Chaykhaboulaliyah's Blog


La science indispensable de la religion

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur décembre 31, 2018

La louange est à Allaah c’est Lui qui accorde les grâces et les bienfaits, que Allaah honore et élève davantage le rang de notre Maître Mouhammad ainsi que de ses proches musulmans et qu’il apaise ses craintes quant au sort de sa communauté.

Allaah dit ce qui signifie : « Ô vous les gens qui êtes croyants, préservez-vous ainsi que vos familles d’un feu dont le combustible est fait d’hommes et de pierres. » Ce verset donne l’ordre aux croyants de se préserver eux-même ainsi que leurs familles du feu de l’enfer. Ce verset a été expliqué par ^Aliyy ainsi que le compagnon ^ATa ibnou abi rabah.

Quant à ^Aliyy, il a dit : « Apprenez vous-même et enseignez à vos familles le bien. » rapporté par Al Hakim dans Al Moustadrak, il l’a jugé sahih, Adh-dhahabiyy a été en accord avec lui. Et le compagnon ^ATa ibnou abi rabah a expliqué :

C’est que tu apprennes comment prier, jeûner, accomplir le pélérinage, comment vendre et acheter, comment te marier et comment divorcer (rapporté par Al Khatib Al baghdadiyy dans Al Faqih Al MoutafaqiH).

Le sens qui est compris de l’explication de notre maitre ^Aliyy et de ^aTa ibnou abi rabah que lorsqu’un croyant apprend et enseigne la science de la religion à sa famille, il se sera préservé ainsi que sa famille du feu de l’enfer, qui est un feu dont le combustible sera fait d’hommes et de pierres.

Il y a donc dans ce verset une menace de châtiment pour celui qui néglige l’apprentissage des sujets de la science de la religion qui lui sont indispensables, chose qui est une obligation pour toute personne pubère et saine d’esprit.

C’est donc une obligation pour chacun de connaître ce qui lui permet d’avoir une croyance correcte, d’accomplir les actes du cœur correctement, ainsi que les actes d’obéissance qu’il accomplit par ses organes, comme la prière, le jeûne, le pèlerinage et la zakat mais également la connaissance de ce qui est licite et ce qui est interdit comme vente et comme achat, la connaissance de ce qui est licite comme mariage ainsi que ce qui est interdit, ce qui est valable comme divorce et ce qui ne l’est pas.

Celui qui entreprend ces choses-là en tournant le dos à l’apprentissage de la science, alors qu’il y a des gens qui enseignent ces sujets, il se sera exposé au feu de Allaah, et c’est un feu intense.

Celui qui ne trouve pas là où il réside quelqu’un qui connaisse ces sujets indispensables, et qui a eu connaissance qu’il y a dans telle région une personne qui connaît les sujets de la religion, alors il ne lui est pas permis de rester sur place et de se satisfaire de son ignorance des sujets de la religion, il doit au contraire voyager. A ce sujet, il convient de citer ce que Ahmad ibnou Raslan a dit de son poème (connu sous le nom de Az-Zoubad), ce qui signifie : « Celui qui ne connaît pas les sujets alors qu’il interroge, celui qui ne trouve pas d’enseignant, alors qu’il voyage. »

Si l’on considère les connaissances dans le domaine des sciences du bas monde, les gens partent en voyage pour les acquérir, ils engagent des fortunes pour apprendre ces sujets-là, alors que l’objectif de ces sciences du bas monde c’est de s’assurer une vie confortable dans ce bas monde qui va à sa fin.

Il se peut que quelqu’un fournisse des années durant beaucoup d’efforts pour acquérir ces sciences, puis son terme arrive avant même de vivre suffisamment longtemps, une vie où il espérait profiter dans un certain confort et du bien-être, la mort le surprend.

Combien de gens sont revenus de leurs études à l’étranger et la mort les a surpris.

Alors que la science de la religion, son résultat est une félicité éternelle, pour être sauvé du feu de l’enfer.

Allaah dit dans sourat Ali ^Imran ce qui signifie : « Celui qui aura été écarté du feu de l’enfer, et aura été fait entré au Paradis aura certes gagné. » Celui qui échappe à ce feu, et entre au Paradis sans châtiment, c’est celui-là même la personne qui a gagné, qui a réussi.

Quant aux sciences du bas monde, desquels les gens tirent leur fierté, ils fournissent des efforts et se fatiguent pour les acquérir durant plusieurs années. Leur objectif étant d’obtenir par cela un confort de vie dans le bas monde. Or le bas monde dans lequel ils vivent est éphémère et va à sa fin.

Celui-là meurt à une échéance et cet autre meurt avec un terme plus court ou plus long. Quant à l’au-delà, c’est la résidence dans laquelle la vie sera éternelle.

Celui qui aura pris de ce bas monde des provisions, c’est à dire qui aura appris de la science de la religion, une part dont on ne peut se passer et qui aura œuvré ensuite avec cette science, il fera parti de ceux qui réussissent, ceux pour lesquels il n’y a pas de crainte et qui ne seront pas chagrinés, ni dans leur tombe ni dans leur au-delà.

Ce sera une paix sans crainte, un repos sans fatigue, une vie sans mort, une bonne santé sans maladie,  ils vivront une vie éternelle après laquelle il n’y aura plus de mort. Une vie dans laquelle il n’y aura pas de maladie, pas de pauvreté, ni aucune difficulté.

Quant à celui qui se fatigue en essayant d’accomplir les actes d’adoration de Allaah ta^ala, mais qui tourne le dos à l’apprentissage de la science de la religion, il est semblable à quelqu’un qui ramasse du bois pendant la nuit, c’est à dire quelqu’un qui collecte du bois pour le ramener chez lui pendant une nuit obscure. Il ramasse sans vérifier, est ce qu’il y a avec le bois qu’il a ramassé quelque chose qui peut lui nuire, comme un serpent ou scorpion, ou d’autres animaux nuisibles de la terre. Il est donc à l’exemple de quelqu’un qui ramasse du bois la nuit.

Le Messager, que Allaah l’honore et élève davantage son rang ainsi que celui de ses proches musulmans et qu’il apaise ses craintes quant au sort de sa communauté, nous a mis en garde contre le fait de se baser sur l’image des œuvres sans veiller à les accomplir correctement.

Le Prophète a dit ce qui signifie : « Combien de ceux qui veillent la nuit pour faire des actes d’adorations surérogatoires n’obtiennent de leur veillée que le manque de sommeil et combien de ceux qui jeûnent n’obtiennent de leur jeûne que la faim et la soif. » rapporté par al Bayhaqiyy dans As-Sounnan al Koubraa.

Le Messager s’est limité à mentionner ces deux sujets dans le hadith, mais il les a cité à titre d’exemple. Ainsi combien de ceux qui partent pour le pèlerinage n’obtiennent que la fatigue et la dépense d’argent et combien de ceux qui essayent de s’acquitter de la zakat, leur zakat n’est pas accepté, car ils n’ont pas appris les lois de la religion relatives à la zakat, et Allaah sait mieux que quiconque.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :