Chaykhaboulaliyah's Blog


Poème pour Chaykh AbdoulLaah

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 14, 2010
Tags: , ,

Hommage au bienfaiteur

de la communauté

 

 

L’ignorance assiégeait avec acharnement le royaume de mes connaissances,

La déraison se faisait reine, couronnée d’une vile arrogance,

Dominant avec avidité les vastes terres arides de mon savoir,

Rien ne laissait entrevoir une lueur d’espoir.

 

Emprisonnée dans le gouffre de la perdition,

Les griffes du mal retenaient en captivité mes facultés de compréhension,

La désespérance anéantissait l’idée d’une libération,

Sous le fardeau de l’inculture, je demeurais ensevelie dans le bas monde et ses passions.

 

Cependant ce règne allait à sa fin tout comme ses turpitudes,

Tels de nobles chevaliers ornés des meilleurs intentions et brandissant la bannière de la vérité,

Les disciples d’un illustre savant d’une renommée incontestable et incontestée,

Firent jaillir au grand jour la lumière de la science enfin manifestée.

 

Ce monde obscur qui me détenait prisonnier, désarmé,

S’effondra tel un château de cartes, dévasté et ruiné,

Laissant les jardins verdoyants de la connaissance croître et se propager,

Le siège injuste de l’ignorance fit place à l’empire majestueux de l’éminente science illuminée.

 

Enfin protégé par un bouclier forgé avec des arguments implacables, forts et si doux à la fois,

Mon cœur se sentit protégé par les forteresses du savoir et ce, par la grâce de Allah,

C’est par ton secours, ô notre chaykh que je me sens libéré du joug de la servitude,

Et par ces quelques vers je souhaite te témoigner toute ma gratitude.

 

Comment te remercier, ô toi notre chaykh, notre savant, notre aimé,

Si ce n’est par la préservation, la diffusion, la propagation de ce trésor qu’est la vérité,

Comment pourrais-je t’oublier, toi qui m’as extrait des serres de l’égarement,

Non, je désire ardemment et à tout jamais me remémorer ton bien, ô toi qui me manque tant !

 

Ton agréable souvenir subsiste avec affection dans ma mémoire et dans mon cœur,

Par Allah, je désire défendre et transmettre ton héritage avec force, courage et ardeur,

Que Allah t’accorde les hauts degrés dans l’au-delà,

Et qu’Il m’accorde l’honneur de perpétuer le message, de poursuivre le combat en suivant tes pas.

 

 

Une soeur de France, décembre 2010

Publicités
Commentaires fermés sur Poème pour Chaykh AbdoulLaah

%d blogueurs aiment cette page :