Chaykhaboulaliyah's Blog


Biographies : Al-Houçayn Ibnou ^Aliyy

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur octobre 6, 2010
Tags: ,

Al-Houçayn Ibnou ^Aliyy

La louange est à Allah Qui a  envoyé Son messager avec la guidée et la religion de vérité.

Allah ta^ala a honoré la famille du prophète éminent en leur accordant un haut degré et une parenté pure digne de fierté. Et Il a fait qu’il y ait parmi eux des imams honorables et des savants…

Sa naissance

C’est en l’an quatre de l’Hégire honorée, sur la terre de Yathrib, illuminée par la venue du Messager r, qu’est né le petit fils du Messager. La naissance de Al-Houçayn est survenue une année et dix mois après la naissance de son frère Al-Haçan. Ainsi il est l’Imam éminent Abou ^Abdi l-Lah Al-Houçayn fils de ^Aliyy fils de Abou Talib fils de ^Abdou l-Mouttalib fils de Hachim fils de ^Abdou Manaf  Al-Qourachiyy, Al-Hachimiyy.

AtTabaraniyy a rapporté avec une chaîne de transmission de Salim de Abou l-Ja^d qu’il a dit : ^Aliyy, que Allah l’agrée a dit : « J’étais un homme qui aimais la guerre. Lorsque Al-Haçan est né, j’ai voulu l’appeler Harb –guerre en arabe– et le Messager de Allah l’a appelé Al-Haçan. Lorsque Al-Houçayn est né, j’ai voulu l’appeler Harb et le Messager de Allah l’a appelé Al-Houçayn. »

Et il a été dit que les prénoms Al-Haçan et Al-Houçayn n’étaient pas connus avant l’envoi du Prophète jusqu’à ce que le Messager de Allah appelle ses petits fils ainsi. Cela a été cité par Ibnou l-‘Ahir dans « ‘Ouçoudou l-Ghabah » et par d’autres que lui.

Une petite description

L’Imam Al-Houçayn, que Allah l’agrée était un homme beau, éloquent, savant, raisonnable, sage, réservé et généreux. Il faisait beaucoup d’actes de bien. Il était attaché à la religion et avait un haut degré. Il ressemblait physiquement à son grand-père le Messager de Allah. En effet, il est rapporté de ^Aliyy, que Allah l’agrée, qu’il a dit : Al-Houçayn ressemble à son grand-père de sa poitrine à ses pieds.

Il est rapporté de ^Oubaydou l-Lah fils de Yazid qu’il a dit : « J’ai vu Al-Houçayn fils de ^Aliyy. Ses cheveux et sa barbe étaient noirs mis à part quelques poils sur l’avant de la barbe. » Il est également rapporté qu’il se teignait les cheveux avec al-wasmah qui est une plante utilisée à cet effet, et qu’il avait des cheveux longs qui arrivaient parfois jusqu’aux épaules.

Une partie de faits remarquables et de ses mérites éminents

Notre maître Al-Houçayn, que Allah l’agrée, était un imam éminent, un maître glorieux. Il était une des épées de la vérité, une montagne qui marchait sur deux pieds. Il avait une origine honorable, une ascendance Charif et un haut degré. Il a appris et il a entendu le hadith de son grand-père le Messager  r et il a transmis de lui, ainsi que de ses parents et de Al-Farouq ^Oumar et d’autres encore. Parmi ceux qui ont rapporté de lui le hadith, il y a ses parents ^Aliyy et Fatimah,  le fils de son frère Zayd fils de Al-Haçan, et sa propre fille Sakinah, ainsi que Ach-Cha^biyy , le poète Al-Farazdaq et d’autres. Il était un savant respecté, un maître éminent que les gens et les grands compagnons glorifiaient  comme Abou Bakr, ^Oumar, ^Outhman et d’autres dignitaires parmi les gens. Son haut degré était reconnu de tous. De nombreuses paroles sont parvenues au sujet de son mérite et de son grand honneur. Il faisait partie de l’élite des gens. Il s’adonnait beaucoup aux actes d’adoration. Il était ascète. Il était émérite. Il multipliait les prières, le jeûne et le pèlerinage. Il a même été dit qu’il a effectué vingt-cinq pèlerinages à pieds. Il était honorable. Il donnait beaucoup d’aumônes, faisait miséricorde aux pauvres et aidait les plus démunis.

L’invocation de son grand-père le Messager honorable r a été exaucée en sa faveur : Il les avait en effet rassemblés un jour, lui, Al-Haçan et Fatimah et il a dit, ce qui signifie : « Ô Allah ce sont les gens de ma famille et mes plus proches. Ô Allah éloigne d’eux ar-rijs –lasouillure– et purifie-les ! »

Un homme que le messager de Allah r  a aimé a forcément ces caractères et cette excellence de comportement ! Comment n’en serait-il pas ainsi alors qu’il est le bien-aimé, le frère du bien-aimé, tout comme cela a été indiqué par les nouvelles, et comme en ont témoigné les paroles explicites rapportées. Ainsi, dans le Jami^ de l’Imam At-Tirmidhiyy, il est rapporté que le Prophète a fait une invocation pour Al-Haçan et Al-Houçayn. Il a dit ce qui signifie : « Ô Allah, je les aime tous les deux, alors aime-les tous les deux ! »

L’Imam ‘Ahmad dans Al-Mousnad, AtTabaraniyy et d’autres rapportent de Abou Sa^id une parole du Prophète r qui signifie : « Al-Haçan et Al-Houçayn sont les maîtres des jeunes gens du paradis. » Et, d’après le fils de ^Oumar, que Allah les agrée, le Messager de Allah r  a dit, ce qui signifie : «Ils sont mes deux rayhanah du bas monde »(rapporté par Al-Boukhariyy). At-Tirmidhiyy rapporte dans les Sounan la parole qui signifie : « Al-Haçan et Al-Houçayn sont mes deux rayhanah du bas monde. » Un homme qui a ce haut degré pour le Messager de Allah r  est certainement un homme qui a un haut degré de vertu que les gens aiment et respectent Notre maître ^Oumar, que Allah l’agrée, a affecté à Al-Houçayn un don régulier tout comme il a fait pour l’Imam ^Aliyy, à savoir 5000.  Et il l’honorait et le respectait.

Adh-Dhahabiyy a rapporté dans « As-Siyar» d’après Hammad, d’après  Ma^mar d’après Az-Zouhriyy que ^Oumar a donné des vêtements aux fils des compagnons mais qu’il n’avait rien qui soit digne de Al-Haçan et Al-Houçayn. Il a alors fait venir du Yémen des vêtements pour eux. Et il a dit : « Maintenant, je trouve que cela est digne d’eux. Je suis apaisé. »

Dans une autre nouvelle, il est rapporté qu’Abou l-Mahzam a dit : « Nous étions dans un convoi funéraire lorsque Abou Hourayrah vint enlever le sable qui collait aux pieds de Al-Houcayn avec son propre vêtement. » Et il est connu que Abou Hourayrah respectait les deux Haçan, Al-Haçan et Al-Houçayn. Il les aimait par amour pour le Messager de Allah r. Il a rapporté un jour : « Al-Houcayn était auprès du Prophète r qui l’aimait beaucoup. Il lui dit ce qui signifie : «  Va chez ta mère. » Je lui dis : « vais-je l’accompagner ? » Le Messager  répondit non. C’est alors qu’un rayon lumineux apparut et Al-Houçayn marcha sur les traces de ce rayon jusqu’à arriver auprès de sa mère. » (rapporté par AtTabaraniyy).

Dans un hadith rapporté par Al-Hakim, le Messager de Allah r a dit ce qui signifie : « Que celui qui m’aime  aime Houçayn. »

Sa mort martyr

Adh-Dhahabiyy dans As-Siyar et d’autres que lui ont rapporté de ^Amarah Ibnou Zadhan qu’il a dit : Thabith nous a rapporté de Anas que « L’ange chargé de la pluie demanda l’autorisation au Prophète de lui rendre visite. Le Prophète  r dit, ce qui signifie : « Ô ‘Oummou Salmah ferme la porte pour que personne ne vienne. » C’est alors que Al-Houçayn qui était encore enfant ouvra la porte et se mit sur les genoux du Prophète r. Le Messager de Allah r l’embrassa. L’ange lui dit : « Est-ce que tu l’aimes ? » Le Prophète répondit ce qui signifie : « Oui ». L’ange lui dit : «  C’est ta communauté qui le tuera. Si tu veux je te montre l’endroit où il sera tué. » Le Prophète lui dit ce qui signifie « oui ». Et l’ange ramena une poignée de terre rougeâtre. » Thabith a dit : « Nous disions que c’est la couleur de la terre de Karbala. »

Voici le résumé parvenu au sujet de la mort martyre de l’Imam Al-Houçayn, que Allah l’agrée. Lorsque les gens de Al-Koufah, une ville en Irak, apprirent les nouvelles de la mort de Mou^awiyah et de la prise du califat par Yazid, ils envoyèrent un écrit à Al-Houçayn qui se trouvait à Médine. Ils l’invitèrent à venir afin de lui prêter allégeance. Il leur retourna une réponse avec la personne qu’ils avaient envoyée et fit  accompagner ce messager par son cousin paternel, Mouslim Ibnou ^Aqil. Lorsque son cousin arriva à Al-Koufah, il se réunit avec certains de ses partisans et prit d’eux l’engagement d’obéissance et d’allégeance à Al-Houçayn. Ils s’engagèrent à le soutenir et à le protéger. Lorsque Al-Houçayn voulut marcher vers l’Irak, les personnes dont l’avis était digne de considération tels que Ibnou l-^Abbas et Ibnou ^Oumar le lui déconseillèrent. Mais il ne suivitpas leur conseil. Yazid apprit la nouvelle du voyage de Al-Houçayn. Il nomma ^Oubaydou l-Lah Ibnou Ziyad gouverneur sur l’Irak et il lui ordonna de combattre et de tuer l’Imam Al-Houcayn. Ibnou Ziyad arriva à Al-Koufah avant Al-Houçayn. Il put ainsi attraper et tuer Mouslim Ibnou ^Aqil le cousin de l’Imam Al-Houçayn. Puis il envoya une armée dirigée par ^Oumar fils de Sa^d Ibnou Abi Waqqas à la rencontre de Al-Houçayn. Ce dernier était arrivé avec ses compagnons dans une région appelée Karbala et y avait fait une halte. Mais il ne trouva personne de ceux qui lui avaient écrit et promis de le soutenir. Lorsqu’il rencontra ^Oumar Ibnou Sa^d, l’Imam Al-Houçayn lui dit : « Je vous fais trois propositions. Soit vous m’envoyez au combat. Soit je rencontre Yazid soit je reviens d’où je suis venu. » ^Oumar Ibnou Sa^d accepta la proposition de Al-Houçayn. Mais Ibnou Ziyad qui avait envoyé ^Oumar Ibnou Sa^d qui avait refusé ! Il dit : «  Je n’accepterai que s’il fait un pacte d’allégeance pour Yazid. » Mais Al-Houçayn lui dit : « Cela n’aura jamais lieu ; Al-Houçayn n’allait pas s’engager pour le fils de Mou^awiyah qui avait refusé de s’engager par pacte d’allégeance pour l’Imam ^Aliyy le quatrième calife. ». Au matin du dixième jour de Mouharram, le jour de ^Achoura, Al-Houçayn se prépara pour le combat. Il avait avec lui trente-deux cavaliers et quarante hommes à pied. Quant à ^Oumar Ibnou Sa^d, il s’apprêta avec quatre mille combattants. Le combat s’engagea. Al-Houçayn, que Allah l’agrée, se défendit par sa droite et par sa gauche jusqu’à ce que Zar^ah Ibnou Charik lui donne un coup sur sa main gauche et qu’un autre lui donne un coup sur l’épaule. Sinan Ibnou ‘Anas lui planta une lance qui le fit tomber à terre. Chamr Ibnou l-Jawchan lui trancha la tête et la prit. On avait trouvé sur lui trente-trois coups de lames et trente-quatre autres coups.

Il avait le jour de sa mort cinquante six ans et cinq mois. Il a été dit qu’il avait cinquante-huit ans. Son martyre a eu lieu un vendredi, le 10 de Mouharram de l’an 61 de l’Hégire honorée.

Son enterrement

Il a été dit que lorsque Al-Houçayn u fut tué, on ramena sa tête à Yazid . Il porta le bâton sur lequel il s’appuyait à la bouche de Al-Houçayn et lui entrouvrit  les lèvres jusqu’à voir les dents. Abou Barzah Al-‘Aslamiyy lui dit : « Tu mets ton bâton dans la bouche de Al-Houçayn ?! Par Allah, il n’est de dieu que Lui, j’ai vu les lèvres du messager de Allah r sur ces deux lèvres pour les embrasser. » Il lui parla durement et sèchement puis il quitta l’assemblée.

Le corps honoré fut enterré à Karbala et il y a divergence sur le lieu d’enterrement de sa tête. Il a été dit qu’elle fut enterrée à Damas puis déplacée en Egypte. C’est l’avis de la plupart des historiens.

Un événement étrange

Parmi les choses survenues après la mort de Al-Houçayn u, il y a ce qui est rapporté de Abou Janab Al-Kalbiyy, il a dit : « je suis allé à Karbala et j’ai vu un homme honorable parmi les arabes. Je lui dîs : « il m’est parvenu que vous entendiez des lamentations des Jinn pour la mort de Al-Houçayn. » Il répondit : «  Tu ne trouveras aucun homme libre ni aucun esclave sans qu’il te dise qu’il a entendu cela. » Je lui dîs : « Et toi qu’as-tu entendu ? » Il dit : « Moi j’ai entendu les Jinn dire (poésie en arabe) :

Le Messager a passé sa main sur le front de Al-Houçayn

et grâce à cela il a eu un éclat sur les joues

Ses parents sont des dignitaires de Qouraych

et son grand-père est le meilleur des grands-pères. »

Ce qui arrive aux injustes :

Ad-Dhahabiyy a rapporté dans As-Siyar d’après As-Souddiyy qu’il a dit : Je suis allé à Karbala pour faire du commerce. Un vieil homme nous prépara un repas et nous dînâmes chez lui. Nous évoquâmes la fin de Al-Houçayn. Je dis : « Il n’y a pas une seule personne qui ait participé à son assassinat sans qu’elle ait eu une mauvaise mort. » Il me répondit « combien vous êtes menteurs ! Moi, je fais partie de ceux qui ont participé à son assassinat ! » Nous n’avions pas quitté l’assemblée que cet homme s’était rapproché de la lanterne, il voulait baisser l’intensité du feu en éteignant une partie du feu de la mèche avec son doigt .  C’est alors que le feu prit dans ses doigts. Il voulut l’éteindre en soufflant. Le feu prit dans sa barbe. Puis le feu prit dans tout le corps et il tomba mort dans l’eau.

Que Allah fasse miséricorde à notre maître Al-Houçayn et qu’Il nous rassemble avec lui et Son Messager honorable dans les jardins du paradis.

Publicités
Commentaires fermés sur Biographies : Al-Houçayn Ibnou ^Aliyy

%d blogueurs aiment cette page :