Chaykhaboulaliyah's Blog


Biographie : Al-3Abbaas Ibnou 3AbdilMouTTalib

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur octobre 6, 2010
Tags: ,

Al-^Abbas fils de ^Abdou l’Mouttalib, l’oncle paternel du Messager de Allah

– salla l-Lahou ^alayhi wa sallam

Sa biographie.

Il est Abou l-Fadl, son surnom est Abou l-Fadl, il s’appelle Al-^Abbas fils de ^Abdou l Mouttalib fils de Hachim, l’un des oncles paternels du Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- qui sont entrés en Islam. C’était, parmi les gens, un de ceux qui donnaient le plus de soutien et de réconfort au Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam-

Al-^Abbas, que Allah l’agrée, est né trois ans avant l’année de l’éléphant. Il est ainsi plus âgé que le Prophète de trois ans.  Sa mère s’appelle Nouthaylah fille de Janab fils de Koulayb fils de Malik. As-Safadiyy a dit dans Al-Wafiyy fi l-Wafiyat qu’elle était la première femme arabe à avoir couvert la Ka^bah avec de la soie et du brocard et différentes sortes de tissu.

En effet, Al-^Abbas, que Allah l’agrée, s’est perdu alors qu’il était enfant. Sa mère a fait le vœu de couvrir la Ka^bah si elle le retrouvait. Et quand elle l’a retrouvé, elle a tenu son vœu.

A- ^Abbas, que Allah l’agrée, était un leader dans la jahiliyyah parmi les gens de Qouraych.

Il lui a été accordé la fonction de veiller sur al ^imarah de la Ka^bah et de ramener l’eau pour les pèlerins durant la jahiliyyah. Al-^imarah c’est de ne laisser personne insulter quelqu’un d’autre durant Al-Haram. En effet, Qouraych s’était rassemblé et s’était mis d’accord sur cela. Et il l’avait chargé de cette tâche et il l’avait chargé de l’accomplir. Al-^Abbas, que Allah l’agrée, était de taille moyenne parmi les plus beaux hommes, et qui avait le plus bel aspect. C’était celui qui avait la voix qui portait le plus. C’est lui que le Messager salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- a ordonné d’appeler le jour de Hounayn :

« Ô vous les gens de l’arbre (c’est-à-dire vous qui vous êtes engagés à obéir au Prophète quand vous avez fait ce pacte sous l’arbre. C’était lorsque la bataille battait son plein. C’était pour encourager les compagnons du Prophète.)

Al-‘Asma^iyy avait dit : Al-^Abbas faisait paître son troupeau à une distance de 20 milles.

Et lorsque Al-^Abbas voulait quelque chose de son berger, il criait à haute voix et son berger entendait ce que Al-^Abbas voulait lui dire. Al-^Abbas, que Allah l’agrée, était quelqu’un de décidé. Il avait de bons avis et faisait preuve de  sagesse.  Il lui a été dit : « Qui, de toi ou du Prophète, est le plus grand ?  »

Il a dit : « Il est plus grand que moi mais je suis né avant lui. »

Il protégeait son voisin, et il soutenait dans les difficultés. Le jour de sa mort, il a affranchi soixante-dix de ses esclaves.

Parmi ses faits remarquables.

Les spécialistes des conduites comme AdhDhahabiyy, Ibnou Sadr, Ibnou l-Jawziy citent qu’il était entré en Islam avant l’ Emigration,  mais qu’il dissimulait son Islam, pour éviter la nuisance des mécréants de Qouraych. Et le jour de Badr, il était venu à la bataille en compagnie des associateurs malgré lui. Dans As-Siyah de Adh-Dhahabiy, d’après ^Oumarah fils de Yasar As-Salamiyy d’après son père, d’après son grand-père, qu’il a dit :

« J’ai observé Al-^Abbas, le jour de Badr. Il était debout comme une statue. Et ses yeux étaient inondés de larmes. Je lui ai dit : « Est-ce que tu combats le fils de ton frère auprès de son ennemi ? » Il a répondu qu’il ne l’a pas fait. Il a dit : « Est-ce qu’il a été tué ?(c’est-à-dire .au sujet du Prophète) »  J’ai répondu : « Allah le protège et lui donne du renfort. »

Il m’a dit :   « Qu’est- ce- que tu veux de moi ? »

Je lui ai dit : « Te faire prisonnier. Le Messager de Allah – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- a interdit que l’on te tue. »

Il a répondu : « Ce n’est pas la première fois qu’il agit en bien envers ses proches parents. »

Et je l’ai fait prisonnier. Puis je l’ai amené au Messager de Allah – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam-. Le Prophète a demandé à Al- ^Abbas de donner une rançon pour qu’il soit libéré lui et le fils de son frère ^Aqil Ibnou Abi Talib et Naoufel et ^Outbah Ibnou ^Amr ibnou Jahdam.

Alors Al-^Abbas a dit : « Ô Messager de Allah, j’étais musulman mais les gens m’ont amené malgré moi ».

Le Prophète a dit ce qui signifie : « Allah sait plus que tout autre si tu étais musulman.

S’il en est tel que tu le dis véritablement Allah te rétribuera pour cela. Mais selon ton apparence tu étais contre nous. Alors donne une rançon. »

Le Messager de Allah – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- avait auparavant pris de lui 20 onces d’or parmi le butin.

Al-^Abbas, que Allah l’agrée, lui a dit : « Ô Messager de Allah compte ces vingt-là à titre de rançon. »

Alors le Messager lui  a dit ce qui signifie : «  Non. Ceci est quelque chose que Allah nous a accordé de toi. »

Al ^Abbas lui a dit : « Je n’ai pas d’argent. »

Le Messager lui a dit, ce qui signifie : « Et où est donc cet argent que tu as mis à la Mecque lorsque tu es sorti voir Oummou l-Fadl fille de Al Harith et que vous n’aviez personne d’autre avec vous et que tu lui avais dit : »S’il m’arrive quelque chose pendant mon voyage, Al Fadl aura telle part et ^Abdou l-Lah aura telle part ».

Alors Al-^Abbas lui a dit : «  Par Celui qui t’a envoyé avec la vérité,  personne d’autre qu’elle et moi n’avait connaissance de cela et je sais que tu es le Messager de Allah. »

Et Al-^Abbas que Allah l’agrée a dit : « Là a été révélée la ‘ayah 70 de sourat Al-Anfal qui signifie : « Ô Prophète, dis aux prisonniers qui sont chez vous que si Allah sait que dans leur cœur il y a du bien, Il vous accordera du bien mieux que ce qui vous a été pris et Allah vous pardonnera. » Al-^Abbas ajoute : Allah m’a accordé à la place des vingt onces, vingt esclaves dans l’Islam et chacun avait de l’argent avec lequel il faisait du commerce. Et j’espère en plus de cela le pardon de la part de Allah ta^ala. »

Al-^Abbas que Allah l’agrée était l’un de ceux qui étaient présents lors du pacte d’allégeance de Al-^Aqabah.

C’était un pacte auquel avaient assisté 70 hommes de la tribu de Al-Aws et de la tribu de Al A-Khazraj. Le Prophète – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- les avait précédés en bas de Al-^Aqabah sous un arbre. En compagnie de son oncle A- ^Abbas, que Allah l’agrée.

Le Prophète a pris d’eux l’engagement d’obéissance. Et Al-^Abbas avait à nouveau pris la main du Prophète pour lui confirmer son engagement une nouvelle fois.

Sa place auprès du Prophète – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam-.

Le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- aimait beaucoup son oncle Al-^Abbas, que Allah l’agrée. Il le respectait, il l’honorait,. Quand son oncle jurait pour qu’une chose soit faite, le Prophète la faisait et il prenait en compte son avis. Il était heureux pour les joies de son oncle et il était triste quant il lui arrivait un mal.

D’après le fils de Al-^Abbas, que Allah les agrée lui et son père, le Messager de Allah – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- avait passé le début de la nuit en veillée  alors que les prisonniers de la bataille de Badr étaient ligotés. Et parmi eux il y avait Al-^Abbas que Allah l’agrée.

Il a été dit : « Ô Messager de Allah, pourquoi donc ne dors-tu pas ? »

Il a dit salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- ce qui signifie : « J’entends les gémissements de mon oncle ligoté ». Alors un homme s’est levé et a relâché un peu les liens de Al-^Abbas.

Le Messager de Allah – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- a dit ce qui signifie : « Pourquoi je n’entends plus les gémissements de Al ^Abbas? »

Alors l’homme de son peuple lui a dit : « J’ai relâché un peu ses liens. »

Alors le Prophète a dit ce qui signifie : «  Alors tu fais la même chose avec tous les prisonniers. ». Plusieurs hadith ont été rapporté du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam-au sujet de son oncle paternel Al-^Abbas, que Allah l’agrée, quand il a fait des invocations en sa faveur et en la faveur de ses enfants. Un homme des Ansar avait insulté un ancêtre de Al-^Abbas, un homme de la jahiliyyah. Cela était parvenu aux oreilles du Messager de Allah – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- il est monté sur le minbar et il a dit ce qui signifie : « Ô vous les gens ! Qui sont les gens sur terre qui sont les plus honorables selon le jugement de Allah ? » Ils lui ont dit : « C’est toi. » Il leur a répondu ce qui signifie : «  Al-^Abbas fait partie de ma tribu et moi je fais partie de sa tribu et n’insultez pas nos morts parce que vous nuisez ainsi à nos vivants. »

Et dans le Jami^ de At-Tirmidhiyy le Messager de Allah – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- a dit ce qui signifie : «  Pourquoi est-ce qu’il y a des gens qui me nuisent en nuisant à Al-^Abbas? Car l’oncle de l’homme est comme son père. Celui qui nuit à Al-^Abbas, il m’aura nui. »

Et d’après Sa^id Ibnou’ l Moussayib d’après Sa^d, il a dit : «  Nous étions auprès du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- dans une région qui s’appelle Nakhirou l-khayl, Al-^Abbas est venu, alors le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- a dit ce qui signifie : « Voici Al-^Abbas l’oncle de votre Prophète. Celui des gens de Qouraych qui est le plus généreux, et celui qui maintient le plus les liens avec les proches. »

AdhDhahabiyy a rapporté d’après Az-Zoubayr Ibnou Bakar, avec une chaîne de transmission d’après ^Abdou l-Lah fils de ^Oumar, il a dit : «  ^Oumar, que Allah l’agrée, a invoqué Allah pour que leur soit accordé la pluie – Al Istisqah – l’année de Ar-ramadah, en faisant le tawassoul par Al-^Abbas, il a dit : « Ô Allah, voici l’oncle de Ton Prophète,  nous nous adressons à Toi par lui, alors accorde nous la pluie. » Ils n’ont pas laissé leur place avant que Allah ne leur fasse parvenir la pluie.

^Oumar a donné un discours, il a dit : « Le Messager de Allah – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- considérait Al-^Abbas tout comme un fils a de la considération pour son père.

Il le glorifiait, il l’honorait, il respectait ce qu’il disait, alors ô vous les gens, prenez exemple sur le Messager de Allah – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- dans son comportement avec son oncle Al-^Abbas. Et considérez- le comme cause pour que Allah vous soulage de ce qui vous est parvenu. »

Et d’après ^A’icha, que Allah l’agrée, elle a dit : « Je n’ai pas vu le Messager de Allah honorer quelqu’un comme il honorait Al-^Abbas. »

Les compagnons honoraient Al-^Abbas, que Allah l’agrée, et ils le respectaient.

Dans le livre Al-Adabou l Moufrad de Al Boukhariyy, il est rapporté d’après ^Aliyy Ibnou Abi Talib qu’il embrassait la main de son oncle Al-^Abbas et il disait : « Ô mon oncle soit satisfait de moi. »

Hassan Ibnou Thabit a composé des vers de poésie, pour faire l’éloge de Al-^Abbas, que Allah l’agrée, après qu’on ait fait l’invocation de Al Istiqrah, l’année de Al-Ramadah, les gens avaient reçu la pluie.

Son éloge du Prophète – salla lLahou ^alayhi wa sallam-

As-Safadiy a rapporté dans Al Wafiyy bi l waffayat ainsi que Adh-Dhahabiyy dans ses Siyar

des vers de poésie de Al-^Abbas, que Allah l’agrée, qu’il avait composés pour faire l’éloge du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam-. Dans une version, Al-^Abbas avait dit au Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- après qu’il ait quitté la région de Tabouk : « Ô Messager de Allah, je voudrai faire(composer) des paroles pour faire ton éloge ».

Le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- lui a dit ce qui signifie : « Dis : Que Allah fasse que ta bouche soit toujours garnie de dents. » Il lui a dit des vers de poésie que AdhDhahabiyy a également cités dans As Siyar, Ibnou l-Athir dans An-Nihayah et d’autres qu’eux et beaucoup de spécialistes des conduites, littéraires, des poètes en ont expliqué les paroles.

Ces vers de poésie signifient : « Ô toi le Messager de Allah, tu étais bon avant même de venir sur terre lorsque tu étais dans les entrailles de Adam –alayhi s-salam- lorsque lui et Hawwah avaient pris des feuilles du paradis pour se couvrir. Et lorsque Adam est descendu sur terre, tu étais dans ses entrailles et tu n’étais pas encore humain, ni même un bout de chair dans l’utérus d’une femme, et notre maître le Messager de Allah – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam- tu étais ensuite dans les entrailles de notre maître Nouh –alayhi s-salam- lorsqu’il est monté sur son arche et que les idoles que les mécréants adoraient avaient coulé.

Et que toi Messager de Allah, tu te déplaçais des entrailles d’un homme à l’utérus d’une femme et les siècles se suivent, c’est à dire que tu as une ascendance honorable. »

Le décès de Al-^Abbas.

Son décès, que Allah l’agrée, a eu lieu à Médine l’illuminée en l’an trente-deux de l’Hégire. Le clan de Hachim a envoyé quelqu’un qui apprenait la nouvelle de son décès aux gens de Médine. Les gens se sont rassemblés au niveau de sa maison, mais personne ne pouvait se rapprocher de son lit, tellement il y avait de gens. Puis les gens se bousculaient au niveau de sa tombe, et le clan de Hachim ne pouvait pas se rapprocher de sa tombe. Alors ^Outhman Ibnou ^Affan, que Allah l’agrée,  a envoyé la police pour laisser le passage afin que le clan de Hachim puisse parvenir jusqu’à sa tombe. ^Aliyy que Allah l’agrée lui a fait le lavage funéraire ainsi que ses fils : ^Abdou l-Lah, Houçam et ^Oubaydou l-Lah.

^Outhman Ibnou ^Affan que Allah l’agrée, a dirigé la prière funéraire en sa faveur, il a été enterré à Al Baqi^ que Allah l’agrée et lui fasse miséricorde.

Commentaires fermés sur Biographie : Al-3Abbaas Ibnou 3AbdilMouTTalib

%d blogueurs aiment cette page :