Chaykhaboulaliyah's Blog


Comment préserver sa foi (neuvième partie) !

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur avril 18, 2020

صفات الله الواجبة له

Chapitre : Les Attributs obligatoires de Allaah

 

 

La Louange est à Allaah le Seigneur des mondes et que Allaah honore et élève davantage le rang de notre Maître MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. Nous demandons à Allaah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons, qu’Il nous fasse nous rappeler ce que nous avons oublié et qu’Il nous augmente en connaissances et nous Lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à Allaah qu’Il fasse que nos intentions soient sincères par recherche de Son Agrément.

 

 

Question 82 : Parle de l’Attribut de l’existence sans fin de Allaah (al-baqaa’).

 

Réponse : Il est obligatoire que Allaah taعaalaa existe sans fin, c’est-à-dire qu’Il ne Lui arrive pas d’anéantissement car Celui dont l’existence de toute éternité est confirmée, selon la raison, il est obligatoire que Son existence n’ait pas de fin parce que s’il Lui était possible un anéantissement, alors Son exemption du début aurait été impossible.

 

Ainsi, Allaah tabaaraka wa taعaalaa, Son exemption de fin est propre à Son Etre, c’est-à-dire Son existence sans fin est un Attribut qu’Il a de toute éternité. Ce n’est pas autre que Lui qui L’en a spécifié et caractérisé. Tandis que le Paradis et l’enfer, leur non-fin n’est pas propre à leur réalité mais c’est parce que Allaah a voulu qu’ils n’aient pas de fin. Ainsi, le Paradis, eu égard et en considérant sa réalité, il lui est possible l’anéantissement. Il en est de même pour l’enfer, eu égard et en considérant sa réalité, il lui est possible l’anéantissement.

 

 

Question 83 : Parle de l’Attribut de l’Ouïe au Sujet de Allaah.

 

Réponse : L’Ouïe est un Attribut exempt de début propre à l’Etre de Dieu. Ainsi, Allaah entend les sons avec un Attribut, l’Ouïe, un Attribut exempt de début et exempt de fin, Qui n’est pas comme notre ouïe à nous. Son Ouïe n’est pas à l’aide d’une oreille et d’un tympan. Ainsi, Allaah taعaalaa, il n’échappe à Son Ouïe aucun son même s’il est faible (c’est-à-dire par rapport à nous) et éloigné (c’est-à-dire par rapport à nous). Tout comme Allaah, Il sait sans qu’Il n’ait de cœur.

 

La preuve rationnelle que Allaah a obligatoirement pour Attribut l’Ouïe, c’est que s’Il n’avait pas eu l’Attribut de l’Ouïe, Il aurait été attribué par la surdité. Or, la surdité est un défaut s’agissant de Dieu et le défaut est impossible selon la raison au Sujet de Dieu. Celui qui prétend que Allaah entend avec une oreille ou des oreilles, il aura fait preuve d’athéisme et de mécréance.

 

 

Question 84 : Parle de l’Attribut de la Vue au Sujet de Allaah.

 

Réponse : Il est obligatoire selon la raison que Allaah ait pour Attribut la Vue. Ainsi, Allaah voit, avec une Vue Qui est exempte de début et Qui est exempte de fin, tout ce qui est visible et Il voit également Son Etre. Sa Vue n’est pas avec une rétine, ni avec un organe parce que les organes sensoriels font partie des caractéristiques des créatures. La preuve rationnelle de la confirmation de la Vue au Sujet de Dieu est que s’Il n’avait pas pour Attribut la Vue, Il aurait été aveugle. Or la cécité, c’est-à-dire le fait de ne pas voir, est un défaut au Sujet de Dieu et le défaut est impossible pour Lui. Pour ce qui est de la preuve textuelle selon ce qui est rapporté pour l’Ouïe et la Vue, ce sont des versets et des Hadiith tels que la parole de Allaah :

{ وَهُوَ السَّمِيعُ البَصِيرُ }

« wa houwa s-samiiعou l-baSiir »

[ souurat Ach-Chouuraa / Verset 11 ]

ce qui signifie : « Et Il est Celui Qui entend et Qui voit ».

 

Et la parole du Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam, dans l’énumération des Noms de Allaah Qui indiquent la perfection (= ‘Asmaa’ou l-Laah al-Housnaa), il a cité :

السَّمِيعُ البَصِيرُ

« as-samiiعou l-baSiir »

[ Hadiith rapporté par At-Tirmidhiyy qui l’a jugé Hasan]

ce qui signifie : « Celui Qui entend et Celui Qui voit ».

 

 

Question 85 : Parle de l’Attribut de la Parole au Sujet de Allaah.

 

Réponse : La Parole est un Attribut exempt de début, exempt de fin, par lequel Allaah parle : Il ordonne, Il interdit, Il promet et Il menace. Sa Parole n’est pas comme la parole d’autre que Lui. Sa Parole est exempte de début du fait que Son Etre soit exempt de début. Sa Parole n’a pas de ressemblance avec la parole des créatures. Sa Parole n’est pas un son qui est émis par le passage de l’air par un conduit ou par un entrechoquement de corps. Sa Parole n’est pas non plus avec des lettres qui se suivent, qui s’interrompent ou qui sont articulées par le fait que des lèvres se touchent ou une langue bouge.

 

Nous avons pour Croyance que Moïse (= Mouuçaa) a entendu la Parole Qui est de toute éternité sans que cette Parole soit avec des lettres ou un son tout comme les Croyants, ils verront dans l’au-delà l’Etre de Allaah sans que Dieu soit une substance ou particule, ou la caractéristique d’un corps ou accident parce que la raison ne juge pas impossible d’entendre ce qui n’est pas de lettre ni de son. La Parole Qui est l’Attribut propre à l’Etre de Dieu, ce ne sont pas des lettres qui se suivent comme notre parole à nous. Et lorsque l’un d’entre nous récite la Parole de Dieu, la récitation de chacun d’entre nous est une récitation qui est faite de lettres et de sons, ce n’est pas quelque chose qui est de toute éternité.

 

 

Question 86 : Le Qour’aan et les autres Livres révélés, ce sont des termes qui ont 2 emplois. Explique cette phrase en indiquant que le fait qu’une expression soit entrée en existence n’implique pas que ce qui est exprimé (à savoir la Parole de Dieu Qui est propre à Son Etre) soit entré(e) en existence.

 

Réponse : Le terme Qour’aan et les noms des autres Livres qui ont été révélés ont 2 emplois. Le mot « Qour’aan » et le nom des autres Livres révélés sont employés pour désigner (1) les termes qui ont été révélés à MouHammad et également pour désigner (2) l’Attribut de la Parole Qui est propre à Dieu et Qui est de toute éternité, Qui elle, n’est pas de lettres, ni de sons, ni une langue arabe, ni autre.

 

– Si on vise par (le terme « Qour’aan », le terme « ‘injiil » ou le terme « tawraat ») la Parole propre à l’Etre de Dieu, alors dans ce cas, ce n’est pas des lettres, ni des sons. Si on vise la Parole de Dieu, elle est exempte de début, exempte de fin et ce n’est pas des lettres et des sons.

– Et si on vise par (le mot « Qour’aan », le mot « ‘injiil », le mot « tawraat ») les Livres célestes, alors il s’agit de termes qui ont été révélés. Parmi ces termes, il y a ceux qui sont en hébreu, d’autres qui sont en araméen et toutes ces langues et les autres langues n’existent pas de toute éternité mais c’est Allaah Qui les a créées et après leur création, elles existent.

 

Or, Allaah, avant même toute chose, Il existe et Il parle de toute éternité avant l’existence des langues. La Parole de Allaah Qui est Son Attribut, Elle, est exempte de début et exempte de fin et c’est une Parole unique. Ces Livres qui ont été révélés, sont tous des expressions de cette Parole propre à l’Etre de Dieu, Qui est de toute éternité et exempte de fin. Le fait que l’expression soit entrée en existence n’implique pas que ce qui est exprimé soit lui-même entré en existence. Justement un exemple pour cela est le suivant : si nous écrivons sur un tableau ou un mur le mot « Allaah » et que l’on dit : « Qu’est-ce que c’est ? ». La réponse sera : « C’est Allaah ». Est-ce que cela veut dire que les formes de ces lettres qui ont été tracées constituent et représentent Allaah, Sa réalité même ?!! Aucune personne sensée ne va croire cela !

 

Mais, ce que l’on en comprend, c’est que ces lettres sont une expression du Dieu, Celui Qui existe, Qui est adoré, Qui est le Créateur de toute chose. Mais malgré cela, on ne dit pas du « Qour’aan », ni d’aucun autre Livre céleste qu’il est créé. Mais on explique dans un cadre d’enseignement que les termes qui sont révélés ne sont pas propres à l’Etre de Dieu mais ils sont créés par Dieu. Pourquoi ? Parce que les termes qui ont été révélés, ce sont des lettres qui se succèdent et qui se suivent les unes les autres et ce qui est ainsi est forcément entré en existence et il est créé de manière catégorique. Cependant, ces termes ne sont pas la composition d’un Ange, d’un Prophète, ou d’un humain.

 

Mais, on dit que les termes qui ont été révélés sont l’expression de la Parole propre à l’Etre de Dieu, laquelle Parole propre n’est pas qualifiée d’arabe, ni d’hébraïque, ni d’araméenne. Au sujet des deux, on emploie l’expression « Parole de Dieu », c’est-à-dire que l’Attribut de la Parole Qui est propre à l’Etre de Dieu s’appelle « Parole de Allaah » et les termes qui ont été descendus par révélation et qui sont une expression de l’Attribut de Dieu, on les appelle également « Parole de Allaah ».

 

 

Question 87 : Comment répliquer à celui qui prétend que les gens du salaf (= les Musulmans des 3 premiers siècles de l’Hégire) ne disaient pas que Allaah parle d’une Parole Qui n’est pas de lettres ni de sons ?

 

Réponse : Ce détail a été rapporté de l’Imam ‘Abouu Haniifah, que Allah l’agrée. Et l’Imam ‘Abouu Haniifah fait partie du salaf. Il a vécu une partie du 1er siècle de l’Hégire puis il est mort en l’an 150 de l’Hégire. Il a dit ce qui signifie : « Allaah parle sans que ce soit par des instrument ou des lettres. Tandis que nous, nous parlons à l’aide d’instruments et de lettres ». Que l’on comprenne bien cela. Il n’en est pas comme le prétendent les assimilationnistes qui prétendent que les gens du salaf ne disaient pas que Allaah parle d’une parole Qui n’est pas de lettres mais que ce serait une innovation des ‘Achعarites. Cette parole de l’Imam ‘Abouu Haniifah est confirmée. Il l’a citée dans l’une de ses 5 épîtres et le HaafiDH MourtaDaa Az-Zabiidiyy a confirmé leur attribution à cet Imam dans son commentaire ‘iHyaa’ou عoulouumi d-diin.

 

 

Question 88 : Le fait que l’expression soit entrée en existence n’implique pas que ce qui est exprimé par cette expression soit lui-même entré en existence. Explique cette parole et donne des exemples pour rapprocher les choses à l’esprit.

 

Réponse : Pour rapprocher cela à l’esprit, il faut rappeler que le Nom glorifié de Allaah est une expression d’un Etre Qui est de toute éternité, exempt de début, exempt de fin. Si nous disons : « Nous adorons Dieu », c’est cet Etre Qui est visé. Si nous disons à quelqu’un : « Nous adorons Allaah », c’est donc cet Etre Qui est visé. Si nous écrivons cela (le Nom de Dieu) sur un tableau et que quelqu’un demande : « Qu’est-ce que c’est ? ». On va lui répondre : « Allaah » dans le sens que ces lettres indiquent et sont une expression de l’Etre Qui est de toute éternité, exempt de début et exempt de fin mais ce n’est pas dans le sens que ces lettres (en elles-mêmes) constituent Celui que nous adorons.

 

 

Quelques informations utiles :

 

Notre Chaykh a dit :

‘ibnou taymiyah, 10 ans avant de mourir, a été emprisonné et on l’a repris sur ses paroles quand il disait que Dieu est un corps. Il a dit : « J’abandonne cette croyance ». Il a fait les 2 témoignages pour devenir Musulman selon l’apparence et il a écrit de sa propre main : « Moi, je ne dis pas que Dieu est un corps assis sur le Trône. Je ne dis pas que la Parole de Allaah est des lettres et une voix mais je dis la même chose que ce que disent ‘Ahlou s-sounnah ». Puis, il n’a pas tenu son engagement et il est revenu à dire ses anciennes paroles de mécréance. C’est l’orgueil qui l’a aveuglé. C’est cela qui l’a amené à dire ce qu’il disait auparavant. ‘Ahlou s-sounnah ont compris la Parole :

{ لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَيْء }

« Layça kamithlihi chay’ »

[ souurat Ach-Chouuraa / Verset 11 ]

ce qui signifie : « Absolument rien n’est tel que Lui ».

 

Ils ont compris de ce verset que Allaah n’est pas un corps palpable, ni un corps impalpable et qu’Il n’est pas situé dans une des directions. Sa Science n’est pas comme notre science. Sa Volonté n’est pas comme notre volonté. Il n’est pas tout le temps en mouvement, ni tout le temps immobile. Il n’est pas parfois en mouvement, ni parfois immobile. Mais, Il est un Etre Qui n’est pas pareil aux êtres qu’Il a créés. Mais il y a des gens qui comprennent ce sens et d’autres qui ne comprennent pas ce sens.

Les mouchabbihah (= les anthropomorphistes), que disent-ils ? Ils prétendent que Allaah est un corps qui descend chaque nuit dans le ciel du bas monde et qui passe le tiers de la nuit dans le ciel du bas monde. Or, le Prophète a dit, ce qui signifie : « Les cieux par rapport au Trône sont comme une goutte devant la mer ». Selon leur prétention, Allaah rétrécit pour entrer dans le ciel du bas monde ! S’il y avait un corps qui mérite la divinité, ce serait le soleil parce que son utilité est claire et apparente. Cependant, le soleil ne mérite pas la divinité parce qu’il n’existe pas par lui-même avec les caractéristiques qu’il a. Il n’est pas valide non plus selon la raison que le soleil se soit donné l’existence avec les caractéristiques qu’il a. Toute chose qui a un corps, un volume, il y a nécessairement un Etre Qui l’a fait exister. Et cet Etre Qui l’a fait exister, Il n’a pas de ressemblance avec ce à quoi Il donne l’existence. C’est pour cela qu’il n’est pas valide d’adorer toute chose qui a un corps et un volume.

 

Notre Chaykh a dit :

« Enseigner une seule question de Religion est meilleur que donner une montagne en or ». Pourquoi ? Parce que l’intérêt de l’argent se limite à ce bas monde quant à la Science de la Religion, elle comporte ce qui va permettre aux gens d’être guidés pour arriver jusqu’au chemin du Paradis parce que le chemin du Paradis, c’est de connaître Allaah et de croire en Son Messager Salla l-Laahou عalayhi wa sallam.

 

 

Wa l-Laahou taعaalaa ‘aعlam wa ‘aHkam wa baaraka l-Laahou fiikoum.

 

Laa ‘ilaaha ‘il-la l-Laah (x3)

Allaahoumma Salli عalaa sayyidinaa MouHammad wa عalaa ‘aalihi wa SaHbihi wa sallim (x3)

Rabbi ghfir lii wa lil-Mou’miniina wa l-Mou’minaat (x3)

Comment préserver sa foi (huitième partie) !

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur avril 18, 2020

Question 77 : Cite les 13 Attributs obligatoires pour Allaah.

 

Réponse : Il a été de l’habitude des savants qui ont composé dans les Traités de Croyance, parmi les plus récents, de dire que l’obligation personnelle qui incombe à toute personne responsable, c’est-à-dire pubère et saine d’esprit, est de connaître 13 parmi les Attributs de Allaah qui sont:

– L’Existence (= al-woujouud),

– L’Exemption de début (= al-qidam),

– L’Exemption de ressemblance avec ce qui entre en existence (= al-moukhaalafatou

lil-Hawaadith),

– L’Unicité (= al-waHdaaniyyah),

– Le Non-besoin (= al-qiyaamou bin-nafs),

– L’Exemption de fin (= al-baqaa’),

– La Puissance (= al-qoudrah),

– La Volonté (= al-‘iraadah),

– La Vie (= al-Hayaat)

– La Science (= al-عilm),

– La Parole (= al-kalaaam),

– L’Ouïe (= as-samع)

– Et la Vue (= al-baSar).

et qu’il est impossible au Sujet de Allaah ce qui contredit ces Attributs : ces 13 Attributs sont les Attributs Qui sont propres à l’Etre de Allaah par accord des savants.

 

 

 

 

Question 78 : Quel est le jugement de connaître ces 13 Attributs ?

 

Réponse : Comme ces 13 Attributs ont été cités de nombreuses fois dans les textes de Loi, les savants ont dit : « Il est un devoir, d’un devoir personnel, à toute personne responsable que de les connaître ».

 

 

Question 79 : Parle de l’Attribut de l’existence, au Sujet de Allaah.

 

Réponse : Allaah taعaalaa existe, Il est exempt de début, Il est exempt de fin. Son existence n’est pas par l’acte de donner l’existence d’un être.

 

 

Question 80 : Comment répliques-tu à celui qui remet en cause l’expression : « Allaah mawjouud » parce qu’elle est de la forme (grammaticale) « mafعouul » ?

 

Réponse : On leur dit que la forme « mafعouul », il se peut qu’on l’emploie pour autre que celui qui subit l’action d’autrui. Comme l’on peut dire : « Allaah maعbouud », c’est bien la forme « mafعouul », cela ne veut pas dire qu’Il a subi l’action d’autrui. Ces gens-là qui ont remis en cause de dire : « Allaahou mawjouud » (= Allaah existe), ils ont cru qu’ils ont une bonne compréhension de la langue arabe mais il n’en est pas comme ils l’ont cru.

 

Le grand spécialiste de la langue, le commentateur de Al-Qaamouus, Az-Zabiidiyy, a dit dans le commentaire de Al-‘iHyaa’ ce qui suit:

والبَارِئ تَعالى مَوْجودٌ فصَحَّ أَن يُرَى

« wa l-Baari’ou taعaalaa mawjouudoun faSaHHa ‘an youraa »

ce qui signifie : « Le Créateur, Allaah taعaalaa, Il est « mawjouud » (= Il est existant). Il est valide selon la raison qu’Il soit vu ».

Et Al-Fayyouumiyy, le spécialiste de la langue qui est l’auteur de Al-MiSbaaH a dit :

الموجود خلاف المعدوم

« al-mawjouudou khilaafou l-maعdouumi »

ce qui signifie : « al-mawjouud (= celui qui existe), c’est le contraire de ce qui est inexistant ».

 

 

Question 81 : Parle de l’Attribut de l’exemption du début, au Sujet de Allaah.

 

Réponse : Il est obligatoire selon la raison que Allaah soit exempt du début donc, cette exemption du début, elle n’est pas dans le sens de subir le temps, d’être vieux, parce que le terme « qadiim » et le terme « ‘azaliyy », lorsqu’ils sont employés au Sujet de Allaah, ils veulent dire qu’Il n’a pas de début à Son existence. C’est valide de dire « Allaah ‘azaliyy », « Allaah qadiim ». Par contre, quand tu utilises ces 2 termes « ‘azaliyy » et « qadiim » à propos de la créature, cela veut dire que c’est une créature qui a vécu longtemps, qui a subi le temps.

 

Ainsi, à propos de « al-qamar » (= la lune), Allaah taعaalaa dit

{ حَتَّى عَادَ كَالْعُرْجُونِ الْقَدِيمِ }

« Hattaa عaada kal-عourjouuni l-qadiim »

[ souurat Yaasiin / Verset 39 ]

ce qui signifie : « Jusqu’à ce qu’elle devienne comme une branche de palmier qui est ancienne, arquée ». En fait, la lune à la fin du mois, elle devient juste un croissant et donc la ressemblance est le mot « qadiim » ici, qui veut dire « vieux », « ancien ». Et l’auteur de Al-Qaamouus qui s’appelle Al-Fayrouuz ‘aabaadiiyy a dit : « Les 2 pyramides sont 2 constructions « ‘azaliyy » en Égypte ». Donc il a utilisé le mot « ‘azaliyy » dans le sens de « vieux », « ancien ».

Concernant la preuve de Son exemption de début, Allaah soubHaanahou wa taعaalaa, s’Il n’avait pas été exempt de début, Il serait entré en existence. Et dire que Allaah a besoin de qui Lui a donné l’existence, revient à dire qu’Il a besoin de qui L’a fait exister donc cela entraîne soit le cycle, soit l’enchaînement prétendument sans début et les 2 sont impossibles selon la raison. Il est confirmé donc, que l’entrée en existence au Sujet de Allaah est impossible et Son exemption de début est confirmée.

 

 

Informations utiles :

 

Notre Chaykh, que Allaah lui fasse miséricorde, a dit :

Dans le Qour’aan honoré, Allaah nous a guidés vers l’argumentation et la déduction à partir de Ses créatures, de Son existence. On déduit à partir des créatures de Dieu, l’existence de Dieu, Sa Toute-Puissance, Sa Science et le fait qu’Il crée toute chose selon une Sagesse.

Dieu dit :

{ أَوَلَمْ يَنظُرُوا فِي مَلَكُوتِ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ }

« ‘a wa lam yan~DHourouu fii malakouuti s-samaawaati wa l-‘arD »

[souurat Al-‘Aعraaf / Verset 185]

c’est-à-dire que Allaah nous a ordonné de méditer à propos des cieux et de la terre,

c’est-à-dire : « Pourquoi ne réfléchissent-ils donc pas à propos de la Véracité de l’Islam en observant ce qu’il y a dans les cieux et la terre ? ». Cela veut dire que tout ce que Allaah a créé est une preuve de l’existence de Allaah, de Sa Science, de Sa Sagesse, de Sa Puissance et de Sa Volonté parce que s’il n’y avait pas un Etre Qui a pour Attribut la Vie, la Puissance, la Science, la Volonté, alors, selon la raison, l’existence de ce monde n’aurait pas eu lieu. Donc le verset signifie : « Ils ne réfléchissent pas ». C’est un blâme et un reproche pour les mécréants qui ne réfléchissent pas à propos de la souveraineté et de l’étendue des cieux et de la terre. Ils observent de leurs yeux mais ils ne méditent pas, ils ne réfléchissent pas. Ils se sont arrêtés à ce sur quoi étaient leurs ancêtres qui adoraient les idoles. Allaah les a blâmés parce qu’ils ne réfléchissent pas. Cela veut dire : « Ô vous Mes esclaves, réfléchissez pour que vous connaissiez, que vous sachiez que vous avez un Créateur Qui vous a créés, Qui vous a donné des quantités différentes et des états différents ».

 

{ أَوَلَمْ يَنظُرُوا فِي مَلَكُوتِ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ }

« ‘a wa lam yan~DHourouu fii malakouuti s-samaawaati wa l-‘arD » signifie : « N’observent-ils donc pas la souveraineté des cieux et de la terre et tout ce que Allaah a créé ? ». Il y a dans ce verset l’ordre de déduire par la raison l’existence de Allaah taعaalaa. C’est pour cela que les savants de ‘Ahlou s-sounnah ont dit que c’est un devoir, c’est une obligation que chaque personne responsable connaisse la preuve rationnelle de l’existence de Dieu. Celui qui n’a pas connu la preuve rationnelle de l’existence de Dieu mais il est catégorique que la Croyance de l’Islam est vraie, son Islam est valide mais il aura désobéi à Dieu car il a délaissé l’argumentation.

 

Et notre Maître ‘Ibraahiim Al-Khaliil عalayhi s-salaam, lui-même a donné les argumentaires à son peuple, que Dieu l’honore lui et notre Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam. Il leur a donné les preuves de l’existence de Allaah, le fait que Allaah soit exempt de la limite, de l’endroit, de la direction, de l’aspect, lorsqu’il a argumenté que leur religion à eux, à son peuple, était une religion fausse, infondée parce que son peuple était des gens qui adoraient des astres, la lune, le soleil. Comment notre Maître ‘Ibraahiim a donné la preuve à son peuple ? Il leur a donné la preuve que l’étoile, la lune, le soleil ne sont pas des dieux parce qu’ils changent d’un état à un autre. Cela est donc aussi une preuve que Allaah tabaaraka wa taعaalaa n’est pas un corps parce que le corps, il lui advient des choses qui sont des preuves de son entrée en existence, c’est-à-dire la preuve que c’est quelque chose de créé, qui existe après n’avoir pas existé.

 

Il est donc un devoir d’exempter Allaah tabaaraka wa taعaalaa de la limite, c’est-à-dire du corps car le corps a nécessairement une limite, il a nécessairement des changements dans ses caractéristiques, un changement d’une caractéristique à une autre et Allaah tabaaraka wa taعaalaa est exempt de cela.

{ وَتِلْكَ حُجَّتُنَا آتَيْنَاهَا إِبْرَاهِيمَ عَلَىٰ قَوْمِهِ }

« wa tilka Houjjatounaa ‘aataynaahaa ‘Ibraahiima عalaa qawmih »

[ souurat Al-‘Anعaam / Verset 83 ]

Allaah a fait l’éloge de notre Maître ‘Ibraahiim puisqu’Il dit à propos de cette argumentation : « Voici l’argumentaire que Nous avons accordé à ‘Ibraahiim ». Allaah taعaalaa a fait l’éloge de l’argumentaire de notre Maître ‘Ibraahiim contre son peuple, c’est-à-dire qu’il leur a prouvé que la divinité n’est pas possible pour la planète, pour la lune, pour le soleil parce que ces trois-là, ce sont des corps qui changent d’un état à un autre. Or, le changement, c’est une caractéristique des corps. Cela indique que Allaah n’est pas un corps et Il n’est pas attribué des caractéristiques des corps comme le changement d’un état à un autre comme le fait que le soleil passe du levant au couchant, cela est un des changements. Et ce qui renforce la réponse de ‘Ibraahiim en plus de son argumentation, c’est qu’il a répondu au roi mécréant qui l’avait défié. ‘Ibraahiim lui a dit ce qui figure dans souurat Al-Baqarah / Verset 258, ce qui signifie : « Allaah fait lever le soleil par l’est, fais-le lever par l’ouest si tu en es capable » et le mécréant n’a rien trouvé à dire.

 

Wa l-Laahou taعaalaa ‘aعlam wa ‘aHkam wa baaraka l-Laahou fiikoum.

 

Laa ‘ilaaha ‘il-la l-Laah (x3)

Allaahoumma Salli عalaa sayyidinaa MouHammad wa عalaa ‘aalihi wa SaHbihi wa sallim (x3)

Rabbi ghfir lii wa lil-Mou’miniina wa l-Mou’minaat (x3)

Comment préserver sa croyance (septième partie) !

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur avril 4, 2020

La Louange est à Allaah le Seigneur des mondes et que Allaah honore et élève davantage le rang de notre Maître MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. Nous demandons à Allaah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons, qu’Il nous fasse nous rappeler ce que nous avons oublié et qu’Il nous augmente en connaissances et nous Lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à Allaah qu’Il fasse que nos intentions soient sincères par recherche de Son Agrément.

 

 

Question 70 : Cite deux Hadiith qui prouvent que lorsque les mouchabbihah expliquent le Hadiith de la femme esclave selon le sens apparent, c’est faux.

 

Réponse : Al-Boukhaariyy a rapporté que le Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam a dit:

إذا كان أحدُكم في صلا تِهِ فإنه يناجي ربَّه فلا يبصُقنَّ في قبلتِهِ ولا عن يمينِه، فإنَّ ربه بينه وبين قبلتِهِ

« ‘idhaa kaana ‘aHadoukoum fii Salaatihi fa’innahou younaajii Rabbah, falaa yabSouqanna fii qiblatihi wa laa عan yamiinih, fa’inna Rabbahou baynahou wa bayna qiblatih »

ce qui signifie : « Lorsque l’un d’entre vous est dans sa prière, il est en train d’implorer son Seigneur, qu’il ne crache donc pas face à lui, ni à sa droite car la Miséricorde particulière de Allaah se trouve entre lui et sa qiblah ».

Bien sûr, ici dans le Hadiith en arabe, il n’y a pas le mot « Miséricorde » mais il est implicite. Donc si quelqu’un veut retenir le sens apparent, il va dire: « son Dieu se trouve entre lui et la qiblah » ce qui n’est bien sûr pas le sens de ce Hadiith. Et ce Hadiith justement a une chaîne de transmission plus forte que le Hadiith de la femme esclave.

 

Al-Boukhaariyy a rapporté aussi, cette fois-ci de ‘Abouu Mouuçaa Al-‘Achعariyy que Allaah l’agrée, que le Messager de Allaah Salla l-Laahou عalayhi wa sallam a dit:

ارْبَعُوا عَلَى أَنْفُسِكُمْ فَإِنَّكُمْ لَا تَدْعُونَ أَصَمَّ وَلَا غَائِبًا ، إِنَّكُمْ تَدْعُونَ سَمِيعًا قَرِيبًا ، وَ الَّذِي تَدْعُونَهُ أَقْرَبُ إِلَى أَحَدِكُمْ

مِنْ عُنُقِ راحلة أَحَدِكُمْ

« ‘irbaعouu عalaa ‘anfoucikoum fa’innakoum laa tadعouuna ‘aSamma wa laa ghaa’ibaa, ‘innakoum tadعouuna samiiعan qariibaa, wa l-Ladhii tadعouunahouu ‘aqrabou ‘ilaa ‘aHadikoum min عounouqi raaHilati ‘aHadikoum »

ce qui signifie: « Ménagez vos forces car Celui que vous invoquez n’est ni sourd, ni ignorant. Certes, vous invoquez un Etre Qui entend et Qui sait tout de vous. Et Celui que vous invoquez, Il est plus proche (ici bien sûr par Sa Science) de l’un d’entre vous que ne l’est le cou de la monture de l’un d’entre vous ». Donc là aussi, on a expliqué « ‘aqrabou ‘ilaa ‘aHadikoum » par le fait qu’Il sache tout de vous. Mais si quelqu’un veut retenir le sens apparent, il va dire : « qu’Il est plus proche de vous que ne l’est le cou de votre monture ». Et ça aussi c’est un Hadiith qui contredit la croyance des mouchabbihah qui prétendent que Allaah est très en haut au-dessus du Trône donc selon eux, Il ne peut pas être plus proche que le cou de la monture.

 

On dit à celui qui s’oppose à la Croyance correcte : Si tu vas retenir le sens apparent du Hadiith de la femme esclave et que tu retiens le sens apparent de ces deux autres Hadiith alors ta prétention que Allaah est au ciel sera annulée et si tu vas interpréter ces deux Hadiith par un autre sens que le sens apparent mais que tu n’interprètes pas le Hadiith de al-jaariyah (= le Hadiith de la femme esclave) par un autre sens que le sens apparent, tu auras agi de manière arbitraire, c’est-à-dire tu auras fait quelque chose sans preuves.

Et s’appliquera à toi la Parole de Allaah à propos des juifs :

{ أَفَتُؤْمِنُونَ بِبَعْضِ الْكِتَابِ وَتَكْفُرُونَ بِبَعْضٍ }

« ‘afatou’minouuna bibaعDi l-Kitaabi wa takfourouuna bibaعD »

[ souurat Al-Baqarah / Verset 85 ]

ce qui signifie : « Est-ce que vous croyez donc en une partie du Livre et vous ne croyez pas en une autre ? ».

Et également on lui dit : Que vas-tu dire à propos de la Parole de Allaah :

{ فَأَيْنَمَا تُوَلُّوا فَثَمَّ وَجْهُ اللَّهِ }

« Fa’aynamaa touwallouu fathamma wajhou l-Laah »

[souurat Al-Baqarah/ Verset 115]

ce qui signifie : « Où que vous vous dirigiez, il y a le Wajh de Allaah ».

Si tu vas l’interpréter par un autre sens que le sens apparent, la question qui va t’être posée c’est : Pourquoi tu ne veux pas interpréter le Hadiith de la femme esclave par un autre sens que le sens apparent ?

Il a été rapporté pour l’exégèse de cette ‘aayah, d’après Moujaahid, l’élève de ‘Ibnou عAbbaas, il a dit:

قبلة الله

« qiblatou l-Laah »

Il a expliqué le mot « wajh » non pas par « face » ou « visage » mais par « qiblah », c’est-à-dire la direction pour accomplir la prière surérogatoire dans le voyage au-dessus de la monture : « Où que vous vous dirigiez, c’est une direction qui est valable dans de telles conditions ».

 

 

Question 71 : Quelle est la signification du Hadiith :

الرَّاحِمُونَ يَرْحَمُهُمُ الرَّحْمَنُ ارْحَمُوا مَنْ فِي الأَرْضِ يَرْحَمْكُمْ مَنْ فِي السَّمَاءِ

« ar-raaHimouuna yarHamouhoumou r-RaHmaan

‘irHamouu man fi l-‘arD yarHamkoum man fi s-samaaaa’ »

qui signifie : « Les miséricordieux, Dieu leur fait miséricorde. Faites miséricorde aux gens sur terre, alors ceux qui sont dans les cieux vous feront miséricorde » ?

 

Réponse : Le Hadiith qui est rapporté par At-tirmidhiyy, c’est:

الرَّاحِمُونَ يَرْحَمُهُمُ الرَّحْمَنُ ارْحَمُوا مَنْ فِي الأَرْضِ يَرْحَمْكُمْ مَنْ فِي السَّمَاءِ

« ar-raaHimouuna yarHamouhoumou r-RaHmaan

‘irHamouu man fi l-‘arD yarHamkoum man fi s-samaaaa’ »

« ar-raaHimouun (= ceux qui sont miséricordieux), Ar-RaHmaan (= Allaah) leur fait miséricorde. Faites miséricorde aux gens sur terre, alors « man fi s-samaaaa’ » vous fera miséricorde ».

 

Et dans une autre version « yarHamkoum ‘ahlou s-samaaaa’ » et donc c’est cette deuxième version qui veut dire : « ce sont les habitants du ciel qui vous feront miséricorde », elle explique la première version parce que la meilleure manière d’expliquer une version de Hadiith, c’est par une autre version qui est rapportée. Règle qui a été donnée par le HaafiDH Al-عiraaqiyy dans sa Alfiyyah, il a dit:

وخير ما فسرته بالوارد

« wa khayrou maa fassartahou bil-waaridi »

ce qui signifie : « La meilleure manière d’expliquer un Hadiith, c’est par un autre ».

Puis quand on dit « les gens du ciel » : ce sont les Anges. Le HaafiDH Al-عiraaqiyy a cité cela dans ses ‘amaaliyy juste après ce Hadiith. Et ce que Al-عiraaqiyy a dit textuellement c’est: « On a pris pour preuve la version dans laquelle le Prophète a dit : « ‘ahlou s-samaaaa’ » (= les habitants du ciel) que ce qui est visé dans la parole de Allaah dans souurat Al-Moulk : « ‘A’amin~toum~man~fi s-samaa’ » : il s’agit des Anges. « Vous croyez-vous à l’abri de ceux qui sont dans le ciel ? » c’est-à-dire les Anges et, on ne dit pas que Allaah est dans le ciel parce qu’on ne dit pas à propos de Allaah « ‘ahlou s-samaa’ ».

 

Par ailleurs, le pronom « man » qui est cité dans le verset 16 de souurat Al-Moulk, c’est un pronom qui, du point de vue de la langue, peut se référer à un singulier et peut se référer à  un pluriel donc ils n’ont pas de preuve pour dire qu’il s’agit d’un singulier, donc de Dieu.

Et on dit la même chose pour le verset suivant, le 17 :

{ أَمْ أَمِنْتُمْ مَنْ فِي السَّمَاءِ أَنْ يُرْسِلَ عَلَيْكُمْ حَاصِبًا }

« ‘Am ‘amin~toum~man~fi s-samaaaa’i ‘ay~yoursila عalaykoum HaaSibaa »

[ souurat Al-Moulk / Verset 17 ]

ce qui signifie : « ou vous croyez-vous donc à l’abri de « man fi s-samaaaa’ » qu’ils ne vous envoient un châtiment ». Là aussi « man » fait référence à ‘ahlou s-samaa’, c’est-à-dire les gens du ciel qui sont les Anges. Ainsi, Allaah fait que s’abattent sur les mécréants un châtiment de la part des Anges s’Il veut qu’Il les châtie dans le bas monde. Tout comme dans l’au-delà, ce sont les Anges qui sont chargés de faire parvenir le châtiment aux mécréants  parce ce que ce sont les Anges qui ont la charge de l’enfer. Et au Jour du Jugement, les Anges vont tirer une grande flamme de l’enfer, sans qu’elle ne se détache de l’enfer, ils vont la tirer avec des chaînes jusqu’à l’amener auprès, dans une des stations au Jour du Jugement, les mécréants seront terrorisés par la vue de cette flamme.

 

Et l’autre version qui a été rapportée par le HaafiDH Al-عiraaqiyy, c’est la suivante:

الرَّاحِمُونَ يَرْحَمُهُمُ الرَّحيم ارْحَمُوا أهل الأَرْضِ يَرْحَمْكُمْ أهل السَّمَاءِ

« ar-raaHimouuna yarHamouhoumou r-RaHiim

‘irHamouu ‘ahla l-‘arD, yarHamkoum ‘ahlou s-samaa’ »

ce qui signifie : « Ceux qui font miséricorde, c’est Allaah Qui leur fait miséricorde. Faites miséricorde aux gens sur terre, alors les gens du ciel vous feront miséricorde ».

 

 

Question 72 : Cite deux Hadiith qui anéantissent la croyance des mouchabbihah quand ils disent que Allaah habite le ciel.

 

Réponse : Si Allaah habitait le ciel comme le prétendent certains, Allaah bousculerait les Anges, ce qui est impossible. Il a en effet été authentifié le Hadiith dans lequel le Prophète a dit, ce qui signifie:

ما في السّموات مَوضِعُ أربَع أصابِع إلا وفيهِ مَلَكٌ قائِم أو راكِعٌ أو سَاجِد

 » Maa fi s-samaawaati mawDiعou ‘arbaعi ‘aSaabiعa

‘il-laa wa fiihi malakoun qaa’imoun ‘aw raakiعoun ‘aw saajid »

ce qui signifie : « Il n’y a pas dans le ciel l’emplacement de quatre doigts sans qu’il ne comporte un Ange qui est debout, ou en inclination, ou en prosternation ».

 

Il en est de même pour le Hadiith rapporté par Al-Boukhaariyy et Mouslim, d’après ‘Abouu saعiid Al-Khoudriyy que Allaah l’agrée, que le Messager de Allaah Salla l-Laahou عalayhi wa sallam a dit :

أَلاَ تَأمَنُونِي وَأَنَا أَمِينُ مَنْ فِي السَّمَاءِ يَأتِينِي خَبَرُ مَنْ فِي السَّمَاءِ صَبَاح مَسَاء

« ‘alaa ta’manouunii wa ‘anaa ‘amiinou man fi s-samaa’

ya’tiinii khabarou man fi s-samaa’i SabaaHa masaa’ »

ce qui signifie: « Pourquoi vous ne me croirez pas alors que je suis le dépositaire du secret (ou celui qui reçoit des informations) de ceux qui sont dans le ciel, des nouvelles de ceux qui sont dans le ciel me parviennent matin et soir ».

Donc ici dans la traduction, on a expliqué qu’il s’agit des Anges. Mais il se peut que dans la version arabe « man fi s-samaa’ », le « man » peut faire référence à un singulier. S’il en est visé Allaah, cela veut dire qu’Il est Celui Qui a un très haut degré, cela ne veut pas dire qu’Il est dans le ciel mais cela veut dire qu’Il est Celui Qui a un très haut degré.

 

 

Question 73 : Quel est le sens de la parole de Zaynab la fille de JaHch, l’épouse du Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam:

زَوَّجَكُنَّ أَهَالِيكُنَّ وَزَوَّجَنِي اللَّهُ مِنْ فَوْقِ سَبْعِ سَمَوَاتٍ

« zawwajakounna ‘ahaaliikounna wa zawwajaniya l-Laahou

min fawqi sabعi samaawaat »

ce qui signifie : « Ce sont vos familles qui vous ont mariées alors que moi, c’est Allaah Qui m’a mariée par dessus 7 cieux ».

 

Réponse : Alors le Hadiith de Zaynab fille de JaHch, l’épouse du Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam, quand elle disait aux femmes du Messager (elle parlait aux autres), elle était fière, elle disait : « Ce sont vos familles qui vous ont mariées tandis que moi, c’est Allaah Qui m’a mariée par dessus 7 cieux ». Cela veut dire que le mariage du Prophète avec elle était inscrit sur la table préservée qui est au-dessus des 7 cieux et il s’agit là d’une écriture particulière, ce n’est pas une écriture qui est générale à tout le monde. L’écriture générale comporte le mariage de toute personne : tous les mariages qui vont se produire jusqu’à la fin du monde sont inscrits sur la table préservée et la table préservée se trouve au-dessus du 7ème ciel.

 

 

Question 74 : Quel est le sens de la parole du Prophète عalayhi s-salaam dans le Hadiith:

إِلَّا كَانَ الَّذِي فِي السَّمَاءِ سَاخِطا عَلَيْهَا

« ‘il-laa kaana l-ladhii fi s-samaa’i saakhiTan عalayhaa » ?

ce qui signifie : « sans que ceux qui sont dans le ciel soient insatisfaits d’elle », c’est-à-dire « les Anges qui sont dans le ciel soient en colère contre elle ». Mais ce n’est pas une colère qui mène à commettre des péchés mais c’est-à-dire qu’ils ne sont pas d’accord avec ce qu’elle fait.

 

Réponse : Le Hadiith c’est le suivant :

وَالَّذِي نَفْسِي بِيَدِهِ مَا مِنْ رَجُلٍ يَدْعُو امْرَأَتَهُ إِلَى فِرَاشِهِ فَتَأبَى عَلَيْهِ إِلَّا كَانَ الَّذِي فِي السَّمَاءِ سَاخِطًا عَلَيْهَا

« wa l-Ladhii nafsii biyadih, maa min rajoulin yadعou mra’atahou ‘ilaa firaachihi fata’baa عalayhi ‘il-laa kaana l-ladhii fi s-samaa’i saakhiTan عalayhaa »

ce qui signifie : « Par Celui Qui détient mon âme par Sa Toute-Puissance, pas un homme qui n’appelle sa femme à avoir un rapport et elle le refuse sans que ceux qui sont dans le ciel soient en colère contre elle » (jusqu’à la fin du Hadiith). Donc là encore, on l’explique par les Anges et preuve en est, l’autre version qui est correcte et qui est plus réputée que celle-ci : « Les Anges la maudissent jusqu’au matin ». Rapporté par ‘Ibnou Hibbaan et d’autres.

 

 

Question 75 : Qu’est-ce que l’on dit à propos du Hadiith :

الَّذِي فِي السَّمَاءِ تَقَدَّسَ اسْمُكَ رَبَّنَا

« Rabbana l-Ladhii fi s-samaa’i taqaddasa smouk »

où il a été dit : « Seigneur, Toi Qui est dans le ciel, Ton Nom est glorifié » ?

 

Réponse : Donc le Hadiith de ‘Abou d-dardaa’, que le Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam a dit:

الَّذِي فِي السَّمَاءِ تَقَدَّسَ اسْمُكَ رَبَّنَا

« Rabbana l-Ladhii fi s-samaa’i taqaddasa smouk »

il n’est pas authentifié, il n’est pas SaHiH, il est plutôt faible (= Daعiif), comme l’a jugé ainsi le HaafiDH ‘Ibnou l-Jawziyy. Puis, s’il était authentique, alors on l’explique comme on a expliqué le Hadiith de la femme esclave.

 

 

Question 76 : Que dit-on à propos de ceux qui prétendent : « ‘inna l-Laaha عalaa عarchih », qui signifie que Allaah est au-dessus du Trône ?

 

Réponse : Donc le Hadiith de Joubayri bnou MouTعim, dans lequel le Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam aurait dit : « ‘inna l-Laaha عalaa عarchihi fawqa samaawaatih, wa samaawaatouhou fawqa ‘araaDiihi mithla l-qoubbati » ce qui signifie : « Allaah est sur le Trône et au-dessus des 7 cieux et les 7 cieux sont au-dessus de la terre comme une coupole ».

Al-Boukhaariyy ne l’a pas intégré dans le SaHiiH, il ne comporte pas de preuves. Et dans sa chaîne de transmission, il y a quelqu’un qui est faible, qui n’est pas retenu pour l’argumentation, cela a été cité pas ‘Ibnou l-Jawziyy et d’autres.

 

 

Quelques informations utiles :

 

Le Chaykh a dit :

Par le passé dans mon pays, lorsque quelqu’un tombait malade, il y avait 40 personnes qui sont bonnes, c’est-à-dire des vertueux, qui vont le visiter et réciter auprès de lui souurat

Yaa siin et il guérissait immédiatement, quelle que soit la maladie, quelle que fût difficile cette maladie.

Il a dit : Dans mon pays, il y avait un homme qui était un notable et il était tombé malade au point que tellement il était malade, on l’avait attaché avec des fers, c’est-à-dire c’est comme un état de folie, il faisait n’importe quoi, il était attaché, enchaîné.

Et le Chaykh a dit : 40 hommes sont partis le voir parmi lesquels il y avait mon père, que Dieu lui fasse miséricorde. Ils ont récité auprès de lui souurat Yaa siin, il a guéri sur le coup au point que lorsqu’il a vu qu’il était attaché, enchaîné, il a eu honte. Mais le secret ne marche plus aujourd’hui comme par le passé. Pourquoi? Parce que par le passé les gens veillaient à ne consommer que ce qui est licite alors qu’aujourd’hui, la situation est telle que vous la connaissez.

 

Le Chaykh a dit :

Un vertueux a dit : J’ai eu un mal de tête abominable, j’ai vu le Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam dans le rêve, il a posé sa main sur ma tête et il a récité :

بسم الله، ربي الله، حسبي الله، توكلت على الله، اعتصمت بالله، فوضت أمري إلى الله، ما شاء الله، لا قوة إلا بالله

« Bismi l-Laah, Rabbiya l-Laah, Hasbiya l-Laah, tawakkaltou عala l-Laah, ‘iعtaSamtou bil-Laah, fawaDtou ‘amrii ‘ila l-Laah, maa chaa’a l-Laah, laa qouwwata ‘il-laa bil-Laah ».

Puis il a dit : « Répétez souvent ces paroles, elles comportent une guérison de toute maladie, une délivrance de tout tourment et une victoire sur les ennemis ».

 

Et il y a eu un homme qui s’est plaint de maladies à notre Chaykh. Notre Chaykh que Dieu lui fasse miséricorde lui a dit : Dis beaucoup de fois, avec la bonne prononciation car le secret est dans la bonne prononciation :

أسْتَغْفِرُ اللهَ العَظِيمَ الَّذِي لاَ إلَهَ إلاَّ هُوَ، الحَيُّ القَيُّومُ، وَأتُوبُ إلَيهِ

« ‘Astaghfirou l-Laaha l-Ladhii laa ‘ilaaha ‘il-laa houwa l-Hayyou l-Qayyouumou

wa ‘atouubou ilayh »

 

Le Chaykh a dit :

Parmi ceux qui prétendaient être des Souufiyy et qui ne sont pas véritablement des Souufiyy, il y a un homme qui se fait appeler Al-Hallaaj. Il a vécu au 3ème siècle de l’Hégire et il est mort au tout début du 4ème siècle, c’est-à-dire environ l’année 308 de l’Hégire. Et le dernier des groupes de ceux qui suivent Al-Hallaaj, ce sont les yachrouuTiyyah. La femme qui s’appelle FaaTimatou l-yachrouuTiyyah, c’est la fille du Chaykh عAliyy Nourou d-diin Al-yachrouuTiyy. Son père était un Saint mais elle, elle n’a pas appris de lui, elle était jeune quand son père était mort, mais elle a appris la croyance déviée. Elle ne connaît pas les fondements de la Croyance : ces gens-là n’ont pas connu Dieu. Leur mécréance est plus grave que celles des chrétiens. Les chrétiens disent que Dieu est en Jésus tandis que ces gens-là disent que Allaah est incarné partout, dans tous les individus de l’humanité. Ils disent que ce mur, c’est Allaah et toi, tu es Allaah… Et eux, ils font croire aux gens qu’ils sont des Saints et des Souufiyy. Lorsque l’état de Al-Hallaaj est parvenu jusqu’au palais du Calife, le Calife a donné l’ordre aux chefs de tous les Juges à Baghdaad (parce que Al-Hallaaj vivait à Baghdaad) et il a émis une sentence de lui couper les mains, les pieds et de lui trancher le cou après avoir été accroché sur une potence. Puis, son corps fut brûlé et diffusé dans le fleuve du Tigre, dijlah. Après cela, la source de discorde qu’il avait provoquée, s’est atténuée.

 

Laa ‘ilaaha ‘il-la l-Laah (x3)

Allaahoumma Salli عalaa sayyidinaa MouHammad wa عalaa ‘aalihi wa SaHbihi wa sallim (x3)

Rabbi ghfir lii wa lil-Mou’miniina wa l-Mou’minaat (x3)


%d blogueurs aiment cette page :