Chaykhaboulaliyah's Blog


Transactions interdites : il est interdit de vendre tout ce qui enivre

Posted in Uncategorized par chaykhaboulaliyah sur juin 20, 2022

Parmi les choses qu’il est interdit de vendre tout ce qui enivre, c’est-à-dire ce qui altère la raison en entraînant une joie et une euphorie (la personne se sent légère et heureuse).

Le Prophète nous a appris que celui qui se laisse aller à boire le vin et toutes les sortes d’alcool dans le bas monde, désobéit à Dieu, il sera privé de la boisson qui porte le même nom au Paradis et qui elle n’est pas une boisson alcoolisée.

Quant à ce qui altère la raison, mais sans entraîner cette euphorie, également ce qui endort les sens, mais sans altération de la raison, cela ne s’appelle pas khamr, comme les drogues, mais cela reste interdit car cela altère la conscience de la personne.

Ainsi, le haschich, l’opium et ce qui est de cet ordre, ne sont pas des substances enivrantes mais ce sont des substances qui sont interdites en raison du verset dans souurat An Niça’ ce qui signifie : “Ne vous menez pas à votre propre perte.”

Le Prophète a dit ce qui signifie : “Ce qui enivre en grande quantité, il est interdit de le boire même en toute petite quantité. »

Tout ce qui mène la personne à sa perte, il lui est interdit de le faire.

Tout ce qui enivre, sa vente est interdite. Même si cette substance enivrante n’est pas tirée du jus de raisin. Ce n’est pas du jus de raisin qui a fermenté pour donner du vin, même si c’est du miel mélangé avec de l’eau, qui a fermenté puis qui a stagné (hydromel – alcool de miel). Même si c’est à base d’autres que du jus de raisin, tout ce qui enivre, il est interdit de le vendre et de le consommer. 

^Aboullaah Ibnou ^Oumar Ibnou-l KhaTTaab a dit : “Évite tout ce qui pétille.”

– Rapporté par An-Nacaa’iyy

An nachiich est le son de l’ébullition ou pétillement de la boisson. C’est la limite séparatrice entre le liquide qui est licite et le liquide qui est interdit.

Le liquide dans lequel on a trempé des dattes, du miel, du blé ou de l’orge. On laisse décanter. Tant que ça n’est pas arrivé à cette étape ou c’est comme l’ébullition (la fermentation), ça n’est pas appelé khamr et c’est permis de le boire.

Cela devient du khamr lorsqu’il y a fermentation.

Il se produit comme des bulles, un son, le niveau du liquide s’élève au moment de l’ébullition et il devient enivrant. Ensuite, le niveau baisse et ça décante. Et les buveurs d’alcool apprécient le liquide à cette étape-là. A cette étape-là, cette boisson est interdite jusqu’à ce qu’elle se transforme en vinaigre. Elle va se transformer en vinaigre par l’apparition de l’acidité au sein de cette boisson, sans apport extérieur.

Certains essaient d’accélérer le processus en mettant un morceau de pain dans le vin pour accélérer la transformation en vinaigre. Une telle boisson est interdite à la consommation car le morceau de pain est pur. Et quand on le met en contact avec une substance qui est impure qui est le vin, ce morceau de pain devient impur, même si le liquide autour devient du vinaigre. Le transformation en vinaigre fait que le liquide est licite à condition qu’il n’y ait pas apport extérieur.

Le Prophète a dit ce qui signifie : “Quel bon accompagnement pour le pain que le vinaigre.”

Le Messager que Dieu l’honore et l’élève davantage en degré a maudit les boissons fermentées, il a maudit celui qui en boit, il a maudit celui qui la verse, il a maudit celui qui demande à ce qu’on la lui verse, celui qui vend cette boisson, celui qui l’achète, celui qui presse le fruit qui va servir pour fabriquer cette boisson alcoolisée, celui qui demande qu’on la lui presse, celui qui la porte, celui à qui elle est portée et celui qui en consomme le prix.

Tous ceux-là, le Messager de Allaah les a maudits à cause de l’alcool.

Et le Messager n’a pas cité dans le Hadiith que cette malédiction concerne également celui qui voit l’alcool.

Certains ignorants disent que celui qui voit l’alcool est maudit. Celui qui dit que celui qui voit l’alcool, dans l’absolu il est maudit, sort de l’islam. Sauf s’il dit celui qui voit le vin en désirant le boire, il ne sort pas de l’islam dans ce cas-là.

Dans le Hadiith, la nuit de Al-Mi^raj, quand le Prophète a fait l’ascension, il a été élevé dans les cieux et avant le début du voyage Jibril est venu lui ramener deux récipients : un récipient de lait et un récipient de khamr (ce n’est pas le vin qui enivre, c’est le khamr du Paradis qui n’enivre pas).


%d blogueurs aiment cette page :