Chaykhaboulaliyah's Blog


Le consensus des compagnons

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur décembre 31, 2018

La Louange est à Allaah c’est Lui qui accorde les grâces et les bienfaits, que Allaah honore et élève davantage le rang de notre Maître Mouhammad ainsi que de ses proches musulmans et qu’il apaise ses craintes quant au sort de sa communauté.

Allaah nous a donné les preuves rationnelles qu’Il n’a aucune ressemblance avec la création d’aucune manière que ce soit. Il nous a donné les preuves rationnelles qu’il est impossible que Allaah soit assis. Et Il a révélé un verset explicite dans le Qour’an honoré qui l’indique, un verset qui indique que Allaah est exempt de la position assise, et de toutes autres caractéristiques des êtres humains et même qu’Il est exempt de toutes les caractéristiques des créatures.

Et il s’agit de la parole de Allaah ta^ala dans sourat Ach-Choura ce qui signifie : « Absolument rien ne lui est semblable et Il est Celui Qui entend et Qui voit. ». Cette phrase, même si elle ne comporte pas beaucoup de termes, le sens qu’elle comporte est très vaste, elle exempte Allaah tabaraka wa ta^ala de toutes les caractéristiques des humains.

Les caractéristiques des êtres humains, nous les connaissons en nous observant.  La position assise est l’une de nos caractéristiques, le déplacement du haut vers le bas, ou de bas en haut, fait partie aussi de nos caractéristiques. Egalement le fait d’occuper un espace d’avoir un endroit, ceci fait partie de nos caractéristiques, le changement également en fait partie, le fait d’évoluer ou de subir fait aussi partie de nos caractéristiques, avoir des changements d’humeur fait également partie de nos caractéristiques. Et Allaah tabaraka wa ta^ala est exempt de toutes ces caractéristiques.

Celui qui prétend qu’il suit les gens du salaf, puis qui interprète le verset dans sourat Taha : Ar- Rahmanou ^ala l ^archi stawa, dans le sens de l’attribution de la position assise à Allaah, il les aura calomnié, et aura menti d’un mensonge manifeste, car personne parmi les gens du salaf n’a prétendu que l’istiwaa’ dans ce verset signifirait «  s’asseoir ».

Cette explication n’est confirmé d’aucun des compagnons du Messager de Allaah qui soit connu pour avoir fait l’exégèse du Qour’an. Il n’y a aucune parole dans ce sens-là qui soit rapporté de l’un d’entre eux d’une manière authentique. Mais le fait que certains menteurs soient venus après les compagnons et aient attribué à certains compagnons qu’ils auraient interprété ce verset, le verset de l’istiwaa’ ^ala l ^arch par l’établissement ou le fait d’occuper la totalité du Trône, cela n’est parvenu de personne qui soit digne de confiance dont la transmission est fiable. Ceci est au contraire parvenu par une voie qui est appelée chez les savants du hadith « la chaîne du mensonge » (As-Souddiyy d’après Al Kalbiyy d’après Abou Salih (qui attribue à Ibnou ^Abbas)). Cette chaine appelée la chaine du mensonge a calomnié ibnou ^abbas, que Allaah l’agrée lui et son père et a prétendu que ibnou ^abbas aurait dit au sujet du verset Ar- Rahmanou ^ala l ^archi stawa c’est à dire istaqarra, s’établir. Ceci est une calomnie proférée envers Ibnou ^abbas.

Il n’est pas authentifié par une chaîne de transmission authentique donc qu’un des compagnons aurait expliqué l’istiwa de Allaah concernant le Trône, par la position assise ou par l’établissement. Les compagnons du fait qu’ils comprennaient parfaitement la langue arabe, comprennaient de la parole de Allaah tabaraka wa ta^ala, Ar- Rahmanou ^ala l ^archi stawa un sens qui est digne à propos de Allaah, tel que par exemple l’éminence du degré. (^oulouwou al qadr). L’éminence en degré est l’un des attributs de Allaah. Allaah nous a appris que l’un des attributs est bien celui-là. Dans Sourat Al Baqarah, Allaah dit « wa houwa l^Aliyyou Al ^Adhim ». Al ^Aliyy c’est un nom de Allaah qui signifie qu’Il est éminent en degré, que son degré est éminent. Cela ne signifie pas qu’Il soit établi sur le Trône, le Trône faisant parti du monde célèste, ni sur le Koursiyy qui est un grand corps situé en dessous du Trône. Tout cela n’est pas digne de Allaah, car l’établissement et la position assise font partis des attributs des humains. Aucun caractéristique des humains n’est digne de Allaah.

Plus encore, l’un des savants du salaf, l’imam Abou Ja^far At-Tahawiyy (il a vécu au 3ème siècle de l’Hégire et une partie du 4ème siècle de l’Hégire, après quoi, il est mort), cet imam qui fait donc parti du salaf a composé un traité de Croyance qui est réputé et que les savants se sont transmis les uns aux autres depuis son époque jusqu’à nos jours, il a dit que Allaah l’agrée  « Celui qui qualifie Allaah par une des significations des humains a certes commis de la mécréance. » Le Chaykh a dit : cette phrase mémorisez la et faites là mémoriser par vos familles. Celui qui qualifie Allaah par une des significations des humains a certes commis de la mécréance. Les significations des humains sont nombreuses. Chacun d’entre nous connaît quelles sont les significations des humains, c’est à dire les caractéristiques des humains. Nous tous les connaissons. La position assise fait partie de nos caractéristiques. Il n’est valable dans la langue arabe d’attribuer al joulous la position assise à un être que s’il a deux moitié, une moitié supérieure et une moitié inférieure. L’être humain est ainsi, c’est pour cela que l’on qualifie l’être humain par al joulous, la position assise. Le chien est également qualifié par la position assise. Beaucoup d’animaux on leur attribue la position assise al joulouss car ils ont une moitié supérieure et une moitié inférieure. Dans la langue arabe, al joulous est une expression qui indique la rencontre du postérieur d’une personne avec le sol, un siège ou ce qui est de cet ordre. Telle est donc la signification de la position assise.

Comment oserait-on qualifier le Créateur de ce monde par cela, Celui qui a crée l’être humain et ses caractéristiques, Celui qui a crée toutes les choses et leurs caractéristiques, comment le qualifierait-on par la position assise qui est le contact de deux corps, l’un des deux ayant deux moitiés, supérieure et inférieure. Ces gens-là, comment prétendent-ils avoir connu Allaah ta^ala ? Ils interprètent le verset Ar- Rahmanou ^ala l ^archi stawa en attribuant la position assise à Allaah et ils prétendent avoir connu Allaah et avoir cru en Lui, mais ils en sont très loin. Ce ne sont là que des mensonges. De plus, ces mêmes gens déforment des versets du Qour’an qui ont été rapporté pour décrire l’état des associateurs qui vivaient à l’époque où le Qour’an a été révélé au Messager de Allaah. Parmi les paroles que disaient les associateurs il y a ce que Allaah nous a appris dans sourat Az-Zoumar (ayah 3) c’est à dire que les associateurs qui vivaient à l’époque du Messager, ceux qui étaient des ennemis déclarés du Messager, qui le démentaient, lui nuisaient, se moquaient de lui, ils disaient à propos des idoles : « Ces idoles que Mouhammad nous interdit d’adorer, nous ne les adorons que pour qu’elles nous rapprochent de Allaah. » Ainsi, ils ont eux-mêmes reconnu qu’ils adoraient ces idoles. Et qu’est ce que l’adoration, c’est l’extrême limite de la crainte et de la soumission. Ils vénéraient ces idoles comme l’on vénère (glorifier) Allaah tabaraka wa ta^ala. Ils se soumettaient à elles d’une extrême soumission, telle était leur adoration de ces idoles.

Ces falsificateurs de la religion agréée par Allaah considèrent que la communauté du Prophète Mouhammad ceux-là même qui sont croyants en Allaah et en Son Messager, qui ont pour croyance que nul ne mérite qu’on se soumette à Lui à l’extrême si ce n’est Allaah tabaraka wa ^ala, ces croyants qui ne glorifient de l’extreme glorification nul autre que Allaah, à propos de  ces croyants là, ils disent « vous, vous êtes ces idolâtres. ». Ils disent que les croyants sont comme les adorateurs des idoles, qui pour s’attacher et persister dans leur adoration des idoles qu’ils adoraient, disaient : « nous ne les adorons que pour qu’elles nous rapprochent de Allaah. » (sens du verset).  Ils disent « Vous, vous êtes comme cela. » (C’est à dire qu’ils déclarent mécréants la communauté du Prophète).

Ils disent lorsqu’un d’entre vous va visiter la tombe du Messager, ou la tombe d’un autre prophète, quel qu’il soit, ou la tombe d’un saint, quel qu’il soit, pour le tabarrouk (c’est à dire la recherche de bénédiction, c’est à dire l’augmentation du bien), il a attribué un associé à Dieu, et il est semblable à ces gens-là.  Alors que le tabarrouk par le Messager et par ses traces c’était l’une des pratiques des compagnons, au point même que lorsque le Messager a accompli le pélerinage de l’adieu et la ^oumrah de al ji^ranah, il s’est rasé la tête avec une lame, puis a distribué ses cheveux à ses compagnons, rapporté par Al Boukhariyy dans son Sahih, le chapitre de L’eau avec laquelle on peut se laver les cheveux. Et il n’a distribué ses cheveux que pour que ses compagnons fassent le tabarrouk avec. Ils faisaient donc le tabarrouk avec ses cheveux durant sa vie et après sa mort, au point même de plonger ces cheveux dans de l’eau pour en donner à boire aux malades, par recherche de bénédictions, tabarrouk, par cette trace du Messager de Allaah. Ces faits sont relatés dans Al Boukhariyy et d’autres.

Certains compagnons avaient pris un cheveu, d’autres en avaient pris deux. Khalid ibnou l Walid (compagnon, chef de guerre stratège), avait une qalansouwah, ce qui couvre la tête et dans son pli intérieur, il avait placé des cheveux qui provenaient de l’avant de la tête du Messager de Allaah, lorsqu’il s’était rasé la tête à l’occasion de la ^oumrah de al Ji^ranah. Al Ji^ranah est un endroit qui se trouve après la Mecque, en direction de At-Ta’if. Il ne s’agit donc pas du rasage de sa tête lors du pèlerinage, non. C’est lorsque le Messager s’était rasé la tête à l’occasion de la ^Oumrah. C’est là que Khalid ibnou l walid avait pris des cheveux de l’avant de la tête du Messager. Il avait placé ses cheveux dans sa qalansouwah.  Or, une fois, alors qu’il était dans d’une bataille lors d’une conquête, il avait perdu cette qalansouwah. Il s’était mis à la chercher avec insistance jusqu’à ce qu’il l’a retrouvé. On l’avait interrogé pourquoi recherches-tu cette qalansouwah avec tant d’ardeur ? Il avait répondu : « J’y ai placé des cheveux provenant de l’avant de la tête du Messager de Allaah, et je n’ai jamais assisté à une bataille sans que la victoire me soit accordée grâce à cela, et il rajouta, à chaque fois que je me trouvais sur le champ de bataille, j’avais le dessus sur les mécréants, par les bénédictions de ses cheveux, les cheveux du Prophète, rapporté par Al Bayhaqiyy dans Dala’ilou An-Noubouwwah, chapitre l’arrivée de Dammam fils de tha^labah auprès du Messager de Allaah, et par al Hakim dans al Moustadrak, chapitre « les mentions des faits remarquables de Khalid ibnou lWalid ». Et ce récit est authentique, comme cela a été mentionné par le Chaykh Habibou r-Rahman Al ^Adhamiyy, dans ses commentaires Al Matalibou al ^aliyah.

Il est bien connu des compagnons qu’ils faisaient le tabarrouk par les traces du Prophète, de son vivant et après sa mort. De même après la mort du Prophète, une grande famine avait sévi, à l’époque de ^Oumar ibnou l Khattab, que Allaah l’agrée. 9 mois durant, la pluie n’était pas tombée, et il y a eu une famine. L’un des compagnons du Messager, Bilal Ibnou l-Harith Al-Mouzaniyy s’est rendu auprès de la tombe du Messager, et a dit « Ô Messager de Allaah, demande la pluie pour ta communauté car ils vont périr. Cette pratique est appelée ‘istighathah (appel au secours) et aussi un tawassoul (supplication de Dieu en mentionnant un être de vertu). Cet homme a fait un rêve, il a vu dans le rêve que le Prophète qui lui a parlé et qui lui a dit : « passe le salaam à ^Oumar et dit lui que vous allez recevoir la pluie. ». Cet homme est parti voir ^Oumar et lui a raconté le rêve qu’il avait fait et lui a raconté comment avant le rêve il était parti auprès de la tombe du Messager et avait fait le tawassoul par le Prophète. Rapporté par Al Bayhaqiyy dans son Dala’ilou An-Noubouwwah, chapitre « Ce qui est parvenu à propos de la vision du Prophète dans le rêve. ». Allaah leur a par la suite accordé une pluie tellement abondante que cette année, fut appelée l’année de l’abondance (^amou l-fatq), il y avait tellement de paturage que le bétail s’était engraissé, le gras débordait. C’est pour cela que cette année a été appelée l’année de l’abondance. Cet acte, ce tawassoul par le Prophète ainsi que l’istighathah par le Prophète qu’a fait ce compagnon, personne ne l’a critiqué. ^Oumar Ibnou l Khattab que Allaah l’agrée ne l’a pas blâmé pour ce qu’il avait fait. ^Oumar n’a pas dit à ce compagnon « comment es-tu parti demandé au Messager de Allaah ? Comment appelles-tu au secours et fais-tu le tawassoul par le Messager de Allaah alors qu’il est mort ? ». ^Oumar ne lui a pas dit cela, et personne d’autre ne le lui a dit. Aucun de ceux qui ont pris connaissance de cet événement ne l’ont blâmé et ne lui ont reproché de l’avoir fait. Telle était la pratique du salaf. Et bien d’autres événements qui sont également un tawassoul par le Prophète ont eu lieu de la part des compagnons. Malgré tout cela, ces gens qui sont singularisés tant leur cœur sont corrompus, ils déclarent mécréants les musulmans qui font le tabarrouk par les prophètes et par les saints. Ces versets qui ont été révélés au sujet des associateurs qui adoraient les idoles, ces égarés ont prétendu qu’ils concernaient les musulmans, qui recherchent les bénédictions, en faisaient le tawassoul par les prophètes et les saints. Et Allaah sait plus que tout autre.

 


%d blogueurs aiment cette page :