Chaykhaboulaliyah's Blog


Non ! Adam n’a pas commis de péché capital !

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur mars 2, 2020
La Louange est à Allaah le Seigneur des mondes, que Allaah honore et élève davantage le rang de notre Maître MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. Nous demandons à Allaah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons, qu’Il nous fasse nous rappeler ce que nous avons oublié et qu’Il nous augmente en connaissance et nous Lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à Allaah qu’Il fasse que nos intentions soient sincères par recherche de Son Agrément.
Allaahou tabaaraka wa taعaalaa a créé les esclaves par Sa Miséricorde et Il les a chargés de certaines choses. Il les a responsabilisés par Sa justice et Il a agréé pour eux tous une seule Religion, il n’en a pas agréé d’autre pour eux. C’est l’Islam. Cette Religion que Dieu agrée pour Ses esclaves (il n’en a pas agréé d’autre pour eux) : c’est l’Islam. L’Islam est la Religion des Anges. C’est également la Religion de tous les Prophètes. Allaahou عAzza wa Jall a fait que les Lois pratiques de l’Islam soient différentes, selon les intérêts des esclaves, sans que la Croyance ne diffère. La Croyance est toujours la même, mais les Lois pratiques sont différentes. En fonction de quoi? En fonction de ce qui est de l’intérêt des gens. Parce qu’il n’y a pas d’intérêt pour les créatures que la Croyance de l’Islam varie, en fonction des communautés. L’Islam n’a donc pas été abrogé en tant que Croyance, mais les Lois qui sont les jugements, les ramifications de l’Islam, l’intérêt des esclaves est que ces Lois pratiques varient et c’est pour cela qu’elles sont différentes. Il y avait dans la Loi de ‘Aadam par exemple, un jugement qui n’était pas dans d’autres Lois que la sienne ; une Loi qui n’existait pas dans d’autres Lois que la sienne, car l’intérêt des humains impliquait ce jugement-là en question, à savoir que les fils de ‘Aadam puissent épouser les filles de ‘Aadam, que les fils de ‘Aadam, ses propres fils à lui, puissent se marier avec ses propres filles à lui. Il faisait ainsi marier le garçon d’une grossesse avec la fille d’une deuxième grossesse. Il mariait ses propres enfants, son fils qui était d’une grossesse avec la fille qui était d’une autre grossesse. Parmi les Miséricordes de Allaah, c’est que Hawwaa’ (Ève) accouchait à chaque fois de jumeaux : un garçon et une fille à chaque fois. C’était quoi la fornication à cette époque? La fornication à cette époque, c’est qu’il y ait un rapport avec sa sœur jumelle. C’est cela la fornication, le rapport qui était interdit dans la Loi de ‘Aadam : c’est qu’un garçon ait un rapport avec sa sœur jumelle. C’est cela qui était interdit. Et grâce à Dieu ; cela ne s’est pas produit. Grâce à Dieu, aucun d’entres eux n’a fait ce rapport interdit. Grâce à Dieu, aucun n’a eut un tel rapport interdit. Et le crime du fils de ‘Aadam, le crime que le fils de ‘Aadam avait commit, de quel crime s’agit-il? Il s’agit du crime lorsqu’il a tué son frère. Qui a tué son frère? C’était Qabiil qui a tué haabiil. C’était un crime qui n’avait pas pour cause la fornication, mais la cause de cet assassinat, est que Dieu a accepté l’offrande de l’un des deux frères et Il n’a pas accepté l’offrande du second. Le chayTaan l’a aveuglé. Il est devenu jaloux et il a tué son frère. Qabiil a tué son frère haabiil parce que haabiil a fait un sacrifice pour Dieu (une offrande) et Qabiil a fait un sacrifice mais, il y avait la preuve (à cette époque) que le sacrifice de l’un est accepté lorsqu’il y a un feu qui descend du ciel et qui brûle ce sacrifice qu’il a offert. Le sacrifice de haabiil a été accepté et celui de Qabiil n’a pas été accepté. Qabiil a tué son frère. Il a fait le premier crime de l’assassinat : il a tué injustement. Ensuite, après ‘Aadam, Allaah taعaalaa a interdit à jamais qu’un frère épouse sa sœur. Après la Loi de ‘Aadam عalayhi s-salaam, c’est devenu interdit à jamais qu’un frère épouse sa sœur, qu’elle soit jumelle ou pas jumelle, dans l’absolu. Et cela, ce jugement, est resté ainsi dans chaque Lois de Messager qu’Il envoie. Chaque Messager qui est envoyé à ce jugement dans sa Loi : l’interdiction qu’un frère épouse sa sœur. Et justement, ces Messages que Allaah envoie, dans chaque époque, Allaah leur envoie l’abrogation de certains jugements qui étaient dans la Loi du Messager qui l’a précédé. Chaque Messager que Allaah envoie, a une abrogation de certains jugements qui étaient dans la Loi du Messager qui l’a précédé. Donc ce n’est pas le Messager qui, par lui-même, abroge mais, c’est Allaah taعaala Qui lui révèle l’abrogation d’une partie de la Loi du Messager qui l’a précédé. Un exemple, donc nous avons vu l’exemple de la Loi chez ‘Aadam, comment il était permis à un garçon d’épouser sa sœur, puis c’est devenu interdit par la suite ; un autre exemple dans la Torah, le Livre qui a été révélé à notre Maître Mouuçaa عalayhi s-salaam : il est interdit qu’un homme épouse en même temps deux sœurs (c’est-à-dire une femme et la sœur de cette femme). Dans la Loi de la Torah, il est interdit qu’un homme épouse une femme et la sœur de cette femme, tout comme c’est interdit dans la Loi de notre Maître MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam alors qu’auparavant c’était permis. Dans la Loi de Yaعqouub, il était permis qu’un homme épouse une femme et la sœur de cette femme. Vous voyez donc cela a été abrogé par la Loi de Mouuçaa عalayhi s-salaam. Donc, si quelqu’un vous demande des exemples d’abrogation, voilà un exemple : dans la Loi de Yaعqouub, il était permis à un homme d’épouse deux sœurs. Justement, le Prophète Yaعqouub a épousé deux sœurs. De l’une, il a eut dix fils, et de l’autre il a eu Youuçouf et Binyaamiin (deux fils), Youuçouf qui était Prophète. Donc Yaعqouub était Prophète, c’est le petit fils de ‘Ibraahiim. Yaعqouub est le fils de ‘Is-Haaq, ‘Is-Haaq est le fils de ‘Ibraahiim. Le Prophète Yaعqouub s’appelle aussi ‘Israa’iil. ‘Israa’iil qui veut dire عAbdou l-Laah, ‘Israa’iil signifie عAbdou l-Laah dans leur langue. Et tous les Prophètes sont Musulmans : ‘Ibraahiim était Musulman, ‘Is-Haaq était Musulman, Yaعqouub était Musulman, Youuçouf était Musulman. Tous les Prophètes sont Musulmans. Mouuçaa était Musulman, عiiçaa était Musulman… Donc, dans la Loi de Yaعqouub, il était permis qu’un homme se marie avec deux sœurs en même temps. Ce n’est pas il en épouse une, ensuite elle meure, puis il épouse une deuxième ou il en épouse une, il divorce, ensuite il en épouse une deuxième. En même temps, il est marié avec les deux. Mais, quand est venue la Loi de Mouuçaa plus tard, dans la Torah, c’est devenu interdit. C’est devenu interdit qu’un homme épouse deux sœurs en même temps. Et ainsi de suite les Messagers se sont succédés et Allaah leur révèle les Lois qui sont de l’intérêt des gens à leur époque jusqu’à ce que soit venu notre Prophète MouHammad  عalayhi S-Salaatou wa s-salaam. Allaah lui a révélé une Loi qui comporte l’abrogation de certains jugements qui étaient dans les Lois des Prophètes avant lui. Allaah a révélé à notre Prophète MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam une abrogation de certains jugements qui étaient dans les Lois des Prophètes qui l’avaient précédé. Et même dans sa Loi à lui, dans la Loi du Prophète MouHammad عalayhi S-Salaatou wa s-sallam, il y a eu des abrogations de jugements qui avaient un jugement au préalable, c’est-à-dire dans la Loi du Prophète MouHammad lui-même, il y a eu des jugements qui ont été abrogés par d’autres. Durant sa vie à lui, Allaah lui a révélé que telle chose était permise et quelques temps après, la révélation est venue lui annoncer que cette chose était interdite donc il y a eu abrogation au sein même de la Loi du Prophète Mouhammad عalayhi S-Salaatou wa s-salaam. C’est comme l’exemple de al-moutعah. Al-moutعah qu’est-ce que c’est? C’est le mariage temporel, le mariage qui est limité dans le temps, ce qui s’appelle « moutعatou n-niçaa’ ». La sagesse impliquait que le mariage temporel était permis pendant un certain temps. Quelle est la cause d’autorisation du mariage temporel à cette époque-là (à l’époque du Prophète  MouHammad عalayhi S-Salaatou wa s-salaam) ? C’était en période de guerre et par nécessité. Les Compagnons du Messager de Allaah Salla l-Laahou عalayhi wa sallam, quand ils étaient en voyage pour les conquêtes, c’est-à-dire pour les guerres, ils leur était éprouvant le célibat. Le célibat était éprouvant pour eux. Allaah leur a autorisé, pour leur faciliter et par miséricorde pour eux, le mariage temporel. Ensuite, la révélation céleste est venue pour l’interdire lors de la bataille de khaybar, la conquête de Khaybar : ce mariage temporel a été interdit. Ensuite, la révélation est parvenue à notre Prophète MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam pour l’autoriser à nouveau. Donc, c’était licite, cela a été interdit, puis cela a été rendu licite. À quelle occasion cela a été rendu licite à nouveau? À l’occasion de la conquête de la Mecque (= Al-fatH). Vous savez quand vous récitez «  ‘Idhaa jaa’a naSrou l-Laahi wa l-fatH… ». Donc la conquête, c’est-à-dire que Allaah taعaalaa a accordé au Prophète عalayhi S-Salaatou wa s-salaam, après qu’il soit sorti de la Mecque, de retourner victorieux. Donc lors de la conquête de la Mecque, cela a été à nouveau rendu licite. Donc licite, interdit, puis licite. Pourquoi lors de la conquête de la Mecque cela a été rendu licite ? Quelle est la sagesse? Parce que la distance de Médine jusqu’à la Mecque est longue pour ceux qui sont partis. C’est long, c’est de l’ordre de 500 km. A l’époque, les conditions de transports n’étaient pas aussi faciles qu’à notre époque. Le climat n’est pas facile. Donc à cette époque-là, c’était rendu licite pour la conquête de la Mecque et donc la sagesse c’est que ce soit ( ce mariage temporel = al-moutعah), à nouveau rendu licite lors de la conquête de la Mecque et ils pouvaient profiter de cela pendant trois jours. Ensuite, il y a eu l’abrogation de cette dernière autorisation. Quand est-ce que l’abrogation est arrivée? Trois jours après leur arrivée à la Mecque victorieux. Allaah a révélé à Son Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam que le mariage temporel (= al-moutعah), était interdit à jamais. Si vous voulez avoir des preuves ou donner à quelqu’un les preuves, consultez le livre « FatHou l-baarii », le commentaire du SaHiiH de Al-Boukhaariyy du HaafiDH ‘ibnou Hajar Al-عasqalaaniyy, chapitre: « Le Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam a interdit le mariage temporaire ». Et donc, cette révélation après la conquête de la Mecque, trois jours après, pour interdire le mariage temporaire est le dernier jugement qui soit parvenu (l’interdiction du mariage temporaire). Le Messager de Allaah Salla l-Laahou عalayhi wa sallam a dit le jour de son interdiction : «  ‘innii kountou qad ‘adhintou lakoum bil-‘istimtaaعi mina n-niçaa’ fa ‘inna l-Laaha qad Harramahaa ‘ilaa yawmi l-qiyaamah ». Cette version-là est rapportée par ‘ibnou Maajah. Vous voyez, donc il y a le Hadiith de Al-Boukhaariyy et il y a ‘ibnou Maajah dans ses sounan, chapitre : « l’interdiction du mariage temporaire ». Donc, le sujet est bien clair, bien défini, aucune confusion. C’était licite au début pour une sagesse, cela a été interdit, cela a été à nouveau rendu licite, et cela a été nouveau interdit, et cette interdiction est jusqu’au Jour du Jugement puisque le Prophète l’a indiqué dans la version de ‘ibnou Maajah, tout comme c’est rapporté par Al-Boukhaariyy. Aussi, parmi les raisons qui avaient fait que le mariage temporaire était licite par le passé, c’était que les femmes Musulmanes étaient peu nombreuses. Au début de l’Islam, les femmes Musulmanes étaient peu nombreuses. Lorsque le nombre de femmes Musulmanes s’est multiplié, quand elles sont devenues nombreuses, après la conquête de la Mecque, pourquoi après la conquête de la Mecque les femmes Musulmanes étaient devenues nombreuses? Parce qu’après la conquête de la Mecque, les arabes sont entrés en Islam en grand nombre. Il y n’avait plus de nécessité pour que le mariage temporaire soit autorisé. Donc, la raison pour laquelle le mariage temporaire était licite, à savoir qu’il n’y avait pas beaucoup de femmes et qu’ils enduraient le célibat pendant les guerres, ces deux raisons-là on disparu. Il n’y a plus d’intérêt que ce mariage temporaire soit autorisé. Et le Chaykh dit qu’il y a une autre raison encore qui avait fait que c’était permis et que cela a été interdit : c’est que toutes les règles, tous les jugements relatifs à l’héritage, les jugements relatifs à la période d’attente post-maritale, les jugements relatifs au divorce, tous ces jugements-là n’avaient pas encore été révélés au début. Après que tous ces jugements soient parvenus par révélation, il n’y a plus de nécessité d’autoriser le mariage temporaire.
Également, parmi les choses qui étaient interdites dans les Lois des communautés qui nous ont précédées, il y a « ar-ribaa » (= le gain usuraire). Consommer le gain usuraire était interdit dans la Loi de Mouuçaa (= Moïse) عalayhi s-salaam. Cela a été indiqué dans le Qour’aan et dans le Hadiith.
Pour ce qui est du Qour’aan, il y a la parole de Allaah au sujet des juifs dans souurat An-Niçaa’ : « wa ‘akhdhihimou r-ribaa wa qad nouhouu عanh ». « nouhouu », c’est la voie passive de « nahaa », donc le fait qu’ils prennent le gain usuraire alors qu’il leur a été interdit. Allaah tabaaraka wa taعaalaa les a blâmés pour cela parce qu’ils consommaient du gain usuraire alors que le gain usuraire leur était interdit. Il leur était interdit par révélation. Et lorsque le Messager de Allaah Salla l-Laahou عalayhi wa sallam, notre Maître MouHammad, a eu sa mission de Prophète après qu’il n’y en ai pas eu, parce que vous savez que le Messager qui a précédé notre Maître MouHammad, c’est notre Maître عiiçaa عalayhi s-salaam et entre notre Maître عiiçaa et notre Maître MouHammad, il y a environ six cents années. Lorsque notre Maître MouHammad عalayhi S-Salaatou wa s-sallam a reçu sa mission, au tout début, il n’y a pas eu la révélation de l’interdiction du « ribaa ». Ce n’est pas au tout début de sa mission de Prophète qu’il a reçu l’interdiction du gain usuraire. Le gain usuraire n’a pas été interdit parmi les premières choses qui ont été révélées à notre Maître MouHammad عalayhi S-Salaatou wa s-salaam mais, cela lui a été révélé après l’émigration, un certain temps après l’émigration. Vous pouvez consulter à ce sujet le livre : « Al-Haawii al-kabiir » de Al-Maawardiyy.  Et donc, comme ce n’était pas interdit au début (donc c’est bien après l’émigration), donc toutes les années de la Mecque et une partie des années de Médine, comme ce n’était pas interdit, les Musulmans pratiquaient « ar-ribaa » : ils pratiquaient le gain usuraire avant la révélation de son interdiction au Messager Salla l-Laahou عalayhi wa sallam et ils ne commettaient pas de péché pour cela parce que ce n’était pas encore interdit, l’interdiction n’avait pas encore été révélée. Donc, ils ne tombaient pas dans le péché pour avoir pratiqué le gain usuraire. Allaahou taعaalaa a retardé l’interdiction du gain usuraire dans la communauté de MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam pour une sagesse. Allaah a retardé l’interdiction du gain usuraire dans la Loi de MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam pour une sagesse parce que les arabes pratiquaient beaucoup le gain usuraire à cette époque-là et donc, la sagesse impliquait de ne pas leur interdire rapidement cela parce que c’est quelque chose qui était pratiqué à large échelle. La sagesse impliquait de ne pas leur interdire rapidement cela pour les encourager à entrer en Islam. Parce que certains qui sont faibles, le chayTaan les attrape par ce coté-là. Quand la personne, le chayTaan lui dit : « quand tu vas entrer en Islam, tu ne vas plus pouvoir faire cela, tu ne vas plus pouvoir faire cela, cela est interdit, cela est interdit », et il retient la personne pour qu’elle ne rentre pas en Islam ou bien qu’elle commette des péchés. Donc, nous avons vu qu’il y a un verset du Qour’aan qui indique que les juifs, ils leur était interdit de pratiquer « ar-ribaa » et il y a un Hadiith qui indique que c’était interdit également aux juifs pratiquer « ar-ribaa » (= le gain usuraire), et que c’était interdit dans la Loi de notre Maître Mouuçaa عalayhi s-salaam. Bien sûr, Mouuçaa n’était pas juif, Mouuçaa fait partie des fils de ‘Israa’iil et Mouuçaa est Musulman. Et ceux qui ont suivi Mouuçaa n’étaient pas juifs, ceux qui ont appliqué la Loi de Mouuçaa étaient Musulmans mais c’est après que certains est déformé la Loi de Mouuçaa et ils sont devenus juifs. Attention, celui qui croit que Dieu envoie un prophète juif, un prophète chrétien, un prophète adorateur de feu ou adorateur du soleil, il sort de l’Islam celui qui croit cela. Allaah, tous les Prophètes qu’Il a envoyés, Il les a envoyés avec la même Religion. Allaah taعaalaa dit : « ‘inna d-diina عinda l-Laahi l-‘Islaam » ce qui signifie : « La Religion que Dieu agrée : c’est l’Islam ». Et Allaah taعaalaa dit : « wa may~yabtaghii ghayra l-‘Islaami diinaa~falay~youqbala minh, wa houwa fil-‘aakhirati mina l-khaaciriin » (= « celui qui suit, celui qui choisi, celui qui prend une autre religion de l’Islam, elle ne sera pas acceptée de lui et au Jour du Jugement, il sera au nombre des perdants »). Comme certains soi-disant Souufiyy, ils te disent : « moi je crois toutes les religions ». Ils disent « je crois au dieu de spinoza ». Attention ! Il y a des gens aujourd’hui qui se disent Souufiyy et ils disent des abominations. Vous lui dîtes le verset : « ‘inna d-diina عinda l-Laahi l-‘Islaam » (= « La Religion que Dieu agrée : c’est l’Islam »), « wa may~yabtaghii ghayra l-‘Islaami diinaa~falay~youqbala minh, wa houwa fil-‘aakhirati mina l-khaaciriin » (= « celui qui prend une autre religion que l’Islam, elle ne sera pas acceptée de lui et il sera au Jour du Jugement au nombre des perdants »). Donc faîtes attention ! Aujourd’hui, il y a des gens qui viennent, le chayTaan les attire soi-disant pas la gentillesse ou par le dhikr ou par le côté mystique soi-disant. Il lui dit : « nous, on aime tout le monde ». Comment tu dis que tu aimes ceux qui insultent Dieu ?!! Allaah taعaalaa n’agrée pas celui qui L’insulte. Allaah taعaalaa a créé un Paradis et Il a créé un enfer. Il a créé des Musulmans et Il a créé des mécréants ; ce n’est pas la même chose. Concernant le Hadiith de l’interdiction du « ribaa » dans la Loi de Mouuçaa عalayhi s-salaam, le Chaykh a dit : c’est ce que nous avons rapporté avec une chaîne de transmission ininterrompue dans le Jaamiع de At-tirmidhiyy du Hadiith de Safwaan ‘ibnou عAssaal (que Allaah l’agrée), dans lequel il a dit : un juif a dit à son ami : « Viens voir, nous allons voir le Prophète », « viens avec moi, nous allons voir le Prophète ». Pourtant, il n’était pas Musulman. Mais regardez, ils le savent qu’il était Prophète, que notre Maître MouHammad est un Prophète. Alors, son ami lui a dit : « Ne dis pas « Prophète », si il t’entend, il sera très heureux ». Alors, ils sont partis voir le Messager Salla l-Laahou عalayhi wa sallam et ils lui ont posé la question. Ils savaient que la réponse à cette question, personne ne pouvait l’avoir si ce n’est par révélation de la part de Dieu parce que eux, ils avaient les réponses chez eux et leurs savants ne les communiquaient pas. Et donc, si notre Maître MouHammad عalayhi S-Salaatou wa s-salaam leur répond, ce ne sont pas leurs savants qui lui ont glissé la réponse parce que eux, ils ne l’aiment pas mais c’est que Allaah le lui a révélé. Vous voyez ? Donc, ils ont dit: « quelles sont les neuf choses qui ont été interdites à Mouuçaa et à sa communauté ? ». Alors le Prophète leur a répondu, il leur a dit : « laa touchrikouu bi l-Laahi chay’aa, wa laa tasriqouu, wa laa taznouu, wa laa taqtoulou n-nafça l-latii Harrama l-Laahou ‘il-laa bil-Haqq, wa laa tamchouu bibarii’in ‘ilaa dhii soulTaanin yaqtoulah, wa laa tas-Harouu, wa laa ta’qoulou r-ribaa’ (…) » – al-Hadiith ‘ilaa ‘aakhirih -. Donc, il a cité les neuf choses et parmi ces choses qu’il a citées, il a dit : « Vous ne devez pas attribuer d’associé à Dieu, vous ne devez pas voler, vous ne devez pas faire la fornication, vous ne devez pas tuer quelqu’un injustement, vous ne devez pas dénoncer injustement un innocent auprès d’une autorité pour qu’elle le tue, vous ne devez pas pratiquer de sorcellerie, vous ne devez pas consommer le gain usuraire (…) » – jusqu’à la fin du Hadiith -. Il a cité les neuf choses et parmi ce qui nous intéresse ici, par le Hadiith du Compagnon Safwaan ‘ibnou عAssaal lorsqu’a rapporté At-tirmidhiyy, c’est que vous ne consommez pas le gain usuraire. At-tirmidhiyy a dit que ce Hadiith est Haçan et il est SaHiiH (= il est authentique). Les deux dernières, il a dit: « Wa laa taqdhifouu mouHSanatan, wa laa touwallou l-firaara yawma z-zaHf, wa عalaykoum khaaSSatan al-yahouud ‘an laa taعtadouu fis-sabt ». Donc il leur a rajouté : «  vous ne devez pas accuser de fornication une femme chaste, innocente, vous ne devez pas déserter le front et vous autres, en particulier les communautés de Mouuçaa, vous ne faîtes pas certaines choses le samedi ». Dans le Hadiith, qu’est-ce qu’ils ont fait ? Ils lui ont embrassé les mains et les pieds. Ils n’étaient pas Musulmans mais ils étaient tellement émus qu’il leur a donné la réponse et ils savaient que s’il leur a donné la réponse c’est que, elle lui a été révélée. Ils lui ont embrassé les mains et les pieds. Alors, le Prophète leur a dit : « fa maa yamnaعoukoum ‘an tatbaعouunii » ce qui signifie : « qu’est-ce qui vous empêche de me suivre (c’est-à-dire de devenir Musulmans) ? ». Et là, ils ont menti ; ils ont dit : « Daawoud a invoqué Allaah pour qu’il y ait un Prophète de sa descendance et nous avons peur que si nous te suivons, les juifs nous tuent ». Regardez, ils ont eu peur des gens et ils n’ont pas eu peur du Créateur. S’ils le suivent et qu’ils les tuent, ils meurent martyrs. N’est-ce pas que les sorciers de pharaon avaient amené pour défier Mouuçaa, quand ils ont vu que Mouuçaa, ce qu’il a fait, ce n’était pas de la sorcellerie mais c’était un miracle, ces sorciers sont devenus Musulmans. Pharaon les a tués, mais ils sont morts Martyrs : ils ont gagné. Alors que ces deux-là, alors qu’il leur a donné la preuve que c’est un Prophète et ils l’ont reconnu, ils l’ont su, mais ils n’ont pas voulu l’admettre, ils n’ont pas voulu témoigner qu’il n’est de dieu que Dieu et que MouHammad est le Messager de Dieu.
Parfois le chayTaan retient la personne par la peur, par l’entêtement. Le Musulman, il est fort, il est intelligent, il suit la Vérité. Beaucoup de mécréants préfèrent les plaisirs du bas-monde. Ils préfèrent la paresse, la facilité, c’est cela qui les retient. Le chayTaan les retient par cela. Il les tient par cela ou l’entêtement, l’orgueil. Allaah tabaaraka wa taعaalaa a su de toute éternité qu’il n’y a pas d’intérêts pour les esclaves qu’il y ait un nouveau Prophète après notre Maître MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam qui abroge une partie de sa Loi, pour abroger sa Loi, et que sa Loi est conforme à l’intérêt des esclaves jusqu’à la fin de cette vie du bas-monde. La Loi du Prophète MouHammad, elle est dans l’intérêt des esclaves jusqu’à la fin de cette vie ici-bas. Donc, cette communauté, nous (la communauté de notre Maître MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam), n’avons pas de besoin, c’est-à-dire « nous », ceux qui ont suivi le Prophète MouHammad et ceux à qui le message du Prophète MouHammad est parvenu mais qui ont refusé de le suivre parce que la Loi du Prophète MouHammad n’est pas uniquement pour nous, elle est pour tous ceux qui vivent après notre Prophète MouHammad. Quand on dit qu’il est interdit de boire de l’alcool, ce n’est pas interdit pour les Musulmans et permis pour les non-musulmans. Non, c’est interdit même pour les non-musulmans. Quand on dit qu’il est interdit de manger le porc, cela ne veut pas dire qu’il est interdit pour les Musulmans et qu’il n’est pas interdit pour les non-musulmans. Non, il est interdit aussi pour les non-musulmans. Quand on dit qu’on doit faire la prière, nous, nous devons faire la prière et les non-musulmans doivent entrer en Islam et faire la prière. Donc faîtes attention… Donc, il n’y a pas d’intérêt qu’il y ait abrogation de ce qui a été défini dans la Loi de notre Maître Mouhammad durant sa vie.  Quel est donc de l’intérêt des gens ? Qu’est-ce qui est de leur intérêt ? C’est qu’ils comprennent bien la Loi qui a été révélée à notre Maître MouHammad et qu’ils l’appliquent, qu’ils la comprennent bien et qu’ils l’appliquent, c’est-à-dire : ce qui est licite, ils peuvent le faire ; et ce qui est interdit, ils doivent s’en abstenir ; et ce qui est obligatoire, ils doivent l’accomplir. Allaah taعaalaa dit dans souurat Al-maa’idah : « al-yawma ‘akmaltou lakoum diinakoum », c’est-à-dire que les fondements de la Religion, les règles de la Religion, ont été parachevés . Ils ont été donnés, vous n’avez pas besoin d’autres. Vous n’avez pas besoin que quelqu’un dise : « tiens, on va changer l’héritage » ou « tiens, on va changer les Lois de l’esclavage », ou je ne sais pas quoi d’autre. Les règles de la Religion ont été définies, ça y est, vous n’avez plus besoin d’autres choses et ce verset a été révélé lors du pèlerinage de l’adieu. Le Prophète n’a fait qu’un seul pèlerinage de toute sa vie : c’est le pèlerinage de l’adieu. Il est mort deux mois et quelques après ce pèlerinage-là.
Allaah tabaaraka wa taعaalaa par ailleurs a fait l’éloge de la Science dans plusieurs versets : Il a incité à apprendre la Science. Et le Messager de Allaah Salla l-Laahou عalayhi wa sallam, que Dieu le rétribue en bien pour sa communauté du meilleur de ce dont Il a rétribué un Prophète pour sa communauté, il a bien indiqué le mérite de la Science car la Science de la Religion, les différentes catégories de personnes en ont besoin. Il n’y a pas une couche (une catégorie) de gens dans la société qui se passe de la Science de la religion (qui n’aurait pas besoin de la Science de la Religion). C’est pour cela qu’il y a l’importance de la Science de la Religion dans cette époque où l’ignorance de la Science du Halaal et du Haraam a prévalu. C’est pour cela qu’à notre époque, la Science de la Religion est encore, on voit combien elle est importante, alors que l’ignorance de ce qui est licite et de ce qui est interdit à prévalu chez beaucoup de gens, que ce soit leur connaissance ou leur pratique. Quelqu’un qui apprend un peu, quand il est confronté à des gens qui sont ignorants, il est choqué. Le degré d’ignorance des gens de notre époque. C’est pour cela que, apprenez et diffusez. Le Prophète عalayhi S-Salaatou wa s-salaam nous a encouragés, nous a ordonné de diffuser et cela s’inscrit dans le fait d’ordonner le bien et d’interdire le mal. À l’époque des Compagnons, à l’époque des successeurs des Compagnons, à l’époque des successeurs des successeurs des Compagnons et plus tard, la Science était beaucoup plus répandue qu’elle ne l’est aujourd’hui. Et justement, comme elle était plus répandue, l’état des Musulmans était de loin meilleur que l’état des Musulmans à notre époque. Comme la Science de la Religion était beaucoup plus diffusée parmi les gens, leur état était meilleur qu’il ne l’est aujourd’hui.
Attachez-vous à la Science ». Ne vous laissez pas entraîner par des gens qui ont tourné le dos à la Science de la Religion. Ne vous laissez pas impressionner par ceux qui, sous prétexte de suivre des tariiqah, se réunissent, font des cérémonies et font du dhikr alors qu’ils n’ont pas appris le minimum indispensable. Ne vous laissez pas entraîner par ces gens-là. Même pour faire du dhikr, tu as besoin de Science, même pour faire du dhikr (= de l’invocation de Dieu), tu as besoin de Science. Même si tu veux te consacrer à l’adoration de Dieu, tu as besoin de Science.
Il y a une grande différence entre l’adorateur et le savant, une grande différence. Il suffit à ce sujet, de citer ce qu’il nous a été autorisé de rapporter dans le Jaamiع de At-tirmidhiyy avec une chaîne de transmission authentique du Hadiith de ‘Abouu ‘Oumaamah Al-baahiliyy (que Allaah l’agrée), il a dit: « kaana rajoulaani ‘aHadouhoumaa عaabid wa l-‘aakharou عaalim, faqaala Raçouulou l-Laahou Salla l-Laahou عalayhi wa sallam : « faDlou l-عaalimi عala –عaabidi kafaDlii عalaa ‘adnaakoum, wa ‘inna l-Laaha wa malaa’ikatahou Hatta l-Hiitaana fil-baHri layouSallouuna عalaa mouعallimi n-naaçi l-khayr », ce qui signifie : (donc ‘Abouu ‘Oumaamah Al-baahiliyy disait : ) il y avait deux hommes, un qui était adorateur (qui se consacrait à l’adoration, mais il se consacrait à l’adoration en ayant appris, ce n’est pas comme aujourd’hui, certains n’ont pas appris et soi-disant ils se consacrent à l’adoration. Non, c’était quelqu’un qui avait appris correctement la Science de la Religion, il adorait Dieu correctement), donc ‘Abouu ‘Oumaamah Al-baahiliyy, le Compagnon (que Dieu l’agrée) a dit : il y avait un adorateur et il y avait un savant. Le Messager de Allaah Salla l-Laahou  عalayhi wa sallam a dit ce qui signifie : « le mérite du savant sur l’adorateur est comme mon degré à moi (c’est-à-dire le Prophète) par rapport à celui d’entre vous qui a le plus bas degré ».
« Allaah accorde le pardon aux savants (à celui qui enseigne le bien aux gens), et les Anges, et même les poissons dans l’eau, invoquent Allaah pour qu’Il pardonne à celui qui enseigne le bien aux gens ; alors œuvrez pour être de ceux qui enseignent le bien aux gens. Regardez la grâce et le bienfait promis par le Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam. Allaah pardonne, les Anges et même les poissons dans l’eau invoquent Dieu pour qu’Il pardonne à celui qui enseigne le bien aux gens. Chacun peut enseigner les treize Attributs de Dieu, les attributs des Prophètes. Chacun peut mettre en garde contre l’apostasie : la mécréance par la croyance, par les actes, par la parole. Ne lésinez pas en moyens, profitez que vous êtes vivants pour gagner des récompenses pour ce qui vient après la mort. Ne laissez pas les occasions passer. Pourquoi? Parce que grâce à la Science, Allaah taعaalaa fait que beaucoup de mal est réparé. Et que beaucoup de créatures sont sauvées de ce qui les mène à leur perte. Et comme nous avons vu, cette comparaison dans le Hadiith entre le savant et l’adorateur, c’est entre un adorateur qui est un véritable adorateur et un savant qui est un véritable savant. Parce que si le savant n’est pas un véritable savant, ce n’est pas quelqu’un qui a réalisé la Science et qui applique la Science qu’il a apprise, il n’aura pas ce grand mérite. L’adorateur également, si son adoration n’est pas conforme aux règles de la Loi, n’est pas conforme aux jugements, alors c’est comme rien du tout : son adoration est comme rien du tout. L’adorateur que le Messager de Allaah Salla l-Laahou عalayhi wa sallam a cité dans le Hadiith, c’est celui qui sait comment faire en sorte que son acte d’adoration est correct. Ce n’est pas celui qui fait l’image des actes d’adorations alors que les actes qu’il fait ne sont pas corrects. Ce n’est pas celui qui ne sait pas comment faire en sorte que sa prière soit valable, que sa purification soit valable. Celui qui est ainsi est exposé à un grand danger. Et parmi les éminentes grâces de la Science, عiiçaa le fils de Maryam (que Allaah l’honore et l’augmente en degrés ainsi que notre Prophète MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam), il a dit une parole très connue pour la description des savants de la communauté de notre Maître MouHammad عalayhi S-Salaatou wa s-salaam. Il a dit :« عoulamaa’ou Houlamaa’ bararatoun ‘atqiyaa’ ka’annahoum mina l-fiqhi ‘anbiyaa’ », ce qui signifie : « ce sont des savants qui sont indulgents ». Qu’est-ce que l’indulgence ? C’est celui qui a de la patience avec celui à qui il enseigne ou avec celui à qui il a à faire. Ce ne sont pas des gens qui se mettent en colère au quart de tour, qui s’énervent ; ils sont indulgents. Que ce soit avec les étudiants de Science, que ce soit avec leur épouse, que ce soit avec leurs enfants… Donc, ce sont « des savants qui sont indulgents, ils sont bienfaisants et ils sont pieux ; tellement ils ont de la Science qu’on dirait des Prophètes », rapporté par ‘Abouu Nouعaym dans Al-Hilyah. Cela aussi indique l’honneur de la Science et le haut degré de celui qui l’a
Quand tu le vois, c’est comme si tu voyais un Compagnon du Prophète parce que cette Science, il la met en œuvre dans son comportement, dans sa vie de tous les jours. Si en plus, la personne a la Science et l’adoration, alors cela est parmi les plus hauts des degrés. Et comme c’est grâce à la Science que l’on connaît le degré des actes : qu’est-ce qui est bien ? Qu’est-ce qui est meilleur ? Qu’est-ce qui est interdit ? Qu’est-ce qui est déconseillé ? Qu’est-ce qui est un péché ? Qu’est-ce qui, parmi les péchés, est un grand péché ? Qu’est-ce qui, parmi les péchés, est un petit péché ? Alors, nous voyonq bien que la Science fait partie des meilleures des œuvres et c’est l’une des meilleures choses auxquelles on consacre le plus précieux du temps. Et c’est parmi ce que la personne convient qu’elle recherche le plus.
Veillez à accumuler et à acquérir la Science. Même si parce que vous consacrez du temps à la Science, vous vous détournez de beaucoup d’autres choses que les âmes recherchent (c’est-à-dire même si vous faîtes des sacrifices), car la véritable sainteté, c’est la Science avec les œuvres. Celui qui consulte les livres des Faqiih (des savants) dans les siècles passés, qui connaît, qui prend connaissance des détails de leurs vies, il aura su et aura reconnu la valeur de la Science. Par exemple, le Faqiih le grand savant, le MouHaddith ‘Abouu عAmr ‘ibnou S-Salaah Ach-chahrazouuriyy Ad-dimachqiyy. Il est cité dans « Tabaqaatou ch-chaafiعiyyati l-koubraa » et il est mort en l’an 643 de l’Hégire. Nous sommes en 1441, cela fait 800 années moins 2 ans, c’est-à-dire presque 800 années. Donc il a vécu au sixième siècle de l’Hégire. On a creusé sa tombe à Damas il y a à peu près une trentaine d’années pour des travaux. Ils voulaient faire des routes ou construire des maisons, pour ouvrir une route. Quand ils ont ouvert la tombe, ils pensaient que ça y est c’était assimilé par la terre, cela fait 800 années qu’il est mort. Ils ont trouvé son corps intact ! Ils l’ont trouvé intact. Ni son corps a été assimilé par la terre, ni ses vêtements (le linceul) ne s’étaient déchirés, rien ! Ils l’ont emmené à Hayyou l-maydaan, à Damas et il a été, à nouveau, mis sous terre là-bas. Vous voyez le mérite de la Science. ‘Abouu عAmr ‘ibnou S-Salaah n’était pas réputé au sein de la communauté comme Ach-Chaafiعiyy, Maalik ou Ahmad. Il y a une grande différence entre lui et eux. Même s’il était connu parmi les MouHaddith, les spécialistes du Hadiith et les faqiih chaafiعite, mais il n’avait pas cette réputation qui le compare avec Ach-Chaafiعiyy (que Allaah l’agrée) et tous les autres. Il n’a pas obtenu ce degré, si ce n’est grâce à la Science et aux œuvres. Le Chaykh a dit : celui qui m’en a parlé, c’est un savant de Damas, ‘Abouu Soulaymaan Az-zabibiyy. Et lui, celui qui l’en a informé, c’est le fonctionnaire des ‘Awqaaf qui s’appelle عAbdou l-Moutaعaal et lui, il lui a rapporté de ce qu’il a vu de lui-même.
Nous demandons à Allaah qu’Il nous accorde le pardon ainsi qu’à ceux, à nos frères qui nous ont précédés dans la Foi, et la Louange est à Allaah, le Seigneur des mondes, et que Allaah honore et élève davantage en degré notre Maître Mouhammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam.
Laa ‘ilaaha ‘il-la l-Laah (trois fois)
Allaahoumma Salli عalaa sayyidinaa MouHammad wa عalaa ‘aalihii wa SaHbihii wa sallim (3 fois)
Rabbi ghfirlii wa lil-Mou’miniina wa l-Mou’minaat (3 fois)
Baaraka l-Laahou fiikoum.

%d blogueurs aiment cette page :