Chaykhaboulaliyah's Blog


Souurat Al Moulk et ses bienfaits

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur janvier 16, 2017

La louange est à Allah le Seigneur des mondes, que Allah honore et élève davantage le rang de notre maître Mouhammad Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle.

Nous demandons à Allah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons et qu’Il nous fasse nous rappeler de ce que nous avons oublié, et qu’Il nous augmente en connaissance. Et nous Lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à  Allah qu’Il fasse que nos intentions soient sincères par recherche de Son agrément.

 

Ad-Diyaa’ou l-MaqdiSiyy rapporte de ‘Abou Houreyra que le messager de Allah Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit ce qui signifie : « il y’a dans le Qour’aan 30 versets qui demandent le pardon en faveur de celui qui les récite, jusqu’à ce qu’il lui soit pardonné : tabaaraka l-ladhii bi yadihi l-moulk ».

Et d’après ‘Ibnou ^Abbaas que Allah l’agrée lui et son père, le prophète Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit ce qui signifie : « j’ai tant souhaité que cette sourah soit dans le cœur de chaque personne de ma communauté ». Cela a été rapporté par le Haafidh Al-‘Asqalaaniyy dans ces ^amaliyy avec une chaine de transmission du degré de sahiih.

 

Et il a été rapporté avec une chaine de transmission sûre, authentique, que le prophète Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit ce qui signifie : « il y’a dans le Qour’aan une sourah qui ne comporte que 30 versets et qui a débattu pour défendre celui qui la récite et qui a réussi à l’empêcher de subir le supplice dans la tombe ». Hadiith rapporté par At-Tabaraniyy.

 

Et voici parmi les compagnons, l’un des plus réputés d’entres eux pour sa connaissance de l’exégèse du Qour’aan. Tellement Allah ta ^ala lui a donné la connaissance du Qour’aan et la connaissance de l’explication du Qour’aan, il a été surnommé Tarjoumaanou l-Qour’aan, l’exégète par excellence du Qour’aan. Et ce compagnon c’est ^Abdoul-Laah ‘Ibnou ^Abbaas que Allah l’agrée lui et son père. C’est le cousin, le fils de l’oncle paternel du messager. Le messager Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam avait fait des invocations en sa faveur quand il était enfant, pour que Allah lui accorde la compréhension du Qour’aan, c’est-à-dire la récitation et l’explication du Qour’aan.

Il a dit à son serviteur : « veux-tu que je te réjouisse le cœur par un hadiith qui te donne de la joie? Récite tabaaraka l-ladhii bi yadihi l-moulk, enseigne-la à ta famille, à ta femme, à tes enfants, à tes voisins, parce que c’est la sourah qui est salvatrice, celle qui sauve, celle qui défend celui qui la récite, au jour du jugement ».

Le messager de Allah Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit ce qui signifie : « j’ai tant souhaité que cette sourah soit dans le cœur de chaque personne de ma communauté ».

Cette sourate Al-Moulk, elle a un éminent mérite de sorte que celui qui croit en cette sourah, qui va croire au sens de cette sourah, qui la répète, qui la récite chaque nuit, qui la récite chaque jour, du moment qu’elle est dans le cœur de la personne, il ne sera pas privé du mérite de cette sourah.

Celui qui persévère à la réciter tous les jours est concerné par ce hadiith.

 

Par contre celui qui la récite une seule nuit et qui meurt cette nuit là, il n’a pas été rapporté de texte qui indique qu’il ne sera pas supplicié dans sa tombe et qu’il n’aura pas à subir d’interrogatoire.

 

Il convient donc de mémoriser cette sourah, de la réciter, en prononçant correctement, en articulant correctement les lettres. Celui qui entend parler du mérite de cette sourah, et qui ne va pas consacrer du temps pour la mémoriser, pour la réciter correctement, de la manière avec laquelle elle a été descendue, c’est quelqu’un qui passe à côté d’un grand bien. C’est une preuve que c’est quelqu’un qui a une faible ardeur pour œuvrer pour son au-delà.

Dès lors que cette sourah est dans la poitrine d’un être humain, alors il fait partie des gens que cette sourah sauvera.

 

Celui qui a cette sourah dans sa poitrine, qui l’a mémorisé, il ne sera pas privé de son bienfait. Et cette sourah profite à ceux qui la récitent, elle leur profitera dans leur tombe et dans leur au-delà. Celui qui récite cette sourah, Allah tabaaraka wa ta^ala ne le fait pas supplicier dans sa tombe et ne le fera pas châtier dans son au-delà. Et le châtiment de l’au-delà est pire que le châtiment de la tombe pour le mécréant.

 

Le chaykh que Allah lui fasse Miséricorde a été interrogé : « celui qui récite tous les jours sourate Al-Moulk, est-ce que c’est vrai qu’il n’aura pas de supplice dans sa tombe? Le chaykh a répondu oui ». Et la personne qui a posé la question a dit : « et si la personne oublie un soir de la réciter ? Le chaykh a dit il n’y a pas de conséquences ». C’est-à-dire que même s’il oublie un soir.

 

At-Tirmidhiyy dans son Jaami^ a rapporté du Hadiith de ‘Ibnou ^Abbaas que Allah l’agrée lui et son père, qu’un homme avait monté sa tente (dans laquelle il passe la nuit) au-dessus d’une tombe. A l’origine il ne savait pas qu’il y avait une tombe en-dessous. Et pendant la nuit il entendait de sous terre la récitation de sourate Al-Moulk, jusqu’à la fin. Il est parti voir le messager de Allah et il lui a raconté ce qu’il a vécu, ce dont il a été témoin. Alors le prophète lui a dit ce qui signifie : « c’est la sourah qui empêche et c’est la sourah qui sauve ». C’est la sourah qui empêche et qui sauve du supplice dans la tombe.

Ceci s’est produit à un des compagnons du messager Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, durant la vie du prophète. Et il y’a eu des choses semblables qui se sont produites par la suite.

 

Il a été rapporté avec beaucoup de chaines de transmission au point que c’est devenu un tawaatour, qu’un des savants de Somalie qui était un saint, un savant, quelqu’un d’ascète, quelqu’un qui craignait Dieu, qui se consacrait à l’adoration de Dieu. Il s’appelait Mouhammed ‘Idriis. A sa mort, il avait un étudiant qui était vertueux, qui était pieux, qui était en train de prendre par transmission auprès de ce chaykh un livre. Mais le chaykh était mort sans qu’il n’ait pu prendre la totalité du livre auprès de lui. Cet étudiant n’a pas pu terminer le livre parce que son chaykh était mort. Il fut profondément chagriné. Il vit alors son chaykh dans le rêve qui lui dit alors : « viens auprès de la tombe et ramène ton livre avec toi ».

A son réveil, il emmena son livre dans lequel il étudiait et qu’il n’avait pas pu terminer. Il s’est assis devant la tombe de son chaykh et il s’est mit à réciter dans son livre. Et son chaykh dans sa tombe lui expliquait, lui faisait le commentaire du livre, jusqu’à ce qu’il a terminé la totalité du livre. Quand il a terminé son livre, il a ramené un autre livre, il est parti devant la tombe, il s’est mit à lire, il attendait que son chaykh lui explique. Mais il n’a pas entendu la voix de son chaykh car c’était un secret qu’il a eu pour le premier livre seulement.

 

Allah ta^ala lui a accordé un secret, Il lui a donné quelque chose qui sort de l’ordinaire pour qu’il puisse terminer son livre, par la Volonté de Allah et par Sa Grâce. Mais les secrets ne se prolongent pas dans la majorité des situations. Et les secrets qui sont de cet ordre ne durent pas mais s’interrompent. Ceci fait partie des choses qui sont possibles selon la raison.

Comme vous le savez, les classes du jugement de la raison sont au nombre de 3. Il y’a :

  • Ce qui est obligatoire selon la raison,
  • Ce qui est impossible selon la raison,
  • Ce qui est possible selon la raison.

 

La première classe du jugement rationnel c’est ce qui est obligatoire selon la raison. C’est ce dont la raison ne conçoit pas l’inexistence. Il s’agit de Allah et de Ses attributs obligatoires selon la raison. La raison saine ne conçoit pas l’inexistence de Dieu, la raison saine ne conçoit pas que Allah n’ait pas Ses attributs qui Lui sont obligatoires selon la raison, comme la vie, la parole, la volonté,…

 

Pour ce qui est de ce qui est impossible selon la raison, c’est ce dont la raison ne conçoit pas l’existence. C’est comme par exemple l’impossibilité d’un associé à Allah, l’impossibilité que Allah ait une épouse ou un enfant, ou qu’Il ait une fin. Tout ceci est impossible selon la raison.

 

Pour ce qui est du possible rationnel, c’est ce dont la raison conçoit aussi bien l’existence que l’inexistence. Il s’agit de la totalité de Ses créatures. Le fait qu’un étudiant aille auprès de la tombe de son chaykh et lise dans son livre, et que son chaykh après sa mort dans sa tombe lui fasse le commentaire de son livre, ceci fait partie du possible rationnel. Et la Puissance de Allah se rapporte à tout ce qui est possible selon la raison.

 

Oui c’est vrai qu’un chaykh explique, fasse le commentaire d’un livre de son étudiant qui est encore vivant et le chaykh est mort dans sa tombe, ceci est quelque chose qui sort de  l’ordinaire, ce n’est pas habituel du tout. Mais Allah ta^ala fait que les choses ordinaires ne soient pas respectées pour qui Il veut de Ses esclaves. Il rompt ce qui est habituel, ce qui est ordinaire pour qui Il veut. Sa puissance concerne toute chose.

Par exemple, nous nous voyons avec les yeux. Mais si Allah voulait que nous voyions avec le bout des doigts, on aurait vu avec le bout des doigts. Ça fait partie du possible rationnel. Donc le possible rationnel c’est ce dont la raison conçoit l’existence et l’inexistence.

Et la Volonté de Allah, la Puissance de Allah concernent tout ce qui est possible selon la raison sans exception. Mais la Puissance de Allah et la Volonté de Allah ne concernent pas ce qui est obligatoire selon la raison et ne concernent pas ce qui est impossible selon la raison.

 

 

^Outhmaan que Allah l’agrée, lorsqu’il venait auprès des tombes, il pleurait jusqu’à mouiller sa barbe par crainte de Dieu. Quand on lui a posé la question pourquoi donc? Il a récité un vers de poésie. Il a dit : « si tu es sauvé du supplice de la tombe, alors tu seras sauvé de quelque chose de très difficile. Mais si tu n’es pas sauvé du supplice de la tombe, je ne pense pas que tu vas avoir une suite qui est facile ».

 

Et ^Outhmaan que Allah l’agrée a mentionné le hadiith du messager de Allah Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, notre maitre Mouhammad qui a dit ce qui signifie : « la tombe c’est la première des étapes de l’au-delà ».

Aujourd’hui, la plupart des gens ne pensent pas à la tombe. Ils pensent à ce qu’ils vont manger le soir, ils pensent où ils vont partir en vacances, il pense à quel maison il va acheter, il pense au travail qu’il va avoir, combien il va rentrer d’argent sur son compte. Aujourd’hui, la plupart des gens sont dans un état d’esprit qui est complètement déconnecté. C’est comme s’il ne sait pas qu’il va mourir. Comme l’a dit notre maitre ^Aliyy : « les gens sont comme endormis, c’est quand ils meurent qu’ils prennent conscience ». Mais c’est trop tard.

La suite du hadiith : « la tombe c’est la première des étapes de l’au-delà. Celui qui en est sauvé, alors ce qui va venir après sera plus facile. Mais s’il n’est pas sauvé de la tombe, alors ce qui va venir après sera plus difficile ». Rapporté par At-Tirmidhiyy. Ce hadiith signifie que celui qui est sauvé de la difficulté de la tombe, du châtiment et du supplice de la tombe, il sera sauvé dans l’au-delà. Et celui qui va subir un supplice dans la tombe, alors le châtiment qui lui sera retardé pour l’au-delà sera encore plus difficile. Alors celui qui est censé, qui est raisonnable, celui à qui est parvenu le hadiith ne va pas négliger le bienfait de sourate Al-Moulk.

Qu’est-ce que le prophète Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit à propos de sourate Al-Moulk ? Ces 30 versets du Qour’aan qui vont sauver la personne, qui vont protéger la personne, qui vont défendre la personne contre le supplice de la tombe.

Et même si tu oublies un soir, le chaykh a dit que ça n’a pas de conséquences, pourvu que tu persévères tout le temps à la réciter.

Elle n’est pas très longue, elle n’est pas très grande.

 

Mais attention, il y’a une autre version, un autre hadiith qui a une chaine de transmission plus forte que celui-là que nous venons de voir rapporté par At-Tirmidhiyy. Et qui indique que ce qui vient après le supplice de la tombe est plus facile que le supplice de la tombe. Il y a donc une preuve dans cet autre hadiith que celui qui subit un supplice dans sa tombe, il n’est pas une condition qu’il subisse un châtiment dans l’au-delà. Donc il y’a deux versions.

 

Alors, il y’a d’autres causes qui font que la personne peut échapper aux supplices dans la tombe et aux châtiments dans l’au-delà, pour quelqu’un qui est mort avant d’avoir fait le repentir. C’est d’obtenir une des sortes de martyr.

Parmi les causes pour échapper au supplice de la tombe et au châtiment dans l’au-delà, il y’a le fait d’obtenir une des sortes de martyr et il y en a plusieurs. Entres autres il y a ces sept-là :

  • Celui qui meurt noyé,
  • Celui qui meurt brûlé,
  • Celui qui meurt d’une maladie, quelque chose qui pousse au niveau du ventre de l’intérieur puis qui s’ouvre vers l’extérieur. et qui fait que celui qui l’a a une forte fièvre, des vomissements et d’autres troubles.

Celui qui meurt à cause de son ventre, comme à cause d’une diarrhée ou au contraire à cause d’une constipation. C’est-à-dire qu’il n’a plus de gaz ni de selles qui sortent et il meurt. C’est une maladie très atroce, très douloureuse.

Celui qui craint quelque chose de l’au-delà ou du bas monde, il convient qu’il dise cette parole : « HasbounalLaahou wa ni^mal wakiil, ^alaa l-Laahi tawakkalnaa ». Ce qui signifie : « Allah nous suffit, qui de Meilleur que Lui nous suffit, à Allah nous nous fions ». Chaque fois qu’un croyant entend quelque chose qui lui fait peur, qu’il dise cela. Que ce soit quelque chose qui va se produire dans l’au-delà, ou dans la tombe, ou dans ce bas monde. Et c’est dans le sens que HasbialLaahou wa ni^mal wakiil. Mais ce qui est parvenu d’une version du hadiith sahiih, c’est : « HasbounalLaahou wa ni^mal wakiil, ^alaa l-Laahi tawakkalnaa ».

Et dans le hadiith : « celui qui meurt à cause d’une maladie de son ventre, il n’aura pas de supplice dans sa tombe ». C’est un hadiith rapporté par At-Tirmidhiyy et par ‘Ibnou Hibbaan.

  • Egalement celui qui meurt de la peste. La peste est une maladie de la peau, au niveau des zones sensibles du corps, au niveau où la peau est douce. Suite à quoi il a une fièvre, une diarrhée et des vomissements. Et généralement celui qui est atteint de la peste, il meurt le plus souvent. Celui-là également sera sauvé du supplice de la tombe et du châtiment dans l’au-delà.

Il est arrivé à l’époque de notre maitre ^Oumar ‘Ibnou l-KhaTTaab, une peste qui a été la cause de la mort de 70 000 personnes. 70 000 personnes à cette époque c’est beaucoup par rapport à la population.

  • Egalement, il y’a la femme qui meurt au moment de l’accouchement. Cette femme n’aura pas de supplice dans la tombe, ni de châtiment dans l’au-delà.
  • Celui qui meurt sous les décombres. Par exemple, une maison tombe et lui se trouve en-dessous et meurt à cause de cela.
  • Celui qui meurt parce qu’il est tombé d’une hauteur. Comme par exemple il est tombé d’une falaise, il s’est écrasé.

 

 

Il y a eu d’autres sortes de martyrs également, autres que ces martyrs-là qui ont été mentionnés dans ce hadiith, qui lui, a été rapporté par ‘Ibnou Hibbaan, At-Tirmidhiyy et d’autres.

Il y a eu d’autres hadiiths comme :

  • celui qui meurt parce qu’il voulait protéger sa femme ou il voulait protéger son argent ou il voulait protéger son enfant. Quelqu’un venait l’attaquer pour lui prendre sa femme, son argent ou son enfant et lui a voulu les protéger, et s’est fait tué. Celui-là meurt martyr également.
  • Egalement ne sera pas supplicié ni châtié celui qui meurt étranger de son pays et de sa famille, en raison du hadiith qui l’indique. C’est un hadiith rapporté par ‘Ibnou Maajah mais que le haafidh ‘Ibnou Hajar a jugé faible.
  • Egalement celui qui a été assassiné injustement est martyr.

 

 

Mais meilleur que tout cela, c’est le cas de celui qui au moment de sa mort, a atteint le degré de foi complète. Il meurt en ayant atteint le degré de foi complète. S’il meurt sur cet état, il sera meilleur dans sa tombe et dans son au-delà. Car en plus du fait qu’il sera sauvé du supplice de la tombe et du châtiment de l’au-delà, il aura d’autres sortes de bienfaits dans sa tombe.

Il aura :

  • une porte qui sera ouverte depuis sa tombe qui lui fait voir le paradis.
  • Sa tombe sera éclairée comme une nuit de pleine lune.
  • Sa tombe sera élargie.
  • Et il sera remplit de verdures dans sa tombe, de verdures qui vient du paradis au point que sa tombe sera comme un des jardins du paradis.

De sortes qu’il n’aura pas de crainte, il n’aura pas de sentiment de solitude, il n’aura pas de sentiment de gêne, ni de tourment, ni de chagrin.

 

Certains durant cette vie, ils se font enfermés dans une chambre, ils sentent la solitude, la gêne, la peur. Que dire de la tombe qui est la maison des vers ?

Si quelqu’un n’a pas œuvré pour ce que vient après la tombe, qu’est-ce qui l’attends ?

Si quelqu’un va semer des tomates, il aura des tomates, s’il sème des oignons il va cueillir des oignons, s’il sème des pommes de terre il aura des pommes de terre. Ce que tu vas semer dans cette vie, tu vas le cueillir dans l’au-delà. Ce n’est pas en espérant et en faisant n’importe quoi que tu vas obtenir les hauts degrés dans l’au-delà. Il faut suivre le cheminement. Le premier pas que tu dois faire c’est apprendre un minimum indispensable de la science de la religion. C’est d’assister dans ces assemblées pour apprendre un minimum indispensable de la science de la religion. Avec ce minimum tu auras le discernement, tu vas pouvoir distinguer. Quand tu vas voir à la télé que quelqu’un a fait telle chose, tu sais le juger. Tu sais pourquoi ce n’est pas bon ce qu’il a fait. Tu ne risques pas toi de le faire car tu es vacciné. Tu sais ce qui est correct de faire et ce qui n’est pas correct de faire.

Mais si la personne n’a pas apprit, comme certains ils se sont enfoncés dans les péchés après quelqu’un lui dit : « viens je vais te sauver, viens tu vas faire telle chose tu auras le paradis ». Et il n’a pas apprit il n’a rien fait, comment est-ce qu’il va aller au paradis s’il est ignorant ? Peut-être que ce qu’il lui indique va le mener en enfer en réalité. Parce qu’il n’a pas appris. Il faut que tu apprennes. Sans la science tu es perdu, sans la science tout est flou devant toi. Peut-être que ce qui est mauvais va te paraitre beau et ce qui est beau va te paraitre mauvais. Parce que tu n’as pas le discernement.

 

 

Nous demandons à Allah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons, qu’Il nous fasse profiter de ce que nous avons appris et qu’Il nous augmente en connaissances. Nous demandons à Allah qu’Il fasse que nous ayons une fin heureuse et que nous soyons des clés pour le bien et des gens qui ferment le mal, qui ne laissent pas le mal se propager.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :