Chaykhaboulaliyah's Blog


Comment se protéger dans sa croyance (deuxième partie) !

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur mars 22, 2020

 

بَابُ الرِّدَّةِ

Chapitre de l’apostasie

 

La Louange est à Allaah, le Seigneur des mondes et que Allaah honore et élève davantage le rang de notre Maître MouHammad Salla l-Laahou عalayhi wa sallam et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. Nous demandons à Allaah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons, qu’Il nous fasse nous rappeler ce que nous avons oublié et qu’Il nous augmente en connaissances et nous Lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à Allaah qu’Il fasse que nos intentions soient sincères par recherche de Son Agrément.

 

 

Question 16 : Cite les savants des 4 écoles qui ont classé la mécréance en 3 catégories.

 

Réponse : Sache, mon frère Musulman, qu’il y a des croyances, il y a des actes et il y a des paroles qui annulent les deux témoignages et qui font tomber dans la mécréance car la mécréance est de trois sortes : il y a une mécréance par la croyance, une mécréance par les actes et une mécréance par la parole et ce, par l’accord des savants des 4 écoles, comme

An-Nawawiyy et ‘Ibnou l-Mouqrii parmi les Chaafiعites, ‘Ibnou عAabidiin parmi les Hanafites, Al-Bouhouutiyy parmi les Hanbalites, le Chaykh MouHammad عillaych parmi les Maalikites et d’autres, que celui qui le veut les consulte. De même, il y a d’autres que les savants des 4 écoles parmi les Moujtahid passés comme Al-‘Awzaaعiyy. Il était Moujtahid, il avait une école qui était appliquée puis, ceux qui l’avaient suivi n’ont pas perduré.

 

 

Question 17 : Cite des exemples de mécréance par la croyance.

 

Réponse : La mécréance par la croyance a lieu par le cœur comme nier un des Attributs de Allaah taعaalaa Qui Lui est obligatoire selon l’unanimité, tel que Son Existence ou le fait qu’Il soit Tout-Puissant ou le fait qu’Il entende ou qu’Il voie ou encore croire qu’Il est une lumière ou qu’Il a une âme. Le Chaykh عAbdou l-Ghaaniyy An-Naaboulouciyy a dit : « Celui qui a cru que Allaah a rempli les ceux et la terre, ou qui a cru que c’était un corps assis au-dessus du Trône : c’est un mécréant même s’il prétend qu’il est un Musulman ». Car la Croyance correcte est que Dieu existe sans endroit : Il est le Créateur des endroits.

 

 

Question 18 : Cite des exemples de mécréance par les actes.

 

Réponse : La mécréance par les actes, c’est comme jeter le MouS-Haf (le livre du Qour’aan) dans les ordures. ‘Ibnou عAabidiin a dit : « Même s’il n’avait pas pour objectif le rabaissement car son acte en soi indique le rabaissement », ou encore jeter les feuilles de Science de Religion ou n’importe quelle feuille sur laquelle il est écrit le Nom de Dieu, tout en sachant que ce Nom existe dessus.

 

Egalement, celui qui accroche sur lui un des symboles de mécréance, sans nécessité, si c’est dans l’objectif de rechercher les bénédictions, ou de glorifier cette insigne, ou en considérant ce qu’il fait comme licite alors, il est apostat : il est sorti de l’Islam.

 

 

Question 19 : Cite des exemples de mécréance par la parole.

 

Réponse : La mécréance par la parole comme celui qui insulte Dieu, en disant (que Dieu nous en préserve) : « la sœur de ton Dieu », ou « le fils de Dieu ». La mécréance a lieu ici, même s’il n’avait pas pour croyance que Dieu avait une sœur ou un fils.

 

Si un Musulman appelle un autre musulman en lui disant : « Eh mécréant ! », sans aucune interprétation, alors celui qui a parlé devient mécréant parce qu’il a appelé l’Islam, mécréance.

 

De même, devient mécréant celui qui dit a un Musulman : « Tu es juif » ou pareille semblable expression dans l’intention que ce n’est pas un Musulman. Sauf si par cela, il visait qu’il ressemblait aux juifs, dans ce cas, il ne devient pas mécréant.

 

Si quelqu’un dit à son épouse : « Je t’aime plus que je n’aime Dieu » ou «Je t’adore », il devient mécréant s’il comprend par cela l’adoration qui elle, est réservée uniquement à Dieu. Mais s’il comprend le grand amour : ce n’est pas de la mécréance.

 

Si quelqu’un dit à un autre : « Que Dieu soit injuste envers toi, tout comme tu as été injuste envers moi », il devient mécréant parce qu’il aura attribué l’injustice à Allaah, sauf s’il disait cette expression en arabe et s’il comprenait par le terme « yaDHlimouka », c’est-à-dire « Il prenne ma revanche de toi », dans ce cas, on ne le déclare pas mécréant mais on le lui interdit.

 

Si quelqu’un dit à un autre : « Que soit maudit ton Seigneur » : il devient mécréant.

 

De même, devient mécréant celui qui dit (que Dieu nous en préserve) : « Untel a bousculé Dieu », car il y a ici l’attribution du mouvement et de l’endroit à Allaah.

 

De même, devient mécréant celui qui attribue un organe à Dieu comme ceux qui attribuent à Dieu un organe génital : cela est une mécréance claire qui n’accepte aucune interprétation.

 

De même, devient mécréant celui qui dit : « Je suis le Dieu de ceux qui font cela ».

 

De même, devient mécréant celui qui dit : « Untel a rendu Dieu fou ».

 

De même, devient mécréant celui qui dit à un mécréant : « Que Dieu t’honore », dans le sens « Que Dieu t’agrée » car Dieu n’agrée pas les mécréants, tout comme Dieu dit :

{ فَإِن تَوَلَّوْا فَإِنَّ اللَّهَ لَا يُحِبُّ الْكَافِرِينَ }

« fa’in~tawallaw fa’inna l-Laaha laa youHibbou l-kaafiriin »

[ souurat ‘aali عimraan / Verset 32 ]

 

De même, celui qui dit à un mécréant « Que Dieu te pardonne » ou R.I.P. ( c’est-à-dire ‘Rest In Peace’ -en anglais-, ce qui signifie ‘Repose En Paix’ -en français-) comme certains disent à quelqu’un qui est mort mécréant. C’est-à-dire qu’il devient mécréant, s’il comprend par là que Dieu lui pardonne alors qu’il est sur la mécréance jusqu’à la mort.

 

De même, devient mécréant celui qui utilise le terme de « créer » attribué aux gens, dans le sens de « donner l’existence à ce qui n’existe pas », comme si quelqu’un dit à un autre :

« Crée-moi telle chose, tout comme Dieu t’a créé ».

 

De même, devient mécréant celui qui insulte عAzraa’iil عalayhi s-salaam, comme l’a dit ‘Ibnou FarHouun, le Maalikite, dans son livre tabSiratou l-Houkkaam, ou n’importe quels Anges عalayhimou s-salaam.

 

De même, devient mécréant celui qui dit : « Je déteste Dieu ».

 

Devient mécréant également celui qui dit : « Que soit maudit le ciel de ton Seigneur » parce qu’il se sera moqué de Dieu.

 

De même, devient mécréant celui qui appelle les temples religieux des mécréants : « Ce sont des maisons de Dieu ».

 

De même, devient mécréant celui qui dit un mensonge et il sait que c’est un mensonge, puis il dit : « Dieu est Témoin de ce que je dis » parce qu’il aura ainsi attribué l’ignorance à Dieu.

 

De même, devient mécréant celui qui dit, en généralisant son propos : « Le chien est meilleur que l’être humain » parce qu’il aura démenti la Parole de Dieu :

{ وَلَقَدْ كَرَّمْنَا بَنِي آدَمَ }

« Wa laqad karramnaa banii ‘Aadam »

[ souurat Al-‘israa’ / Verset 70 ]

 

De même, devient mécréant celui qui dit : « Les arabes, c’est de la gale », en généralisant sans aucun contexte de restriction, car son propos englobe les Prophètes et d’autres.

 

Il y a également certains poètes et auteurs qui écrivent des paroles de mécréance comme certains qui disent que « Dieu s’est enfuit ». Cela est un manque de respect à l’égard de Dieu et qui fait tomber dans la mécréance. Le QaaDii عiyaaD, le Maalikite, a dit dans son livre

Ach-chifaa’ : « Il n’y a pas de divergence que celui qui insulte Dieu, même s’il était Musulman, il est mécréant ».

 

Le manque de respect à l’égard du Messager Salla l-Laahou عalayhi wa sallam, en se moquant d’un de ses états ou d’une de ses situations ou d’un de ses actes est une mécréance.

 

Se moquer de ce sur quoi il y a du Qour’aan qui est écrit ou se moquer des Prophètes عalayhimou s-salaam ou se moquer des symboles de l’Islam ou d’un des Jugements de la Loi de Dieu est une mécréance d’une manière catégorique.

 

De même, apprécier la mécréance d’autrui est une mécréance parce que la règle est que : se satisfaire de la mécréance est de la mécréance.

 

 

 

Question 20 : Qu’est-ce qui est visé par le terme « biyaع » et par le terme « Salawaat » dans la Parole de Dieu :

{ وَلَوْلَا دَفْعُ اللَّهِ النَّاسَ بَعْضَهُم بِبَعْضٍ لَّهُدِّمَتْ صَوَامِعُ وَبِيَعٌ وَصَلَوَاتٌ وَمَسَاجِدُ }

« Wa law laa dafعou l-Laahi n-naaça baعDahoum bibaعDil~lahouddimat

Sawaamiعou wa biyaعouw~wa Salawaatouw~wa masaajid » ?

[ souurat Al-Hajj / Verset 40 ]

 

Réponse : Ce qui est visé ici, ce sont les lieux d’adoration des yahouud et des naSaaraa quand ils étaient sur l’Islam avant qu’ils ne deviennent mécréants car ces « biyaع » et ces « Salawaat » ont les mêmes jugements que les mosquées de la communauté de MouHammad puisque la totalité a été construite pour l’adoration de Dieu, pour glorifier Dieu, pour croire en Son Unicité et non pas pour adorer autre que Dieu. Ainsi par exemple, Allaah a appelé la mosquée Al-‘AqSaa, une mosquée, alors qu’elle n’a pas été construite par la communauté de MouHammad. Que tout un chacun craigne Dieu et prenne garde pour ne pas appeler les constructions édifiées pour l’association à Dieu, pour ne pas les appeler « des maisons de Dieu ». Et celui qui ne craint pas Dieu, va dire ce qu’il veut.

 

 

Question 21 : Quel est le jugement de celui qui rapporte la mécréance d’autrui ?

 

Réponse : Celui qui rapporte, que ce soit par l’écriture ou pas la parole, la mécréance de quelqu’un d’autre qui s’est produite de lui, sans l’apprécier, sans l’approuver, en disant : « untel a dit », même s’il a retardé l’expression « untel a dit » jusqu’à la fin de la phrase qu’il rapporte, et à condition que dans son intention, il avait l’objectif de citer ce discours rapporté à la fin, il ne sort pas de l’Islam.

 

 

Question 22 : Cite 4 cas d’exception de la mécréance par la parole.

 

Réponse : Il est excepté de la mécréance par la parole :

 

  • Premièrement : le cas du lapsus, c’est-à-dire de dire quelque chose parmi ce qui a été dit, sans volonté, mais c’est une parole qui est sortie de sa bouche alors qu’il n’avait pas du tout pour objectif de la dire.

 

  • Deuxième cas : la perte de sa lucidité, de sa raison, c’est-à-dire de ne pas être éveillé et ce, parce que la personne n’est pas responsable dans ce cas-là.

 

  • Troisièmement : le cas de la contrainte, celui qui prononce de la mécréance par la parole parce qu’il est contraint de mort ou de quelque chose qui entraîne la mort, tout en ayant son cœur apaisé par la Foi, il ne devient pas mécréant.

Allaah taعaalaa dit :

{ مَن كَفَرَ بِاللَّهِ مِن بَعْدِ إِيمَانِهِ إِلَّا مَنْ أُكْرِهَ وَقَلْبُهُ مُطْمَئِنٌّ بِالْإِيمَانِ وَلَٰكِن مَّن شَرَحَ بِالْكُفْرِ صَدْرًا فَعَلَيْهِمْ غَضَبٌ مِّنَ اللَّهِ }

« man kafara bil-Laahi mim~baعdi ‘iimaanihi ‘il-laa

man ‘oukriha wa qalboulou mouTma’innoum~bil-’iimaan

wa laakim~man~charaHa bil-koufri Sadran~faعalayhim ghaDaboum~mina l-Laah »

[ souurat An-NaHl / Verset 106 ]

ce qui signifie : « Celui qui commet la mécréance (celui qui dit une parole de mécréance) après avoir été croyant, il devient mécréant, sauf s’il était contraint et que son cœur était apaisé par la Foi, mais, même s’il était dans cette dernière situation, si au moment de parler il s’était satisfait de la mécréance qu’il prononce, alors il est mécréant également ».

 

  • Quatrième cas : le cas de celui qui rapporte la mécréance d’autrui. Ainsi, celui qui rapporte la mécréance d’autrui ne devient pas mécréant s’il le fait sans se satisfaire et sans apprécier. Notre preuve à ce sujet, c’est la Parole de Allaah :

{ وَقَالَتِ الْيَهُودُ عُزَيْرٌ ابْنُ اللَّهِ وَقَالَتِ النَّصَارَى الْمَسِيحُ ابْنُ اللَّه }

«  Wa qaalati l-yahouudou عOuzayroun ‘ibnou l-Laah,

wa qaalati n-naSaara l-maçiHou bnou l-Laah »

[ souurat At-tawbah / Verset 30 ]

ce qui signifie : « Les juifs ont dit : ‘عOuzayr est le fils de Dieu’, les chrétiens ont dit : ‘le Messie est le fils de Dieu’ »

 

et le verset qui signifie : « Les juifs ont dit que Dieu est avare ».

{ وَقَالَتِ الْيَهُودُ يَدُ اللَّهِ مَغْلُولَةٌ }

« Wa qaalati l-yahouudou yadou l-Laahi maghlouulah »

[ souurat Al-maa’idah / Verset 64 ]

 

Par ailleurs, l’expression qui indique le discours rapporté empêche celui qui le rapporte de la mécréance, si cette expression est citée au tout début de la phrase qui est rapportée, ou après avoir cité cette phrase juste après, tout en ayant l’intention de citer le discours rapporté avant même de dire la parole de mécréance. S’il dit par exemple : « Le Messie est le fils de Dieu, c’est la parole des chrétiens » ou « c’est ce que disent les chrétiens », c’est un discours rapporté qui empêche de tomber dans la mécréance pour celui qui parle.

 

 

Question 23 : Cite qui a déclaré mécréant les philosophes qui prétendent que ce monde n’a pas de début.

 

Réponse : Les Musulmans ont été unanimes à déclarer mécréants les philosophes qui prétendent que ce monde n’a pas de début. Tout comme cela a été cité par le MouHaddith, le Faqiih, le spécialiste des fondements Badrou d-diin Az-Zarkachiyy, dans son livre CharHou Jamعi l-jawaamiع, après avoir cité les deux groupes d’entre eux, c’est-à-dire le premier groupe qui prétend que le monde n’a pas de début par sa matière et sa composition, et le deuxième groupe de philosophes qui prétend que le monde n’a pas de début par sa matière et que sa composition est entrée en existence. Il a dit : « Les Musulmans se sont accordés à les déclarer égarés et mécréants ».

 

 

 

Question 24 : Cite la règle concernant la parole explicite et la parole apparente.

 

Réponse : La règle : le terme qui a deux sens, l’un étant une des sortes de mécréance et l’autre n’étant pas de la mécréance, mais que le sens qui est de la mécréance est apparent mais qui n’est pas explicite, celui qui le dit n’est pas déclaré mécréant avant de savoir lequel des deux sens il avait visé. S’il dit : « Moi, j’ai visé le sens qui est de la mécréance », alors il sera jugé mécréant, il lui sera appliqué des Lois de l’apostat sinon, il n’est pas jugé mécréant. Il en est de même si le terme avait plusieurs sens et que tous ces sens étaient de la mécréance et qu’un seul de ces sens n’était pas de la mécréance, celui qui le dit n’est pas déclaré mécréant avant d’avoir su lequel des sens il avait visé. S’il avait visé le sens de la mécréance, alors il est déclaré mécréant. C’est cela qu’ont cité certains savants Hanafites dans leurs livres.

 

 

Question 25 : Cite l’infondé de la parole de ceux qui disent que si la parole avait 99 sens de mécréance et 1 seul sens qui n’est pas de la mécréance alors on ne déclare pas mécréant celui qui l’a dite.

 

Réponse : Quant à ce que disent certains que « si une parole avait 99 sens qui étaient de la mécréance et qu’un seul sens qui n’était pas une mécréance, alors on ne déclare pas mécréant systématiquement celui qui l’a dite », cela n’a pas de sens, cela est infondé. Et il n’est pas valide d’attribuer cela à Maalik, ni à ‘Abouu Haniifah, tout comme un homme du nom de sayyid saabiq avait attribué pareille parole à Maalik. C’est malheureusement quelque chose qui est diffusé chez certains contemporains et c’est faux.

 

 

Question 26 : Est-ce qu’un grand péché peut se produire de la part d’un Saint ?

 

Réponse : Il se peut qu’un Saint (= un Waliyy) commette un grand péché avant de mourir peu de temps, mais il ne mourra qu’en ayant fait le repentir. C’est le cas de TalHah ‘Ibnou عOubaydi l-Laah et de Az-Zoubayr ‘Ibnou l-عAwwaam, que Allaah les agrée tous les deux. Ils avaient été dans le camp adverse au camp du 4ème Calife, l’Emir des Croyants, عAliyy que Allaah l’agrée, puisqu’ils étaient du côté de ceux qui l’avaient combattu à Al-BaSrah. Mais عAliyy a rappelé à chacun des deux un Hadiith. A Az-Zoubayr, il lui a dit : « N’est-ce pas que le Messager de Allaah Salla l-Laahou عalayhi wa sallam t’a dit un jour :

« ‘innaka laa touqaatilanna عAliyyan wa ‘anta DHaalimoun lah »

ce qui signifie : « Viendra un jour où tu vas combattre عAliyy et tu seras injuste envers lui ce jour-là ».

Alors Az-Zoubayr lui a dit : «  J’avais complètement oublié ». Il est parti, il a quitté le champ de bataille mais sur la route un homme de l’armée de عAliyy l’a tué. Az-Zoubayr avait fait le repentir donc, grâce au rappel que عAliyy lui avait fait et il n’est mort qu’en ayant fait le repentir. Quant à TalHah, عAliyy lui a dit : « N’est-ce pas que le Messager de Allaah Salla

l-Laahou عalayhi wa sallam a dit :

من كنت مولاه فعلي مولاه

« man kountou mawlaah, fa عAliyyoun mawlaah »

ce qui signifie : « Celui qui me soutient alors qu’il soutienne عAliyy ».

Alors TalHah a quitté et abandonné le champ et là aussi, c’est Marwaan ‘Ibnou l-Hakam qui l’a tué. Lui aussi, TalHah, avait fait le repentir. Il avait regretté de s’être rebellé contre عAliyy grâce au rappel que عAliyy lui avait fait par ce Hadith. Chacun de ces deux, qui étaient de grands Saints, n’est mort qu’en ayant fait le repentir et les deux Hadiith sont SaHiiH, le deuxième Hadiith est même moutawaatir.

 

 

 

Question 27 : Indique la confirmation de l’Imam ‘Abou l-Haçan Al-‘Achعariyy que TalHah,

Az-Zoubayr et عAa’ichah avaient commis un péché et qu’est-ce qu’il a dit à propos de ceux qui ont combattu عAliyy dans la bataille de Al-jamal et la bataille de Siffiin.

 

Réponse : L’Imam ‘Abou l-Haçan Al-‘Achعariyy a dit que TalHah et Az-Zoubayr ont leurs péchés qui ont été pardonnés grâce à l’annonce de bonne nouvelle que le Messager de Allaah Salla

l-Laahou عalayhi wa sallam leur avait faite ainsi que 8 autres compagnons dans une même assemblée. Et ceci, de la part de l’Imam ‘Abou l-Haçan Al-‘Achعariyy, est une confirmation qu’ils avaient commis un péché. Il a dit la même chose à propos de عAa’ichah que Allaah l’agrée, parce qu’elle aussi, elle a reçu l’annonce de bonne nouvelle qu’elle sera au Paradis. Elle avait profondément regretté de s’être tenue dans le rang de ceux qui ont combattu  عAliyy au point que lorsqu’elle se rappelait son voyage pour Al-BaSrah et le fait qu’elle s’est tenue parmi les combattants à عAliyy, elle pleurait énormément au point que ses larmes ont mouillé son voile et cela est également moutawaatir. Et ‘Abou l-Haçan Al-‘Achعariyy a dit à propos de tout autre que ces trois-là, c’est-à-dire ceux qui ont combattu عAliyy dans la bataille de

Al-jamal et dans la bataille de AS-Siffiin, ceux qui étaient avec Mouعaawiyah, il a dit : « Il est possible qu’il leur soit pardonné » tout comme cela a été rapporté par l’Imam ‘Abouu Bakr ‘Ibnou Fouurak d’après ‘Abou l-Haçan Al-‘Achعariyy dans son livre Moujarradou Maqaalaat Al-‘Achعariyy. ‘Ibnou Fouurak, c’est l’élève de l’élève de ‘Abou l-Haçan Al-‘Achعariyy qui est en l’occurrence ‘Abou l-Haçan Al-Baahiliyy que Allaah l’agrée. Ce que certains ignorants pensent, que le Saint ne tombe pas dans le péché, c’est une profonde ignorance. Ces trois, TalHah, Az-Zoubayr et عAa’ichah font partie des plus grands des Saints.

 

 

Quelques informations utiles :

 

Notre Chaykh, que Allaah lui fasse miséricorde, a dit :

Al-Boukhaariyy et Mouslim ont rapporté de ‘Abouu hourayrah, que Allaah l’agrée, qu’il a dit :

أَوْصَانِي خَلِيلِي بثَلَاثٍ لا أدَعُهُنَّ حتَّى أمُوتَ: صَوْمِ ثَلَاثَةِ أيَّامٍ مِن كُلِّ شَهْرٍ، وصَلَاةِ الضُّحَى، ونَوْمٍ علَى وِتْرٍ

« ‘AwSaanii khaliilii bithalaathin laa ‘adaعouhounna

hattaa ‘amouut : Sawmi thalaathati ‘ayyaamin min koulli chahr,

wa Salaati D-DouHaa wa nawmin عalaa witr »

ce qui signifie : « Mon bien-aimé, (il vise le Messager de Allaah Salla l-Laahou عalayhi wa sallam) a recommandé 3 choses à ne pas abandonner jusqu’à ma mort : jeûner 3 jours chaque mois, faire la prière de aD-DouHaa et dormir après avoir fait la prière de al-witr ».

Et d’après ‘Abou d-dardaa’ que Allaah l’agrée, il a dit :

أَوْصَانِي حَبِيبي ﷺ بِثلاث لَنْ أَدَعهُنَّ مَا عِشْتُ: بصِيامِ ثَلاثَة أَيَّامٍ مِن كُلِّ شَهْر، وَصَلاةِ الضحَى، وَبِأَنْ لاَ أَنَام حَتى أُوتِر

«  ‘AwSaanii Habiibii Salla l-Laahou عalayhi wa sallam bithalaathin lan ‘adaعouhounna maa عichtou : biSiyaami thalaathati ‘ayyaamin min koulli chahr,

wa Salaati D-DouHaa, wa bi‘an laa ‘anaama hattaa ‘ouutira »

[ Rapporté par Mouslim ]

ce qui signifie : « Mon bien-aimé, Salla l-Laahou عalayhi wa sallam, m’a recommandé 3 choses que je n’abandonnerai jamais tant que je suis vivant : de jeûner 3 jours par mois, de faire la prière de aD-DouHaa et de ne pas dormir avant de faire la prière de al-witr ».

 

Al-QourToubiyy, que Allaah lui fasse miséricorde, a dit : « La recommandation du Prophète Salla l-Laahou عalayhi wa sallam à ‘Abou d-dardaa’, à ‘Abouu hourayrah, que Allaah les agrée tous les deux, indique le grand mérite de la prière de aD-DouHaa et sa grande récompense et combien il a insisté pour qu’elle soit faite. C’est pour cela qu’ils ont conservé et ils ont persévéré à l’accomplir tous les deux et ils n’ont pas abandonné ».

Fin de citation de Al-QourToubiyy, à partir du livre Al-moufHim limaa ‘achkala min talkhiiSi Mouslim.

 

La prière de aD-DouHaa, son temps commence après le lever du soleil, lorsque le soleil est levé dans le ciel de la taille d’une lance, c’est-à-dire environ un tiers de l’heure après le lever du soleil, soit 20 minutes. On l’accomplit en 2 rakعah, en 4 rakعah, en 6 rakعah, en 8 rakعah, ou plus. Et dans le Hadiith :

« man hafaDha عalaa soubHati D-DouHaa dakhala l-jannah »

ce qui signifie : « Celui qui persévère à accomplir la prière de aD-DouHaa, il entrera au Paradis ».

 

Et notre Chaykh que Allaah lui fasse miséricorde a dit :

« Le fait d’enseigner la Science aux gens est meilleur que de leur distribuer de l’argent ».

 

Et notre Chaykh que Allaah lui fasse miséricorde a dit :

« Celui qui se plaint de beaucoup de tourments, alors qu’il fasse beaucoup de ‘istighfaar, qu’il dise beaucoup « Rabbi ghfir lii » ou bien « ‘astaghfirou l-Laah » et de la parole « laa Hawla wa laa qouwwata ‘il-laa bil-Laahi l-عaliyyi l-عaDHiim » et de la parole « Yaa Hayyou Yaa Qayyouum, biraHmatika ‘astaghiith».

 

Et notre Chaykh a dit :

« Un seul instant dans la désobéissance à Dieu laisse un long chagrin comme suite ».

 

Nous demandons à Allaah qu’Il nous fasse miséricorde et qu’Il ne dévoile pas nos défauts et qu’Il nous accorde le repentir.

 

Enfin, notre Chaykh que Allaah l’agrée a dit :

« Raziin Al-عabdariyy a rapporté dans son Jaamiع que celui qui avait une maladie et qui récite sur de l’eau pure :

– la FaatiHah 7 fois,

– ‘aayatou l-kourçiyy 7 fois,

– les 2 mouعawwidhaat « al-falaq et an-naas » 71 fois

et qu’il boit cette eau, à jeûn, 3 jours de suite, Allaah le guérit de toute maladie ».

 

Wa l-Laahou taعaalaa ‘aعlam wa ‘aHkam. Wa baaraka l-Laahou fiikoum.

 

Laa ‘ilaaha ‘il-la l-Laah (x3)

Allaahoumma Salli عalaa sayyidinaa MouHammad wa عalaa ‘aalihi wa SaHbihi wa sallim  (x3)

Rabbi ghfir lii wa lil-Mou’miniina wa l-Mou’minaat (x3)

 

Wa baaraka l-Laahou fiikoum.


%d blogueurs aiment cette page :