Chaykhaboulaliyah's Blog


Transactions : al mousaqat – contrat d’entretien d’arbres fruitiers et mariage

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur février 13, 2020
La louange est à Allaah,  le Seigneur des mondes, Que Dieu honore et élève davantage le rang de notre maître Mohammad Salla lLaahou عalayhi wa sallam, et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. Nous demandons à Dieu qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons. Qu’Il nous fasse nous rappeler ce que nous avons oublié.  Et qu’Il nous augmente en connaissance. Et nous Lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à Dieu, Qu’Il fasse que nos intentions soient sincère par recherche de Son agrément.
L’auteur, à la suite du livre des transactions, a dit ce qui signifie:
 المساقاة
Il veut dire par là qu’il est un devoir de connaître les jugements relatifs à المساقاة pour celui qui veut la pratiquer.
 Donc المساقاة c’est une transaction entre deux personnes, (quelqu’un qui fait la transaction avec quelqu’un d’autre), pour qu’il s’occupe d’arbres, (qu’il s’occupe de ces arbres là),  comme par exemple en  les irrigant, (comme par exemple en les arrosant), et le fruit est partagé entre les deux.
C’est une transaction en fonction de laquelle, ( en conséquence de laquelle)  celui qui va confier des plantations, ou des arbres à un autre, et cet autre va s’occuper de ses arbres  et le fruit qu’il va obtenir sera partagé entre les deux.
C’est-à-dire quelqu’un possède des arbres, (ça lui appartient), il se met d’accord avec quelqu’un d’autre, pour que l’autre s’occupe de ses arbres,  et il va les arroser, et le fruit sera partagé entre les deux.
Le propriétaire des arbres à une partie et celui qui s’en est occupé à une partie.
Selon l’école de l’imam Ach-chaafiعiyy,  il est une condition que المساقاة , ce contrat, porte sur des plantes, des arbres, que ce soit des palmiers ou des vignes, qui soient déjà planté.
C’est-à-dire qu’il ne va pas faire un contrat  selon lequel il va les lui planter, ils sont déjà plantés.
 Donc des palmiers ou des vignes qui soient déjà planté et qui sont bien précis.
Ce contrat de المساقاة n’est valide que si la durée est déterminée. Et ce contrat n’est permis, n’est valide que si la part des fruits soient définis également, par exemple, il lui dit « tu prends le un tiers »  Ou « tu prends le un quart » donc la part, la proportion est bien définie.
Si par exemple, il fait un contrat avec lui et lui dit « tu t’occupes de mes palmiers et ce palmier là, les fruits de ce palmier sont pour toi » , ça ce n’est pas valable.
Où si il lui dit « tu t’occupes de mes vignes et tu auras 3 mètres cubes de raisins pour toi », ça ce n’est pas valable. Il faut que ce soit proportionnel à la récolte totale.
Il faut que ce soit une proportion de la récolte totale et pas les fruits d’arbres en particulier, ni une quantité en particulier.
Celui qui va s’occuper, qui va entretenir les arbres ou les vignes, il doit à sa charge à lui, de faire, ce qui va augmenter la récolte, (charge à lui de faire, ce qui va augmenter la récolte) comme par exemple la pollinisation.  Donc c’est à lui d’assurer la pollinisation, c’est à dire de ramener les fruits mâles, si c’est un arbre femelle et les fruits femelles si c’est un arbre mâle.
C’est à lui aussi de faire l’élagage, c’est le faite que, par exemple les palmes qui restent nuisent au palmier, c’est à lui de faire l’élagage,  de couper les palmes qui gênent.
Et bien sûr l’arrosage, l’irrigation.
Et c’est au propriétaire des arbres de faire ce qui conserve les arbres, (c’est à lui de faire ce qui conserve les arbres), comme par exemple de creuser les rigoles qui vont amener l’eau. Ça c’est à sa charge, c’est au propriétaire des arbres de faire ça.
Ou d’acheter par exemple si il y a besoin d’une roue/moulin qui va amener l’eau de la rivière, donc c’est à lui d’acheter cela.
Il y a certaines pratiques, il y a des pratiques dans certains pays, Ils appellent ça, « la garantie des vergers », « la garantie des arbres », « la garantie des plantes », cela n’est pas correct, ceci est faux parce que cela revient à garantir les arbres avant que les fruits n’apparaissent. Parfois il dit « j’achète la récolte », il dit »j’achète ta récolte », alors que ‘il n’y a pas encore eu de récolte. Et généralement, il arrive que il y ait des maladies par exemple, et toute la récolte est perdue.
Et celui qui a payé de l’argent n’aura rien du tout.  Il aura payé de l’argent pour rien.  Cela est une transaction qui n’est pas correcte. Elle est interdite, elle n’est pas correcte.
Il y a un moyen de contournement qui permet d’éviter cela, et qui est un moyen qui est licite. C’est lorsque les fruits apparaissent dans un arbre particulier, et que il est valable à être consommés, il lui dit « je te loue ce terrain pour tel usage »ou « pour telle durée ».
S’il lui loue le terrain, il faut que cette location soit connue, pour une durée particulière et pour un montant particulier et le propriétaire du terrain lui dit « je t’autorise tu fais ce que tu veux avec les fruits ». Donc ça c’est un moyen pour ne pas tomber dans la transaction interdite.
Au lieu de lui dire « j’achète les fruits des arbres alors qu’il n’y a pas encore de fruits », il lui dit « je te loue ce terrain et tu fais ce que tu veux avec les fruits, ce qu’il y a dans les arbres » . Et ainsi le contrat devient licite.
Alors pour revenir au contrat de المساقاة il y a des conditions.
 D’abord c’est le contractant, (c’est un pilier de ce contrat) c’est-à-dire celui qui possède ces arbres, (le propriétaire des arbres), où quelqu’un qu’il a mandaté. (soit le propriétaire, soit son mandataire).
 Le deuxième pilier de ce contrat c’est la personne qui va s’occuper de l’irrigation et de l’entretient des arbres. Donc on a le propriétaire ou bien son mandataire, et celui  qui va travailler, celui qui va faire l’irrigation ou s’occuper des arbres.
Alors la même condition pour cet employé, (celui qui va travailler les arbres), les mêmes conditions que pour le contrat (qu’on a déjà vu) qui s’appelle القراض. القراص
C’est le faite que quelqu’un amène un capital à un autre pour que l’autre travaille avec, pour un commerce. Donc on a les mêmes conditions qui doivent être remplies pour celui qui va travailler avec l’argent dans القراص que celui qui va entretenir les arbres fruitiers pour المساقاة. C’est-à-dire qu’il est indépendant dans cette tâche. Il ne va pas lui dire par exemple : « tu travailles de telle heure à telle heure ».
 Ici il y a 2 sortes d’entretien. Pour les arbres, il y a 2 sortes d’entretien:
 Il y a une sorte de travaux dont la finalité c’est de conserver ce verger ( donc de conserver le verger, les palmiers ou les vignes). Et ce sont des travaux qui ne sont pas répétitif. Donc ce genre de travaux sont à la charge du propriétaire. Ce sont des travaux qui ne vont pas être refais tout le temps… et dont la finalité est de conserver le verger. Donc cette sorte de travaux, elle est à la charge du propriétaire, parce que c’est lui qui va en tirer bénéfice. Ce genre de travaux, c’est comme quoi par exemple? Comme de construire une clôture. Ça ce n’est pas pour avoir des fruits. Ça  l’intérêt c’est pour le propriétaire, que ce soit un intérêt immédiat ou ultérieur, c’est le propriétaire qui va en profiter.
Et la deuxième catégorie de travaux c’est ce qui est nécessaire pour les arbres, pour que ils puissent être productif et ce sont des travaux répétitif. Comme par exemple l’irrigation, comme par exemple le fait d’enlever  les mauvaises herbes, ou tout ce qui est nuisible à l’arbre ou encore de conserver les fruits, (de protéger les fruits) ou d’assécher les fruits, ou de cueillir les fruits. Donc ça, c’est à la charge de l’employé,  de celui qui travaille dans ce contrat.
Le contrat de mariage (puisqu’on est en train de parler des transactions, donc il aborde le contrat de mariage), il dit: il nécessite un surcroît de précaution et de vérification, de crainte des conséquences, si le contrat n’a pas été valable.
L’auteur que Dieu lui fasse miséricorde a dit: le contrat de mariage nécessite beaucoup plus de connaître ses lois que d’autres sujets, le contrat de mariage plus que d’autres sujets. Comment cela a lieu? Cela a lieu en apprenant les jugements relatifs à ce contrat la. Comment on les apprends? On les apprends par transmission oral, auprès de quelqu’un qui les connaît, (qui connaît ces jugements), et de les appliquer exactement telles que elles sont ses lois. Car celui qui ne connaît pas les jugements relatifs à ce contrat de mariage il se peut qu’il croit que se qui n’est pas un mariage, il va croire que c’est un mariage qui est valable et va découler de cela beaucoup de dégâts.
Car si on prend par exemple un contrat de vente, si le contrat de vente n’était pas valable, alors quelles sont les conséquences? C’est que celui qui était à l’image de l’acheteur, ne va pas posséder la marchandise, (objet de la vente). Et celui qui est à l’image du vendeur, ne va pas posséder le prix de cette vente. C’est ça les conséquences d’un contrat de vente qui ne marche pas, qui n’est pas correcte.
 Par contre si le contrat de mariage n’est pas valable, c’est quoi les conséquences? C’est que le rapport est une fornication et que l’enfant issue de ce rapport sera un enfant de fornication. Il ne sera pas attribué à son père et il ne va pas héritier de son père. Et d’autres conséquences relatives à ce sujet.
Et donc le contrat de mariage mérite justement que l’on fasse preuve de plus de précaution à son sujet, plus de vérification, car préserver la descendance, la légitimité de la descendance, fait parti des 5 points sur lesquels ce sont accordés les Lois de tous les Prophètes.
Il y a 5 points sur lesquels ce sont accordés les Lois de tous les Prophètes. Quels sont ces 5 points? C’est le fait de  préserver l’intégrité de la personne c’est-à-dire par exemple il est interdit de tuer quelqu’un sans droit, il y a la réservation des biens par exemple il est interdit de prendre injustement les biens d’autrui, il y a la préservation de l’honneur, donc il est interdit  d’accuser quelqu’un de  fornication sans preuve, la préservation de la raison donc faire quelques chose qui nuit à la raison est interdit et la préservation de la descendance c’est-à-dire que la fornication est interdite. Et d’autres ont cités la préservation de la religion c’est à dire de l’islam.
Donc les 5 points qui viennent d’être cités c’est-à-dire ce sont des points qui ne sont pas spécifique à une Loi d’un prophète et pas à un autre. C’est commun a toutes les Lois des prophètes.
Ainsi préserver les biens est un devoir, préserver l’âme est un devoir, préserver la raison est un devoir,  préserver la descendance est un devoir, et préserver la religion est un devoir encore plus important, plus propriétaire que tout le reste.
La religion ce sont des règles céleste c’est un ensemble de règles céleste que Dieu a donné à Ses créatures pour qu’ils les suivent, afin qu’ils les suivent. Ce n’est pas un héritage qu’ils ont hérités des gens. La religion ce n’est pas un héritage qu’ils ont hérités des gens, ce sont des règles céleste que Dieu a fixé pour les créatures pour qu’ils les suivent.
La préservation de la raison, Dieu l’a ordonné à Ses esclaves dans les Lois qu’Il a fait descendre à tous Ses prophètes. Il n’y a pas d’abrogation dans pareil jugement c’est à dire ce n’est pas un jugement qui va être arrêté, la préservation de la raison.
Toutes les Lois depuis celle de ‘Aadam عalayhi ssalaam jusqu’à celle de عIçaa عalayhi ssalaam jusqu’à celle de notre Maître MouHammad Salla lLaahou عalayhi wa sallam, toutes les Lois s’accordent sur la préservation de la raison.
Or l’alcool, le vin, tous les dérivés, tout ce qui est proche, ou similaire reviens à faire perdre la raison donc ce n’est pas possible qu’il y est eut un prophète qui est encouragé à la boire. Pas comme certains qui disent que Jésus aurait dit que un peu de vin ne fait pas mal.  Ce n’est pas possible qu’un  prophète est encouragé à en boire. Également la préservation de la descendance c’est une règle dans les Lois de tous les prophètes.
 Il y a l’intérêt de la préservation de la descendance, il n’y a pas d’intérêt a arrêter cette préservation des descendances dans une quelconque époque. Ça a toujours été quelque chose de louable.
Egalement, Dieu tabaaraka wa taعaalaa a ordonné a Ses esclaves de préserver les biens, Il leur a interdit de gaspiller, de détruire les biens. Celui qui jette un bien dans le feu pour qu’il se brûle ou pour le détruire d’une autre manière c’est interdit pour lui, c’est interdit de détruire quelque chose qui a une valeur.
(C’était une introduction dans le chapitre du mariage).
Quelques informations utiles:
Parmi les formes de patience, il y a le fait de patienter fasse aux épreuves. Cette patience fasse aux épreuves comporte une expiation des péchés et une élévation en degré. Comme le fait de patienter face à la pauvreté. Celui qui ne tend pas la main vers l’interdit à cause de la pauvreté mais qui plutôt patiente, il aura une récompense éminente. Et celui qui était aisé et riche puis il s’est appauvri, s’il patiente, et  qu’il ne tend pas la main pour obtenir l’argent d’une voie interdite, il aura une récompense éminente. Mais certains lorsqu’ils sont touchés par la pauvreté, ils tendent la main vers l’interdit. C’est gens-là vont à leur perte. La patience est quelque chose d’éminent. La patience comporte un grand bien. Patienter pour ne pas tomber dans les péchés, ça c’est quelque chose qui nécessite beaucoup d’efforts. Et le fait de patienter face aux difficultés des adorations, face aux difficultés de la pauvreté, face à la nuisance des gens, cela également comporte un bénéfice et un profit pour le musulman. Il y a des gens à cause du travail du bas monde, ils désobéissent à Dieu. Ils tombent dans un grand péché. Délaisser une seule obligation est un grand péché. La personne doit patienter et accomplir  les obligations pour ne pas tomber dans l’ interdit.
Wa lLaahou taعaalaa ‘aعlam wa ‘aHkam.

%d blogueurs aiment cette page :