Chaykhaboulaliyah's Blog


Le fait de ne pas se nettoyer après uriner

Posted in cours général,Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur juin 23, 2016

La louange est à Allah le Seigneur des mondes. Que Allah honore et élève davantage le rang de notre maître Mouhammad صلى الله عليه و سلم et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. Nous demandons à Allah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons, qu’Il nous fasse rappeler ce que nous avons oublié, qu’Il nous augmente en connaissance et nous Lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à Allah qu’Il fasse que nos intentions soient sincères par recherche de Son agrément.

Beaucoup de jeunes gens qui sont dans les écoles ou ailleurs, ceux qui n’ont pas appris la science de la religion, ils négligent ils ne font pas le nettoyage intime après avoir uriné. Beaucoup de jeunes filles également, elles ne font pas le nettoyage intime après avoir uriné. Et cela compte parmi les grands péchés. La plupart du supplice dans la tombe est à cause de l’urine.

Par ailleurs, la plus grande cause de supplice dans la tombe c’est an-namimah c’est-à-dire le fait de rapporter la parole des uns aux autres pour semer la zizanie entre eux, pour qu’ils deviennent des ennemis l’un pour l’autre. Il rapporte la parole du premier au deuxième et du deuxième au premier pour semer la discorde, pour qu’ils deviennent des ennemis ; alors qu’auparavant ils étaient des amis : cela s’appelle an-namimah. Quant à la médisance c’est le fait de citer un musulman derrière son dos, en son absence, par quelque chose qui lui ferait du mal et qui ne lui plairait pas si cela lui parvenait. Egalement la médisance si elle est faite à l’égard de quelqu’un de pieux, d’attaché à la religion, c’est un grand péché. Mais les gens habituels, ceux qui ne sont pas des pieux, faire leur médisance n’est pas un grand péché. C’est interdit mais ce n’est pas un grand péché. Beaucoup de gens se laissent aller. Lorsque l’on ouvre la tombe pour enterrer quelqu’un d’autre, ils ne voient pas qu’il y a un châtiment donc ils tombent dans l’erreur. Ils ne voient ni serpent, ni fumée. Quand ils ouvrent la tombe, ils ne voient rien du tout. Ils croient qu’il n’y a rien dans la tombe car eux n’ont pas vu le supplice. Eux ils ne voient pas, donc ils se laissent aller. En réalité, il y a un supplice mais Allah le dévoile pour très peu de personnes. Très peu de gens ont pu voir certaines choses, mais nous nous y croyons car c’est le Prophète Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) qui nous l’a dit.

Un homme de Médine m’a rapporté (que Allah honore et élève d’avantage en degrés celui qui y réside, notre Maître Mouhammad), il a dit : un homme de la région de Younbou^ (qui se trouve à environ 180 kilomètres de Médine) qui a dit : il y a un homme qui est mort et quand nous avons creusé la tombe pour l’enterre nous avons trouvé un serpent. On a laissé cette tombe, on a creusé une autre tombe : on a trouvé le même serpent qui attendait. On a creusé une autre tombe, on a trouvé à nouveau le serpent qui attendait. On l’a mis dans la troisième tombe et on l’a laissé. Ils ont eu peur que ce soit quelqu’un pour qui Allah veuille le supplice dans la tombe. Allah leur a montré afin que ce soit une leçon pour eux et pour ceux qui entendent d’eux. Regardez c’est arrivé jusqu’à nous, afin que nous même agissions pour échapper à cela. Allah leur a dévoilé le cas de ce serpent de sorte qu’ils aient vu de leurs yeux. C’était une leçon pour nous et ceux pour qui à qui ils ont transmis cela. Ce serpent ce n’était pas un serpent comme on en voit à la surface de la terre. C’est un serpent particulier que Allah crée pour le châtiment dans la tombe à ceux à qui Il l’a prédestiné. Et Allah pour une sagesse, Il ne fait pas que ce serpent soit visible pour tout le monde mais Il l’a réservé pour le supplice de ceux pour qui Il a voulu le supplice dans leurs tombes. La plupart des humains ne voient rien du tout. Mais celui qui a eu la certitude qu’il allait mourir et bien il applique ce qui lui est parvenu du Messager de Allah (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) et il évite ce qui entraîne le châtiment dans la tombe comme le fait de se souiller avec l’urine.

Il est interdit de se salir la peau et le vêtement avec l’urine. Ceci est un grand péché. La personne doit patienter jusqu’à penser qu’il ne va plus sortir d’urine, après cela elle fait le nettoyage avec de l’eau parce que c’est mieux ou alors elle fait l’istinja’ avec la pierre ou les feuilles de papier. Pour les hommes, la pierre, le papier, l’eau, le bois ce qui est de cet ordre, tout cela est valable. Si l’homme se suffit d’utiliser une de ces choses-là, le papier par exemple sans utiliser l’eau, dans la Loi de Allah c’est valable. Puis si l’homme fait le woudou’, sans avoir fait l’istinja’ avec l’eau mais seulement avec le papier par exemple, sa prière est valide après cela. Concernant la femme, les savants ont divergé. Certaines écoles ont dit : ce n’est pas suffisant pour la femme d’utiliser la feuille ou la pierre pour l’istinja’, la femme doit impérativement utiliser l’eau pour son istinja’. Quant à l’école chafi^ite, ils ont dit qu’il est permis à la femme d’utiliser le papier, la feuille ou l’eau comme pour l’homme ; c’est pour cela qu’ils ont dit qu’il y a eu divergence pour la femme. Pour l’homme, il n’y a pas de divergence. Les savant chafi^ite ont dit qu’il est suffisant pour la femme tout comme pour l’homme de faire l’istinja’ avec le papier kleenex ou la pierre.

Allah a envoyé de nombreux prophètes, le premier d’entre eux est notre maître ‘Adam (^alayhi s-salam). Il est le premier humain et le premier prophète. Notre maître ‘Adam a un grand mérite sur toute l’humanité car d’une part il est notre ancêtre à tous, et comme tous les prophètes il était beau. Il était bien habillé, il n’était pas nu. Il avait un beau visage. C’est lui qui a enseigné à ses descendants comment faire la prière, comment faire le woudou’. Il a enseigné à ses fils et à ses filles les règles de l’Islam. Puis, après lui vint son fils Chith qui était lui aussi musulman. Et ainsi de suite. Après notre maître Chith, il y eu notre maître ‘Idris, puis notre maître Nouh. Il y a eu beaucoup de prophètes. Dans une version de Ibnou Hibban, notre maître Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) a dit qu’il y a 124 000 prophètes. Il y a 124 000 prophètes. Parmi lesquels il y a eu 313 messagers. Et tous étaient musulmans. Il n’y a pas eu un prophète qui a dit : « Adorez-moi », il n’y a pas eu un prophète qui a dit que telle autre religion que l’Islam est valable, non. Ils sont tous venus avec la même religion. Ils ont tous dit : «  Adorez Dieu et ne Lui attribuez aucun associé ».

Les fils de ‘Israil (‘Israil est le nom d’un Prophète, le Prophète Ya^qoub fils de Ishaq fils de ‘Ibrahim. Ce nom est donc respectable. On ne se moque pas de ce nom) ont reçu beaucoup de prophètes. Allah a envoyé beaucoup de prophète aux descendants de ‘Israil. Dans une de leur loi, si un vêtement était souillé avec de l’urine, ils devaient le couper et le jeter. Cela ne suffisait pas de le laver. Dans ses communautés qui ont précédé le Prophète Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam), les lois ce n’étaient pas des lois faciles. Dans la loi du Prophète Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam), si un vêtement est souillé par l’urine, il suffit de le laver. Mais eux qui nous ont précédés, ils devaient découper le vêtement et détruire la partie souillée. A cette communauté, la communauté de notre maître Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam), Allah lui a fait miséricorde. Allah a facilité des choses pour la communauté de notre maître Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) par rapport à ce qui était dans les lois des autres communautés, les lois qu’ils avaient reçu de leurs prophètes par révélation.

Les lois de l’Islam ce n’est pas par réflexion qu’on les a. Les lois de l’Islam sont par révélation aux prophètes, puis il y a des savants moujtahids qui sont capables de déduire les lois concernant des questions qui n’ont pas fait l’objet d’un texte ; et ils procèdent par des méthodes qui sont connues chez eux. Mais ce n’est pas une personne seule qui dit «  moi je pense que ceci est licite, ceci est interdit, ceci est recommandé, ceci est obligatoire. » Ce n’est pas non plus quelqu’un qui dit « Allez nous allons réformer la religion. On va changer les règles et on applique d’autres règles car aujourd’hui on est dans une autre époque », non. Allah sait de toute éternité que l’époque va changer par rapport à l’époque du Prophète Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam), mais Il a voulu que cette loi qui a été révélée à notre maître Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) soit appliquée jusqu’à la fin des temps. Allah s’Il voulait Il aurait envoyé un autre Prophète. Allah a envoyé dans le passé des prophètes. A une époque ils devaient faire une prière par jour et nuit, et à une autre époque ils devaient faire deux prières par jour et nuit. A une époque, ils devaient faire la prière dans les lieux de prières, ils ne pouvaient pas faire la prière à la maison comme dans la Loi du Prophète Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam). Nous, nous pouvons faire la prière chez moi. Allah a envoyé des messagers et des prophètes avec des lois qui étaient de l’intérêt des gens à leur époque, d’une époque à une autre jusqu’à l’avènement de notre maître Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam). Allah a voulu que sa loi soit applicable jusqu’à la fin des temps. Il n’y a pas besoin qu’il y ait un nouveau prophète après notre maître Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam). Donc, à plus forte raison il n’y a pas lieu de changer des lois ou de réformer des lois ou d’adapter des lois ou que sais-je. Ces lois sont révélées aux prophètes. Dans leur loi à eux, Allah a révélée à leur prophète que si leur vêtement était souillé par l’urine, ils devaient le découper. Dans cette communauté, Allah a facilité la chose.

Dans la loi de notre maître Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam), l’eau est suffisante. Si notre peau ou notre vêtement est touché par de l’urine, nous versons de l’eau dessus. Remercions Dieu pour cette allègement que Allah a accordé à la communauté de notre maître Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam).

Veillons, tous, à ne pas nous souiller avec l’urine. Combien des jeunes de cette époque vont aller à leur perte à cause de cela. Ils urinent debout et ils ne font pas l’istinja’. » Même pour l’homme, c’est mieux d’uriner assit. Ces jeunes gens même s’ils n’avaient aucun autre péché que celui-là, cela leur suffit pour être châtié dans leur tombe et dans l’au-delà. Ce n’est pas un sujet négligeable. Beaucoup de gens ne font pas attention. Et si l’on dit : « Pourquoi le donne-t-on à un cours de femmes ? » et bien parce que ce sont les femmes qui éduquent les hommes de demain tout simplement. L’au-delà est proche. Chaque chose qui va venir est imminente.

Allah a montré à certain le bel état qui les attend dans leur barzakh et à d’autres le mauvais état qui les attend dans leur barzakh. Le barzakh c’est entre la mort et la résurrection, c’est-à-dire la tombe. Certains tu vas devant leur tombe, tu sens de belles odeurs et ce n’est pas quelqu’un qui est en train de brûler de l’encens. Allah fait que de la tombe tu sens les belles odeurs. Lorsque tu visites la tombe du Prophète Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) ou d’un saint tu récites la Fatihah et tu offres les récompenses, tu sens les belles odeurs qui sortent. Très souvent. Celui qui sent les bonnes odeurs, ce n’est pas forcément lui-même un saint. Même quelqu’un de normal. Et parfois, pour certains, tu vois un serpent qui sort de la tombe.

Celui pour qui la tombe a été creusée à trois reprises et dans laquelle il y avait un serpent qui attendais, c’était quelque chose qui est arrivée récemment. » Ce n’est pas quelque chose qui vient des livres d’histoires. C’est quelque chose qui a été rapporté à quelqu’un qui a rapporté à notre Chaykh. Dans cette région là ce n’est pas une région où l’on trouve des serpents quand on creuse habituellement. C’est quelque chose d’inhabituelle. Le Chaykh a dit de cet homme que le serpent attendait dans sa tombe : soit c’était quelqu’un qui se souillait avec l’urine, soit c’était quelqu’un qui doutait est-ce que tout ce que le Messager Mouhammad était vrai ou pas. Beaucoup de gens ont du doute dans leur cœur. Ils n’ont pas la ferme conviction, ils n’ont pas la croyance ferme que tout ce qu’il y a dans le Qour’an ou que tout ce que le Messager Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) est vrai. Ils n’ont pas cette croyance catégorique et ferme. Ils ont ce doute. Ces gens-là à leur mort ils auront le même traitement que ce qui sont des mécréants déclarés, ceux qui disent qui ne sont pas musulmans. Eux et ceux qui doutent de la véracité de l’Islam ils sont équivalents. Ils auront le même traitement dans la tombe et dans l’au-delà. Celui qui doute de l’Islam, celui qui n’est pas sûr, il n’est pas musulman. Celui qui dit : « Je suis pas sûr mais à toutes fins utiles je vais faire comme les musulmans. Si jamais il y a une vie après la mort, je vais faire la prière… », celui-là n’est pas musulman. Il est mécréant. Cela s’appelle un hypocrite, en apparence il fait croire qu’il est croyant mais dans son cœur il est mécréant. Le musulman c’est celui qui n’a aucune espèce de doute dans con cœur. C’est celui qui est ferme et catégorique que tout ce qu’a dit le Messager Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) est véridique. Et le raisonnement est très simple. Le raisonnement il part d’un constat. Ce constat c’est que ce monde existe, et ce monde change d’un état à un autre. Nous voyons qu’il y a des gens qui viennent et des gens qui partent, des gens qui naissent, des gens qui meurent, des bourgeons actuellement au printemps, il y a des fleurs. Ce sont donc des changements. Et par la raison on constate que tout ce qui change d’un état à un autre à obligatoirement un commencement. Et ce qui a un commencement, il a besoin de qui lui donne le commencement et qui le fait changer ; ce n’est pas lui-même qui se donne le commencement. Ce monde a forcément qui lui a donné le début et qui le fait changer. Et Celui qui lui donne le début et le fait changer, c’est Celui que nous appelons en arabe Allah ou Dieu en français. Allah (Dieu) est Celui qui n’a pas de début à Son Existence, qui n’a pas de fin à Son Existence et Qui n’a besoin de rien. Allah (Dieu) a des attributs de perfection qui sont dignes de Lui. Il a pour attribut de la Volonté, Il a voulu l’existence de ce monde. Il a pour attribut la science ; s’Il fait exister quelque chose Il sait ce qu’Il fait exister. Il a pour attribut la puissance ; Il fait exister quelque chose qui n’existe pas par Sa puissance. Il entend mais sans oreilles. Il voit mais sans yeux. Il parle mais Sa parole ce n’est pas une langue, ni arabe ni autre, ni une onde sonore. Il existe mais sans ressemblance avec tout ce qui existe. Il n’est pas un corps, Il existe sans endroit et sans comment. Il est Celui qui mérite qu’on l’adore. Il mérite que l’on s’humilie pour Lui à l’extrême car Il est notre Créateur, c’est Lui qui nous a créé. C’est Lui qui nous a donné tous les bienfaits que nous avons. Et par Sa Miséricorde Il a envoyé des prophètes et des messagers pour nous transmettre certaines choses. Allah s’Il voulait Il révélait à chacun d’entre nous, mais Il n’a pas voulu révéler à chacun d’entre nous. Il a voulu qu’il y a ait des hommes qu’Il envoi pour nous transmettre certaines choses et la preuve que ces hommes sont des envoyés de Dieu ce sont les miracles. Dieu leur a donné des choses extraordinaires que personne ne peut contrer pour que les gens sachent qu’ils sont véridiques dans leur prétention d’être des envoyés de Dieu. Parmi les miracles du Prophète Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam), il y a de l’eau qui a jaillit d’entre ses doigts, de laquelle ont bu des centaines et des centaines de personnes. Il y a le tronc de palmier qui a gémit parce que le Prophète s’appuyait sur un tronc de palmier qui était mort et quand il a quitté le palmier pour aller donner son discours d’au-dessus d’une chaire, d’un minbar. Le palmier s’est mis à gémir comme un bébé et il ne s’est pas calmé, alors que c’est un tronc d’arbre. Ils n’ont pas d’âme les arbres, et en plus c’était un arbre qui était mort. Il ne s’est calmé que lorsque le Prophète est descendu et l’a serré entre ses bras (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) et il s’est calmé comme un enfant est calmé, doucement. Ce n’est pas d’un coup. Et les miracles du Prophète sont nombreux. C’est une preuve qu’il est bien un envoyé de Dieu. Et tous les prophètes ont eu des miracles. C’est pour cela que le raisonnement est tout simple. Cela part d’un constat : tout ce qui change a un début et ce qui a un début a forcément qui lui a donné ce début et qui le fait changer, c’est Celui que nous appelons Allah. Donc, Allah existe et Il est Celui dont la raison ne conçoit pas l’inexistence. Obligatoirement Il existe. Observe-toi toi-même, tu verras que tu as existé après n’avoir pas existé tu as donc eu besoin de qui t’a donné l’existence et tes parents sont comme toi donc eux aussi ont eu besoin qui leur a donné l’existence et ainsi de suite. Tout dans ce monde est de cette catégorie : qui a un début et qui change. Donc, tout dans ce monde a eu besoin de qui lui a donné l’existence et qui le fait changer. Cet Être qui donne l’existence et qui fait changer, c’est Lui qui mérite d’être adoré ; c’est Lui qui par Sa Miséricorde nous a envoyé des prophètes pour nous enseigner ce qui va nous sauver dans cette vie et dans l’au-delà, car notre raison à elle seule ne nous suffit pas pour nous passer des prophètes. La raison à elle seule ne nous suffit pas pour connaître ce qui va nous sauver dans l’au-delà. Est-ce que par la raison à elle seule on aurait pu savoir qu’il fallait faire cinq prières par jour et nuit ? Est-ce que juste avec la raison on aurait pu savoir que si on se souille avec l’urine on mérite le châtiment dans la tombe ? Non, la raison à elle seule ne nous suffit pas pour savoir ce qui va nous sauver dans l’au-delà. C’est pour cela, Dieu par Sa Miséricorde nous a envoyé des prophètes et des messagers pour nous enseigner.

L’interdiction d’une chose et l’obligation d’une chose c’est par une sagesse. Ce sont des épreuves. Si quelqu’un vous dit : « Oui mais, à l’époque du Prophète il n’y avait pas de chambre froide, de frigo, c’est pour cela qu’il ne mangeait pas le porc, maintenant il y a des chambres froides ». Tu lui dis : « L’interdiction du porc, également de la viande qui n’est pas égorgée, il y a une sagesse mais c’est une épreuve ». Pourquoi est-ce une épreuve ? Pour que les gens voient qui s’empresse et obéit à l’Ordre de Dieu et qui fait preuve d’insouciance. Ce n’est pas une question de chambre froide, c’est une question d’épreuve. Dieu fait ce qu’Il veut parce qu’Il est le Maître Absolu, Il est Celui à qui tout appartient. Celui qui se rebelle contre Dieu, c’est lui le perdant, cela ne touche en rien Dieu. Si quelqu’un dit : « Oui mais pourquoi Dieu nous a créé », Dieu nous a créé pour quelque chose de très important c’est pour nous ordonner de L’adorer. Et celui qui adore Dieu, qui ne se rebelle pas contre Dieu, Dieu lui a réservé une félicité ininterrompue, un plaisir sans fin au Paradis. Dieu n’est pas obligé de faire cela. Dieu, s’Il veut Il met tout le monde en enfer et Il n’est pas injuste. Allah accorde ce qu’Il veut à qui Il veut, et Il prive qui Il veut de ce qu’Il veut. Celui qui a trouvé du bien, qu’il remercie Dieu. Si Dieu a fait que tu trouves du bien, que tu connaisses l’Islam, ou que tu as vécu sur la mécréance mais que après tu as découverts l’islam et tu suis la voie de vérité, remercie Dieu car Dieu n’est pas obligé. Regarde il y a des gens qui adorent l’électricité et ils adorent la lumière. Il y a des gens qui adorent la lune. Il y a des gens qui adorent quelque chose de bizarroïde qu’ils appellent trinité, ils disent que c’est trois mais c’est un, va savoir. Puis, lorsque tu essayes de tirer les choses au clair, ils te disent : « C’est le mystère de la foi ». Allah ta^ala éprouve qui Il veut et Il guide qui Il veut. Tu as trouvé le chemin de vérité, remercie Dieu et ne sois pas ingrat applique-toi. Soie reconnaissant. Qu’est-ce que cela veut dire soie reconnaissant ? C’est-à-dire applique les devoirs et évite les péchés, et essaye de t’améliorer. Jour après jour, essaye de t’améliorer en espérant que lorsque tu vas mourir tu sois sur la foi complète. C’est cela qui compte, c’est l’état sur lequel tu vas mourir. Le Messager de Allah (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) a dit qu’il y a des gens qui font les actes des gens du paradis jusqu’à être à une coudée du paradis, puis ils font les actes des gens de l’enfer et ils vont en enfer. Et il y a des gens qui toute leur vie font les actes des gens de l’enfer jusqu’à être à une coudée de l’enfer, puis ils font les actes des gens du paradis et ils entrent au paradis. Ce qui compte c’est l’état sur lequel tu vas mourir, et Allah ta^ala donne du répit mais Il n’oublie pas, Il ne néglige pas. Il se peut que quelqu’un insulte Dieu du matin au soir, il commet beaucoup de péchés, mais Allah ne le châtie pas sur le coup. Il le fait vivre peut être cent ans. Mais à la fin, Allah ta^ala lui donnera sa juste rétribution. Aujourd’hui, cette vie ce n’est pas une résidence de comptes, c’est une résidence d’épreuve. La résidence des comptes c’est après la mort. Après la mort les gens vont se rendre compte de la réalité véritablement. Comme l’a dit le quatrième calife de l’Islam, l’imam ^Aliyy : « Les gens sont comme endormis, c’est lorsqu’ils meurent qu’ils prennent conscience ». Aujourd’hui les gens font leur plan « qu’est-ce que je vais faire dans dix ans ? Il faut que j’achète la maison et les meubles… » Ils font plein de plans. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire de plans, mais il ne faut pas oublier l’au-delà car cette vie même si elle est longue pour toi, elle aura une fin tandis que l’autre vie n’aura pas de fin. Celui qui est intelligent c’est celui qui investit cette vie qui a une fin pour gagner l’autre qui n’a pas de fin. Et celui qui n’est pas intelligent c’est celui qui oublie l’autre et qui se consacre à celle-ci. L’intelligent c’est celui qui refreine ses passions et qui empêche son âme de courir derrière ses désirs lorsqu’ils sont interdits. C’est celui-là l’intelligent, celui qui est fort. Le faible c’est celui qui suit ses passions, il vit comme un bateau qui n’a pas de gouvernail au grès des vagues, il est comme une girouette qui tourne avec le vent. Allah ta^ala nous a donné une raison et Il nous a chargé de certaines choses, à nous de nous appliquer. Aujourd’hui ce sont les actes et il n’y a pas de compte, et demain ce seront les comptes et il n’y aura pas d’actes. Celui qui gagne dans l’au-delà c’est celui qui agit maintenant c’est pour cela que ici c’est une résidence pour les œuvres.

Ceux qui n’ont pas de conviction certaines que ce que le Qour’an dit ou que ce que le Messager (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) dit est vrai, ces gens-là Allah les rétribue de la même manière que les mécréants qui étaient déclarés, ceux qui ne se réclament pas de l’Islam. Ils sont comme eux parce que la foi n’est pas valable avec le doute. Allah dit

إِنَّمَا الْمُؤْمِنُونَ الَّذِينَ ءاَمَنُوا بِاللَّهِ وَرَسُولِهِ ثُمَّ لَمْ يَرْتَابُوا

Ce qui signifie : « Les croyants sont ceux qui ont cru en Allah et en Son Messager et qui n’ont point douté ». Le doute et la foi sont incompatibles.

La personne ne peut pas dire dans son cœur : «  Je suis croyante mais je doute ». Ceux-là ne sont pas compatibles. Il se peut que quelqu’un il lui arrive autre chose, comme les compagnons du Prophète lorsqu’ils sont venu voir le Prophète ils ont dit : « Parfois il nous arrive des pensées et on a même peur d’en parler mais nous on les rejette » ; le Messager leur a enseigné que tant que la personne rejette ces idées car elle sait dans son cœur ce qui est correct, son agissement est correct. Le chaytan ou elle-même par cela lui parvienne des idées qui lui traversent l’esprit qui sont contraires à sa croyance, mais tant qu’elle sait ce qui est correct elle a des récompenses, en rejetant ces idées. Elle rejette quelque chose de mauvais. Le fait d’avoir des idées qui traversent l’esprit sans que ce soit par ta volonté que cette idée a été amenée, tu ne possèdes pas la capacité de l’empêcher de venir à toi mais tu possèdes la capacité de la rejeter. Si c’est une idée qui traverse l’esprit et que tu sais qu’elle est contraire à ce qui est correct, tu l’as rejete. Tu as des récompenses en la rejetant. Mais si c’est quelqu’un de faible d’esprit, cette idée l’amène à douter alors si cela devient un doute il est sorti de l’islam si c’est une idée contraire à l’islam. Il doit revenir à l’islam en disant : « Il n’est de dieu que Dieu, Mouhammad est le Messager de Dieu », il ne suffit pas de la dire dans son cœur, il faut la prononcer. Mais ce n’est pas une condition d’avoir deux personnes avec toi pour la prononcer, même si tu es tout seul tu dis : « Il n’est de dieu que Dieu et Mouhammad est le Messager de Dieu ». Mais, il ne faut pas retarder. Si quelqu’un a le doute sur son islam parce qu’il a eu au départ une mauvaise pensée puis qui l’a mené par la suite à douter de la véracité de l’Islam ; alors il doit immédiatement prononcer : « Il n’est de dieu que Dieu, Mouhammad est le Messager de Dieu ».

Les causes du supplice de la tombe, ce n’est pas une chose ou deux choses, mais ce sont beaucoup de choses. La plus grave des causes de supplice dans la tombe c’est de douter de la religion que Dieu agrée, de douter de l’Islam. Si quelqu’un doute du Qour’an ou de la véracité du Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam), celui-là, que Dieu nous en préserve, même s’il montre en apparence qu’il est musulman mais Allah sait ce qu’il y a dans le cœur de chacun. Il sait ce qu’il y a dans les consciences, rien n’échappe à la Science de Dieu. Si quelqu’un a vu un mauvais comportement de certains qui se réclament de l’Islam et à cause de leur mauvais comportement, il a douté de la véracité de l’Islam, lui aussi il n’est pas excusé pour sa mécréance. Il devait d’abord apprendre et savoir que eux même s’ils se réclament de l’Islam leur comportement n’est pas conforme à l’Islam. Allah a fait que ces gens-là sont des épreuves pour les autres. Eux se sont égarés, ils ont chuté et ils ont entraîné dans leur chute d’autres personnes. Comme ceux qui aujourd’hui mettent des bombes pour se suicider ou pour tuer des innocents. Certains croient que cela est dans l’Islam alors que dans l’Islam c’est interdit de se suicide, c’est interdit de tuer des innocents. A cause de leur ignorance, ils disent : « Ceci est l’islam alors je m’innocente de l’Islam ». Ils sont sortis de l’Islam à cause de mauvais agissements des autres. C’est pour cela que c’est très important d’apprendre. En apprenant tu sais que ce que font ces gens-là n’est pas conforme à l’Islam et que notre religion est une religion que Dieu agrée. Dans cette religion, il n’y a pas d’actes qui sont mauvais. C’est interdit de se suicider dans l’Islam. C’est interdit de tuer des innocents. Allah ta^ala a fait que il faut apprendre la science de la religion pour être sauvé. Chaque chose tu sauras l’estimer à sa juste valeur, tu ne risqueras pas d’être entraîné dans des dédales, dans des choses qui sont fausses après tu tombes sur des gens qui disent : « C’est le mystère de la foi », non. Allah a fait que tu apprennes chaque chose correctement comme cela a été transmis du Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam).

Il y a des choses qui sont prémonitoires, qui sont un témoin de ce que sera l’état de la personne dans sa tombe. Des signes qui annoncent que cette personne aura du bien dans sa tombe, et pour d’autres le contraire. Le Chaykh quand il a donné ce cours, il a dit il y a quatre ans un homme est mort en Ethiopie, l’ex-Abyssinie, c’était un croyant et quelqu’un qui était pieux. C’était un saint (waliyy), c’est-à-dire que les saints ce n’est pas quelque chose qui n’existe plus, il en existe encore à chaque époque. Mais les gens ne savaient pas que cet homme était un saint. C’était quelqu’un qui accomplissait les obligations (la prière, le jeûne, etc.) et il évitait les péchés, les choses interdites. Et en plus de cela, c’était quelqu’un qui commémorait avec beaucoup d’application la naissance du Prophète Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam). Ceci est une bonne bid^ah. C’est une chose qui a été innovée mais c’est une bonne innovation. Le Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) nous a enseigné qu’il y a de bonnes innovations et il y a de mauvaises innovations, et que la plupart des innovations sont mauvaises. Dans un hadith, il a dit que la plupart des innovations sont mauvaises. Les innovations c’est ce qui n’a pas été fait par le Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) et qui n’a pas été indiqué par un texte. Chaque fois que venait le mois de Rabi^ou l-‘awwal, le mois de la naissance du Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam), il organisait des festins de nourriture provenant d’argent licite. C’était quelqu’un qui avait des plantations, c’était un agriculteur. Tellement il aimait le Prophète, tellement il aimait commémorer la naissance du Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam), il offrait de la nourriture aux gens. Les gens venaient chez lui, se réunissaient et chantaient les éloges au Prophète. Tout comme cela a été fait au temps du Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) ; il y avait un groupe de gens d’Abyssinie qui étaient venu dans la mosquée du Prophète et qui chantaient dans leur langue. Le Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) a demandé au traducteur de lui indiquer ce qu’ils disaient et ils disaient que Mouhammad est un homme qui est bon. Le Prophète (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) n’a pas dit que c’est mauvais de faire cela, et ceci vous le trouver dans les livres de hadiths. Cet homme qui commémorait la naissance du Prophète, avant son décès il est tombé malade. Il a dit aux gens : « Il y a un chaykh qui va venir chez moi, il va rester trois jours après quoi je vais mourir ». Allah le lui a dévoilé. Allah dévoile certaines choses à certaines personnes. Il y a un homme, un chaykh, qui est venu et les gens de la ville ne le connaissaient pas. Ils ne connaissaient pas cet homme. Il est resté à son chevet, il est resté à veiller sur lui, puis après son décès ce chaykh est partit. Ils ont creusé une tombe et ils ont enterré cet homme. A l’époque l’état d’Ethiopie voulait installer le communisme et il y avait une révolte contre eux de la part du peuple. Les musulmans avaient fait une révolte contre les communistes. Quand ils ont terminé l’enterrement, ils ont entendu un son très fort qui venait de la tombe. Au départ, ils croyaient que c’était un bombardement de l’état communiste contre les rebels. Peu de temps après ils se sont rendu compte que le son venait de la tombe. Après un mètre de la tombe et celui qu’il venait d’enterrer s’est envolé dans les airs. Et les gens étaient là, tous témoins. Ils se sont demandé ce que c’était, ils ont regardé la tombe et il n’y avait rien. Ni attaque aérienne ni rien. La tombe était vide. C’était un saint. Le chaykh a dit : « C’est possible que cet homme voulait être enterré ailleurs que cet emplacement-là. Soit à La Mecque soit à Médine ». Les gens qui sont enterré à La Mecque et à Médine et à AtTa’if ce sont les trois régions desquelles les gens sortiront au Jour du Jugement avec le Messager (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam). Ce sont les premières tombes desquelles les gens vont sortir au Jour du Jugement. Le Messager, notre maître Mouhammad (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) sa tombe sera la première à s’ouvrir et ceux qui vont sortir après lui ce sera les gens de La Mecque, de Médine et de AtTa’if et ensuite ce sera le reste des tombes. Cet homme Allah lui a accordé cette chose qui témoigne de son haut degré, le fait qu’il sort de sa tombe et qu’il vole dans les airs. Tellement les gens de la ville étaient étonnés car ils n’ont jamais vu quelque chose de pareil, ils en ont parlé au gouvernement local, pas le gouvernement national. Les gens du gouvernement sont venus faire l’inspection, ils ont vu la tombe et ils étaient tous étonnés. Et ceux qui étaient venu à l’enterrement ils étaient nombreux, ce n’était pas une illusion d’optique d’une ou deux personnes qui ont cru voir que, non ils étaient nombreux, tous témoins. La tombe, comme l’a dit le Messager (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam), ce sera soit un des jardins du Paradis soit un des trous de l’enfer. Que Allah fasse que notre tombe soit un des jardins du Paradis. Le croyant qui est pieux pour lui la tombe est un jardin du Paradis. Il ne va pas ressentir de solitude dans la tombe, il ne va pas trouver de bestioles ou des bêtes de la terre, ni scorpion, ni serpent, ni des animaux qui vont dévorer son corps. Il n’aura pas les anges du châtiment, il n’aura que les anges de la miséricorde. Sa tombe sera éclairée. Il ne va pas endurer l’obscurité de la tombe, il ne va pas endurer l’étroitesse de la tombe.

Il a été rapporté de notre maître ^Iça (^alayhi s-salam). Il était avec des gens qui le suivait, des musulmans, des croyants parce que ^Iça (Jésus) était musulman comme tous les prophètes. Il a dit : « Dites il n’est de dieu que Dieu, ^Iça est le Messager de Dieu ». Il était avec un groupe de musulmans, ils se sont arrêtés auprès d’une tombe. Ceux qui étaient avec notre maître ^Iça (^alayhi s-salam) ont dit : « Que la tombe est étroite ! ». En fin de compte, aujourd’hui les gens construisent des maisons qui sont grandes avec des pièces qui sont larges, lorsqu’il rentre dans un studio il dit : « Ah ! Ici je me sens à l’étroit », alors que en réalité il a de l’espace. Dans la tombe ce sera moins. Notre maître ^Iça (^alayhi s-salam) a dit : « Les utérus de vos mères sont plus petits encore que la tombe ». La parole de notre maître ^Iça (^alayhi s-salam) est correct. L’utérus de la mère est tout petit. Allah nous a fait vivre dans cet utérus qui est tout étroit. Et ^Iça (^alayhi s-salam) a dit : « Allah l’élargit (la tombe) pour qui Il veut ». Que doit faire l’Homme, l’être humain ? Il doit faire preuve de piété à l’égard de son Seigneur. La piété c’est qu’il accomplisse les obligations et qu’il évite les péchés et ensuite il garde l’espoir de la Miséricorde de son Seigneur. Nous devons garder notre cœur entre la peur et l’espoir. Notre cœur on doit le maintenir entre la peur d’être châtié et l’espoir d’être pardonné. Nous agissons en bien et on espère la miséricorde de Dieu. C’est ce que notre maître ^Iça (^alayhi s-salam) nous a enseigné. Il ne convient pas que la personne fasse n’importe quoi puis qu’elle dise : « Mais Dieu est miséricordieux ». Certes Allah est miséricordieux mais Il châtie aussi. Tu fais plutôt de ton mieux et tu espères la miséricorde de Dieu. Tu espères que tu ne seras pas châtié et qu’après la tombe également tu ne seras pas châtié et tu espères que ta tombe ne soit pas étroite.

Certains disent que lorsque l’appel à la prière est faite près du cimetière les morts l’entendent. C’est possible qu’ils entendent l’appel à la prière mais ce que le Messager (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) a dit c’est que le mort entend les pas de ceux qui sont venu pour l’enterrer quand ils vont repartir chez eux. Lui il est sous terre, il entend. » N’est-ce pas que parfois tu entends les pas du voisin du dessus, lui il est dans sa tombe et il entend les pas de ceux qui repartent après l’enterrement. Imagine-toi dans ta tombe, on t’a emmené et on va te laisser tout seul. Voilà ce qui nous attend. C’est pour cela que il faut œuvrer pour ce qui vient après la mort. Il va entendre le son des semelles. Si le mort entend le bruit des pas à plus forte raison il peut entendre l’appel à la prière qui provient de la mosquée qui se trouve à côté du cimetière.

Le Messager (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) a dit dans le hadith rapporté par Ibnou ^Açakir ce qui signifie : «  Chaque homme musulman qui passe auprès la tombe d’un mort qui le connaissait durée sa vie, il lui passe le salam alors le mort va le reconnaître et va lui rendre le salam ». Ce mort va l’entendre mais celui qui est vivant Allah fait qu’il n’entende pas le salam qui est rendu par le mort.

Le Chaykh a annoncé, il a dit : « Voir le Messager (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam) avant de mourir à l’état d’éveil ceci n’est accordé qu’à celui qui a vu le Messager dans le rêve sous sa véritable apparence. Mais la plupart des savants ont dit que celui qui a vu le Messager dans le rêve même si ce n’était pas sous sa véritable apparence, il va voir le Prophète avant de mourir. », même si il a vu le Prophète sous la forme d’un enfant ou mate de peau ou brun de peau alors que la réalité du Prophète c’est qu’il est blanc éclatant. Le Prophète on dirait que le soleil parcours son visage tant il est beau, (salla l-Lahou ^alayhi wa sallam). Et celui qui a vu le Messager sous sa véritable apparence nécessairement il ira au Paradis.

Que Allah nous accorde de voir le Prophète sous sa véritable apparence.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :