Chaykhaboulaliyah's Blog


Les épouses du Prophète

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur juillet 29, 2010
Tags:

La louange est à Allah, le Seigneur des mondes, que Allah honore et élève davantage le rang de notre maître Mouhammad et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. Nous demandons à Allah qu’Il nous fasse apprendre ce que nous ignorons, qu’Il nous fasse nous rappeler de ce que nous avons oublié et qu’Il nous augmente en connaissances et nous Lui demandons de nous préserver de l’état des gens de l’enfer. Nous demandons à Allah qu’il fasse que nos intentions soient sincères par recherche de son agrément.

Allah dit « An-nabiyyou…» (sourat al-‘Ahzab/6). Dans cette ‘ayah, Allah a appelé les épouses du Prophète oummahatou-l-mou’minin, c’est-à-dire les mères des croyants, c’est-à-dire que les épouses du prophètes sont comme des mères pour les croyants et cette appellation est tirée du Qour’an notamment dans cette ‘ayah de sourat al-‘Ahzab. Cette appellation de « oumma’atou l’mou’minin », c’est à titre du respect qui leur est dû, à titre de glorification des épouses du prophètes et au titre, tout comme l’a personne, il lui est interdit d’épouser sa propre mère, ces femmes il est interdit de les épouser même après la mort du prophète.

Elles ont beaucoup de particularités ces femmes, parmi ces particularités, c’est qu’il n’y a pas qui puisse les épouser après le décès du messager de Allah. De même elles ont des jugements qui leurs est propre. Parmi les jugements qui sont propres à ces femmes, c’est qu’il est un devoir pour elles et pas pour les autres femmes que de se couvrir le visage en présence des ‘ajnabiyy, en présence d’hommes qui ne font pas partie de leur proche parenté, qui ne sont pas des marham, des hommes qui leur est interdit d’épouser à cause des liens de sang, d’allaitement ou de mariage, elles doivent se couvrir le visage et ceci est spécifique aux épouses du prophète, ce n’est pas un jugement qui s’applique à la totalité des femmes musulmanes. Les autres femmes que les épouses du prophète, ce n’est pas obligatoire pour elles que de se couvrir le visage mais c’est recommandé, c’est-à-dire que c’est  bien si elles le font, si elles ne le font pas, elles ne commettent pas de péché. La limite du visage, c’est de là ou commencent à pousser les cheveux chez le commun des gens jusqu’au menton et d’une oreille à l’autre. Mais comme c’est quelque chose qui est obligatoire pour les épouses du prophète, c’est recommandé pour celles qui ne sont pas épouses du prophète de prendre exemple sur les épouses du prophète. Pour le commun des femmes, leur zone de pudeur, ce qu’elles doivent couvrir que ce soit dans la prière ou en présence des hommes ajnabiyy comme dans la rue par exemple, c’est tout leur corps sauf le visage et les mains, le visage et les mains ne font pas partie de la zone de pudeur de la femme. Notre prophète a épousé plus d’une femme. Mais ceci n’était pas parce qu’il était attiré par les femmes et ce n’est pas l’objectif de rechercher les femmes comme certains calomniateurs qui essayent de perturber les gens essayent de le diffuser. Que l’on sache que le prophète n’avait pas le cœur attaché aux femmes. Ce qui indique cela, c’est qu’il était connu parmi les gens de la Mecque comme étant Mouhammad al-‘Amin – Mouhammad l’honnête. Jusqu’à atteindre l’âge de quarante ans, il n’avait pas multiplié les épouses, il s’était marié à l’âge de vingt-cinq ans avec Khadijah qui était son aînée de quinze ans. Le prophète n’avait pas le cœur attaché aux femmes, s’il était ainsi, il n’aurait pas épousé une femme qui était son aînée de quinze ans d’une part et si comme le prétendent les calomniateurs il était attaché aux femmes, les gens auraient relevé de sa part beaucoup d’indécences, or il était connu parmi les gens de la Mecque, même ceux qui n’étaient pas musulmans reconnaissaient son statut de Mouhammad al-‘amin – Mouhammad l’honnête, c’est-à-dire qu’ils n’avaient pas relevé de lui quelque chose qui puisse porter atteinte à sa chasteté et s’il était comme le prétendaient certains calomniateurs, les gens ne l’auraient pas suivi, ceux qui étaient idolâtres ne l’auraient pas suivi et ils auraient uniquement diffusé les mauvaises choses qu’ils auraient relevées de lui pour inciter les gens à ne pas le suivre, or, ce n’était pas ainsi que ça s’est passé, c’est-à-dire que ses ennemis n’avaient pas porter atteinte à sa chasteté, à son honneur et ce que disent ces calomniateurs est infondé. De même, ce qui indique sa chasteté, c’est qu’il s’était marié pour la première fois avec Khadijah bintou Khouwaylid. Donc, la première fois qu’il s’était marié, il avait vingt-cinq ans, c’était avec Khadijah qui en avait quarante et Khadijah était morte alors que le prophète avait cinquante ans et il ne s’était pas marié avec une deuxième femme à ce moment-là donc si son cœur était attaché aux femmes, il aurait multiplié les épouses et les gens auraient relevé de lui un mauvais comportement. Et même après le décès de Khadijah, si son cœur était attaché aux femmes, il aurait recherché les jeunes filles, ce qui n’était pas le cas. La plupart des épouses du prophète étaient des veuves ou des divorcées. L’unique femme qu’il avait épousée vierge était ^Aichah. Donc, après Khadijah, le prophète ne s’était marié qu’après l’âge de cinquante ans, si tel que le prétendaient les calomniateurs, il avait le cœur attaché aux femmes, il aurait multiplié les épouses bien avant et le prophète s’il a multiplié les épouses, ce n’était pas pour satisfaire des désirs ou des pulsions qu’il aurait eu, ce n’était pas l’objectif mais c’était pour l’intérêt de l’appel à l’Islam. Allah a accordé à notre prophète un jugement particulier qu’Il n’a pas accordé à d’autre que lui, à savoir qu’il pouvait avoir plus de quatre épouses en même temps alors que les autres hommes de sa communauté ne pouvaient pas avoir plus de quatre épouses libres en même temps. Ce qui indique sa pureté et sa chasteté, c’est ce qu’a rapporté Mouslim dans le sahih, d’après ^Aichah elle disait « … » ce qui signifie « Lorsque venait ma nuité », celui qui a plus d’une épouse doit être équitable dans le nombre des nuités, le prophète était équitable et lorsque venait le tour de ^Aichah, la nuité durant laquelle il passait dans la maison de ^Aichah, elle disait « Quand venait mon tour, le prophète partait à al-baqiyyah », le cimetière qui est à Médine dans lequel sont enterrés les morts des musulmans. Lorsque venait le tour de ^Aichah, le prophète allait à al-baqiyyah pour invoquer Allah en faveur des musulmans qui sont morts. Il sortait à al-baqiyyah et il laissait ^Aichah en sachant que ^Aichah était sa seule épouse vierge. S’il avait le cœur attaché aux femmes, il resterait à côté de sa femme. Parmi les épouses du prophète, il y a Khadija bintou Khouwaylid et il y a ^Aichah qui est la fille de Abou Bakr. Parmi les sagesses parmi lesquelles notre prophète a épousé plus d’une femme c’est pour :

1-     que l’appel à l’Islam puisse se diffuser et pour que les règles de la Loi relatives aux femmes puissent être diffusées parmi les femmes par l’intermédiaire des femmes ; l’appel à l’Islam c’est appeler les gens à avoir la croyance correcte que la raison confirme et à avoir la croyance qui sauve du séjour éternel en enfer. L’objectif, c’est de faire en sorte que cette croyance que la raison approuve et confirme puisse être diffusée et que les règles et les jugements qui concernent les femmes puissent se diffuser par l’intermédiaire des femmes. Il y a des lois qui sont relatives aux femmes, c’est plus facile que ce soit des femmes qui les enseignent comme par exemple les jugements concernant les menstrues ou les jugements concernant les lochies ou l’accouchement ou les lois concernant le rapport, ceci est plus facile que les femmes l’apprennent auprès des femmes. C’est une des sagesses pour lesquelles le prophète a épousé plus d’une femme.

2-     D’unifier et de rassembler les différentes tribus parce que la société avant l’appel à l’Islam était une société tribale et il y avait énormément de conflits même à Médine entre les deux principales tribus qui sont al- ? et al- ?, il y avait des conflits qui duraient des années et des années. Donc, par ce moyen, le prophète rassemblait les différentes tribus.

Les épouses du prophète ont eu un mérite qui n’ait pas négligeable, elles étaient celles qui avaient pu observer de près l’excellence de comportement de notre maître Mouhammad et elles ont pu le rapporter et le transmettre aux gens, elles ont également rapporté ses paroles. Elles ont observé et vécu avec le prophète qui est le meilleur des hommes, le meilleur des prophètes, la meilleure de toute les créatures et elles ont pu rapporté à la communauté ce qu’elles ont vu, ce qu’elles ont entendu de notre maître Mouhammad et Allah dit « … » sourat al-‘Ahzab/104. Ce que nous comprenons de cette ‘ayah, c’est que c’est un ordre pour les épouses du prophète de rapporter ce qui se passe chez elles comme signe et chose importante et sagesse, c’est un ordre pour qu’elles transmettent aux gens les belles choses qu’elles voient et qu’elles entendent pour que les gens puissent en profiter. La première de ces femmes bénies, c’est Khadijah bintou Khouwaylid. Le prophète l’a épousée quinze ans avant qu’il reçoive la Révélation, il avait vingt-cinq ans lorsqu’il l’a épousée et le prophète a reçu sa mission de prophète a l’âge de quarante ans. Elle lui a donné sa fille Zaynab et c’est la plus grande de ses filles. Ensuite, elle lui a donné Rouqayyah, ensuite Oummou Kalthoum et Fatimah. Parmi les garçons, elle lui a donné Al-Qacim, ^Abdoullah et AtTahir, c’était les garçons du prophète qui sont mort jeunes, c’est pour cela que notre prophète a été surnommé Abou-l-Qacim, le père de Qacim. Khadijah était la première femme a entrer en Islam, la première femme qui a cru au statut de prophète de notre maître Mouhammad et elle a patienté, elle l’a soutenu au début de l’appel à l’Islam dans les épreuves qu’il a rencontrées. Tous les fils du prophète sont de Khadijah mise à part Ibrahim. Khadijah est morte à l’âge de soixante-cinq ans, il a vécu avec elle vingt-cinq ans et elle est enterrée à al- ? qui est une montagne à la Mecque. Après Khadijah, il a épousé Sawdah bintou ? oum^a al-^amriyya. Elle était mariée auparavant à un musulman et elle a émigré avec lui jusqu’en Abyssinie (les musulmans ont d’abord fait une émigration à Al-Habachah – l’Abyssinie) et son mari est mort et c’est par la suite qu’elle a épousé le messager de Allah. Elle avait atteint un âge avancé et elle avait demandé au prophète qu’il l’épouse pour qu’elle soit son épouse dans le bas-monde et dans l’au-delà et elle passait son tour de nuité à ^Aichah, lorsque c’était son tour à elle, elle acceptait que ce soit ^Aichah qui bénéficie du prophète. Ensuite, il a épousé à la Mecque ^Aichah bintou Abi Bakr Ad-siddiq, ^Aichah était la troisième. Le messager l’a épousée avant l’émigration, elle avait à l’époque huit ans et ceci n’est pas quelque chose de blâmable chez les arabes parce que c’est  connu chez les arabes que les filles se marient jeunes et il est arrivé plus tard que ^Aichah, certains l’avaient accusée de chose très grave et Allah l’a innocentée dans le Qour’an par Sa parole « Inna l-ladhina.. » (sourat an-Nour/11). ^Aichah était dans un voyage avec le messager de Allah. Ils ont fait une halte dans un endroit et ^Aichah est partie pour un besoin. Elle était jeune à l’époque et elle était légère de sorte que lorsque le chameau s’est levé pour qu’ils continuent leur voyage, ils n’ont pas remarqué que ^Aichah manquait et qu’elle n’était pas sur le chameau. Lorsque ^Aichah est revenue, elle n’a pas trouvé la caravane, elle est restée à sa place. C’est alors qu’un homme de la Mecque qui la connaissait et lui aussi était précédé par la caravane, il s’appelle Safwan Ibnou ?et la prise avec lui, il a fait que son chameau s’incline pour qu’elle puisse monter et ils ont rattrapé la caravane. C’est alors qu’il y a eu des hypocrite qui ont accusé ^Aichah et le messager de Allah savait que son épouse était chaste et que son père était chaste et honorable, c’était notre maître Abou Bakr As-Siddiq, le meilleur de cette communauté après son prophète et les gens avaient accusé ^Aichah de chose grave jusqu’à ce que cette ‘ayah dans sourat an-Nour/11 ait été révélée pour innocenter ^Aichah. Notre prophète n’a pas épousé d’autre femme vierge que ^Aichah et ^Aichah était la femme qui avait le plus de science dans cette communauté, elle a rapporté beaucoup de hadith du messager de Allah. Après la mort du prophète, elle enseignait aux hommes par derrière un voile la science de la religion. Le prophète est mort dans la maison de ^Aichah, les prophètes sont enterrés à l’endroit où ils sont morts. Elle a eu le privilège et le grand honneur que le prophète soit enterré dans sa maison. ^Aichah disait « .. », c’est-à-dire que le prophète est mort alors qu’il était appuyé sur ^Aichah, la tête reposait sur ^Aichah. Il a été enterré dans la maison de ^Aichah qui est collée à la mosquée du prophète et après l’élargissement de la mosquée, cette maison de ^Aichah a été incluse dans la mosquée. ^Aichah a vécu jusqu’au califat de ^Aliyy Ibnou Abi Talib. Elle a été enterrée à al-Baqiyyah, le cimetière des musulmans qui se trouve juste en face de la mosquée du prophète et le prophète disait « … », ce qui signifie « Le mérite de ^Aichah par rapport aux autres femmes c’est comme le mérite de ? » – c’est un plat que le prophète appréciait particulièrement sur le reste des plats, pour dire que le mérite de ^Aichah est très grand. Ensuite, le prophète a épousé Oummou Salamah, c’était en l’an deux de l’hégire. Après la bataille de Badr, il a épousé Hafsa la fille de ^Oumar Ibnou-l-Khattab qui est qouraychite. Hafsa, c’était une femme qui jeûnait beaucoup et qui veillait beaucoup les nuits en actes surérogatoires. Hafsa est morte durant le califat de notre maître Outhman Ibnou ^Afwan. L’an trois de l’hégire, le prophète a épousé Zaynab al-Asdiyyah. Zaynab était la fille de la tante paternelle du prophète, la mère de Zaynab s’appelle Oumaymah, fille de ^Abdou-l-Mouttalib, elle est donc la sœur de ^Abdoullah, le père du prophète et Zaynab était la cousine du prophète. Le prophète a voulu la marier avec Zayd Ibnou Halifah. Zayd Ibnou Halifah était un esclave affranchi par le prophète, il a donné sa cousine en mariage pour celui qui était son esclave. Au départ, Zaynab ne voulait pas mais elle a accepté parce que c’est le prophète qui l’a voulu et Allah a révélé à notre prophète que Zaynab allait devenir son épouse et le prophète avait de la pudeur pour dire à Zayd de la divorcer et lorsqu’il y avait des différents, comme il arrive entre une femme et son mari, le messager ordonnait à Zayd de garder son épouse, c’est-à-dire de ne pas s’empresser de divorcer. Il est arrivé que Zayd a dit au prophète « Oh messager de Allah, Zaynab me parle d’une manière très dure, je ne supporte plus », Zayd se plaignait au prophète et le prophète lui disait, ce qui signifie « Crains Allah et gardes ton épouse », c’est-à-dire qu’il oeuvrait pour que le mariage ne soit pas rompu et Allah a révélé une ‘ayah, c’est dans sourat al-Ahzab/37, pour que le prophète transmette aux gens, c’est-à-dire que c’était une ‘ayah explicite dans laquelle Allah apprend au prophète que Zaynab allait devenir son épouse et il y a avait une sagesse en cela parce que le prophète avait au départ pris Zayd comme si c’était son fils alors que avant l’avènement de la mission du prophète, les gens adoptaient les enfants et ils les considéraient comme leur fils, c’est-à-dire, ils leur donnaient leur propre nom et parmi les sagesses que Zaynab ne reste pas avec Zayd et qu’elle épouse le prophète, c’est pour que les gens sachent qu’il n’y a pas d’adoption dans l’Islam, dans le sens que l’enfant n’est élevé que par autre que ses parents. Si un fils épouse une femme, le père de ce fils n’a pas le droit d’épouser cette femme, dès qu’il fait son contrat de mariage, même avant la consommation, cette femme que son fils a épousée devient interdite à jamais pour le père et Zayd, même si le prophète l’a élevé chez lui, il n’a pas le jugement de son fils, c’est-à-dire que même la femme que Zayd avait auparavant, elle n’est pas interdite à jamais au prophète. Parmi les sagesses de ce mariage, c’est pour que les gens sachent qu’il n’y a pas d’adoption dans l’Islam, dans le sens que l’enfant qui peut être élevé par autre que ses parents, il n’hérite pas de leur nom, il n’a pas le même jugement. Si par exemple un couple prend un garçon en jeune âge pour l’élever, ils peuvent l’élever chez eux mais une fois qu’il devient pubère, la femme ne peut pas se montrer dévoilée devant lui, il ne dit pas « mon père c’est untel » celui qui l’a élevé, il n’y a pas d’adoption dans le sens héritage du nom. Il y a des calomniateurs qui ont prétendu que le prophète était attaché à la femme de Zayd et qu’il l’a poussé pour qu’il la divorce et qu’il l’épouse après. La ‘ayah, c’est « Falamma… », « Après qu’elle soit une épouse de Zayd pendant un certain temps, Nous te l’avons accordée comme épouse ». Zaynab disait « .. » rapporté par Al-Boukhariyy et Al-Bayhaqiyy, c’est-à-dire « ce sont vos pères qui nous ont données en mariage et moi c’est Allah qui a fait inscrire mon mariage sur la Table Préservée qui est au-dessus des sept cieux », c’est-à-dire que son mariage a eu lieu sans que ce soit avec un tuteur et des témoins comme les autres mariage, c’était par révélation. C’est cela la signification sinon tous les mariages sont inscrits dans la Table Préservée mais elle c’est à titre d’honneur que ce mariage a eu lieu par révélation. Ce hadith, certains assimilateurs essayent de l’expliquer à leur manière et prétendent que Allah est au-dessus des cieux alors que Allah est le Créateur des cieux, Il existe sans endroit, ce hadith ne veut pas dire que Allah est au-dessus des sept cieux parce que Allah est le Créateur des sept cieux , Il n’a pas besoin des cieux, Allah existe avant l’existence des endroits, avant l’existence des cieux, sans endroit, sans les cieux et sans le Trône, après la création des endroits, après la création des cieux, après la création du Trône, Allah ne change pas, le changement arrive à la créature mais pas au Créateur. Celui qui est dans un endroit est limité et celui qui est limité a besoin de qui lui a donné cette limite et celui qui a besoin a un début, il n’est pas de toute éternité, il est créé. Parmi les épouses du prophète, il y a également Jouwayriyah bintou-l-Harith qui est morte en cinquante-six de l’hégire. Le prophète a également épousé Mariyah Al-Qoubtiyyah. C’était une femme esclave et elle est entrée en Islam et lui a donné Ibrahim. Il y a également Oummou Habibah il y a aussi bintou ^ouzaymah, il y a Maymounah bintou l-Harith, elles n’étaient pas toutes en même temps ses épouses. Il y a Fatimah bintou Chourayh, il y a également Zaynab bintou Khouzaymah, il y a ‘Asma’ bintou n-Nou^man, il y a Oummou Charik.

Le prophète, lorsqu’il est mort, il avait neuf épouses, que Allah les agrées toutes. Après tout cela, il apparaît clair que le prophète est chaste et pur et qu’il est innocent de ce que certains calomniateurs l’accusent et que la personne fasse attention pour ne pas accuser injustement le prophète et l’insulter parce que ceci fait sortir de l’Islam et celui qui sort de l’Islam doit prononcer les deux témoignages pour revenir à l’Islam, c’est pour cela qu’il faut faire attention surtout à notre époque où certains sont devenus très frivoles et qui se mettent à parler pour dire des choses qui portent atteinte à la personne de notre maître Mouhammad, lui que Allah a envoyé pour guider les gens vers l’excellence de comportement, lui que notre prophète a embelli par d’excellents caractère et à qui Il a accordé une loi parfaite. Notre modèle c’est le messager de Allah, c’est un modèle dans son équité, dans sa justice, dans la préservation des droits des gens, dans l’excellence de comportement dans la vie conjugale avec ses épouses, le messager de Allah n’était pas injuste envers ses épouses. En multipliant le nombre d’épouses, ce n’était pas une injustice mais c’était un acte de bonne guidée et une bonne droiture .Que Allah agrée toutes les épouses du prophète et que Allah honore et élève davantage le degré de notre maître Mouhammad et qu’Il préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle.

Allah sait plus que tout autre

Publicités
Commentaires fermés sur Les épouses du Prophète