Chaykhaboulaliyah's Blog


Cours général : Le Paradis

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur février 9, 2011

Bismi L-Lahi r-Rahmani r-Rahim

Je commence par le nom de Allaah, Ar-RaHmaan, Ar-RaHiim

La louange est à Allah le Seigneur des mondes et que Allaah honore et élève davantage en degré notre maître Mouhammad et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. A llah ta^ala dit dans le Qour’an Honoré :  ليس كمثله شىء وهو السميع البصير  (layça kamithlihi chay’oun wa houwa s-Sami^ou l-Basir) ce qui signifie : « Rien n’est que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit ». Nous allons parler aujourd’hui non pas du commentaire et de l’exégèse de cette ‘ayah honorée dont vous avez entendu le commentaire à maintes reprises, et ceci est une grâce éminente pour nous et pour vous car le fait que nous attachions une grande importance à la science du Tawhid ne revient qu’à prendre pour modèle en cela le Messager de Allah Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wa sallam. J’ai voulu cependant vous la rappeler étant donné qu’elle est la ‘ayah la plus explicite du Qour’an honoré pour montrer l’exemption de Allah tabaraka wa ta^ala de toute ressem-blance avec Ses créatures. J’ai commencé par la citer afin de vous parler ensuite de la plus éminente des grâces qui sera accordée aux gens du paradis lorsqu’ils seront au paradis. Ils verront Allah ta^ala. Ils Le ver-ront et il n’y a pas quelque chose que les gens du paradis aimeront davantage que de voir Allah. Ils Le verront sans comment, sans en-droit et sans direction. Notre preuve pour cela est déduite de la parole de Allah ta^ala :  وجوه يومئذ ناضرة إلى ربّها ناظرة  (woujouhoun yawma’idhin nadirah ‘ila rabbi-ha nadhirah) qui signifie : « Des visages ce jour-là seront resplendissants de bonheur, ils verront leur Seigneur » Et le hadith du Messager de Allah salla l-Lahou^alayhi wa sallam : )) إنّكم سترون ربّكم يوم القيامة كما ترون القمر ليلة البدر لا تضامون في رؤيته (( (‘innakoum satarawna rabbakoum yawma l-qiyamah kama tarawna l-qamara laylata l-badri la toudamouna fi rou’yatih) qui signifie : « Certes vous verrez votre Seigneur au jour du jugement tout comme vous voyez la lune une nuit de pleine lune : vous ne douterez pas au sujet de Sa vision ». Le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a com-paré notre vision de Allah à la vision de la lune une nuit de pleine lune par le fait qu’elle ne comportera aucun doute, mais il n’a en aucun cas assimilé Allah ta^ala à la lune. Les prophètes et les saints Le verront tous les jours, deux fois ; quant au restant des croyants, ils Le verront une fois par semaine. En effet, la félicitée des gens du paradis diffère pour cha-cun selon son degré et son mérite selon le ju-gement de Allah. Et ce, relativement à ce qu’il aura accompli comme œuvres dans le bas monde. Néanmoins, chaque endroit au paradis, la plus petite parcelle du paradis, sera meilleure que le bas-monde et tout ce qu’il comporte. Il est un devoir de croire au paradis. Le paradis est la résidence de la paix, la résidence de la félicité éternelle et ininterrompue. Or la félicité au paradis est de deux sortes. Il y a une félicité qui n’est réservée qu’aux pieux et il y a une félicité dont tous les gens du paradis bénéficie-ront. Parmi les choses qui relèvent de cette félicité générale, c’est que les gens du paradis seront tous jeunes, ils ne vieilliront jamais. Ils seront tous en bonne santé, ils ne tomberont jamais malade, ils seront tous joyeux, ils ne seront jamais atteints ni de chagrin ni de tris-tesse, ni de tourment. Et ils resteront vivants dans une félicité éternelle, ils ne mourront ja-mais. Ecoutez avec moi ce qui a été rapporté pour le décrire, du Prophète éminent salla l-Lahou ^alayhi wa sallam qui a dit : )) هي وربّ الكعبة نور يتلألأ وريحانة تهتزّ ونهر مطرد وقصر مشيد وفاكهة نضيجة وزوجة حسناء جميلة في مقام أبديّ في حبرة ونضرة (( (hiya wa Rabbou l-ka^bati nouroun yatala’la wa rayhanatoun tahtazz wa nahroun mouttarid wa qasroun machid wa fakihatoun nadijah wa zawjatoun hasna’ou jamilah fi mouqamin aba-diyyin fi houbratin wa nadrah) Ainsi le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam jure par le Seigneur de la Ka^bah que le para-dis est lumières qui scintillent. C’est pour cela que le paradis n’a besoin ni de soleil ni de lune, il n’y a aucune obscurité là-bas tout comme il y en a dans le bas-monde. Pourtant la durée de la nuit et du jour y est reconnue par un signe que Allah crée. Si les yeux des gens du paradis avaient la puissance qu’ils ont aujourd’hui, les gens du paradis deviendraient aveugles tant la lumière du paradis est intense mais Allah leur donne une puissance plusieurs fois multipliée, des multiples de fois celle de leurs yeux au-jourd’hui. Leur puissance aujourd’hui repré-sente une faible part, c’est comme une goutte comparée à la mer. Allah donne à leurs yeux une force de sorte à ce qu’ils puissent voir à une distance de mille années comme ils peuvent voir la paume de leur main et ils verront sans aucune confusion. Au paradis, il y a Touba ; Touba, mes frères de foi, est un arbre. Le voyageur peut marcher à son ombre cent années durant sans le dépasser. Cet arbre donne des habits aux gens du paradis, il sort de cet arbre des habits pour les gens du paradis qu’ils revêtiront. Au paradis il y a des fleuves qui coulent et qui ne contraignent à aucune difficulté pour aller en puiser. Ils ne coulent pas dans des lits pro-fonds mais coulent à même le sol du paradis. Au paradis il y a également des oiseaux. Il a été rapporté du Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam qu’il a dit : )) إنك لتنظر إلى الطير في الجنّة فتشتهيه فيخرّ بين يديك مشويًا (( (‘innaka latandhourou ’ila t-tayri fi l-jannah fatachtahihi fayakhirrou bayna yadayka machwiyya) ce qui signifie : « Il arrive que tu observes un oiseau du paradis, que tu le dési-res et tu le retrouves entre tes mains, cuit ». Au paradis il y a des lits surélevés tout comme notre Seigneur le dit dans le Qour’an honoré :  فيها سرر مرفوعة (fiha sourouroun marfou^ah) ce qui signifie : « Il comporte des lits surélevés ». Il a été rapporté dans leur description qu’ils sont ornés de perles précieuses et que leurs montants sont en or. Ils restent élevés tant que celui qui veut y prendre place n’est pas venu. S’il s’en approche, ce lit s’abaisse pour lui, il s’assoit dessus et il se re-lève alors. Allah ta^ala a fait que ces lits sont des moyens de locomotion au paradis. Si la personne souhaite voir quelqu’un au paradis, ce lit l’emporte et vole avec elle dans le paradis par la toute-puissance de Allah jusqu’à arriver face au lit de cette autre personne. Ils s’assoient face à face et discutent puis son lit la ramène où elle était. Telle est la signification de la pa-role de Allah ta^ala :  على سررٍ متقابلين  (^ala sourourin moutaqabilin) qui signifie : « sur des lits face à face ». Ô Allah, par le degré de Mouhammad, rassem-ble nous avec celui qui nous a enseigné ces paroles au plus haut degré du paradis. En effet le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a cité la description du paradis à ses compagnons pour les inciter à œuvrer, en leur rappelant de faire preuve de sérieux et d’application dans l’obéis-sance à Allah ta^ala. Mes frères, œuvrez avec sérieux dans l’obéissance à Allah, partez avec l’appel à Allah et rappelez vous de la parole de Allah ta^ala :  إنّ الله اشترى من المؤمنين أنفسهم وأموالهم بأنّ لهم الجنّة (‘inna l-Laha chtara mina l-mou’minina ‘an-fouçahoum wa ‘amwalahoum bi’anna lahou-mou l-jannah) ce qui signifie : « Certes Allah accorde aux croyants, en contrepartie de leur âme et de leur bien, le paradis ».

Publicités
Commentaires fermés sur Cours général : Le Paradis

%d blogueurs aiment cette page :