sujet de Allah ^azza wa jall, ou de ses attributs. De plus ce qui renforce l’hypothèse des ajouts dans ses livres, les livres de Al-Ghazaliyy, et qui confirme la validité de ce que nous disons et que nous considérons en faveur de l’innocence du Chaykh, à savoir que les livres de Al-Ghazaliyy ont été brûlés, ainsi que ses manuscrits, dans une période donnée. De par ce fait, il n’est pas improbable qu’il y ait eu réécriture de ces ouvrages de la part de  certains qui auraient pu ajouter des choses que Al-Ghazaliyy n’a pas dit, et qu’il n’en a pas connaissance puisqu’il était décédé bien avant. En effet Abou ^Abdi l-Lah Mouhammad fils de Yahyah fils de ^Abdou l Mouna^im Al ^Abdariyy a dit : « J’ai vu Alexandrie dans le rêve comme si le soleil se levait de son couchant »

Et certains ont expliqué cela comme étant une mauvaise innovation qui allait se produire.

Il a dit, quelques jours plus tard : »On m’a dit que les livres de Al-Ghazaliyy ont été brûlés ».

Avertissement : Une fois que tu sais cela attache toi à la vérité et garde toi d’attribuer ce qui n’est pas valable au Chaykh Al-Ghazaliyy et soit mon frère musulman sur tes gardes. Et de ne pas dire ce que tu ne sais pas. Prends plutôt ce qui est conforme au Livre de Allah, et à la Sounnah de Son prophète –salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- et délaisse les voies de l’égarement même si elles sont nombreuses. Parce que la vérité mérite plus d’être suivie.

 

Ses ouvrages :

Al Ghazaliyy a de nombreux livres éminents, dont le profit est éminent.

Nous citons parmi eux : Al Basit et Al Wasit et Al Khoulasa et Al Mankhoul et Ar-rad ^alil Baytiniyyah et Al Moustasfa et Minhajou l^Abi d-din et encore Ahyah wa ^ouloumi d-din et d’autres parmi les livres importants.

 

 

 

Son décès :

Après le retour de Al-Ghazaliyy de Damas, il est rentré à l’école An Nayçamiyyah à Nayçabour. Il y a enseigné une deuxième fois, puis il est revenu à Touss. Et il a pris à côté de sa maison une école pour enseigner la jurisprudence et un Khan qah pour les soufis. Il a partagé son temps sur des fonctions honorables, comme de réciter l’intégralité du Qour’an,

Et l’enseignement. A la fin de sa vie, il s’est mis à apprendre le hadith en fournissant un effort et des actes d’adoration, jusqu’à mourir puisque, que Allah lui fasse miséricorde,

Il est mort le Lundi 14 du mois de Joumada l-Akhirah de l’an 505H, il avait 55ans.

Il a été enterré à Touss, que Allah lui fasse miséricorde et le rétribue en bien.

 

Publicités
Commentaires fermés sur Biographie : L’Imam Al Ghazaliyy

%d blogueurs aiment cette page :