Chaykhaboulaliyah's Blog


La vie après la mort : Al Barzakh et quelques exhortations

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur mai 18, 2019

La louange est à Allah le Seigneur des mondes que Allah honore et élève davantage le rang de notre maître Mouhammad, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. Nous demandons à Allah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons, qu’Il nous fasse nous rappeler ce que nous avons oublié et qu’Il nous augmente en connaissance. Et nous lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à Allah qu’Il fasse que nos intentions soient sincères par recherche de Son agrément.

 

Allah ta^ala dit dans le Qour’an :

كُلُّ نَفْسٍ ذَائِقَةُ الْمَوْت

Koullou nafsin dha’iqatou l-mawt [sourat ‘Ali ^Imran/185].

Le sens de ce verset est que nécessairement chaque âme va quitter le corps, nécessairement chaque personne va mourir et après que l’âme quitte le corps, le corps devient comme un bout de bois.

Ce corps là quand l’âme quittera le corps, deviendra comme un bout de bois c’est-à-dire un corps sans âme ou comme une pierre. Cependant dans la tombe, l’âme revient dans le corps. Dès que la personne est enterrée, quand son corps est mis sous terre, que sa tombe est refermée, l’âme entre à nouveau dans le corps. La personne reprend conscience et reprend sa perception sensorielle. Puis l’âme reste dans le corps et les deux anges vont venir interroger celui qui est mort. Même celui dont le corps a été brûlé, même ceux qui ont été dévorés par les fauves et dont le corps a pu être réparti dans plusieurs endroits, Allah est Tout Puissant à reconstituer le corps pour qu’il soit interrogé par les deux anges.

Les deux anges qui sont Mounkar et Nakir, vont interroger ce mort à propos de ce qu’il disait de son vivant à propos de notre maître Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wa sallam.

 

Ils vont lui dire :

 

ما كنت تقول فى هذا الرجل محمّد

 

Ma kounta taqoulou fi hadha r-rajouli Mouhammad ?

 

« Que disais-tu à propos de cet homme Mouhammad ? » ^alayhi ssalatou wa ssalam

 

Il va répondre ce qu’il disait de son vivant : s’il était musulman il va dire je témoigne qu’il n’est de dieu que Dieu et je témoigne que Mouhammad est Son Messager ^alayhi ssalatou wa ssalam.

Les deux anges Moukar et Nakir interrogent dans la langue que parle cette personne, chacun sera interrogé dans sa langue. Celui qui n’était pas musulman sera humilié pour n’avoir pas répondu correctement, pour n’avoir pas dit que Mouhammad est le messager de Dieu. De même s’il était hypocrite dans la croyance : celui qui montrait qu’il était musulman mais dans son cœur, soit il rejetait l’Islam, soit il doutait de l’Islam, celui-là n’est pas croyant, il n’est pas musulman.

إِنَّمَا الْمُؤْمِنُونَ الَّذِينَ ءاَمَنُوا بِاللَّهِ وَرَسُولِهِ ثُمَّ لَمْ يَرْتَابُوا

Ce qui signifie : Les croyants sont uniquement ceux qui ont cru en Dieu et en Son Messager et qui n’ont point douté.

Le doute contredit la foi, un cœur ne peut pas être croyant et en même temps hésitant. C’est pour cela que ce que certains disent est faux, ceux qui disent que le doute est le chemin pour la certitude. Ce n’est pas vrai, le doute contredit la certitude, celui qui doute n’est pas croyant. Ce n’est pas vrai que Al Ghazaliyy aurait dit, « j’ai douté pour être croyant », ceci est au faux. Au contraire, Al Ghazaliyy a répliqué aux philosophes. Le croyant est celui qui ne doute pas, il se base sur des certitudes, la foi ce n’est pas quelque chose qui contredit ce qu’implique la raison. La raison confirme la foi correcte.

Par la raison, nous avons su que ce monde change et par la raison nous avons su que tout ce qui change a un début. Par la raison nous déduisons que ce monde a un début, par la raison nous déduisons que ce monde a besoin de Qui lui donne ce début et Qui le fait changer. Par la raison nous déduisons que celui qui donne le début et qui fait changer ce monde est un Être qui, Lui est exempt de début et qui ne change pas. Par la raison nous déduisons que cet Être a des attributs de perfection qui sont dignes de lui, dont l’existence, l’exemption de début, l’exemption de fin, le non-besoin, la puissance, la volonté la science et c’est par le Prophète Mouhammad ^alayhi ssalatou wa s-salam que nous avons su que cet Être s’appelle Allah. Ce n’est pas par la raison que nous avons déduit Son nom.

Les prophètes nous ont transmis que c’est un devoir pour tous ceux qui sont responsables de croire en Allah, Dieu et de croire aux messagers qu’Il a envoyés. Il les a envoyés pour transmettre de Sa part, ce qui est dans notre intérêt dans ce bas monde et dans l’au-delà. Celui qui est intelligent et qui utilise correctement sa raison est celui qui suit le message des prophètes et des messagers. Le premier d’entre eux est Adam et le dernier d’entre eux est Mouhammad, que Dieu les honore et les élève davantage en degrés.

 

Celui qui est dans sa tombe va répondre ce qu’il disait de son vivant. S’il était hypocrite ou s’il n’était pas musulman il va dire « je ne sais pas, je disais ce que les gens disaient, je répétais comme eux » et il sera humilié, il subira un supplice dans sa tombe. Quant à celui qui était mort croyant, il répondra correctement. Celui qui est mort sur la foi complète c’est-à-dire en ayant atteint le degré de piété. Il dira :

 

La ilaha illa lLah, Mouhammadoun raçoulou lLah, salla l-Lahou ^alayhi wasallam

 

L’âme restera dans le corps jusqu’à ce qu’il soit assimilé par la terre et qu’il n’en restera plus que le dernier os du coccyx qui est le bout de la colonne vertébrale. Ce petit os de la taille d’un grain de moutarde, qui reste même si tout le corps est brûlé ou assimilé par la terre. L’âme du croyant pieux ira au paradis, elle y vivra et aura la forme d’un oiseau qui va bénéficier du paradis et qui se nourrira des fruits du paradis. Elle y restera ainsi jusqu’au jour qui annoncera la fin de ce monde, lorsqu’un ange qui s’appelle Israfil va souffler dans un cor et le son qui sera émis va déchirer le cœur de ceux qui seront encore vivants, dans leur poitrine et ils mourront. C’est ce qui annonce la fin de ce monde tout en sachant qu’à la fin de ce monde il n’y aura que des non musulmans qui seront encore vivants. Cent ans avant la fin de ce monde tous les croyants vont mourir, il ne restera que des non musulmans.

 

Les prophètes, leur corps ne seront pas assimilés par la terre.

Dans une version du hadith rapportée par Ibnou Hibban, notre maître Mouhammad ^alayhi ssalatou wa s-salam, a annoncé qu’il y a eu 124 000 prophètes parmi lesquels 313 messagers.

 

La différence entre Prophète (Nabiyy), et messager (Raçoul) :

Tout prophète n’est pas forcément messager, mais tout messager est également prophète. Le point commun des deux est que tous deux reçoivent la révélation de la part de Dieu, tous deux ont des miracles, tous les prophètes, tous les messagers sont venus avec la même religion qui est l’Islam. Tous les prophètes, tous les messagers sont musulmans. Il n’y a pas eu de prophète juif ou chrétien ou mazdéen. Tous ceux que Dieu a envoyés, il les a envoyés pour transmettre la même croyance au sujet de Dieu, au sujet de l’au-delà et ils ont tous annoncé qu’il va y avoir un prophète qui va venir après eux qui s’appelle Mouhammad ^alayhi ssalatou wa s-salam.  Allah soubhanaou wa ta^ala a pris l’engagement de tous les prophètes, ils s’engagent à suivre le prophète Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wa sallam si le prophète Mouhammad recevait la révélation de leur vivant. Et tous ont annoncé cela à leur communauté ; ils leur ont ordonné de suivre le prophète Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wa sallam s’ils venaient à le rencontrer. Mais à chaque époque où il y a un nouveau prophète, même ceux qui suivaient un prophète antérieur, devaient suivre le nouveau prophète. Les gens doivent suivre le prophète de leur époque. Après le prophète Mouça ^alayhi ssalam, lorque ^Iça est venu, les gens qui suivaient Mouça devaient suivre ^Ica. Ceux qui ne suivaient pas ^Ica sont des non musulmans. Ce ne sont pas des croyants. Ceux qui ont suivi ^Ica, lorsque Mouhammad est venu ils devaient suivre Mouhammad, ceux qui n’ont pas suivi Mouhammad ^alayhi ssalatou wa s-salam ne sont pas des croyants, ils ne sont pas des musulmans. Il n’y a pas de différence entre croyants et musulmans, ils sont liés. Un croyant c’est un musulman, un musulman c’est un croyant. L’imam Abou Hanifah a dit que le croyant et le musulman sont comme les deux faces d’une même pièce, c’est indissociable. Il n’y a pas une personne qui peut être croyante sans être musulmane ni l’inverse.

 

Tous les prophètes sont venus avec une seule et même religion.

Allah dit dans le Qour’an: ‘inna d-dina ^inda l-Lahi l-‘Islam

C’est à dire que la religion que Dieu agrée est l’Islam.

Ce qui distingue un messager d’un autre, ce sont les lois pratiques. Par exemple le nombre de prières, les jours que l’on doit jeûner, combien il faut donner à titre de zakat, ce qu’il est interdit de manger dans certaines choses. Il y a des choses qu’il est interdit de manger dans toutes les lois, mais il y a des choses qu’il est interdit de manger dans certaines lois et pas dans d’autres. Il y a une zakat qui était obligatoire à telle hauteur dans certaines lois et à une autre hauteur dans une autre loi. C’est ce qui distingue un messager d’un autre.

Les prophètes ne reçoivent pas de nouvelle loi. Ils appellent à suivre la loi du messager qui les a précédés, mais les messagers soit ils amènent une nouvelle loi, soit il y a une abrogation de certains jugements de la loi du messager qui les a précédés. Tous ont la même croyance, tous sont musulmans.

Les corps des prophètes ne sont pas assimilés par la terre, ils restent intacts, même après des milliers d’années. Après leur mort leur âme retourne aussi à leur corps. Mais à la différence des autres, comme leur corps n’est pas assimilé par la terre, leur âme ne se sépare pas de leur corps. Ceux dont le corps est assimilé par la terre, leur âme après va ailleurs, elle ne reste pas dans la tombe. L’âme des prophètes reste dans leur corps puisque leur corps ne sont pas assimilés par la terre. Durant toute cette période que l’on appelle Al barzakh (c’est-à-dire la période entre la mort et la résurrection), les prophètes sont vivants dans leur tombe, ils font la prière parce qu’ils trouvent du plaisir à évoquer Dieu.

Dieu est notre créateur, celui qui nous a donné tous les bienfaits que nous avons. Allah mérite que l’on se soumette à lui à l’extrême, que l’on accomplisse des actes d’obéissance parce que nous sommes redevables envers Lui pour tous les bienfaits qu’Il nous a accordés.  Le bienfait de nous donner l’existence, le bienfait de nous donner la vie, de faire de nous des gens vivants, le bienfait d’être musulmans. Nous ne pouvons pas énumérer tous les bienfaits qu’Il nous a accordés.

C’est pour cela que quoi que l’on fasse ce n’est pas suffisant en tant qu’actes d’obéissance en tant qu’adoration pour Dieu. Ce n’est pas suffisant pour être à la hauteur de la reconnaissance que nous devons à notre Créateur.

Les prophètes trouvent du plaisir dans l’adoration de Dieu, dans les prières, c’est ce qu’ils font dans leur tombe.

Il est rapporté que le Prophète a dit dans le hadith :

hayati khayroun lakoum wa mamati khayroun lakoum

fa ‘idha ana mittou ^ouridat ^alayya ‘a^maloukoum fa ‘in ra’aytou khayran, hamidtou lLah, wa ‘in ra’aytou charran istaghfartou lakoum

 

Ce qui signifie : Ma vie est un bien pour vous et ma mort est un bien pour vous. Après ma mort je suis informé de ce que vous faite. Pour ce que je trouve de bien, je fais les louanges à Allah et pour ce que je trouve de mal, je demande à Allah qu’Il vous pardonne.

 

Dans ce sens que durant sa vie, le prophète est un bien pour nous et pendant qu’il est mort il est utile pour nous, durant cette période de Al barzakh, entre la mort et la résurrection.

Après la mort du prophète, il y a des anges qui lui transmettent l’état de sa communauté. Lorsqu’il prend connaissance d’un bien qui a lieu au sein de sa communauté, il remercie Allah. Lorsqu’il est informé d’un mal qui est arrivé, il demande pardon en faveur de sa communauté. Le Prophète est donc bénéfique et profitable pour nous.  C’est cela le sens de ce hadith. Et c’est le cas des autres prophètes, c’est-à-dire qu’après que leur âme ait quitté leur corps, dans leur tombe leur âme retourne dans leur corps. Et leur corps reste ainsi avec leur âme jusqu’à ce que l’ange Israfil souffle dans le cor.

Le premier souffle dans le cor fait en sortes que tous ceux qui étaient vivants vont mourir, le deuxième souffle dans le cor sera l’annonce de la résurrection c’est à dire la sortie des morts de leurs tombes. Allah qui nous a créés pour notre première existence est tout puissant pour nous créer à nouveau pour le jour de la résurrection. C’est Lui qui nous a créés cette première fois, il est tout puissant pour nous donner l’existence, nous faire revivre après notre mort. Les prophètes sortiront de leur tombe au deuxième souffle dans le cor. Ce seront les prophètes qui sortiront en premier puis le reste des créatures. Les prophètes en premier lieu, notre maitre Mouhammad et les gens de la Mecque, de Médine et de At Ta’if. At Ta’if est une ville de la région de al Hijaz. Ce sont ces gens-là qui vont sortir les premiers de leurs tombes le jour du Jugement.

Dans la vie qu’ils mènent dans leur tombe, les prophètes n’ont pas besoin de manger et de boire. C’est Allah qui crée le fait d’être en bonne santé ou d’être vivant. Ce n’est pas la nourriture que l’on mange ou l’air que nous respirons ou la boisson que nous buvons qui créent en nous notre vie. Ce sont des causes, mais les causes ne créent pas les effets. Allah est le créateur des causes et le créateur des effets. Si Allah veut que suite à un évènement qui était une cause habituelle d’un autre évènement qui était un effet habituel il n’y ait pas cet effet justement, cet effet n’aura pas lieu car c’est Allah qui est le créateur. Et si l’effet habituel nécessitait habituellement une cause, Allah si Il veut, Il crée cet effet sans qu’il n’y ait eu la cause. En l’occurrence ici c’est être en bonne santé sans manger ou boire, Allah est tout puissant à créer cela s’Il le veut et Il l’accorde justement aux prophètes dans leurs tombes. Nous devons avoir pour croyance que notre prophète rend le salam à celui qui le lui passe au niveau de sa tombe. Il y a une grande annonce de bonne nouvelle pour celui qui va visiter le prophète à Médine. Le prophète dans un hadith rapporté par Ad-Daraqoutniyy, qu’il a dit :

 

من زار قبري وجبت له شفاعتي

Man zara qabri wajabat lahou chafa^ati

Ce qui signifie : « Celui qui visite ma tombe, j’intercèderai en sa faveur »

 

Les savants ont expliqué cela et on dit que si quelqu’un va accomplir le voyage jusqu’à Médine avec de l’argent licite et avec une intention sincère pour l’obéissance à Dieu, c’est-à-dire pas pour que les gens disent de lui qu’il a fait telle et telle chose, mais pour gagner des récompenses de Dieu uniquement, et qui n’avait comme objectif que de visiter le prophète ^alayhi ssalatou wa s-salam, le prophète intercèdera en sa faveur. Notre conviction, notre croyance puisque c’est le prophète qui l’a dit et le prophète ne ment pas puisqu’il a des miracles, c’est que le prophète rend le salam à celui qui le lui passe. Celui qui va devant la tombe honorée du prophète et dit As salamou^alayka ya raçoula l-Lah, le prophète répond et il rend le salam. Si quelqu’un loin de Médine, de l’endroit où nous sommes, passe le salam au prophète, Allah charge des anges qui vont transmettre le salam jusqu’au prophète ^alayhi ssalatou wa s-salam. Chaque fois qu’ils entendent As salatou wa ssalamou ^alayka ya raçoula l-Lah, Allahoumma salli wa sallam ^ala sayyidina Mouhammad, ils transmettent le salam au prophète ^alayhi ssalatou wa s-salam et ils disent ô messager de Allah untel te passe le salam et le messager de Allah rend le salam. Et ceci n’est pas chose difficile pour Dieu. Dieu est sur toute chose tout-puissant.

Ce n’est pas difficile pour Dieu que de faire que son prophète soit capable de rendre le salam à un grand nombre de personnes de sa communauté qui lui passe le salam nuit et jour. Dieu est sur toute chose tout puissant, ce n’est pas quelque chose de difficile. Si l’on voit par rapport à tous les gens sur terre, il y a toujours à un moment donné quelqu’un qui passe le salam au prophète. Allah est tout puissant à charger des gens qui transmettent le salam au prophète et que le prophète rende le salam ^alayhi ssalatou wa s-salam.

Ceux qui passent le salam devant la devanture honorée du prophète, là où il est enterré, il leur rend le salam sans que personne ne le lui transmette car il l’entend et ceux qui sont dans des endroits éloignés sur terre, il y a des anges qui se déplacent sur terre et certains ont pour fonction de transmettre le salam au prophète. Dans le hadith notre maitre Mouhammad ^alayhi ssalatou wa s-salam a dit ce qui signifie :

 

Il y a des anges qui se déplacent sur terre qui me transmettent le salam de ma communauté.

 

Hadith rapporté par Abou Dawoud dans ses sounan avec une chaîne de transmission du degré de Sahih et d’autres que Abou Dawoud l’ont également rapporté. C’est pour cela qu’il est important de profiter du fait que les anges transmettent notre salam au prophète, que Allah l’honore et l’élève davantage en degrés. Quand on dit As salatou ^alayka ya raçoula l-Lah ou que l’on dit salla l-Lahou ^ala sayyidina Mouhammad, ça veut dire ô Allah, honore et élève davantage en degrés notre maître Mouhammad, c’est cela la signification.

Salla l-Lahou ^ala Mouhammad c’est-à-dire Allahouma zid sayyidina Mouhammadan tachrifan wa ta^dhima c’est-à-dire ô Allah augmente notre maître Mouhammad en honneur et en gloire.

Et notre prophète nous a enseigné une croyance ainsi que des lois et des comportements. Parmi les comportements qu’il nous a enseignés ^alayhi ssalatou wa s-salam, il a dit :

 

Bourika li oummati fi boukouriha, c’est un hadith qui est sahih, authentique, rapporté par Ibnou Hibban.

C’est-à-dire que Allah donne des bénédictions à ceux de ma communauté qui commencent tôt leur journée, c’est-à-dire qui sortent tôt de chez eux pour régler leurs affaires, au tout début de la journée.

Œuvrer au tout début de la journée pour régler ses affaires, comporte des bénédictions. Les bénédictions en arabe c’est barakah. Al barakah signifie l’augmentation du bien. C’est-à-dire que si la personne fait la prière de soubh dans son temps, elle se sera alors acquittée de son devoir envers Dieu. Après elle peut faire un peu de dhikr, évocation de Dieu. Par exemple elle dit après avoir passé le salam des deux rak^ah de soubh et avant de quitter sa place, elle dit par exemple, 10 fois :

La ‘ilaha illa l-Lah wahdahou la charika lah ; lahou l-moulk wa lahou l-hamd wa houwa ^ala koulli chay’in qadir.

Elle peut aussi par exemple réciter sourat al falaq, an-nas et ayatou l-koursiyy, ceci est une grande protection.

Elle récite un peu de Qour’an, elle s’habitue chaque jour à réciter un peu de Qour’an, ou après elle règle ses affaires pour la subsistance, ce qui est communément appelé à notre époque « travailler » c’est-à-dire pour assurer la charge obligatoire de ceux qui sont à sa charge. C’est ainsi qu’étaient les musulmans par le passé, ils commençaient tôt leur journée, ils se levaient avant l’aube ou peu après, ils faisaient la prière de assoubh puis ils faisaient du dhikr, ils évoquaient Allah, par exemple la personne peut dire cent fois par jour le matin :

 

‘Astaghfirou l-Laha l-ladhi la ‘ilaha ‘il-la houwa l-Hayyou l-Qayyoum wa ‘atoubou ‘ilayh

 

Puis il dit :

Allahoumma salli ^ala sayyidina Mouhammad wa ^ala alihi wa sahbihi wa sallim

 

Puis il dit : la ‘ilaha ‘il-la l-Lah et tout ceci 100 fois. Ils évoquent Allah puis ils vont vaquer à leurs occupations. Et le Messagersalla l-Lahou ^alayhi wa sallam s’endormait après la prière de al ^icha’ s’il n’y avait pas d’affaire à régler et lorsque le coq pousse son cri au milieu de la nuit, il se levait. Généralement le coq pousse un cri au milieu de la nuit exactement. Le prophète se levait à ce moment là pour faire des prières surérogatoires.

 

L’un d’entre nous aime que lorsqu’il est dans un endroit celui-ci soit éclairé. Certains ressentent une gêne quand ils sont dans l’obscurité. Demain tu vas être dans ta tombe, ce qui éclairera ta tombe ce sont tes œuvres, les prières que tu fais la nuit c’est une cause pour que la tombe soit éclairée. Si chacun d’entre nous pense à construire sa résidence dans l’au-delà, il va éviter les péchés et accomplir les obligations.

Le prophète se levait au milieu de la nuit, faisait les prières surérogatoires, puis il s’endormait de nouveau. Il se réveillait un peu avant l’aube, faisait la prière, puis s’endormait et le muezzin pour la prière de l’aube le réveillait. Donc il faisait deux réveils pendant la nuit et le troisième était pour la prière de l’aube. Par le passé il y avait deux adhan, un qui réveillait les gens, qui n’annonçait pas le temps de la prière, quand l’entrée du temps de la prière était imminente et le deuxième pour annoncer le début du temps de la prière du fajr.

Dormir avant la moitié de la nuit, il y a en cela une bénédiction. Celui qui dort avant la moitié de la nuit il obtient un grand bien, il pourra se lever avant l’aube parce qu’il aura pris sa part de repos. Il pourra se lever avant l’aube pour faire des prières surérogatoires et pour invoquer Allah, pour évoquer Allah, faire du dhikr et réciter du Qour’an puis il accomplit la prière du soubh après avoir fait les deux rak^ah surérogatoire du fajr. Dans le hadith il est rapporté que ces deux rak^ah surérogatoires avant la prière de as soubh sont meilleures que ce bas monde et ce qu’il contient. Si la personne fait les deux rak^ah sounnah avec l’intention de rechercher l’agrément de Dieu, elle gagne beaucoup de bien.  Puis après la prière, le dhikr et la récitation du Qour’an, il va régler ses affaires et il y a une bénédiction.

C’est cela le sens du hadith : Bourika li oummati fi boukouriha

Allah accorde des bénédictions à ma communauté pour le fait qu’elle commence tôt sa journée.

Il est même déconseillé de converser après la prière de al ^icha’ sauf si c’est pour dire du bien. Par exemple s’il y a un invité ou un étranger ou quelqu’un de nouveau par exemple pour lui tenir la conversation, pour ne pas qu’il se sente isolé ou pour enseigner aux gens la religion. Tout ceci est un bien ou ce qui est de cet ordre. Car si quelqu’un ne s’endort qu’après la moitié de la nuit, il se peut qu’à cause de cette veillée, il commette un péché. Il risque de commettre un péché et aura terminé son état d’éveil sur quelque chose de mauvais. Par contre s’il s’endort avant la moitié de la nuit, qu’il dort tôt pour pouvoir se lever tôt, il aura terminé son état d’éveil sur du bien sans avoir commis de désobéissance. Délaisser le sommeil après la moitié de la nuit peut être une cause pour que la personne dise une parole qui comporte une désobéissance ou cela peut être une cause pour faire un acte qui est une désobéissance. C’est pour cela qu’il est mieux de s’endormir tôt pour se lever tôt sauf si c’est pour faire du bien.

Notre prophète ^alayhi ssalatou wa s-salam nous a enseigné également qu’au-delà du comportement il y a des choses qui sont plus importantes. Le comportement, la manière de vivre, organiser son temps, ceci est important. Mais ce qui est plus important et ce que tous les prophètes ont enseignés, c’est de connaitre Dieu et de connaitre un messager comme il convient. Ce n’est pas de simples paroles que dire ach-hadou al-la ‘ilaha illa l-Lah wa achhadou anna Mouhammadan raçoulou l-Lah.

Il faut avoir avec cette reconnaissance par la langue, la croyance correcte par le cœur, du sens de La ‘ilaha illa l-Lah Mouhammadoun raçoulou l-Lah.

Celui qui a bien compris le sens de ces paroles et s’il a eu cette croyance dans le cœur sans aucun doute et qu’il a reconnu par sa langue, alors il lui est garanti d’être sauvé du séjour éternel en enfer quel que soit le nombre de ses péchés. Même s’il meurt dans l’insouciance en ayant commis des péchés, au bout du compte il ira au paradis, soit après avoir été châtié en enfer pour ses péchés soit sans être châtié au préalable pour ses péchés. Cela signifie que celui qui meurt musulman, le paradis lui est garanti. S’il meurt musulman chargé de grands péchés :

  • Soit il est châtié pour ses péchés et après le châtiment en enfer pour ses péchés, il ira au paradis
  • Soit Allah lui pardonne et il entre au paradis

Celui qui est mort chargé de grands péchés mais qui est mort musulman, c’est-à-dire qu’il s’est protégé de ce qui fait sortir de l’Islam, il s’est protégé de l’apostasie, celui-là est certains que sa demeure finale sera le paradis.

Soit après avoir subi un châtiment s’il est chargé de grands péchés et ne s’en est pas repenti, soit sans être châtié parce que Dieu le lui a pardonné. Par contre celui qui meurt musulman sans être chargé de grand péché ira au paradis sans châtiment. Par ce qu’il est mort sur la foi complète.

Et notre Prophète a dit :

At-ta’ibou mina dh-dhanbi kaman la dhanba lah qui signifie : « Celui qui se repent du péché est comme celui qui ne l’a pas fait ».

 

Que chacun d’entre nous s’empresse de faire le repentir des péchés qu’il a commis pour ne pas avoir à en répondre au jour du jugement.

Le repentir comporte des piliers. Le premier pilier du repentir est de cesser de commettre cette chose, le deuxième est de regretter dans le cœur d’avoir désobéi à Dieu et le troisième est d’avoir la ferme volonté, décision ferme dans le cœur de ne pas refaire cette désobéissance. Si par ailleurs cette désobéissance consistait à des droits envers autrui on doit les réparer. Si quelqu’un a insulté une personne, il doit lui demander pardon, s’il a pris l’argent de quelqu’un, il doit le lui rendre. C’est pour cela que chacun d’entre nous fasse en sortes de se libérer des droits que les autres pourraient avoir sur lui avant le jour du Jugement. Si jamais il a fait quelque chose de mal, qu’il s’excuse avant que ne vienne le jour du jugement car le jour du Jugement sera le jour du grand dévoilement, les gens seront dévoilés. Alors celui qui craint le châtiment de Dieu qu’il essaie de sortir libre de toute injustice qu’il aurait pu commettre. Qu’il se rattrape maintenant avant qu’il ne soit trop tard.

Dans le bas monde beaucoup de réalités nous échappent, c’est-à-dire que l’on ne voit pas la réalité de beaucoup de choses : vous ne voyez pas ce que j’ai dans mon cœur, je ne vois pas ce que vous avez dans votre cœur. Beaucoup de chose on ne les connait pas réellement mais après la mort les choses vont apparaitre sous leur réalité. Celui qui par la bouche disait La ‘ilaha illa l-Lah Mouhammadoun raçoulou l-Lah, mais qui n’en a pas compris la signification, comme certains qui croient que Dieu est un corps assis dans le ciel, ces gens-là ne sont pas des musulmans. Ceux qui croient que Allah est un grand corps assis sur le trône ou établi et qu’Il descend, qu’Il monte et qu’Il a une jambe… ce ne sont pas des musulmans mais des mouchabihhah, des assimilationnistes qui assimilent Allah a Ses créatures.

Les musulmans, notre croyance est que Allah n’est pas un corps et Il est sans endroit. On ne dit pas qu’Il est partout, on ne dit pas que l’on ne sait pas où Il est. On dit et on est sûrs qu’Il existe sans endroits puisqu’il est le créateur des endroits. Avant la création des endroits, Allah existe. Après la création des endroits, Allah existe et Il ne change pas.

Le changement est la preuve du début. Celui qui change a un début. Ce monde change, il a un début, nous, nous changeons, nous avons un début. Tout ce qui change a un début, tout ce qui change a besoin de Qui lui a donné le début, il a besoin de Dieu, qui lui donne le début et que le fait changer, et Dieu n’a pas de début et ne change pas.

Avant la création des endroits, Allah existe, après la création des endroits Il existe toujours et Il ne change pas.

C’est cela la croyance des musulmans et elle est tirée du Qour’an, du verset 11 de sourat ach choura Layca kamithlihi chay’ qui signifie « Absolument rien est tel que Lui ».

 

Nous, nous sommes dans un endroit mais Allah absolument rien n’est tel que Lui donc Il n’est pas dans un endroit. Nous, nous avons des corps, Allah, absolument rien n’est tel que Lui donc il n’est pas un corps et l’on peut appliquer cette règle pour toutes les caractéristiques des créatures, donc Allah n’a pas les caractéristiques des créatures. C’est pour cela que celui qui dit La ‘ilaha illa l-Lah Mouhammadoun raçoulou l-Lah, et n’a pas compris le sens, c’est-à-dire qu’il a eu une croyance contraire à ce qu’il dit, celui-là ne sera pas sauvé au jour du Jugement. Cette parole qu’il disait ne va pas l’exonérer du châtiment dans l’au-delà, que Dieu nous en préserve.

La ‘ilaha illa l-Lah veut dire « nul ne mérite d’être adoré sinon Allah ». Seul Allah mérite qu’on le glorifie à l’extrême, nul autre que Lui ne mérite que l’on se soumette à lui à l’extrême, nul autre que Allah ne mérite l’adoration, seul Allah mérite qu’on l’adore. Allah seul mérite qu’on se soumette à lui à l’extrême, nul autre que Lui ne mérite que l’on se soumette à lui à l’extrême car tout autre que Allah est une créature et ne mérite pas que l’on se soumette à elle.

Même si nous disons que nous respectons les vertueux, les pieux, les prophètes, nous les glorifions mais pas comme nous glorifions Dieu. Allah, nous le glorifions à l’extrême, nous nous soumettons à Lui à l’extrême et nul autre que Lui ne mérite que l’on se soumette à lui à l’extrême. Que Dieu fasse que nous soyons de ceux qui sont musulmans croyants, qui vivent musulmans croyants, qui meurent musulmans croyants et que Dieu nous accorde de mourir sur la foi complète c’est-à-dire déchargés de tous péchés et qu’Il fasse que nous puissions voir notre Prophète Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wa sallam dans le rêve. Celui qui voit le Prophète Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wa sallam dans le rêve sous sa véritable apparence, il a la bonne nouvelle qu’il ne sera pas supplicié dans sa tombe et qu’il ira au paradis. Que Allah nous l’accorde. Ce n’est pas une condition d’être un saint, Allah accorde cela même à ceux qui ne sont pas des saints. Que Allah nous accorde à tous de voir le Prophète Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wa sallam sous sa véritable apparence pour qu’il nous annonce la bonne nouvelle.


%d blogueurs aiment cette page :