Chaykhaboulaliyah's Blog


Le mauvais oeil

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur septembre 9, 2016

La louange est à Allah le Seigneur des mondes. Que Allah honore et élève davantage le rang de notre maître Mouhammad صلى الله عليه و سلم et qu’il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. Nous demandons à Allah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons, qu’Il nous fasse rappeler ce que nous avons oublié, qu’Il nous augmente en connaissance et nous Lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à Allah qu’Il fasse que nos intentions soient sincères par recherche de Son agrément.

Parmi les causes habituelles, il y a le mauvais œil. Le Prophète a confirmé que le mauvais œil peut être une source de nuisance pour la personne, bien sûr par la Prédestination de Allah. Un savant a dit : « Celui qui regarde d’un mauvais regard un autre ne peut l’atteindre par le mauvais œil uniquement s’il parle », une parole qui indique un étonnement au sujet de la personne qu’il a vu ou d’une chose qui lui plaît. Celui qui renie la portée du mauvais œil, il aura contredit la Loi de l’Islam car le Messager (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) nous a confirmé cela.

Dans le Qour’an honoré, dans sourat Al-Qalam la ‘ayah 51, Dieu dit ce qui signifie : « Les mécréants Ô Mouhammad ont failli te nuire, mais Allah te préserve », c’est-à-dire tellement ils étaient énervés, tellement ils étaient jaloux et envieux, s’ils le pouvaient ils l’auraient dévoré avec leurs yeux. Mais Allah le protège, quel que soit leur colère contre lui. Le Qour’an nous a donc confirmé que le mauvais œil peut nuire.

Le Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) a dit dans ce qu’a rapporté Mouslim, ce qui signifie : «  Le mauvais œil est une réalité. S’il y avait quelque chose qui était plus rapide que la prédestination de Dieu ce serait le mauvais œil » c’est-à-dire s’il y avait une chose qui était plus forte que la prédestination de Dieu ce serait le mauvais œil mais rien n’est plus fort que la prédestination de Dieu. Rien ne nuit, rien ne profite, si ce n’est par la Volonté de Dieu.

De nos jours, il y a certains qui font semblants d’être intellectuels, ils renient l’atteinte du mauvais œil ; ceci n’est qu’une preuve de leur ignorance. Selon eux, les choses seraient limitées à ce qu’ils peuvent percevoir avec les sens, quant à ce qui ne peut être perçu par les sens (le toucher, par exemple) selon eux cela n’existe pas. La plupart des gens en Occident, ils ne croient pas au mauvais œil. Et même ceux qui sont diplômées chez eux, la plupart d’entre eux les ont suivis sur cette croyance. Combien de malades ces médecins-là n’arrivent pas à guérir ? La cause de ces maladies c’est le mauvais œil. Ces médecins qui sont diplômés chez ces gens-là qui ne croient pas au mauvais œil, eux aussi à leur tour ils ne croient plus au mauvais œil parce que ceux qui leur ont enseigné cette médecine ne croient pas au mauvais œil. Ils ne reconnaissent pas l’existence du mauvais œil et la nuisance du mauvais œil. Et bien sûr, ils se trompent.

Le Messager (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) a dit ce qui signifie : « Le mauvais œil est une réalité. Si vous demandez à quelqu’un de se laver les membres, alors qu’il se lave », c’est-à-dire si quelqu’un a porté le mauvais œil à un autre, et que le deuxième il lui est arrivé un mal à cause du mauvais œil du premier. Dans ce cas-là, le premier qui a porté le mauvais œil il va se laver les membres de son corps c’est-à-dire le visage, les mains, ses genoux et ce qui est de cet ordre comme quelqu’un qui fait le woudou’ ; puis cette eau est recueillie dans un récipient et on la verse par derrière sur celui qui a été atteint par le mauvais œil. Ensuite on renverse ce récipient, l’ouverture vers le sol. Ceci est une cause pour la guérison du malade.

Le signe du mauvais œil c’est que la personne est en très bon état de santé, elle ne se plaint de rien puis tout d’un coup elle est atteinte de fièvre, ou de douleurs aux yeux, il se peut même qu’elle perde la vue à cause de cela.

Il y a un récitateur de Qour’an très connu, le Chaykh Mouhammad Rifghat l’égyptien, il a une très belle voix. Il est aveugle. Il a été dit que lorsqu’il était enfant, il marchait avec son père ; ses yeux ont plu à un homme qui a dit : « Ah ! Ces yeux c’est comme les enfants de rois ». C’est à partir de là qu’il a été atteint et qu’il a perdu la vue. Et d’autres encore sont ainsi. Ils ont perdu leur vue à cause du mauvais œil. Il y a des gens qui sont devenu paralysés à cause du mauvais œil, d’autres qui ont eu de la fièvre et d’autres sortes de maladies. Tout cela à cause du mauvais œil.

Notre maître ^Aliyy (que Allah l’agrée) rapporte du Messager de Allah (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) que Al-Haçan et Al-Houçayn ont été atteint par le mauvais œil. C’était les petits fils du Messager, cela veut dire que cela peut arriver à n’importe qui. Il convient de réciter les invocations de protection et de ne pas les oublier. Notre Chaykh, dès que le soleil se couchait il récitait les invocations de protection et à l’aube également. Que chacun d’entre nous s’habitue à les réciter et s’il a des enfants il leur récite comme faisaient les compagnons du Prophète ou alors il leur accroche le hirz. Il récite sourat Al-Falaq et sourat An-Nass.

Al-Haçan et Al-Houçayn étaient donc tombé malade, le Prophète s’est chagriné pour cela. Jibril est venu le voir et a dit : « Ô Mouhammad, je vois que tu es chagriné ». Le Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) a dit ce qui signifie : « Al-Haçan et Al-Houçayn sont atteints ». Jibril lui a dit : « Récite leur cette invocation de protection ». Le Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) a dit ce qui signifie : « Quelle invocation de préservation je peux leur réciter ? », Jibril a dit : « Allahoumma dha s-Soultani l-^adhim wa l-manni l-qadim, dha r-rahmati l-karim, wa liyya l-kalimati t-tammati wa da^awati l-moustajabat, ^afi Haçanan wa Houçaynan min ‘anfouçi l-jinn wa ‘a^youni l-‘inss ». Cette invocation est connue comme étant l’invocation de Jibril pour la préservation. Le Messager (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) leur a récité cette invocation de préservation, ils se sont levé et se sont mis à jouer comme s’ils n’avaient pas été malades auparavant.

Si tu veux réciter cette invocation pour quelqu’un tu remplaces les termes Haçanan wa Houçaynan par le nom de celui que tu veux. Si tu veux réciter cette invocation pour toi-même car tu as été atteint du mauvais œil, tu dis ^afini à la place de ^afi Haçanan wa Houçaynan.

L’imam ^Aliyy (que Allah l’agrée) a rapporté du Messager (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) qu’il a dit ce qui signifie : « Récitez cette invocation de préservation pour vous-même, pour vos épouses, pour vos enfants ».

Beaucoup de maladies que les médecins ne savent pas soigner sont à cause du mauvais œil. Ces gens-là beaucoup d’entre eux ne croient pas en cela. Ils ne savent pas que le ta^widh (c’est-à-dire l’invocation de préservation) c’est la cause qui, par la Volonté de Dieu, sauve du mauvais œil. Le ta^widh que Jibril a enseigné au Messager de Allah (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) comporte une récompense. Si la personne se préserve par cette invocation avant même qu’elle soit atteinte du mauvais œil, cela peut lui être utile. Cette invocation signifie : « Ô Allah, Toi Qui accorde avec bienfaisance, Celui Qui a pour attribut d’accorder avec largesse, Tu as de toute éternité cet attribut même s’il n’y a pas de créature qui existe de toute éternité. Les termes du Qour’an ce sont les paroles parfaites qui ne comportent pas de défauts. Allah est Celui qui exauce les invocations. Préserve de la nuisance qui peut arriver aux gens par les djinns et de la nuisance qui peut arriver par le mauvais œil des humains ».

Celui qui ne veut pas croire au mauvais œil c’est un pervers, c’est un grand pécheur mais on ne le déclare pas mécréant ; sauf s’il renie par entêtement c’est-à-dire qu’il a su que le Prophète l’a annoncé et il a dit « non non cela n’existe pas » dans ce dernier cas il devient mécréant.

Celui qui renie l’existence des djinns c’est un mécréant. Le Qour’an a confirmé l’existence des jinns. Il y a toute une sourah qui se nomme Al-jinn.

 

La Zakaat, généralités

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur septembre 9, 2016

 

La louange est à Allah le Seigneur des mondes. Que Allah honore et élève davantage le rang de notre maître Mouhammad صلى الله عليه و سلم et qu’il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. Nous demandons à Allah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons, qu’Il nous fasse rappeler ce que nous avons oublié, qu’Il nous augmente en connaissance et nous Lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à Allah qu’Il fasse que nos intentions soient sincères par recherche de Son agrément.

Allah tabaraka wa ta^ala a évoqué dans le Qour’an, dans sourat Al-Qalam, une partie du récit des gens qui possédaient un verger comment ils ne s’étaient pas acquitté des devoirs concernant ce verger. Et cela a eu comme conséquence que Allah les a privé de ce verger pour leur mauvaise intention. C’est dans sourat Al-Qalam, le verset N°17. A propos de ce verset, les spécialistes du tafsir ont dit qu’il y avait un homme dans la région du Yémen qui avait un verger, c’est-à-dire un grand jardin où il y a des arbres fruitiers. C’était un croyant qui avait vécu après notre maître ^Iça ^alayhi s-salam. Dans ce verger, il avait non seulement des arbres fruitiers mais également des céréales. Au moment de la récolte, il consacrait une partie de sa récolte pour les pauvres et les miséreux. Il disait : « Ce bien c’est un bien qui appartient à Allah et Allah m’en a accordé la propriété et Allah m’a donné l’ordre d’en sortir en titre de zakat (l’aumône obligatoire) une partie pour les pauvres et pour les miséreux ».

Chacun d’entre nous, Allah lui a accordé des biens, qu’il se rappelle des pauvres et des miséreux en ce jour de l’Aïd et plus particulièrement avec les proches parents en les soutenant financièrement et en leur rendant visite.

Cet homme vertueux, Allah lui a donné une subsistance, une richesse et il a remercié Dieu. Cependant, après son décès, certains de ses enfants se sont mis d’accord pour priver les pauvres de ce qu’il était habitué à leur donner. Ils se sont donné rendez-vous tous ensemble un jour, ils se sont mis d’accord en cachette de se lever en tout début de journée avant que les autres personnes se réveillent, qu’ils vont à leur champs, à leur verger pour cueillir tous les fruits, tout ce qu’il y a comme céréales et de le partager entre eux de sorte qu’il ne reste rien à donner aux pauvres. N’est-ce pas là l’état de beaucoup de riches de notre époque ? Dont le cœur s’est attaché à ce bas-monde éphémère et dont les cœurs se sont endurcis. Pour cela, nous devons tirer des leçons de ceux qui nous ont précédés, ce qu’ils ont fait. Il est très important de connaître l’Histoire pour savoir comment se comporter. Si le bas-monde avait perduré pour ceux qui nous ont précédé, il ne serait jamais parvenu jusqu’à toi.

A l’occasion de ces jours de fêtes, les musulmans ont pour habitude de visiter les cimetières afin de rendre visite à leurs morts, leur réciter le Qour’an afin qu’ils en tirent des bénédictions. Alors, que chacun se rappelle que lui-même va partir un jour, pour œuvrer pour sa tombe et son au-delà.

Ô toi qui s’est occupé de son bas-monde, et qui s’est fait tromper par le long espoir ; la mort survient soudainement et la tombe c’est le coffre des œuvres.

Ses fils ont voulu priver les gens du droit que Allah leur a accordé, c’est-à-dire de la zakat. Mais Allah sait de toute éternité ce que ces gens allaient comploter.

Dans sourat Al-Qalam les versets N°19 et 20, Allah nous apprend qu’un incendie a éclaté dans leur verger, la veille du jour où ils avaient prévu de tout se partager. Leur champ est devenu tout noir, brûlé. Lorsque le jour s’est levé et qu’ils étaient devenus tout près de leur verger, ils se sont mis à se poser des questions. Ils ont dit : « Est-ce là notre verger ? Alors que la veille nous l’avions laissé plein d’arbres et de fruits. Nous ne pensons pas que ce soit notre verger. Probablement nous nous sommes perdus en chemin ». Celui d’entre eux qui n’était ni le plus âgé, ni le plus jeune mais celui du milieu et qui était bon comme son père, il leur a dit : « C’est bel et bien votre verger, cependant vous en avez été privés avant que les pauvres n’en soient privés et vous avez été rétribué pour votre avarice et votre cupidité ». Ils se sont mis alors à se blâmer les uns les autres. L’un disait à l’autre : « C’est toi qui nous a dit de faire comme cela pour priver les pauvres ! », et l’autre disait : « Mais non ! C’est toi qui a fait ce projet pour les priver » et le troisième disait : «  C’est toi qui nous a fait peur de tomber dans la pauvreté », et le dernier disait : «  Non ! C’est toi qui nous a incité à ramasser encore plus d’argent ». Ils se sont mis à se blâmer les uns les autres comme nous l’apprenons dans sourat Al-Qalam le verset N°31 ce qui signifie : « Malheur à nous ! Nous avons été injustes parce que nous avons désobéit à notre Seigneur en voulant priver les gens de la zakat ». Puis ils ont espéré la délivrance de la part de Dieu pour que Allah leur accorde en lieu et place de ce verger ce qui est encore mieux, comme nous l’apprenons dans sourat Al-Qalam verset N°32.

Allah leur a fait miséricorde lorsqu’ils ont manifesté leur désir de repentir. Allah a ordonné à Jibril (^alayhi s-salam) d’arracher leur verger qui a été brûlé et de l’enmener dans un endroit éloigné et de prendre de la terre de Ach-Cham un autre verger qui soit plein de fruits et de récoltes et qu’il le place là où était leur verger. La barakah (les bénédictions) était apparente dans le nouveau verger et ils ont pris l’habitude de leur père, à savoir qui était de donner aux pauvres et aux miséreux de ce verger. Ils purifiaient ainsi leur bien et leur corps par la zakat, comme Dieu l’agrée. La zakat est une manière de purifier son argent et son corps.

Le châtiment que Dieu réserve dans l’au-delà pour celui qui désobéit, pour celui qui a mécru, ce châtiment sera plus difficile que la punition du bas-monde ; que chacun d’entre nous médite à ce sujet. Et que chacun s’empresse avec une forte ardeur, durant ces jours bénis, de se consacrer à l’adoration de son Seigneur.

Et rappelez-vous le hadith du Messager de Allah (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) qui signifie : « Offre ta nourriture aux gens, entretiens les relations avec tes proches parents, fais la prière pendant la nuit alors que les gens sont endormis, tu iras en paix au Paradis », c’est-à-dire partage ta nourriture avec les gens, visite tes proches parents, prend de leurs nouvelles et soutiens les financièrement si tu le peux, et accomplis des prières surérogatoires de nuit en plus des prières obligatoires ; cela te fait entrer au paradis en paix.