Chaykhaboulaliyah's Blog


Questions Réponses purification et prière (suite)

Posted in cours général,islam,jurisprudence par chaykhaboulaliyah sur août 26, 2022
  • Quelles sont les catégories d’eau ?

Les catégories d’eau sont au nombre de trois : il y a une eau qui est pure et purificatrice, une eau qui est pure non purificatrice et une eau qui est impure, najis.

  • Qu’est-ce que l’eau pure et purificatrice ?

Il s’agit de l’eau qui est pure en soit et qui est purificatrice pour autre qu’elle, c’est-à-dire qu’il est valide de l’utiliser pour effectuer une purification, comme l’eau de pluie.

  • Qu’est-ce que l’eau qui est pure mais qui n’est pas purificatrice ?

L’eau qui est pure en soit mais qui n’est pas purificatrice pour autre qu’elle, c’est l’eau qui a déjà été utilisée pour lever un hadath ou encore l’eau qui a été beaucoup altérée par quelque chose de pur qui s’est mélangée à elle.

  • Qu’est-ce que l’eau impure ou najis ?

L’eau qui est impure ou najis, c’est l’eau qui est en petite quantité dans laquelle est tombée une impureté rituelle, une najaçah non tolérable, c’est-à-dire qui n’est pas excusée, que cette eau en petite quantité ait été altérée ou non. C’est également l’eau en grande quantité qui a été altérée par une najaçah.

  • Donne quelques exemples d’impuretés qui ne sont pas excusées.

L’impureté rituelle, najaçah qui n’est pas excusée, c’est l’impureté qui n’est pas tolérée telle que l’urine, les selles, la matière fécale, le sang, le pus, le vomi, le madhiyy, et le wadiyy. Le madhiyy est un liquide blanc, non visqueux, qui sort lors d’une poussée de désir et le wadiyy est un liquide blanc et trouble qui sort après avoir uriné ou après avoir porté quelque chose lourd.  

  • Qu’est-ce que l’eau en petite quantité et l’eau en grande quantité ?

L’eau en petite quantité, c’est l’eau qui est d’un volume inférieur à deux jarres, c’est à dire moins de deux jarres. L’eau en grande quantité, c’est l’eau d’un volume de deux jarres ou plus. La quantité de deux jarres, c’est ce qui remplit un trou cubique d’une coudée et un quart de côté, c’est-à-dire de longueur, de largeur et de profondeur, ce qui correspond environ à deux cents litres.

  • Quelles sont les sortes d’impuretés rituelles ?

Il y a deux sortes de najaçah, d’impuretés rituelles : une najaçah perceptible, ^ayniyyah et une najaçah imperceptible, houkmiyyah.

  • Qu’est-ce que l’impureté perceptible et comment l’élimine-t-on ?

L’impureté rituelle perceptible, ^ayniyyah, c’est celle qui a une couleur, un goût ou une odeur comme une goutte de sang sur un vêtement. Elle est éliminée en versant de l’eau sur l’endroit souillé jusqu’à ce que sa substance et ses caractéristiques disparaissent.

  • Qu’est-ce que l’impureté imperceptible et comment l’élimine-t-on ?

L’impureté rituelle non perceptible, houkmiyyah, c’est l’impureté qui n’a plus de couleur, de goût et d’odeur comme l’urine qui a séché et dont les caractéristiques ont disparu. Elle est éliminée en versant de l’eau sur l’endroit souillé une seule fois.

  • Comment élimine-t-on l’impureté du chien et du porc ?

L’impureté canine ou porcine, telle que la salive du chien ou du porc, est éliminée en lavant l’endroit sept fois avec de l’eau pure et purificatrice, dont une fois en mélangeant avec de la terre purificatrice.

  • Qu’est-ce que le tayammoum et comment a-t-il lieu ?

Le tayammoum, c’est le fait de faire parvenir de la terre jusqu’au visage et aux mains avec une intention précise. Cela a lieu avec de la terre qui est pure, purificatrice et poussiéreuse.

  • Pour qui est-il permis de faire le tayammoum et quand le fait-on pour la prière ?

Il est permis de faire le tayammoum pour quelqu’un qui ne dispose pas d’eau, qui ne trouve pas d’eau, ou pour qui l’eau est préjudiciable. Le tayammoum pour la prière a lieu après le début du temps de cette prière.

  • Parle de la manière de faire le tayammoum.

Il s’agit de frapper la terre avec ses mains en écartant ses doigts puis de les passer du haut du visage jusqu’au bas du visage, avec l’intention de se rendre permis l’obligation de la prière et non pas dans l’intention du tayammoum. L’intention est jointe au transfert de poussière jusqu’au visage et doit rester jusqu’au passage de ses mains sur la première partie de son visage. Ensuite, donner un deuxième coup sur la terre et passer la main sur l’autre main et les avant-bras en commençant par la main droite :

  1. Poser l’intérieur des doigts de la main gauche hormis le pouce sur la partie extérieure des doigts de la main droite hormis le pouce de sorte que les phalanges de la droite ne dépassent pas l’index de la gauche et que l’index de la droite ne dépasse pas les phalanges de la main gauche.
  2. Faire glisser la main gauche sur la partie extérieure de la main droite, et lorsque la personne arrive au niveau du poignet, plier les doigts de sorte à attraper l’avant-bras puis faire passer la main gauche sur l’avant-bras jusqu’au coude. 
  3. Tourner la paume de la main gauche vers l’intérieur de l’avant-bras droit, la faire glisser du coude vers la main et lorsque le pouce de la main gauche arrive au niveau du poignet, coller le pouce de la main gauche sur le pouce de la main droite pour le passer dessus.

Enfin, répéter cela avec la main droite sur la main et l’avant-bras gauche puis frotter une paume contre l’autre en écartant les doigts.

  • Quel est le jugement de celui qui ne dispose pas des deux instruments de purification : l’eau et la terre ?

Celui qui ne trouve pas d’eau et de terre, il est un devoir pour lui d’accomplir l’obligation et de refaire la prière qu’il a accompli sans s’être purifié.

  • Qu’est-il interdit de faire à celui qui a eu un petit hadath ?

Celui qui a perdu son woudou’, il lui est interdit de faire la prière, de faire les tours rituels autour de la Ka^bah, de porter le moushaf, le livre du Qour’an et de le toucher.

  • Qu’est-il interdit de faire à celui qui est jounoub ?

Il est interdit à celui qui est jounoub de faire la prière, les tours rituels, de porter le moushaf, de le toucher, de réciter le Qour’an avec sa langue et de rester à l’intérieur de la mosquée dont il s’agit de l’endroit qui a été dédié pour qu’on y fasse la prière en assemblée.

  • Qu’est-il interdit de faire à celle qui a les menstrues ou les lochies ?

Il est interdit à la femme qui a les menstrues ou les lochies d’accomplir la prière, de faire les tours rituels autour de la ka^bah, de porter le Moushaf ou de le toucher, de réciter le Qour’an avec la langue, de rester à l’intérieur de la mosquée, de jeûner avant l’interruption de l’écoulement de sang et d’avoir un rapport.

Livre de la prière

  • Qu’est-ce que la prière ?

La prière, ce sont des paroles et des gestes qui commencent par la parole Allahou ‘akbar et qui s’achèvent par le taslim, la parole as-salamou ^alaykoum.

  • Combien de prières est-il un devoir d’accomplir pendant le jour et la nuit et quelles sont-elles ?

Il est un devoir pendant le jour et la nuit d’accomplir cinq prières. Le Messager de Allah ﷺ a dit :

خَمْسُ صَلَواتٍ كَتَبَهُنَّ اللهُ عَلَى العِبَادِ

Ce qui signifie : « il y a cinq prières que Allah a prescrites aux esclaves », hadith rapporté par l’imam ‘Ahmad, qui sont adh-dhouhr, al-^asr, al-maghrib, al-^icha‘ et as–soubh. La connaissance des horaires de ces prières est un devoir pour toute personne responsable.

  • Quelles sont les prières surérogatoires relatives à ces cinq obligations ?

Les prières surérogatoires relatives aux cinq prières obligatoires sont les prières recommandées comme la prière recommandée de as-soubh qui est de deux rak^ah avant la prière de as-soubh, la prière recommandée de adh–dhouhr qui est de quatre rak^ah avant adh-dhouhr et deux rak^ah après, la prière recommandée de al-^asr qui est de quatre rak^ah après le ^asr, la prière recommandée de al-maghrib qui est de deux rak^ah après le maghrib et la prière recommandée de al-^icha‘ qui est de deux rak^ah après al-^icha‘.

  • Parle de la prière de al-witr.

C’est une prière surérogatoire qui n’est pas un devoir. Son temps est entre le temps de la prière de al-^icha‘ et le lever de l’aube. Il est recommandé de retarder son accomplissement jusqu’à la fin de la nuit. Le minimum c’est une rak^ah, son maximum est de onze rak^ah en passant le salam toutes les deux rak^ah. Le minimum de la manière complète est d’accomplir trois rak^ah avec deux taslimah. Il s’agit de mettre l’intention, pour les deux premières rak^ah, de faire le début de al-witr puis de passer le salam. Et dans la dernière rak^ah, mettre l’intention de faire al-witr. Il est recommandé de réciter dans la première rak^ah après la Fatihah

 ﴿سَبِّحِ اسْمَ رَبِّكَ الأَعْلَى﴾, dans la deuxième rak^ah ﴿قُلْ يَا أَيُّهَا الْكَافِرُونَ﴾ Et dans la troisième ﴿قُلْ هُوَ اللَّهُ أَحَدٌ﴾  et les deux mou^awidhat.

Il est recommandé de réciter lorsqu’on se relève de la dernière rak^ah du witr, la deuxième moitié de ramadan, l’invocation de al-qounout.

  • Qu’est-ce que l’invocation de al-qounout ?

L’invocation du qounout fait partie des recommandations de la prière. Cette invocation est récitée lorsque l’on se redresse de la deuxième rak^ah de la prière de as-soubh et lorsque l’on se redresse de la dernière rak^ah de la prière de al-witr, la deuxième moitié de ramadan. L’invocation est la suivante :

اللَّهُمَّ اهْدِنِى فِيمَنْ هَدَيْتَ وَعَافِنِى فِيمَنْ عَافَيْتَ وَتَوَلَّنِى فِيمَنْ تَوَلَّيْتَ وَبَارِكْ لِى فِيمَا أَعْطَيْتَ وَقِنِى شَرَّ مَا قَضَيْتَ فَإِنَّكَ تَقْضِى وَلا يُقْضَى عَلَيْكَ وَإِنَّهُ لا يَذِلُّ مَنْ وَالَيْتَ وَلا يَعِزُّ مَنْ عَادَيْتَ تَبَارَكْتَ رَبَّنَا وَتَعَالَيْتَ فَلَكَ الْحَمْدُ عَلَى مَا قَضَيْتَ أَسْتَغْفِرُكَ اللَّهُمَّ وَأَتُوبُ إِلَيْكَ

Cette invocation signifie : « Ô Allah, guide-moi parmi ceux que Tu as guidé, préserve-moi parmi ceux que Tu as préservé, fais que je sois sous Ta protection parmi ceux que Tu protèges, accorde-moi des bénédictions parmi ceux à qui Tu accordes les bénédictions, préserve-moi du mal que Tu as créé, certes Tu prédestines et Tu n’es pas sujet à la prédestination, certes, celui que Tu protège n’est pas humilié et celui que Tu as pris pour ennemi n’aura pas la gloire. Ô mon Seigneur, Tu es glorifié, Tu es exempt de toute imperfection. A Toi la louange pour ce que Tu as destiné, je Te demande de me pardonner, Ô Allah et je me repens à Toi ». Il est recommandé de dire à la fin cette invocation :

وَصَلِّ اللَّهُمَّ عَلَى سَيِّدِنَا مُحَمَّدٍ وَعَلَى ءَالِهِ وَصَحْبِهِ وَسَلِّم

Ce qui signifie : « Ô Allah honore et élève davantage en degrés notre Maitre Mouhammad ﷺ ainsi que sa famille et ses compagnons et apaise ses craintes de ce qu’il craint pour elle ».

L’imam récite cette invocation de qounout en utilisant le pluriel et il la récite à voix haute contrairement à celui qui récite seul. Le ma’moum, celui qui prie en étant dirigé, il dit ‘amin aux invocations de al-qounout et il participe avec l’imam quand c’est une parole de louange. Et lorsqu’il s’agit des parties d’éloges de Dieu, le ma’moum prononce la même chose que l’Imam à partir de la parole فَإِنَّكَ تَقْضِى وَلا يُقْضَى عَلَيْكَ ,c’est-à-dire, il dit à voix basse comme dit l’imam. Il est recommandé pour le ma’moum de dire ‘amin après que l’imam ait fait l’invocation en faveur du Prophète parce que c’est une invocation.

  • Explique les sens de l’invocation de al-qounout :

اللَّهُمَّ اهْدِنِى فِيمَنْ هَدَيْتَ : Ô Allah honore-moi en me maintenant sur la guidée de l’Islam et fait que je sois au nombre des biens guidés, ceux pour qui Tu as voulu la bonne guidée.

وَعَافِنِى فِيمَنْ عَافَيْت : fais que je sois de ceux à qui Tu as accordé la sauvegarde.

وَتَوَلَّنِى فِيمَنْ تَوَلَّيْتَ : fais que je sois au nombre de ceux à qui Tu as accordé la protection.

وَبَارِكْ لِى فِيمَا أَعْطَيْتَ : fais qu’il y ait des bénédictions dans ce que Tu m’as accordé.

وَقِنِى شَرَّ مَا قَضَيْتَ : évite moi le mal que Tu as créé et cela ne veut pas dire « évite moi le mal que tu as prédestiné qu’il m’atteigne ».

فَإِنَّكَ تَقْضِى وَلا يُقْضَى عَلَيْكَ : أَىْ أَنْتَ تُقَدِّرُ عَلَى مَخْلُوقَاتِكَ وَلا يَقْضِى عَلَيْكَ غَيْرُكَ أَىْ لا يُصِيبُكَ مِنْ أَحَدٍ نَفْعٌ وَلا ضَرَرٌ

وَإِنَّهُ لا يَذِلُّ مَنْ وَالَيْتَ : c’est-à-dire celui pour qui Tu as voulu qu’il soit glorieux et à qui Tu as accordé Ta victoire, il ne sera pas humilié même si certaines personnes lui nuisent, en réalité Il est glorieux.

وَلا يَعِزُّ مَنْ عَادَيْتَ : celui qui est un ennemi pour Toi ne deviendra pas glorieux, c’est-à-dire selon Ton jugement et chez les meilleurs des gens.

تَبَارَكْتَ رَبَّنَا وَتَعَالَيْتَ : que Ta grâce ô notre Seigneur soit continue et Tu es exempt de toute ressemblance avec les créatures.

فَلَكَ الْحَمْدُ عَلَى مَا قَضَيْتَ : à Toi la louange pour ce que Tu prédestines c’est-à-dire nous sommes satisfaits de Dieu dans Sa prédestination du bien et du mal et nous ne sommes pas satisfaits de l’esclave qui fait le mal parce qu’il lui est défendu de le faire.  

  • Quand commence le temps de adh–dhouhr et quand finit-il ? 

Le temps de adh-dhouhr commence lorsque le soleil s’écarte du milieu du ciel en direction de l’ouest et il finit lorsque l’ombre d’un objet aura la même taille que l’objet lui-même en plus de l’ombre qu’il avait lorsque le soleil était au milieu du ciel.

  • Comment sait-on que le soleil s’est écarté du milieu du ciel ?

On sait que le soleil s’est écarté du milieu du ciel en traçant un trait droit du nord vers le sud et en posant un objet : lorsque le soleil est au milieu du ciel, l’ombre de cet objet sera exactement sur ce trait il ne s’en écarte pas. C’est un signe que le soleil est au milieu du ciel. Lorsque l’ombre s’écarte de ce trait en direction de l’est et que l’ombre augmente en longueur, nous savons ainsi que le soleil s’est écarté du milieu du ciel en direction du couchant et que le temps de adh-dhouhr a commencé.

  • Quand commence le temps de al-^asr et quand finit-il ?

Le temps de al-^asr commence avec la fin de adh-dhouhr et s’achève par la disparition de la totalité du disque solaire.

  • Quand commence le temps de al-maghrib et quand finit-il ?

Le temps de al-maghrib commence par la disparition du soleil et s’achève à la disparition de la lueur rouge. La lueur rouge c’est une rougeur qui apparaît en direction du couchant après le coucher du soleil.

  • Quand commence le temps de al-^icha‘ et quand finit-il ?

Le temps de al-^icha‘ commence par la disparition de la lueur rouge et s’achève au lever de l’aube véritable. L’aube véritable c’est une blancheur transverse à l’horizon Est qui paraît fine puis qui se diffuse et s’élargit.

  • Quand commence le temps de as–soubh et quand finit-il ?

Le temps de as-soubh commence par le lever de l’aube véritable et s’achève par l’apparition de la première partie du soleil.

  • Quel est le jugement de celui qui aura retardé la prière jusqu’à la fin de son temps ?

Celui qui retarde la prière délibérément, de sorte qu’il ne puisse pas l’accomplir dans son temps, il se charge d’un péché. En revanche, s’il s’engage dans la prière alors que le temps est encore suffisant pour accomplir les piliers de la prière, puis qu’il a prolongé la récitation de sorte que le temps de la prière suivante a commencé,  sa première prière est valide et il ne tombe pas dans le péché.

Celui qui arrive à accomplir une ra^kah de la prière dans son temps, elle lui sera comptée comme étant accomplie dans son temps et celui qui n’atteint pas une ra^kah de cette prière dans son temps alors elle sera considérée comme en rattrapage. 

  • Quel est le jugement de celui qui retarde la prière jusqu’à la fin de son temps de sorte qu’il puisse l’accomplir dans son temps mais il est mort avant de l’accomplir ?

Celui qui retarde la prière jusqu’à la fin de son temps de sorte qu’il puisse l’accomplir dans son temps, c’est-à-dire que c’était son objectif de l’accomplir dans son temps, et qu’il est mort avant de pouvoir l’accomplir, il ne se charge pas d’un péché. Contrairement à celui pour qui le pèlerinage était un devoir, c’est-à-dire qu’il était capable de l’accomplir mais il a retardé jusqu’à l’année suivante et il est mort avant, il aura désobéi à Allah, exempté de toute imperfection soit-Il.


%d blogueurs aiment cette page :