Chaykhaboulaliyah's Blog


Persévérer sur la croyance des sunnites !

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur décembre 31, 2018

La Louange est à Allaah le Seigneur des mondes. C’est Lui qui accorde les grâces et les bienfaits, et Il mérite les bons éloges. Que l’élévation en degré soit accordée au Prophète Mouhammad de la part de Allaah, celui qui accorde les bienfaits à Ses esclaves et dont léa bienfaisance englobe l’ensemble de Sa créationn Celui Qui est très miséricordieux envers les croyants. Que soient excaucées les invocations des anges des plus hauts degrés en faveur de notre Prophète Mouhammad, le plus plus honorable des messagers. Que l’honneur soit accordé à ses proches musulmans, bons et purs.

 

Le Chaykh a dit nous avons rapporté avec une chaine de tranmission ininterrompue, dans le Jami^ de At‐Tirmidhiyy, dans le Sahih de Ibnou Hibban, et dans d’autres recueils de hadith, par la voie de Soulayman Ibnou Yaçar, par la voie de ^Abdou l‐Lah Ibnou ^Oumar et par la voie de ^Amr Ibnou Dinar.

Ils ont tous dit : ^Oumar ibnou l khattab, que Allaah l’agrée, nous a tenu un discours debout à al jaabiyyah (région qui se situe dans le pays du Cham), et il a dit : Le Messager de Allaah nous a tenu un discours debout il a alors dit ce qui signifie : « Je vous recommande de suivre mes compagnons, puis ceux qui vont leur succéder, puis ceux qui vont leur succéder. Certes, pas un homme ne se retrouve seule en présence d’une femme sans que le sheytan ne soit le 3ème. Attachez-vous à la majorité et gardez-vous de la dispersion car le sheytan est avec la personne isolée, et il est plus loin de deux personnes ensembles. Celui qui recherche les délices du Paradis, qu’il s’attache à la majorité. Celui qui est heureux quand il fait une bonne action et qui est malheureux quand il fait une mauvaise action, le voilà le véritable croyant. » At Tirmidhiyy a dit que c’est un hadith haçan, sahih. Dans ce hadith, il est mis en évidence plusieurs sujets importants. Le premier porte sur l’importance de suivre les compagnons, car ce sont eux qui ont porté la religion à ceux qui sont venus après eux. Sans eux, nous n’aurions pas connu la religion agréée par Allaah. Ce sont eux qui nous ont transmis le Qour’an, et ce sont eux qui ont été témoins de la révélation et de la descente du Qour’an. Le 2ème sujet porte sur l’interdiction de la khalwah d’un homme avec une femme ajnabiyyah,  c’est à dire l’interdiction pour un homme et une femme de se retrouver seuls dans un endroit alors que l’homme n’est pas un mahram pour la femme, et sans qu’ils ne soient vus par une tierce personne. Le Messager de Allaah en a indiqué la cause en disant : « le sheytan sera avec eux pour les faire tomber dans le péché », parce que la cause plus fréquente de la fornication c’est la khalwah. Quand un homme se retrouve seul à seul en présence d’une femme le sheytan devient plus fort pour l’entraîner à commettre la fornication, c’est à dire que cest plus facile pour le sheytan d’entrainer les gens dans la fornication quand il y a une khalwah, (que quand il y a une tierce personne). Et le Prophète a dit dans son hadith ce qui signifie : « Attachez-vous à la majorité et gardez-vous de la dispersion car le sheytan est avec la personne isolée, et il est plus loin de deux personnes ensemble. » Il s’agit là d’un ordre que le Messager donne à sa communauté. L’ordre de s’attacher à la croyance de Ahlou s-sounnah wal jamaa^aH. Cette croyance, le Messager de Allaah l’a enseigné à ses compagnons, qui à leur tour l’ont enseigné à ceux qui les ont suivi.

Puis ceux-là à leur tour l’ont enseigné à ceux qui les ont suivi jusqu’à ce qu’elle parvienne à cette époque dans laquelle nous vivons. Cette croyance qu’avaient les compagnons est restée au sein de la majorité de la communauté du Prophète Mouhammad. La majorité de la communauté de Mouhammad depuis le début jusqu’à la période actuelle a cette croyance, la croyance des compagnons. Le Messager a recommandé à sa communauté de ne pas dévier de cette croyance. La majorité des musulmans de la communauté du Prophète Mouhammad, c’est à dire le plus grand nombre d’entre eux ont cette croyance que le Messager a recommandé de suivre et de ne pas s’en écarter. Aujourd’hui si quelqu’un se déplace dans les pays musulmans d’est en ouest, du nord au sud, il verra que les savants des musulmans ont tous cette même croyance. Le Chaykh dit prenez par exemple l’Indonésie avec ses 170 millions d’habitants, tous leurs savants ont la croyance Ahlou s-sounnah, la croyance Ach^arite, la croyance des compagnons.

Elle a été appelée la croyance Ach^arite parce que c’est Abou lhaçan Al Ach^ariyy qui a rédigé cette croyance, en lui apposant les preuves à partir du Qour’an et du hadith, et les preuves selon la raison. En effet, beaucoup de gens à son époque s’étaient écartés de cette croyance, c’est pourquoi cet imam éminent que Allaah l’agrée s’est engagé à lutter et à défendre la croyance de Ahlou s-sounnah en indiquant leurs preuves à partir des textes rapportés et la raison. C’est ainsi que cette croyance qui est la croyance des compagnons et ceux qui les ont suivi jusqu’à l ‘époque de Abou lhaçan Al Ach ^ariyy a été appelé la croyance Ach^arite. L’imam Abou lhaçan Al Ach^ariyy n’est pas venu avec un fondement dans la croyance qui serait en contradiction avec la croyance des compagnons, non, il n’a fait que détailler les preuves, en les explicitant et ce pour étouffer l’égarement des groupes mou^tazilah, des khawariyy, des mouchabbihah, et des dahriyyah (ils nient l’existence de Dieu, et disent que les corps existent de toute éternité). Il a prouvé l’infondé des faux arguments par lesquels certains ont essayé d’induire les gens en erreur, et il a indiqué que leurs prétendus arguments ne sont en rien de véritables arguments. Allaah lui a accordé une force dans l’expression et une capacité de raisonnement qui lui a permis de faire taire ces gens qui se sont singularisés qu’ils soient mou^tazilah, des mouchabbihah, khawariyy ou autres. Aujourd’hui, c’est cette croyance qui est celle de centaines de millions de musulmans. Les savants d’Indonésie, d’Egypte, de la totalité du Cham, du Yémen, de l’Irak, de la Turquie, de l’Afghanistan, de l’Inde, du Sind (capitale Karachi), de l’Afrique, de l’Abyssinie, de la Somalie, du sud de l’Afrique, tous ont cette croyance qui est appelée aujourd’hui la croyance Ach^arite. (Ce que vise notre Chaykh, que Allaah lui fasse misériorde c’est également ce qui englobe la croyance matouridite, car il n’ ya pas de divergence concernant les sujets fondamentaux, entre les ach^arites et les matouridites. Les gens de Ahlou s-Sounnah ne sont que ces deux groupes là.)

Et ceci est la croyance des compagnons, des successeurs des compagnons, des successeurs des successeurs des compagnons, jusqu’à nos jours, juqu’à l’époque de notre maître Al Ach^ariyy, et elle a perduré au-delà, elle a continué à être suivi par la majorité de la communauté du Prophète Mouhammad jusqu’à nos jours. Cette croyance c’est de confirmer l’existence de Allaah ta^ala Lui dont l’existence n’a pas été précédé d’un néant et que tout autre que Allaah était inexistant puis est devenu existant. Le genre de ce monde et la composition de ce monde, tout cela est entré en existence, rien n’est eternel exempt de début avec Allaah. Seul Allaah existe de toute éternité, de toute éternité il n’y a ni lumière, ni obscurité, ni endroit, ni temps, car le temps c’est un rapport entre une chose entrée en existence et une autre chose entrée en existence. Et l’existence de Allaah tabaraka wa ta^ala n’est pas précédée d’une inexistence. Tandis que tout autre que Lui était inexistant. Et le temps et l’endroit existent après ne pas avoir existé. Le temps et l’endroit n’étaient pas de toute éternité, il en est de même pour la lumière, l’obscurité et l’air. Ceci fait partie de l’ensemble de la croyance Ahlou s-sounnah Wal Jama^ah, les sunnites. Et le deuxième point est que Allaah tabaraka wa ta^ala n’a absolument aucune ressemblance avec quoique ce soit car s’Il avait une ressemblance avec quoique ce soit de ce monde, Il ne serait pas Créateur de ce monde. Et tout ce qui change d’un état à un autre a une existence ayant un début, et cela est justement la preuve que le monde dans sa totalité est entré en existence.

Ibrahim ^alayhi s- salam a montré l’infondé de la croyance des gens de sa ville, et était en ce temps à Babel, où il est né. Sa famille et les autres étaient tous mécréants excepté son neveu et exceptée Sarah l’épouse d’Ibrahim, qui étaient tous deux musulmans alors que les autres étaient mécréants. Tous les autres humains étaient mécréants, ils adoraient les astres, la lune, et le soleil. Lorsque Ibrahim a montré l’infondé de la croyance de ces gens, il leur a dit : « Ô vous les gens, vous adorez quelque chose qui change, qui passe d’un état à un autre, le soleil passe d’un état à un autre, la lune également, et les astres aussi. Comment serait-il valable que ces choses soit adorées, car il n’est pas valable rationnellement que ce soit les choses qui se créent elles-mêmes et il n’est pas valable qu’elles changent d’elles-mêmes d’un état à un autre. » Ibrahim a indiqué que celui qui a la divinité ne change pas d’un état à un autre, car il aurait besoin de qui le fait changer.

La croyance correcte est également l’exemption de Allaah de l’endroit, de la direction, du changement, et de toute caractéristique telle que le mouvement, la mobilité, et tout autre que cela. Les gens de Ahlou s-sounnah considèrent que dans le Qour’an il y a 2 catégories de versets : une partie du Qour’an qui est à expliquer selon le sens apparent, et une autre partie du Qour’an qui n’est pas à expliquer selon le sens apparent, mais un sens qui convient à Allaah ta^ala. L’imam Ahmad n’a pas expliqué les paroles de Allaah ta^ala (wa jaa’a Rabbouka)  par le déplacement et la venue d’un endroit à un autre.

Il a expliqué plutôt la parole de Allaah dans sourat al fajr comme l’a rapporté al Bayhaqiyy, par « ce sont des manifestations de la puissance de ton Seigneur qui viendront au jour du jugement » lorsque les anges vont tirer des flammes de l’enfer jusqu’à l’endroit où les gens seront rassemblés, de sorte à ce qu’ils puissent les voir, sans que ces flammes se séparent de l’enfer.

 

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :