Chaykhaboulaliyah's Blog


Le voeu (an-nadhr)

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur mars 20, 2017

La louange est à Allaah le Seigneur des mondes, que Allaah honore et élève davantage le rang de notre maître Mouhammad Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle.

Nous demandons à Allaah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons et qu’Il nous fasse nous rappeler de ce que nous avons oublié, et qu’Il nous augmente en connaissance. Et nous Lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à  Allaah qu’Il fasse que nos intentions soient sincères par recherche de Son agrément.

 

Le messager de Allaah Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit ce qui signifie : « celui qui a fait le vœu d’accomplir un acte d’obéissance à Dieu, alors qu’il respecte ce vœu, qu’il le tienne. Et celui qui a fait le vœu de désobéir à Dieu, alors qu’il ne Lui désobéisse pas». Rapporté par Al-Boukhaariyy, ‘Abouu Dawouud et autres.

 

Le vœu peut être conditionné, c’est-à-dire si le vœu dépend d’une désobéissance à Dieu ou c’est un vœu d’accomplir une désobéissance à Dieu, alors il n’est pas permit de l’exécuter. Si par exemple quelqu’un a dit : « je fais le vœu de manger une viande qui n’est pas égorgée », alors qu’il ne tient pas ce vœu, il n’a pas à tenir ce vœu. Parce que le vœu est pour se rapprocher de l’agrément de Dieu.

Pourquoi est-ce qu’on fait un vœu ? Pour se rapprocher de l’agrément de Dieu.

 

Allaah agrée qu’on respecte notre vœu. Donc si le vœu consiste à faire quelque chose que Dieu agrée, par exemple un acte d’obéissance surérogatoire comme une aumône. Une aumône qu’on fait de manière surérogatoire. Comme par exemple de faire un jeun surérogatoire, accomplir une prière surérogatoire, faire un acte surérogatoire, un pèlerinage qui n’est pas obligatoire c’est-à-dire que la personne a déjà accomplit le pèlerinage obligatoire et elle fait un pèlerinage en plus, c’est un pèlerinage qu’on appelle surérogatoire. Donc le vœu est valable en cela c’est-à-dire si quelqu’un fait un vœu de quelque chose de surérogatoire, il doit respecter ce vœu. Donc, quand on fait le vœu d’un acte d’adoration surérogatoire, alors on doit respecter ce vœu.

Celui qui fait le vœu d’un acte d’obéissance surérogatoire c’est un devoir pour lui que de le tenir. S’il n’exécute pas ce qu’il a fait le vœu de faire, il tombe dans le péché, c’est-à-dire il mérite un châtiment de la part de Dieu dans l’au-delà. Si quelqu’un a fait le vœu d’accomplir un acte d’adoration surérogatoire, il doit respecter ce vœu, il doit le tenir.

 

Par contre si le vœu n’était pas pour l’agrément de Dieu, si quelqu’un fait un vœu mais ce n’est pas pour Dieu, il le fait pour autre que Dieu, cela revient à attribuer un associé à Dieu et c’est une mécréance. Comme par exemple quelqu’un a fait le vœu pour l’agrément d’un Saint ou une Sainte, dans ce cas cela revient à attribuer un associé à Dieu. C’est-à-dire qu’il n’a pas fait ce vœu pour rechercher l’agrément de Dieu, mais c’était pour se rapprocher d’un Saint, cela est infondé et c’est de la mécréance.

Un exemple : quelqu’un fait le vœu pour un Saint comme notre maître al-imam Al-‘Aouzaa^i ou une Sainte comme notre dame Zaynab, la fille de ^Aliyy ‘Ibnou ‘Abii Taalib qui est la sœur de Al-Haçan et Al-Hussein, ou d’autres Saints, il fait le vœu pour un Saint non pas pour se rapprocher de l’agrément de Dieu, pour mériter la récompense de la part de Dieu, donc il fait le vœu non pas pour accomplir un acte d’aumône pour l’agrément de Dieu au nom de ce Saint ou de cette Sainte, mais il fait le vœu pour se rapprocher de ce Saint ou de cette Sainte, alors ce vœu-là est interdit et c’est une adoration pour autre que Dieu. Vous voyez la subtilité, il ya une différence.

Il se peut que quelqu’un fasse le vœu d’accomplir un acte qui est une aumône pour Dieu mais il en offre la récompense à ce Saint ou à cette Sainte, ça c’est valable. Parce que l’acte qu’il fait c’est pour l’agrément de Dieu. Une aumône pour l’agrément de Dieu.

Et l’autre qui fait un acte pour se rapprocher de ce Saint, c’était comme s’il l’adore et ça ce n’est pas bon.

Ce sont deux choses qui sont différentes.

 

Quand on dit se rapprocher de l’agrément de Dieu c’est-à-dire rechercher la récompense de la part de Dieu.

 

C’est pour cela que la personne doit apprendre même comment faire les actes d’adoration surérogatoires. La personne doit apprendre pour ne pas tomber dans des choses qui sont fausses. La science éclaire la personne, l’ignorance lui fait croire qu’elle est dans le bon chemin alors qu’elle ne l’est pas. C’est pour cela que c’est très important d’apprendre.

 

Toutes les créatures appartiennent à Allaah, que ce soit les Prophètes, que ce soit les Saints, et tout autre qu’eux. Tous sont des esclaves de Dieu.

Que veut-dire « tous sont des esclaves de Dieu » ? C’est-à-dire ils appartiennent à Dieu. Nous tous sommes des esclaves de Dieu, c’est-à-dire nous appartenons à Dieu.

Et aucune créature ne mérite qu’on se soumette à elle à l’extrême. Et c’est ça la signification de l’adoration. Quand nous disons nous nous adorons Dieu, qu’est-ce que ça veut dire ? C’est-à-dire que nous nous soumettons à Dieu à l’extrême. C’est ça l’adoration de Dieu.

Allaahou tabaaraka wa ta^aalaa nous a créé. Il a créé tout ce monde, Il  a créé les Anges, Il a créé les Prophètes et Il a créé les Saints. Mais Seul Allaah mérite qu’on se soumette à Lui à l’extrême.

Qu’est-ce que ça veut dire se soumettre à Allaah à l’extrême ?

Ça veut dire adorer Allaah.

Quand nous disons laa ‘ilaaha illa l-Laah, en français Il n’est de Dieu que Dieu, ça veut dire Seul Dieu mérite d’être adoré.

Qu’est-ce que ça veut dire que Dieu mérite d’être adoré ?

Ça veut dire Dieu Seul mérite qu’on se soumette à Lui à l’extrême. C’est ça le sens de l’adoration.

 

Tout autre que Allaah ne mérite pas cela. Allaah nous Le glorifions de la glorification qui Lui convient. Et tout autre que Allaah nous ne le glorifions pas tout comme nous glorifions Allaah. Mais ceux qui méritent d’être honoré, d’être respecté, nous les respectons, nous les honorons convenablement à leur rang.

Par exemple les Prophètes méritent qu’on les honore, méritent qu’on les respecte, d’un respect, d’un honneur qui est convenable à leur rang. Les Saints aussi méritent qu’on les respecte, méritent qu’on les honore, d’un honneur et d’un respect qui convient à leur rang. Et Allaah mérite qu’on Le glorifie de la glorification qui est convenable à Lui.

Donc les Prophètes et les Saints nous les glorifions, nous recherchons la Barakah par eux, nous recherchons le Tawassoul par eux, nous faisons le Tawassoul par eux, nous recherchons les bénédictions par leur tombe, nous recherchons les bénédictions par ce qu’ils ont laissé, mais nous ne les glorifions pas comme nous glorifions Dieu.

 

Celui qui recherche à se rapprocher à autre que Dieu, parmi les Saints, les Saintes, en croyant que ce Saint, faire un vœu pour lui comporte le moyen de réaliser nos affaires ou de repousser les nuisances ou les épreuves, et que quelqu’un fait un vœu pour se rapprocher du Saint, il aura adoré le Saint.

Donc s’il fait le vœu de cette manière, il aura adoré autre que Dieu. Et celui qui adore autre que Dieu c’est un associateur, c’est un mécréant.

Tout comme il n’est pas permis de faire la prière pour autre que Dieu, également il  n’est pas permis de faire le vœu dans l’intention de se rapprocher d’un des esclaves de Dieu. Qu’il soit un Saint ou une Sainte. Ceci n’est pas permis, beaucoup de vœux ne comportent pas de récompenses, pire encore ils comportent un péché ou de la mécréance.

 

Qu’est-ce que ça veut dire de la mécréance ?

C’est le fait d’adorer autre que Dieu.

Nous avons dit qu’il n’est de Dieu que Dieu, laa ‘ilaaha illa l-Laah signifie Dieu Seul mérite d’être adoré. Donc celui qui adore autre que Dieu, il aura contredit la phrase laa ‘ilaaha illa- l-Laah, il n’est de dieu que Dieu. C’est pour cela que Dieu Seul mérite d’être adoré.

 

 

Par contre si le vœu était pour l’agrément de Allaah, alors c’est un vœu qui est correct, qui est accepté et comporte une récompense. Par exemple, un musulman fait le vœu d’égorger un mouton ou de donner en aumône de la nourriture ou de l’argent, pour l’agrément de Dieu, dans l’intention que la récompense de cet acte parvienne à un Saint en particulier ou une Sainte en particulier. Ça c’est correct. Comme s’il dit par exemple : « je m’engage, je fais le vœu pour l’agrément de Dieu, d’égorger ce mouton ou de distribuer cet argent ou cette nourriture aux pauvres ou aux nécessiteux, ou bien aux orphelins, pour que la récompense de cet acte, c’est-à-dire la récompense de cette aumône, parvienne à la Sainte Zaynab ou au Saint l’imam Al-‘Awzaa^i ».

C’est-à-dire qu’il accomplit un acte d’adoration, il espère de cet acte d’adoration de la récompense et il offre cette récompense aux Saints. Il accomplit un acte d’adoration qui est un acte d’adoration surérogatoire à l’origine, comme égorger un mouton  par exemple, ou distribuer de la nourriture, et il se dit j’espère que la récompense de cet acte parvienne à ce Saint ou à cette Sainte. Ici, il n’y a pas de danger et c’est quelque chose de conforme à la Loi de Dieu. Il n’y a pas de mal en cela.

 

Donc que celui qui veut faire le vœu fasse attention à cela. C’est-à-dire de sorte à ce que son vœu soit pour se rapprocher de l’agrément de Dieu, c’est-à-dire pour obtenir la récompense de la part de Dieu, en faisant parvenir cette récompense de ce vœu à un Saint ou à une Sainte. Donc qu’il ne fasse pas en sorte qu’il fasse le vœu pour se rapprocher du Saint ou de la Sainte ou pour se rapprocher de leur tombe.

Vous voyez, le vœu on le fait pour se rapprocher de l’agrément de Dieu, on ne le fait pas pour se rapprocher d’un Saint ou d’une Sainte. Vous avez vu la différence.

 

 

Nous avons vu également que ce n’est pas une habitude des musulmans de faire le vœu d’allumer une bougie dans la tombe d’un Saint ou dans une mosquée. Le Messager de Allaah Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, d’après ce qu’a rapporté Al-Bayhaqiyy dans son livre As-Sounnan al-Koubraa, il a dit ce qui signifie : « Dieu a maudit celles qui visitent les tombes et ceux qui prennent les tombes comme mosquées et qui allument des bougies ». Alors attention, ici dans le hadiith, la première partie de la malédiction des femmes qui visitent les tombes a été abrogée.

Qu’est-ce que ça veut dire elle a été abrogé ? C’est-à-dire que le Messager plus tard a dit une parole qui a modifié la Loi. Le Prophète abroge ce qu’il veut et il légifère toujours sur ordre de Dieu.

Au début de l’islam, les gens étaient encore attachés à l’idolâtrie et à l’adoration des statuts. Après le Prophète Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit ce qui signifie : « je vous avais auparavant interdit de visiter les tombes, maintenant visitez-les ». C’est-à-dire que celui qui visite la tombe d’un Saint ou d’une Sainte, ça c’est pour profiter de la Barakah, des bénédictions, en espérant que Dieu exauce nos invocations auprès d’un être vertueux. Puisque le Saint, Dieu l’a agréé et il lui a accordé un haut degré. Nous espérons que notre invocation sera exaucée parce que dans cet endroit il ya un être vertueux.

 

Pour en revenir au sujet de As-Sourouj, ce qui est interdit, ce sont les bougies que les gens placent auprès des tombes des Saints et des Saintes. Alors il y a deux cas :

  • Si cette bougie est placée pour éclairer les gens, parce que les gens ont besoin d’éclairage. Par exemple, quelqu’un qui veut réciter le Qour’aan, il a besoin de cet éclairage pour réciter le Qour’aan, ou pour étudier dans un livre de science correct, ou pour du dhikr, ou des wird c’est-à-dire des paroles d’évocation régulières et correctes. Si c’est dans cette intention qu’on allume cette bougie, dans ce cas c’est valable car il y a un intérêt il y a un bénéfice.
  • Mais certains quel est leur objectif ? Ils allument cette bougie pour glorifier celui qui est dans cet endroit, celui qui est dans cette tombe. Et ça ce n’est pas quelque chose de valable. Donc les gens qui allument les bougies non pas pour rechercher l’agrément de Dieu en profitant aux gens, en aidant les gens à s’éclairer auprès de ce maqaam, de cette tombe pour réciter le Qour’aan ou pour quelque chose d’utile, malheureusement on voit que dans de nombreux endroits les gens allument des bougies en plein jour, sans que ce soit dans l’objectif d’éclairer les gens, quelqu’un qui récite le Qour’aan par exemple, ces gens-là se sont égarés.

 

Le Messager Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam justement a maudit ceux qui allument les bougies auprès des tombes ; ces gens-là sont maudits par la parole du Prophète Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam. C’est un hadiith rapporté par Al-Bayhaqiyy.

Celui qui allume une bougie ou de l’électricité, même les ampoules, pour glorifier l’endroit et non pas dans l’intention que les musulmans puissent profiter de l’éclairage, vous voyez il y a deux cas. Soit pour profiter aux gens par l’éclairage, soit pour glorifier cet endroit. Si c’est pour glorifier l’endroit ça c’est interdit.

 

Et pour ce qui est de la deuxième partie du hadiith qui signifie : « ce qui est maudit c’est comme le faisait les gens du livre, qui ont dirigé leur prière vers les tombes des Saints et des Prophètes ». Ils priaient en direction de la tombe, ça c’est interdit. Se prosterner pour une tombe c’est de la mécréance. On ne se prosterne pas pour une tombe.

Et on ne fait pas la prière en direction de la tombe. Si elle est devant la personne mais s’il ya un mur, il ya un obstacle, il n’y a plus d’interdiction. Parce que c’est derrière le mur. Il n’y a pas d’interdiction.

 

 

 

Une information utile rapportée par notre Chaykh que Allah lui fasse miséricorde, il a dit : « il est recommandé après avoir enterré la personne de dire des paroles que nous a enseigné le Prophète Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, après avoir terminé l’enterrement ». Vous savez que les musulmans n’enterrent pas dans un cercueil. Les musulmans enterrent dans un linceul. Et vous savez qu’on ne met pas la terre directement sur le corps, mais on met un espace.

Soit on l’enterre, on creuse en profondeur puis on creuse une cavité latérale où on va placer le corps. Puis on va boucher cette cavité latérale avec des pierres puis on fait tomber la terre. Ça c’est dans le sol qui est meuble.

Dans le sol qui est dur, on creuse en profondeur, puis au fond on creuse encore un autre trou. Et on place le corps dedans et on le couvre avec des pierres ou des planches ou autres avant de remettre la terre, de sorte à ce que la terre n’arrive pas directement sur le corps.

 

Donc après avoir fini l’enterrement, le Messager Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam nous a enseigné de rester au niveau de la tombe et de dire des paroles.

On appelle le mort par son prénom fils du prénom de sa mère. On dit : « yaa ^abdal-Laah ‘Ibn ‘amatil-Laah » à trois reprises. Par exemple s’il s’appelle Saalih fils de Faatimah, on dit : yaa Saalih ‘Ibn Faatimah à trois reprises.

Si on ne connait pas sa mère, on l’attribue à Hawwaa’ qui est la mère de tous les humains, tout comme ‘Aadam qui est le père de tous les humains.

 

‘Aadam était le premier des Prophètes, il était le premier des humains. Ce que nous a enseigné notre maitre Mouhammad Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, c’est que tous les humains descendent d’un homme et d’une femme, ‘Aadam et Hawwaa’. Et cet homme ‘Aadam, en plus du fait qu’il était le père de l’humanité, il était aussi le premier des Prophètes et le premier des Messagers. La croyance des musulmans c’es que les humains ne sont pas une sélection d’une sélection d’une sélection qui est comme le racontent des gens. Ils racontent une théorie qui n’a aucun fondement. Eux-mêmes appellent ça une théorie, c’est-à-dire ce n’est pas une croyance. C’est une théorie et la théorie chez les scientifiques pour la prouver, il faut faire des expériences. Et eux ne sont pas capables de faire des expériences, personne n’a vu un singe accoucher d’un être humain. Donc ça reste une théorie et ça n’a aucune espèce d’importance et c’est complètement faux. Même s’il ya un million de personnes qui le répètent, même s’il y est dans de beaux livres, mêmes s’ils le mettent dans des documentaires, même s’ils répètent ça à longueur de journée, ça ne changera pas la vérité, ça ne changera pas la réalité.

 

Comment nous nous disons cela ? Parce que celui qui nous a dit cela est quelqu’un qui est un envoyé de Dieu.

Comment avons-nous su qu’il est un envoyé de Dieu ? Parce qu’il a des miracles.

Comment avons-nous su qu’il a des miracles ? Parce que de nombreuses personnes l’ont vu et qui ont transmit à d’autres personnes jusqu’à ce que l’information nous soit arrivée. Et tous ceux qui ont vu ces miracles, ils sont été incapables de le contredire ou de ramener quelque chose qui l’annule. Donc c’est vraiment un défi pour eux jusqu’à nous.

 

Et le Qour’aan qui est la parole de Allaah, c’est le miracle permanent de notre maitre Mouhammad Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam. C’est un livre par lequel Allaah a défié les gens. Personne ne peut emmener un livre aussi parfait, aussi beau que ce livre-là. Parmi ses particularités, c’est que même les enfants de six ans, sept ans, qui ne sont pas du tout arabophone arrivent à le mémoriser. Et il comporte des nouvelles des communautés antérieures mais également des choses qui vont se produire dans le futur. A l’époque où il a été révélé au Prophète Mouhammad Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, certaines ne s’étaient pas produites mais elles se sont produites ; et d’autres ne se sont pas encore produites mais notre certitude c’est qu’elles vont se produire.

Allaah ta^aalaa a défié les gens par ce miracle, par le Qour’aan. C’est pour cela que le Qour’aan c’est le miracle permanent de notre maitre Mouhammad Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam.

Et notre maitre Mouhammad est un envoyé de Dieu. Allaah l’a envoyé pour nous transmettre des choses, Allaah a fait que le message qu’Il veut envoyer aux humains passe par un homme qui est le meilleur des hommes, notre maitre Mouhammad Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam. Allaah s’Il voulait Il faisait que chacun d’entre nous reçoive la révélation. Mais Allaah n’a pas voulu cela. Il a voulu que Seul le Prophète Mouhammad reçoive la révélation et que du Prophète Mouhammad, ses compagnons transmettent. C’est pour cela que nous aimons les compagnons du Prophète.

Et le meilleur des compagnons de notre maitre Mouhammad, c’est notre maitre ‘Abouu Bakr As-Siddiiq que Allaah l’agrée.

Après notre maitre ‘Abouu Bakr As-Siddiiq c’est notre maitre ^Oumar ‘Ibn Al-Khattaab que Allaah l’agrée.

Après notre maitre ^Oumar ‘Ibn Al-Khattaab c’est notre maitre ^Outhmaan et notre maitre ^Aliyy et ainsi de suite.

Nous aimons tous les compagnons du Prophète parce que ce sont eux les héritiers du Prophète, ce sont eux qui nous ont transmit le message de l’islam.

 

Notre maitre Mouhammad Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam nous a dit ce qu’il en est par rapport à ‘Aadam et à Hawwaa’. C’est lui qui a dit que tous les humains descendent d’un même père et d’une même mère, qui sont ‘Aadam et Hawwaa’.

Et Dieu a créé ‘Aadam sans père ni mère. Et Dieu a créé Hawwaa’ à partir de ‘Aadam.

Et Dieu a créé ^iiçaa de Marie. C’est-à-dire c’est un enfant sans père.

Allaah nous a créé nous à partir d’un père et d’une mère. Ça veut dire que ce n’est pas la cause qui crée la conséquence. C’est Dieu qui est le Créateur des causes et c’est Lui qui est le Créateur des conséquences. Les parents sont des causes pour l’existence des enfants. Mais ce n’est pas les parents qui créent les enfants. La preuve, il ya des couples qui sont mariés, qui espèrent avoir des enfants et ils n’en ont pas. Et d’autres qui sont mariés et qui ne voulaient pas avoir d’enfants, ils en ont. Et chacun ce n’est pas lui qui choisit la couleur des yeux de ses enfants ou bien la taille ou bien le poids. C’est à la mode maintenant, ils disent : « elle a accouché d’un enfant de trois kilos, de trois kilos cinq cent, de quatre kilos,… ». C’est Dieu qui crée. Ce sont des preuves.

Chacun d’entre nous s’il s’arrête un instant et il réfléchit, il sait que tout ce monde a forcément un Créateur. Que c’est Ce Créateur qui crée toute chose, même notre respiration, chaque souffle d’air que nous prenons. Tellement c’est devenu une habitude qu’on ne se rend pas compte. Quand tu avales ta salive, arrête d’avaler ta salive, regarde ce qui arrive dans ta bouche. Si un jour ce que tu rentres dans ton ventre ne sors plus, qu’est-ce qui va t’arriver ? Si ce que tu manges ne se digère pas, qu’est-ce qui va t’arriver ? Si ton cœur arrête de battre, il n’irrigue pas ton corps avec le sang. Allaah est le Créateur de toute chose. Même quand tu dors ton corps fonctionne, ton cœur continue de battre et irrigue ton sang, ta respiration continue,… regarde les bienfaits que Dieu t’a a accordé, depuis que tu es né, depuis que tu sors de l’utérus de ta mère. Tu ne sais même pas ce qui est bien pour toi ce qui est mauvais, tu es vulnérable. Si tu tombes sur des gens qui te laissent dans le froid tu meurs. Allaah a facilité pour toi les causes, pour que les gens s’occupent de toi, ils te changent, ils te nourrissent, ils te donnent à boire, et après tu es ingrat envers Dieu. Non! Il  faut être reconnaissant envers Dieu, il faut remercier Dieu pour les biens qu’IL nous a accordé.

Et comment remercier Dieu ? C’est en accomplissant les actes d’obéissance et en évitant les péchés. C’est comme ça que tu remercies Dieu.

C’est pas celui qui dit  « al hamdoulilLaah al hamdoulilLaah », il est entrain de faire des péchés et ne fait pas les devoirs. Il dit  « moi je dis toujours al hamdoulilLaah ». Mais ce n’est pas ça le remerciement obligatoire. Le remerciement obligatoire c’est que tu n’utilises pas les bienfaits que Dieu t’a accordé dans la désobéissance. Là on est en train de parler d’un hadiith.

 

Le hadiith parle de quoi ? Le hadiith parle de quand tu seras dans ta tombe, ça veut dire que tu vas mourir. Donc que chacun d’entre nous se prépare quand il va être dans sa tombe. Qu’est-ce que le Messager de Allaah Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a enseigné ? Il a enseigné que quand on va enterrer quelqu’un, on l’appelle par son prénom fils du prénom de sa mère à trois reprises. Si on ne connait pas sa mère, on attribue à Hawwaa’, qui est la mère de toute l’humanité.

Et puis qu’est-ce qu’on lui dit ? On lui dit : « rappelle-toi de la croyance que tu avais quand tu as quitté le bas monde. Le témoignage qu’il n’est de Dieu que Dieu et que Mouhammad est le Messager de Dieu. Et que tu as accepté Dieu pour Seigneur, l’islam pour religion, Mouhammad pour Prophète et le Qour’aan en tant que guide ».

 

Qu’est-ce qui arrive quand on dit ces paroles à celui qui est enterré ?

Le Prophète Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit ce qui signifie : « c’est-à-dire que les  deux Anges qui viennent interroger dans la tombe », l’un s’appelle Mounkar et l’autre s’appelle Nakiir. Tous ceux qui seront enterrés, ils reçoivent deux Anges et ils vont l’interroger. « Ils vont lui dire que disais-tu de cet homme Mouhammad ? Il va répondre en conformité avec sa croyance avant de mourir, il ne pourra pas cacher ».

Le mécréant ou l’hypocrite sa langue va le trahir tellement il va avoir peur, il va parler comme si c’est par lapsus, tellement il est hébété, étonné par peur, parce que ces deux Anges ont un aspect effrayant. Ils sont d’un bleu noir, d’une couleur foncée effrayante. L’un d’entre nous pendant la vie, peut avoir peur de certaines choses. Dans la tombe ce sera pire si c’est quelqu’un qui est mécréant ou hypocrite.

 

C’est qui l’hypocrite ? C’est celui qui en apparence est musulman mais dans son cœur il n’est pas musulman. Comment il n’est pas musulman ? Par exemple dans son cœur il doute est-ce que l’islam est vrai ou pas. Celui-là n’est pas musulman. Ou bien il rejette, déteste l’islam par son cœur mais il ne le montre pas.

 

L’hypocrite et le mécréant tous les deux quand ils vont recevoir ses deux Anges Mounkar et Nakiir, ils vont dire : « je ne sais pas, je disais ce que les gens disaient ». Et là va commencer pour eux un supplice.

 

Le musulman à qui on fait le Talqiin, littéralement c’est comme le fait de souffler la réponse à quelqu’un. Le verbe « laqqana » c’est-à-dire lui apprendre quoi répondre, lui souffler quoi dire.

Donc qu’est-ce qu’il a rappelé celui qui vient d’enterré ou celui qui a été au-dessus de la tombe, après avoir enterré la personne ?  Il lui dit : « rappelle-toi de l’engagement que tu avais prit, de la croyance que tu avais quand tu avais quitté le bas monde. Le témoignage qu’il n’est de Dieu que Dieu et que Mouhammad est le Messager de Dieu. Et que tu as accepté Dieu pour Seigneur, l’islam pour religion, Mouhammad pour Prophète et le Qour’aan en tant que guide ».

Qu’est-ce qui se passe alors ? Les deux Anges, l’un dit à l’autre : « qu’est-ce qui nous fait rester auprès de quelqu’un qui a reçu la réponse à donner ». On vient de lui donner la réponse. Il vient de la recevoir. Les deux Anges ne l’interrogent pas. C’est pour cela que les savants ont dit : « parmi ceux qui sont excepter de l’interrogatoire dans la tombe, il ya celui qui reçoit le Talqiin ».

Quand vous enterrez vos morts et recommandez à vos proches avant de mourir, de vous faire cela. De se tenir au niveau de la tombe, dès que vous finissez l’enterrement avant de partir, vous appelez le mort par son prénom fils du prénom de sa mère à trois reprises.

 

Dans le hadiith il a été rapporté que :

  • La première fois qu’il entend son prénom, il prend conscience.
  • La deuxième fois, il s’assoit dans sa tombe
  • La troisième fois, il dit : « ‘archidounii yarhamoukoumou l-Laah» ce qui signifie : « guidez-moi, que Dieu vous fasse Miséricorde ».

 

Ça c’est une preuve que le mort est utile pour celui qui est vivant. Il peut profiter à celui qui est vivant. La preuve c’est qu’il peut lui faire des invocations. Chacun d’entre nous va y aller. On ne peut pas faire comme si de rien n’était. Et l’intelligent c’est celui qui se prépare, ce n’est pas celui qui passe sa vie dans la distraction, il oublie. Chacun va passer cet examen-là, préparons nous. Et comment est-ce que tu vas le préparer ? En faisant les devoirs et en évitant les péchés. Pour connaitre tes devoirs et les péchés que sont-ils, il faut que tu apprennes la science de la religion.

Comment tu apprends la science ? En venant dans les assemblées de science. Ce n’est pas sur internet, ce n’est pas par la télé, ce n’est pas en restant avec les ignorants, mais c’est en venant dans les assemblées de science où on apprend avec une chaîne de transmission qui remonte jusqu’aux compagnons du Prophète et jusqu’au Prophète Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam.

 

C’est ça qui te permet d’être sauvé. Mais ce n’est pas en souhaitant sans faire d’efforts. Si quelqu’un est dans le froid et il souhaite être au chaud, mais il reste dans le froid, est-ce qu’il va être au chaud ? Non, il ne s’expose pas. Il ne prend pas les causes. Prends les causes : prends un manteau, reste à côté d’un feu, rentre à l’intérieur,…

Là-aussi, tu sais que maintenant tu vas passer cet examen, tu sais que tu vas répondre à ces deux Anges, prépare-toi. Et tu ne sais pas quand est-ce que va arriver ton échéance. Nous on espère que notre échéance soit bien pour qu’on multiplie les actes de bien pour avoir beaucoup de récompenses, pas comme certains ignorants disent : « j’espère que je vais vivre longtemps pour m’amuser le plus longtemps possible ». Non ce n’est pas pour s’amuser le plus longtemps possible. On espère pour gagner encore et encore plus de récompenses. Mais pour cela il faut que tu profites de chaque instant, en le remplissant par des choses qui sont utiles. Tu fais des choses utiles pour les musulmans. Par exemple si tu donnes à manger ou une sucrerie à ton frère ou à ta sœur en islam, Dieu t’évites l’amertume du jour du jugement. C’est si tu le fais pour l’agrément de Dieu. Regardez les causes du bien combien elles sont nombreuses. Même si tu donnes dans la bouche de ta sœur ou de ton frère quelque chose de sucré, Dieu t’évites l’amertume du jour du jugement, Il te facilite. Les portes du bien sont nombreuses. Pour gagner des récompenses, il y a énormément de voies.

Sauf qu’il faut que tu conserves ton islam de tout ce qui l’annule et tout ce qui le rompt. Parce qu’il ya des choses qui annulent l’islam et beaucoup de gens les ignorent. Par exemple celui qui écrit dans son devoir de SVT que l’homme descends du singe, là il est sorti de l’islam, même si lui n’y croit pas, du moment qu’il l’a écrit il est sorti de l’Islam. Qu’est-ce qu’il doit faire ? Il doit dire les deux témoignages : « il n’est de Dieu que Dieu et Mouhammad est le Messager de Dieu » pour revenir à l’islam. Donc dire une parole qui contredit l’islam, même si la personne n’y croit pas, ça fait sortir de l’islam. Ou d’autres par énervement, par colère, ils disent une parole de mécréance. Là-aussi ils sortent de l’islam. Certains ne sont pas contents de leurs femmes ou de leurs enfants, et ils se mettent à insulter l’islam ou à insulter la religion de l’islam. C’est une parole qui fait sortir de l’islam. Ou quelqu’un qui rend licite quelque chose d’interdit ou qui rend interdit quelque chose de licite. Certains répondent de leurs têtes et disent « oui, oui c’est interdit, non ce n’est pas interdit ». Alors qu’ils se retrouvent à contredire quelque chose dans la religion qui est connue d’évidence et qui est objet de l’unanimité. C’est pour cela que la personne doit faire attention, même quand elle plaisante, ou quand elle est en colère, dans toutes les situations, qu’elle ne dise pas une parole qui contredise l’islam. Certains, soit disant pour faire rigoler les autres, ils racontent une histoire pour se moquer de Dieu ou rabaisser les Anges ou rabaisser les Prophètes. Là-aussi ce sont des paroles qui font sortir de l’islam. Que la personne fasse attention à elle, qu’elle apprenne.

 

Notre maitre Mouhammad Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit ce qui signifie : « celui pour qui Dieu veut le bien, IL lui fait apprendre la science de la religion ». Si toi tu ne connaissais pas cela et que tu viens de l’entendre, ça veut dire que Dieu a voulu du bien pour toi. Parce que si tu as quelque chose de faux, tu vas te corriger. D’autres,  Allaah ne leur a pas voulu le bien ils sont privés. Ils sont dans l’erreur, ils sont peut être dans la mécréance, et Dieu ne leur a pas facilité pour apprendre, pour se protéger. C’est très important que chacun d’entre nous cherche à apprendre et assiste dans les assemblées de science. Et c’est ce que nous faisons dans les locaux de notre association. C’est-à-dire, que nous multiplions les assemblées de science sur ce minimum indispensable de la religion. Et dans la religion il n’y a pas de scoop, il n’y a pas de nouveautés, c’est la même chose depuis quinze siècles. C’est la même croyance, c’est les mêmes Lois, que nous transmettons et que nous répétons, car Allaah a dit ce qui signifie : « fais le rappel parce que le rappel est utile pour les croyants ». Le rappel est utile. Parfois tu entends la même chose cinq fois et c’est la sixième fois que tu comprends la subtilité.

Dans un hadiith le Messager de Allaah Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit ce qui signifie : « le croyant ne se lasse pas d’un bien qu’il entend jusqu’à ce qu’il arrive au paradis ». Ces assemblées de science sont des assemblées où il se peut que toi tu sois venu pour accompagner quelqu’un et par la bénédiction que Allaah accorde à cette assemblée-là, Dieu te pardonne tes péchés.

Il est rapporté dans le hadiith qu’il y a des Anges qui circulent sur terre et qui cherchent ces assemblées de science. Et quand ils les trouvent, ils les entourent et ils sont tellement nombreux qu’ils arrivent jusqu’au ciel. Et Allaah ta^aalaa fait savoir à ces Anges qu’Il a pardonné aux gens qu’ils sont dans cette assemblée. Et un Ange dit : « mais Allaah celui-là ne faisait que passer ». Allaah apprend à cet Ange que même celui qui ne faisait que passer bénéficie de ce pardon. Pourquoi ? Parce qu’il y a des bénédictions dans ces assemblées.

 

 

Allaah n’habite pas le ciel, Allaah n’est pas partout, Allaah est sans endroit. Qu’est-ce que ça veut dire qu’Il est sans endroit ?

Avant la création des endroits Allaah existe. Et après la création des endroits Allaah existe et ne change pas.  C’est pourquoi dans certains pays ils disent ce qui signifie : « Il est exempt d’imperfection celui qui fait changer les choses et qui ne change pas ».

Nous par la raison, comment est-ce qu’on a su que ce monde a un Créateur ?

C’est parce que ce monde change. Et tout ce qui change a obligatoirement un début. Et tout ce qui a  un début nécessite celui qui lui a donné le début. Ce n’est pas lui-même qui se donne le début. Ce monde change, il a un début et a besoin de Qui lui donne ce début. Et Celui qui lui a donné le début c’est Allaah, qui Lui n’a pas de début et qui ne change pas. Voilà la preuve par la raison de l’existence de Dieu, c’est l’existence de ce monde.

 

Ce hadiith a été rapporté par le haafidh Al MaqdiSiyy dans le livre Al-Moukhtaara. Et le haafidh ‘Ibn Hajar a dit que sa chaîne de transmission est authentique. Et ce hadiith est une preuve qu’il est permit de faire le Talqiin, de rappeler au mort ce qu’il doit répondre.

 

Il n’y a pas de mal non plus quand on va pour enterrer un mort, de dire sur le chemin à haute voix  « laa ‘ilaaha ‘illa l-Laah ». D’accompagner le convoi funéraire en répétant les paroles de tawhiid. Il n’y a pas de mal en cela, c’est-à-dire même si les gens du Salaf étaient silencieux quand ils accompagnaient, sauf pour faire du dhikr, mais ils ne discutaient pas des affaires du bas monde. C’est un bien d’évoquer Allaah sur le chemin quand on va enterrer un mort.

Mais c’est très mauvais ce que font à notre époque, qui, même lorsqu’ils vont accompagner un mort, ils commettent des péchés de la langue. Ils font la médisance, ils font la calomnie, etc.…

 

In chaa’ Allaahou ta ^aalaa que Allaah fasse que nous mourions musulmans et qu’IL fasse que nous ayons les hauts degrés. Et qu’IL fasse que nous augmentions en science. Que ce soit une occasion pour chacun d’entre nous, qu’il essaie d’abord d’apprendre le minimum indispensable, et après avoir apprit le minimum il applique et il transmet à autrui.

Notre maitre Mouhammad Salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit ce qui signifie : « transmettez de moi-même un seul verset ». Maintenant tu as apprit quelque chose, diffuse la autour de toi, tu vas gagner.

Comme a dit notre maitre ^Aliyy : « la science te protège alors que l’argent c’est toi qui le protège ». L’argent généralement quand tu le dépenses il diminue. Alors que la science généralement quand tu l’enseignes, elle va augmenter dans ton cœur elle va rester graver.

Comme l’a dit notre maitre Abouu Hourayrah, il a appelé la science et l’enseignement du Prophète « l’héritage du Prophète ». C’est-à-dire que ce que le Prophète a laissé en héritage c’est la science.  A nous de profiter de cet héritage pour augmenter en degré.

 

 

 

 

 

Wa l-Laahou ta^aalaa ‘a^lam wa ‘ahkam wa baaraka l-Laahou fiikoum.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :