Chaykhaboulaliyah's Blog


Cours Chaykh AbdoulLaah : Récit au sujet de Aadam

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur janvier 23, 2011
Tags: , , , ,

Cours de Chaykh ^Abdou lLaah, que Allaah lui fasse miséricorde

donné à Paris le 29 Mars 2004 au centre de l’association.

 

 

Allah ta ^ala dit : « Inna lLaha stafaAdama »

Le sens de cette ‘ayah est que Allah a élu ‘Adam parce qu’Il lui a accordé un degré supérieur à celui des anges, de tous les anges. La preuve que ‘Adam est meilleur que tous les anges, meilleur que Jibril et meilleur que tout les anges qui ont un degré inférieur à Jibril, c’est que Allah a ordonné aux anges de se prosterner pour ‘Adam, par salutation et non pas par adoration. Tous les anges se sont prosternés sans exception.

Iblis était à ce moment-là avec les anges ; il était musulman mais il a fait preuve d’orgueil.

Il a dit : « Comment je me prosterne pour celui-là alors qu’il est créé de terre et moi je suis de feu ?! »

Les anges lui ont dit en lui transmettant de la part de Dieu : « Qu’est ce qui t’empêche de te prosterner ? »

Il a répondu : « Moi je suis meilleur que lui. Tu m’as créé de feu alors que Tu l’as créé de terre glaise ». C’est à ce moment-là qu’il est devenu mécréant. C’es, lorsqu’il a renié l’ordre de Allah qu’il est devenu mécréant. Ce n’est pas suite au fait de ne pas s’être prosterné. Car si le musulman  a pour croyance que la prière est un devoir et que tout ce qui est parvenu du Messager est vrai, mais qu’il ne fait pas la prière ni le jeûne ni la zakat, il n’aura pas commis de la mécréance. Il aura désobéi à Allah.

 

Si Iblis s’était limité à ne pas se prosterner à ‘Adam, sans émettre d’objection contre l’ordre de Allah, il n’aurait pas commis de mécréance.

Mais comme il a émis une objection contre Allah, il a fait preuve d ‘orgueil, il a commis de  la mécréance. La mécréance de Iblis est connue. Les jeunes tout comme les plus âgés le savent.

Il est arrivé qu’un homme nommé ^Amr Khaled, d’Egypte et qui est venu au Liban pour donner une conférence. Il a dit : « Iblis n’est pas devenu mécréant. » Il a dit : « Parce qu’il a reconnu l’existence de Allah .» Ce ^Amr Khaled est devenu mécréant car il a démenti le Qour’an.

Le Qour’an dit : « Wa kana mina l kafirin » ce qui signifie : « Et il fait partie des mécréants .»

 

Le Qour’an a jugé que Iblis est un mécréant.^Amr Khaled a répété deux fois : « Iblis n’est pas devenu mécréant ». Certains hommes et femmes ont dit comme lui. Ils sont devenus mécréants à leur tour. Celui qui a démenti le jugement du Qour’an, il devient mécréant.

 

Par ailleurs ‘Adam ^alayhi s-salam son origine est de terre, cette terre. Allah a ordonné à un ange de prendre une poignée des différents sols de cette terre ; de la terre noire, la terre rouge, ce qui est de couleur intermédiaire, la terre de bonne qualité, celle de moins bonne et de toute sorte de terre. L’ange a pris cela et c’est pour cela que parmi la descendance du fils de ‘Adam il y a ceux qui sont de couleur noire, de couleur blanche et il y a ceux qui sont de couleur intermédiaire.

Adam a vécu au paradis. Le paradis est au dessus des cieux, ce n’est pas un jardin sur terre, en Inde comme le prétendent certains menteurs. Ils disent que ‘Adam a été créé au paradis c’est-à-dire en Inde ! Ceux-là se sont égarés. Si c’est une parole qu’ils disent par entêtement, ils sont devenus mécréants. Mais s’ils le disent parce qu’ils n’ont jamais entendu autre que cela, ils ne deviennent pas mécréants.

Adam ^alayhi s-salam, Allah l’a autorisé à consommer des fruits du paradis. Sauf une seule catégorie. Iblis lui est apparu à l’image d’un être humain. Hawwa était avec ‘Adam. Elle était au paradis. Elle a été crééE à partir de la côte de ‘Adam. Iblis leur a dit : « Si vous mangez de cet arbre vous vivrez éternellement. », c’est-à-dire que vous ne mourrez jamais. Hawwa a incité ‘Adam pour manger de cet arbre. Quand ils en ont mangé, ils ont désobéi à Allah, mais ce n’est pas un grand péché. De plus, lorsqu’ils ont consommé de cet arbre, leurs vêtements sont tombés. Les vêtements qu’ils avaient au paradis sont tombés et leur zone de pudeur est apparue. Ils ont alors pris des feuilles du paradis pour les mettre sur leur zone de pudeur. Les feuilles des arbres du paradis sont très larges. Elles ne sont comme les feuilles des arbres du bas monde. ‘Adam et Hawwa, chacun d’entre eux avait sept coudées de large et soixante coudées de hauteur. Les arbres du paradis étaient d’une hauteur qui correspondait à leur taille. Les arbres du paradis ne sont pas comme les arbres du bas monde.

 

Ils ont tout deux regretté. Ils se sont repentis à Allah. Et Allah leur a pardonné. Allah a accepté leur repentir. Il les a fait descendre sur terre –mais ce n’est pas pour les punir d’avoir consommé de cet arbre. Il leur a donné des fruits du paradis pour en manger. Les fruits sur terre ont pour origine ces fruits du paradis. Mais les fruits de la terre changent et pourrissent alors que les fruits du paradis ne changent pas et ne pourrissent pas. De plus, Allah a enseigné à ‘Adam la fabrication de chaque chose. ‘Adam extrayait l’or et l’argent, et en faisait des pièces d’or et d’argent. Il préparait la nourriture après la récolte. Allah lui a enseigné comment forger le fer, comment coudre et autre que cela comme construire les maisons. Notre maître ‘Adam était beau. Il avait beaucoup de cheveux. Ses cheveux étaient longs et lui arrivaient jusqu’aux épaules.

Il a vécu sur terre 870 ans. Il était parti à La Mecque et y avait construit la Ka^bah sur ordre de Allah. Il a reçu le statut de Prophète après être descendu sur terre. Mais quand il était au paradis il n’avait pas encore reçu la prophétie. Que Allah honore et élève davantage notre maître Mouhammad et notre maître ‘Adam et tous les prophètes.

 

Iblis après sa descente sur terre a lui aussi eu une descendance. Parmi eux il y a eu des mâles et des femelles comme les humains. Allah tabaraka wa ta^ala a guidé certains de ses descendants vers l’Islam. Il se trouve parmi les jinns certains qui sont musulmans. Il y a parmi eux certains musulmans vertueux. Il y a parmi eux des savants et il y a également des musulmans non vertueux, injustes. Les musulmans vertueux ne nuisent pas aux fils de ‘Adam. Quant à leurs mécréants, eux, ils nuisent aux fils de ‘Adam. Les pervers d’entre eux, les grands pécheurs d’entre eux, ceux qui ne craignent pas Allah, eux aussi nuisent aux fils de ‘Adam. Le Messager ^alayhi s-salam nous a enseigné des choses qui nous profitent.  Il a dit ce qui signifie : « C’est une protection des zones de pudeur contre les yeux des jinns, lorsqu’une personne veut entrer aux toilettes et qu’elle veut accomplir ses besoins qu’elle dise « Bismi lLah ».

Ainsi ils ne verront pas sa zone de pudeur ; ils ne pourront pas. Mais s’il ne dit pas : « Bismi lLah », ils verront sa zone de pudeur. Ils pourront lui nuire parce qu’ils auront vu sa zone de pudeur.

Que Allah rétribue notre maître Mouhammad du meilleur de ce dont Il a rétribué un prophète pour sa communauté. Que Allah l’honore et l’élève davantage en degré et préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle. Qu’Il préserve sa famille bonne et pure.

 

De plus, Allah tabaraka wa ta^ala a fait que les jinns ont une apparence que nous ne voyons pas.

Mais s’ils prennent l’apparence d’un chien, d’un chat ou d’un oiseau ou autre que cela, à ce moment, nous les voyons. Eux ils peuvent nuire aux fils de ‘Adam. Eux ils nous voient et nous, nous ne les voyons pas. Mais Allah a chargé pour chaque être humain, pour chaque musulman et pour chaque mécréant, des anges qui sont chargés de nous protéger des nuisances des jinns. S’il n’y avait pas eu ces anges avec nous, les jinns auraient joué avec nous comme ils le voulaient. Parmi les croyants des jinns, il y a ceux qui ont cru au Prophète Mouça, il y a ceux qui ont cru au Prophète Youçouf, et autres que ces deux prophètes malgré la volonté de leur ancêtre Iblis. Iblis veut qu’aucun de ses descendants n’entre en Islam. Mais Allah a voulu pour certains qu’ils entrent en Islam et ils sont entrés en Islam. De l’époque de notre maître ^Iça il y avait eu des jinns qui avaient cru en lui. Il y en avait qui avaient entendu ses paroles. Les jinns vivent plus longtemps que nous. Certains d’entre eux vivent des milliers d’années.  Certains vivent des centaines d’années. Il y avait parmi les jinns, un qui avait entendu les paroles de ^Iça, qui l’avait suivi et s’était attaché à sa Loi. Il l’avait entendu dire que si Mouhammad venait, que s’il apparaissait et que vous êtes vivants, croyez en lui, suivez le, et soutenez le. Il y avait un jinn qui faisait partie de ceux qui l’avaient entendu dire cela. C’était un jinn qui avait vécu jusqu’à la venue de notre maître Mouhammad, jusqu’à ce que la révélation soit descendue sur notre maître Mouhammad. Notre Prophète a reçu la révélation quand il a atteint l’âge de quarante ans. Peu de musulman vivaient encore quand était né le Prophète Mouhammad. Puis le nombre des musulmans a diminué, c’est-à-dire ceux qui vivaient en appliquant la Loi du Prophète ^Iça. Leur nombre diminuait jour après jour. Jusqu’à ce que notre Prophète atteigne l’âge de trente cinq ans, il n’est plus resté sur terre un seul musulman parmi les humains. Et parmi les jinns, il y en avait. Al Khadir ^alayhi s-salam est un prophète. Lui il vivait sur la mer, il n’était pas sur terre. Mais sur terre il n’y avait plus de musulman parmi les humains.

Malgré l’existence de ces anges qui protègent les humains, ceux que Allah a prédestiné que les jinns leur nuisent ils vont leur nuire. Car Allah a prédestiné cela. Les anges n’empêchent pas ce que Allah a prédestiné. Les anges qui sont chargés des humains, certains d’entre eux les protègent contre les jinns. D’autres anges écrivent les actes des humains. Chaque chose que chaque être humain dit et fait est écrite par les deux anges. L’un des deux écrit les bonnes actions et l’autre écrit les mauvaises. Et ce qui est une obéissance ou une bonne action ils le confirment, ils l’écrivent. Mais les paroles qui ne sont ni bonnes actions ni péché, après les avoir écrites, ils les effacent. Ces bonnes actions et ces mauvaises actions seront conservées jusqu’au jour du jugement. Au jour du jugement, le livre des actes de la personne lui sera exposé. Le livre dans lequel il y a ses bonnes et ses  mauvaises actions. Toutes ces mauvaises actions  sont écrites, mais les mauvaises, si le musulman s’en est repenties, elles seront effacées. Il ne les verra pas au jour du jugement dans le livre qui lui sera exposé. Quant aux bonnes actions, il n’en perdra aucune. Et ceci est une grâce que Allah accorde à Ses créatures. Il convient de protéger sa langue car la langue si la personne la laisse, si elle lui lâche la bride, elle s’échappe pour faire le mal, pour le péché qui est de la mécréance ou le péché qui est moindre que de la mécréance. C’est pour cela que le Messager a incité à diminuer les paroles. Et les croyants qui ne sont pas prophètes sont de deux niveaux.

Il y a un niveau où ils ont abandonné tous les péchés, apparents et non-apparents. Ils deviennent des saints. Et l’autre niveau, ce sont ceux qui commettent des péchés, petits ou grands car les péchés sont nombreux. Les grands péchés comme l’a dit Ibnou ^Abbas et son père sont plus proches de soixante. Dans le livre Al-Moukhtasar que nous avons écrit, il y a trente et quelques grands péchés. Celui qui oeuvre, qui fournit des efforts, qui délaisse tous les péchés, qui a appris la science de la religion, la part dont il a besoin comme croyance et comme jugement, les lois de la prière, du jeûne et autre que cela, les jugements de la vente qui est licite et de la vente qui n’est pas licite et ce qui est du même ordre puis s’il n’a pas eu une période où il n’a pas commis de péché, une grande période, son état dans la tombe et au jour du jugement est différent de l’état du croyant qui lui a délaissé tous les péchés et qui est devenu un waliyy, un saint. Le croyant qui délaisse tous les péchés, qui persévère sur cela, lors de sa mort, quelque soient les douleurs qu’il va éprouver avant la sortie de son âme, les anges de la miséricorde viendront à lui, lui annoncer la bonne nouvelle que Allah l’a agréé.  Il ne restera en lui aucune crainte de la mort, ni de la tombe car son cœur est empli de joie. Au contraire, il souhaitera parvenir rapidement à sa tombe. Et dans la tombe, il sera en paix. Il ne se plaindra pas d’une étroitesse de la tombe, ni de la solitude. Il ne se plaindra pas de l’obscurité de la tombe, ni du fait qu’elle soit étroite mais Allah la lui éclairera. Il la lui élargira et il sentira une odeur du paradis qui parviendra jusqu’à sa tombe. Il sera dans une joie continue. Il dormira véritablement car l’âme sera revenue à lui après avoir quitté le corps lors de la mort.

Après qu’on l’introduise dans la tombe son âme revient à son corps. Certains vertueux, Allah leur permet de réciter le Qour’an et la prière dans leur tombe. Cela a été vu à plusieurs occasions. Dans notre pays Harar, un homme est mort. Ils sont venus, ils voulaient lui creuser une tombe. Ils sont venus au cimetière et ils ont creusé. Et celui qui creuse est arrivé jusqu’auprès de la tombe d’un homme. Cette tombe a été ouverte. Ils ont trouvé que celui qui était dedans, était debout en train de réciter le Qour’an. Et il leur a dit : « Fermez ». Alors ils ont bouché l’ouverture et ils ont creusé un autre trou.

Les exemples de cela sont nombreux et ce croyant pieux, il n’a  pas besoin de manger dans sa tombe. Il ne va pas ressentir de faim et de soif. Il ne ressentira que paix et félicité qui ne s’interrompra pas.

Mais le chahid lui, le martyr, il mangera et il boira. Mais pas dans la tombe. Il va manger et boire car son âme sera au paradis. L’âme sera à l’image d’un oiseau au paradis qui mangera et boira. Et les manifestations de cette nourriture et de cette boisson parviendra jusqu’à son corps qui est dans la tombe. Car l’âme reste en liaison avec le corps, bien qu’elle soit au paradis. Ceci est l’état du martyr. Quant aux saints autres que les martyrs, ils ne mangeront pas et ne boiront pas. Mais le martyr, il boira et il mangera. Et son corps restera souple. Même s’il reste des centaines d’années. Le martyr a une particularité, c’est qu’il lui est accordé de manger et de boire. Il y a environ 600 années, il y a eu une guerre entre les mécréants et les musulmans. Un certain nombre de musulmans a été tué. Un mécréant des fils de Israil est venu et s’est tenu debout face à ces morts martyrs. Il se moquait du Qour’an en disant : « Mais où est donc la parole : (Wa la tahsabanna l-ladhina qoutilou fi sabililLaahi amwata ; bal ahya’oun ^inda Rabbihim yourzaqouna farihin…) ce qui signifie : « Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans la voix que Allah agrée qu’ils sont morts ; ils sont plutôt vivants profitant de la félicité de leur Seigneur et heureux …», il se moquait. C’est alors qu’un de ces morts s’est assis. Le mécréant des fils de Israil l’a vu. Puis celui qui était martyr s’est à nouveau allongé. Allah a fait que ce martyr s’assoit, puis il est revenu. Cet homme s’appelle Mouhammad Ibnou l-Qacim. C’était un savant. Tout ce qui est cité dans le Qour’an, tout ce qu’a cité le Messager et toute la science qu’il a révélée de la part de Allah est une vérité, c’est une réalité.

 

wAllahou ta^ala, a^lam wa ahkam

Commentaires fermés sur Cours Chaykh AbdoulLaah : Récit au sujet de Aadam

Cours : Croyance du Chaykh ^AbdoulLaah

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur janvier 21, 2011
Tags: , , ,

Je commence par le nom de Allah Ar-Rahman, Ar-Rahi

Voici ce qu’a dicté l’illustre savant, le Mouhaddith,
le Chaykh ^Abdou l-Lah Al-Harariyy
le lundi 15 juillet 2002

La louange est à Allah le Seigneur des mondes et que l’honneur et l’élévation en degrés soient accordés au meilleur des messagers, le dernier des prophètes, le guide des ghourr mouhajjalin [1] au jour du jugement. Que l’honneur soit également accordé à tous ses frères prophètes et à sa famille pure.

La plus éminente des grâces dont Allah ta^ala [2] a gratifié Ses esclaves, c’est l’Islam, conformément à la voie de Ahlou s-Sounnah wa l-Jama^ah. Il s’agit de ce sur quoi étaient le Messager et ses compagnons, et que les musulmans se sont transmis leurs successeurs (khalaf) à partir des prédécesseurs (salaf). C’est-à-dire ce qu’ils ont transmis de l’époque du Prophète  r jusqu’à nos jours. La voie de Ahlou s-Sounnah –les sunnites– demeure la voie de la majorité de la communauté jusqu’au jour du jugement.

Mais les autres voies que celle de Ahlou s-Sounnah wa l-Jama^ah, elles disparaissent. Sont apparus par le passé environ soixante-douze groupes. Tous prétendaient l’Islam. Mais en réalité, ils ont dévié de ce sur quoi étaient les compagnons et la majorité de la communauté qui les avaient suivis. Par la suite, ils ont disparu.

Ensuite, sont apparus deux groupes ou plus d’un groupe depuis trois cents années environ. Ils ont prétendu l’Islam alors qu’ils se sont écartés de l’Islam car ils ont contredit ce sur quoi étaient les compagnons et ceux qui les ont suivis jusqu’à nos jours.

Parmi ces groupes-là, il y a les wahhabites, ceux qui suivent un homme qui est apparu au Najd [3] du Hijaz [4] il y a environ deux cent cinquante ans. Il a amené une innovation (bid^ah) qu’il a prétendue être de la religion alors qu’elle n’en fait pas partie. Il s’appelle Mouhammad Ibnou ^Abdi l-Wahhab.

Il y a un autre groupe, celui de ceux qui suivent Sayyid Qoutb l’égyptien. Ce groupe-là a environ soixante-dix ans.

Il y a un autre groupe qui est appelé at-tahririyyah qui a lui aussi environ soixante-dix ans.

Tous ceux-là contredisent le Qour’an et le hadith.

Quant à nous, et la louange est à Allah, nous sommes sur ce sur quoi sont les compagnons ainsi que ceux qui les ont suivis jusqu’à nos jours. Nous sommes avec la majorité de la communauté. Nous ne sommes pas déviés. Les califes et les Sultans étaient sur la voie de Ahlou s-Sounnah. Parmi eux, il y a le Sultan Salahou d-Din Al-‘Ayyoubiyy qui est décédé en cinq cent quatre-vingt-dix de l’Hégire [5] du Prophète. C’était (Il était), que Allah l’agrée, un Sultan équitable. Il connaissait le Qour’an par cœur. Il connaissait par cœur également le livre At-Tanbih dans la jurisprudence chafi^iyy. Il connaissait par cœur aussi le livre Al-Hamaçah. Il a reçu la science par transmission orale auprès des gens de la connaissance. Il assistait aux assemblées des mouhaddith à l’ancienne manière des savants du hadith. Il était, que Allah l’agrée ach^ariyy de croyance. C’est la croyance sur laquelle nous sommes, à savoir que Allah tabaraka wa ta^ala n’est pas une substance palpable ni une substance impalpable, qu’Il n’a pas les caractéristiques des substances. Les caractéristiques du corps impalpable tout comme celles du corps palpable sont impossibles au sujet de Allah. C’est aussi la croyance que l’Etre de Allah ta^ala c’est-à-dire Sa réalité n’est pas un corps impalpable comme la lumière ou le vent, ni un corps palpable comme l’homme, la pierre, l’arbre, l’étoile, le soleil ou la lune puisqu’Il est le Créateur de la totalité. Il est le Créateur du corps impalpable et le Créateur du corps palpable. De toute éternité il n’y a ni corps palpable ni corps impalpable. Il n’y a de toute éternité ni nuit ni jour. De toute éternité, il n’y a ni cet espace entre la terre et le ciel, et entre un ciel et un autre ou entre les sept cieux et le Trône (al-^arch). Rien n’est de toute éternité si ce n’est Allah. Rien n’existe de toute éternité sinon Allah. Toutes ces choses-là sont entrées en existence, elles n’existaient pas auparavant. Allah tabaraka wa ta^ala est le Créateur des corps impalpables et des corps palpables. Il n’est donc pas un corps impalpable ni un corps palpable. Il n’est pas localisé dans la direction du haut ni ailleurs. Il n’est pas localisé dans toutes les directions. Tout cela est impossible au sujet de Allah. Car s’Il avait été ainsi, Il aurait eu des semblables. Or le Qour’an honoré dit : (ليس كمثله شىء) (layça kamithlihi chay’) ce qui signifie : « Rien n’est tel que Lui ». Cela signifie qu’Il n’a pas de ressemblance avec quoi que ce soit de ce monde d’aucun manière que ce soit. Tout comme Son Etre, c’est-à-dire Sa réalité n’a pas de ressemblance avec quoi que ce soit, également Ses attributs n’ont pas de ressemblance avec les attributs d’autres que Lui. Ainsi, Il a pour attribut la puissance, la volonté, la science, l’ouïe, la vue, la vie et la parole. Ces attributs ne sont pas comme les attributs des créatures. En effet, Ses attributs n’augmentent pas et ne diminuent pas. Ils ne prennent pas fin avec le temps. Par l’écoulement du temps, Ses attributs ne s’interrompent pas. Il ne leur arrive pas de fin, comme Sa vie. C’est-à-dire que tout comme Sa vie, il ne lui arrive pas d’interruption, de même, tous Ses attributs, il ne leur arrive pas d’interruption.

Comme le Sultan Salahou d-Din était sur cette croyance, lorsque les wahhabites l’ont su, ils l’ont déclaré mécréant. Lorsqu’ils ont su que le Sultan Salahou d-Din avait cette croyance-là, ils l’ont déclaré mécréant car les wahhabites assimilent Allah à Ses créatures. Il ne leur reste plus qu’appeler Allah un humain. Par la signification, c’est comme s’ils L’ont considéré un humain. En effet, selon eux, Allah serait un corps qui aurait une quantité, de la taille du Trône ou plus petit ou plus étendu, qui aurait des membres, un visage, un œil et une main. Il y a une grande différence entre la croyance du Sultan Salahou d-Din qui est la croyance de Ahlou s-Sounnah et la croyance des wahhabites. Ils l’ont alors déclaré mécréant. Ils ont dit c’est un égaré. Certains d’entre eux ont dit c’est un mécréant, alors que ce sont eux les mécréants.

Le Sultan Salahou d-Din est un Sultan équitable, vertueux. Il est possible qu’il soit parvenu à la sainteté. C’est lui qui a fait sortir les mécréants les anglais et leurs alliés de Baytou l-Maqdis –l’actuelle Jérusalem–, après qu’ils l’aient occupée pendant quatre-vingt-dix ans. Il a ainsi un grand mérite, que Allah l’agrée et le rétribue en bien pour l’Islam.

Salahou d-Din avait décrété l’enseignement de cette croyance, qui est la croyance de Ahlou s-Sounnah et qui est notre croyance que nous enseignons dans les écoles pour les plus jeunes  tout comme pour les plus âgés. Cette croyance comporte le fait que Allah ta^ala n’est pas un corps, que Allah ta^ala n’est pas localisé dans les directions, ni la direction du haut ni ailleurs, ni dans toutes les directions. Il existe plutôt sans être localisé dans une des directions car Il n’est pas un corps. Le corps a nécessairement un endroit et une direction. La lumière a un endroit et une direction, l’obscurité également ; et Allah ta^ala n’est pas ainsi.

Il est mentionné ici dans ce livre –le livre dont le Sultan avait ordonné l’enseignement aux enfants à son époque– que Allah n’est pas sujet au temps car le temps est créé. Le temps, quand est-il entré en existence ? Lorsque l’eau a été créée, avant le Trône. Avant toute autre chose, Allah a créé l’eau et c’est là qu’a existé le temps. En effet, l’existence de l’eau a été suivie par l’existence du Trône. Ensuite ont existé le reste des corps ; la lumière et l’obscurité après ces deux-là. Après l’eau et le Trône, Allah a créé la lumière et l’obscurité.

Dans ce livre-là aussi, il est mentionné que la parole de Allah n’est pas des lettres et des sons, c’est-à-dire que Allah parle d’une parole qui n’est pas des lettres ni des sons. En effet, les lettres et le son sont créés.

Dans l’introduction de ce livre, son auteur a cité le Sultan Salahou d-Din et il a dit que c’est pour lui qu’il a composé ce livre. Son auteur faisait partie des savants du cinquième siècle de l’Hégire. Il s’appelle Mouhammad Ibnou Hibah Al-Barmakiyy.

Il dit dans son introduction [en poésie arabe] :

Je l’ai composé pour le roi honnête

Le victorieux, le conquérant Salahou d-Din

Le souverain d’Egypte, du Cham, celui à qui

Allah a donné la souveraineté du Hijaz et du Yémen

Celui qui est équitable, généreux et qui est efficace dans le combat

Youçouf, celui qui a revivifié l’Etat des abbassides

Le fils du glorieux le grand maître

Ayyoub le héros de la religion, qui a la bonne gestion

Son règne a persisté dans le temps

Et la chance accompagne la victoire de ses armées

Puis il dit au sujet de l’exemption de Allah de l’endroit et de la direction :

Le Créateur du monde n’est pas contenu

Dans un endroit, Allah est exempt de tout semblable

Il existe de toute éternité

Et Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité

Il est exempt de l’endroit

Il est exempt du changement du temps

A fait preuve d’outrance, à l’extrême

Celui qui Lui a attribué la direction du haut

Il aura limité le Créateur dans le ciel

Lui qui l’a créé, et le Trône est au-dessus de l’eau

Ils ont confirmé pour Son Etre la localisation

L’assimilateur s’est égaré dans ce qu’il Lui a attribué

Il a dit au sujet de l’attribut de la parole :

Ont nié Ses attributs les mou^tazilah

Qu’Il est exempt d’imperfection Celui Qui nous a créés, Il est certes juste

Ils ont considéré que Sa parole est à partir d’un arbre

A Son esclave Mouça, Ah que cela est blâmable !

Et un autre groupe qui a penché à l’analogie

Ils ont ainsi confirmé que Sa parole est comme la parole des gens

Or Sa vie est de toute éternité tout comme Son Etre

Et c’est ce qui est parvenu au sujet de Ses attributs

Comme la science, la puissance et la volonté

Et il se peut que Son ordre diffère de ce qu’Il veut

Il est Celui Qui entend, tout-puissant, ayant une volonté

Le puissant Qui fait ce qu’Il veut

Ce qu’Il a révélé est l’expression de Son attribut de la parole

Qui est de toute éternité propre à Son Etre

Dis à celui qui a attribué le comment à Sa parole

En la considérant avec des lettres et des sons, je ne reconnais pas ce que tu dis

Ô vous qui assimilez le Créateur aux créatures et qui Lui attribuez le corps

La lettre (ha) dans le mot Ar-Rahman précède bien la lettre (mim) !

Le sens en est que la parole de Allah tabaraka wa ta^ala n’est pas des lettres et des sons. C’est-à-dire que Allah parle d’une parole qui n’est pas des lettres et des sons car les lettres et les sons sont créés et Allah n’a pas pour attribut un attribut créé, entré en existence. Il est donc un devoir de croire que Sa parole est ainsi, c’est-à-dire que Allah parle d’une parole qui n’est pas des lettres ni des sons et même si nous ne pouvons pas imaginer cela par nos cœurs. En effet, l’homme ne perçoit pas les réalités de toute chose ; et cela, il est un devoir d’y croire même si nous ne pouvons l’imaginer, tout comme nous ne pouvons atteindre l’Etre de Allah. Nous, nous pouvons imaginer le corps de grande taille et celui de petite taille même si nous ne l’avons pas vu. Nous, maintenant, nous pouvons imaginer le Trône, qu’il est un corps de grande taille en direction du haut, même si nous ne connaissons pas le détail de ses caractéristiques. Il en est de même pour le paradis et pour l’enfer. Nous pouvons les imaginer même si nous ne les avons pas vus car ce sont deux corps. Autre que cela aussi, nous pouvons l’imaginer, nous pouvons alors atteindre certaines caractéristiques de ce que nous imaginons. Mais Allah tabaraka wa ta^ala, nous ne pouvons imaginer Sa réalité car Il n’a pas de ressemblance avec ce à quoi nous sommes habitués. En effet, il n’est pas un corps. Nous ne pouvons pas imaginer Celui Qui n’est pas un corps et ce qui n’est pas une caractéristique d’un corps. Nous pouvons imaginer le corps et la caractéristique du corps mais Allah n’est pas un corps et Ses attributs ne sont pas non plus tels que les caractéristiques des corps. C’est pour cela, nous avons pour croyance que Allah ta^ala existe sans être un grand corps et sans être un petit corps, sans être localisé dans une direction et un endroit. Egalement, nous avons pour croyance que Allah ta^ala est un Etre Qui n’a pas des attributs des créatures. Il n’est ni en mouvement ni immobile. Ceci, la raison ne peut pas l’imaginer, l’homme n’arrive pas à l’imaginer. Nous, nous  imaginons ce qui est en mouvement et nous imaginons ce qui est immobile. Mais Celui Qui existe et Qui n’est ni en mouvement ni immobile, nous ne pouvons L’imaginer. Malgré cela, il est un devoir pour nous de croire que Allah existe, qu’Il n’est pas en mouvement et qu’Il n’est pas immobile car le mouvement fait partie de nos caractéristiques et également l’immobilité fait partie de nos caractéristiques. Il nous est suffisant de croire et d’être catégorique par notre cœur que Allah existe sans qu’Il soit semblable à quoi que ce soit. Si déjà parmi les créatures il y a des choses que nous ne pouvons imaginer, comment serait-il inconcevable que Allah existe et que nous ne pouvons L’imaginer par notre esprit ?! Avant que Allah ne crée la lumière et l’obscurité, est-ce que l’un d’entre nous arrive à imaginer ce moment-là ? Non, aucun d’entre nous ne peut imaginer un temps dans lequel il n’y avait ni lumière ni obscurité. Nous ne pouvons l’imaginer par notre esprit. Malgré cela, il est un devoir pour nous de croire qu’il s’est écoulé un temps dans lequel il n’y avait ni lumière ni obscurité car le Qour’an nous apprend cela. Le Qour’an dit :

(الحمد لله الذي خلق السموات والأرض وجعل الظلمات والنور)

(al-hamdou li l-Lahi l-ladhi khalaqa s-samawati wa l-‘arda wa ja^ala dhdhouloumati wa n-nour)

ce qui signifie : « La louange est à Allah Qui a créé les cieux et la terre et Qui a créé l’obscurité et la lumière » c’est-à-dire qu’avant que Allah ne les crée, il n’y avait ni terre ni ciel, ni lumière ni obscurité. En raison de cette ayah –verset–, nous devons croire qu’il s’est écoulé un temps dans lequel il n’y avait ni lumière ni obscurité. Si cela est bel et bien possible et n’est donc pas impossible selon la raison, comment ne serait-il pas possible que Allah ta^ala existe sans être un corps palpable ni un corps impalpable, sans être en mouvement ni immobile. C’est cela le sens de la ayah honorée : (ليس كمثله شىء) (layça kamithlihi chay’) ce qui signifie : « Rien n’est tel que Lui ». La prononciation de cette ayah est concise et légère par la langue mais sa signification est importante et étendue.

Il y a par ailleurs dans le Qour’an des ayah dont le sens apparent donne l’illusion que Allah serait un corps qui aurait un endroit, qu’Il aurait des membres et qu’Il bougerait. Ces ayah, il n’est pas permis de leur donner leur sens apparent. Les wahhabites sont allés à leur perte car ils ont expliqué ces ayah par leur sens apparent. Ils ont alors eu pour croyance que Allah serait un corps, qu’Il serait dans la direction du haut, établi, qu’Il descendrait et s’immobiliserait. Ils ont expliqué ces ayah selon leur sens apparent. Ils n’ont pas été en compatibilité avec cette ayah : (ليس كمثله شىء) (layça kamithlihi chay’) ce qui signifie : « Rien n’est tel que Lui ».

Ahlou s-Sounnah ne retiennent pas le sens apparent de ces ayah et de ces hadith. Ils les interprètent plutôt par un autre sens que le sens apparent. Celui à qui Allah ta^ala accorde la réussite, Il le guide pour bien comprendre ce sujet.

Bien que la parole de Allah tabaraka wa ta^ala par laquelle Il parle de toute éternité n’est pas des lettres ni des sons, nous disons que le Qour’an est la parole de Allah car ce Qour’an qui est des lettres et des sons exprime la parole de Allah qui elle n’est pas des lettres et des sons. Ce Qour’an que nous récitons avec des lettres et des sons est une expression de la parole de Allah par laquelle Il parle de toute éternité sans qu’elle soit des lettres et des sons. Quant à cette parole  qui n’est pas lettres et sons, l’ont entendue Jibril et notre maître Mouhammad la nuit de son ascension (al-mi^raj) ainsi que Mouça qui l’a entendue à AtTour –Mont Sinaï–. Mais dans l’au-delà, chacun d’entre nous entendra la parole de Allah qui n’est pas des lettres et des sons.

Ce Qour’an, la Tawrah –la Thora–, l’injil –l’évangile– et le Zabour –les psaumes– et les autres Livres célestes, Allah les a fait écrire sur la Table préservée cinquante mille années avant que ne soient créés les sept cieux et la terre. Il a fait écrire ces Livres sur la Table préservée. Puis Il a ordonné à Jibril de prendre le Qour’an et de le descendre sur notre Prophète Mouhammad et de descendre ces autres Livres à ces autres Prophètes qui étaient avant notre Prophète Mouhammad. Ce n’est pas Allah Qui aurait lu le Qour’an à Jibril. Il a plutôt ordonné à Jibril de prendre le Qour’an à partir de la Table préservée. Par la suite, Jibril l’a lu à notre maître Mouhammad.

Apprenez cela, que Allah vous donne les bénédictions. Enseignez cela à d’autres. Tout cela, tout ce qui s’est dit dans ce cours, enseignez-le à d’autres car les écoles de nos jours, la plupart des écoles n’enseignent pas la croyance de Ahlou s-Sounnah. Elles enseignent la Fatihah, les tahiyyat, l’invocation ibrahimiyyah et les noms des cinq prières. Par le passé, dans le kouttab –école d’enseignement de Qour’an pour les petits–, on enseignait aux enfants que Allah existe sans endroit, qu’Il n’a pas de ressemblance avec les créatures. Quant à aujourd’hui, l’ignorance a prévalu chez les plus âgés tout comme les plus jeunes. En effet, celui qui étudie dans ces écoles contemporaines, puis grandit, puis devient père et son enfant, à son tour, prend son éducation dans ces écoles, le père tout comme son fils deviennent ignorants de la croyance de Ahlou s-Sounnah.

Remerciez Allah Qui vous a assuré qui vous enseigne cette croyance sur laquelle étaient les compagnons et ceux qui les ont suivis, jusqu’à notre époque, de ceux à qui Allah a voulu le bien. Fin de citation


[1] Ceux qui lors du woudou –petites ablutions– dépassent la limite requise dans la Loi pour le lavage du visage et celui des avants-bras et des pieds. Ce seront des parties qui seront auréolées de lumière au jour du jugement. C’est un des signes distinctifs de la communauté de notre maître Mouhammad r.

[2] Celui Qui est exempt de toute imperfection, comme l’endroit, le corps, le mouvement, l’immobilité et en général de tout ce qui fait partie des caractéristiques des créatures.

[3] Région à l’est de la péninsule arabique et dont la capitale est Ar-Riyad.

[4] Région de la péninsule arabique qui comprend La Mecque, Médine et AtTa’if.

[5] L’Emigration. Il ne s’agit pas d’une fuite. Le Prophète est préservé de cela. Il s’agit d’un voyage effectué sur ordre de Allah.

Commentaires fermés sur Cours : Croyance du Chaykh ^AbdoulLaah

Biographie : Le Sultan an nasir, SalaaHou d-Diin al ‘Ayyououbiyy

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur novembre 9, 2010
Tags: , , , , , ,

Le sultan an nasir, salahou d-din al ayyoubiyy

« Le sultan moudjahid »

Sa biographie :

C’est le savant, ascète, le moudjahid, le sultan Salahou d-din, Youssouf fils de Ayyoub fils de Chadhiyy. Il est né en l’an 532 de l’Hégire dans la citadelle de Tikrit qui est un fleuve qui se trouve au bord du Tigre, au sud de Baghdad en Irak. Son père était un gouverneur de la ville. Puis il s’est déplacé avec lui jusqu’à Al Mousil. Il s’y est installé sous la tutelle de ^imedou d-din zankiyy. Son cœur était pur, sa langue chaste. Il rétablissait les droits. Il empêchait le soudoiement et il punissait pour cela. Il accordait le droit pour chacun et c’était quelqu’un, que Allah lui fasse miséricorde, qui était un fin politique, adroit, un guide téméraire, dont les nouvelles ont étés diffusés en Orient et en Occident.

Son père, Nadjmou d-din ayyoub, s’est déplacé avec sa famille jusqu’à Ba^labak, après que ^imed d-din l’est désigné comme gouverneur de cette ville. Mais il n’est pas resté longtemps à Ba^labak. Puisqu’ils sont partis par la suite vivre à Damas. Salahou d-din s’est chargé de la responsabilité de la police de Damas, de l’époque de Nourou d-din. Mais après la mort de Al ‘atabak, nourou d-din ibnou ^imedou d-din zankiyy en l’an 569 de l’Hégire, Salahou d-din a gouverné l’Egypte et le cham et d’autres pays. Puis, il s’est préparé pour unifier les pays islamiques. Il a préparé les armées pour combattre les mécréants, et récupérer le restant des terres de ach-cham. Il a également préparé une armée pour récupérer le Yémen. Et il a envoyé à la tête de cette armée son propre frère Touran chah, fils de Ayyoub. En effet, Salahou d-din a vu que en adjoignant le Yémen à sa souveraineté, les musulmans pourront ainsi avoir le pouvoir sur les embouchures de la mère rouge afin de défendre les terres sacrées, du Hidjaz. Surtout après avoir repris la région de Al ^aqabah, qui se trouve au bord de la mère rouge. Par ailleurs, ^adan était devenu un centre important pour le commerce islamique. Il était donc important de la protéger des attaques des croisés, qui voulaient ainsi assurer la continuité de leurs territoires avec leurs partisans en Abyssinie. Il était donc important de préserver l’embouchure sud qui donne sur le mère rouge.

Ainsi, après que Salahou d-din ait préparé l’armée, son propre frère a traversé avec  les armées islamiques jusqu’à Djouddah. Et à partir de là-bas jusqu’à Mekkah où il est entré pour faire une ^oumrah. Ensuite, il a marché sur Zabid, qu’il a pris à son pouvoir. Et il a fait prisonnier le gouverneur de ^adan. L’armée a poursuivi son avancée et y a pris le pouvoir de la citadelle à ta^z qui est une des citadelles les plus protégées. Il a agit en bien avec ses habitants, Et il a éliminé toutes les divisions et les disputes. Il a ainsi annulé le restant du pouvoir Fatimide. Banou Ayyoub a gouverné le Yémen plus de la moitié d’un siècle.

Par ailleurs, le sultan Salahou d-din avait envoyé un bataillon à l’ouest de l’Egypte, sous la gouvernance de Qaraqouch, qui a prit barqah et tripoli et tunis. Ainsi il a unifié les pays islamiques en un seul front qui s’étend de barqah et Tunis à l’ouest jusqu’à l’Euphrate à l’est. Et de Al mousil et halab au nord jusqu’à an-noubah et le Yémen au sud. Il restait un souci à Salahou d-din, c’était de libérer Al ‘aqsa de l’ennemi qui était en Palestine.

 

 

 

 

La prise de position de du fort de Al kirk :

 

Badjan As-sakiyy qui était un croisé avait fait construire le fort de Al kirk qui se trouve au sud de la Jordanie. Et ce fort avait été construit sur une hauteur, ses murs étaient élevés et il était étendu de sorte qu’il pouvait contenir un grand nombre de soldats avec leurs familles. Et il était très bien défendu sur une hauteur de pierre de sorte qu’il soit difficile de l’atteindre de différentes directions tant la pente était abrupte. Pour y arriver, un pont a été construit et il était facile de le défendre du coté du fort. Mais la position de ce fort avait une importance stratégique pour des chemins qui mènent à  l’Egypte vers les pays de Ach-cham. Et Ronald Chaniol avait gouverné cette région. Il était surnommé « Arnart » tout comme l’avaient surnommé les arabes. Arnat était un homme qui faisait beaucoup les jeux de paris. C’était quelqu’un qui était quelqu’un de vilain qui ne respectait pas les engagements. A plusieurs reprises, il avait violé les pactes qu’il avait fait avec les musulmans. Et il attaqué les caravanes commerciales islamiques et il les pillait. Le sultan Salahou d-din a fixé une stratégie pour prendre le fort qu’il considéré comme une épine dans la gorge des musulmans. Salahou d-din a assiégé le port et le siége a duré plus d’un an au point que les gens consommés leurs propres bêtes. Ils ont demandé à avoir une garantie de sécurité en contrepartie de rendre le fort. Le sultan a accepté et a donné la garantie de sécurité à ceux qui y résidait.

 

 

La grande bataille de Hittin :

Le village de Hittin se trouve à l’ouest de Tibériade, elle est riche en eau avec beaucoup de pâturages dans certaines parties. La bataille a eu lieu dans une région qui s’étend de tiberaite à l’est et de tafouriayah à l’ouest. Et cette parie là était sèche, difficile, comportant très peu d’eau mis à part des puits et des sources rares. Bien que la libération de baytou l maqdis des mains des croisés était l’objectif pour lequel œuvré le sultan mudjahid salahou d din après avoir unifié le front islamique et qu’il a sécurisé les frontières. Il ne voulait pas être celui qui commencé la guerre pour une raison qu’il voulait. Il a attendu que Arnat celui qui gouvernait al kirk qui était connu pour sa trahison et ses supercheries, commence. Arnat avait attaqué une caravane qui passait par al kirk sur son chemin d’Egypte vers ach cham. Il l’a pillé, il l’a fait prisonnier et a tué les gens de la caravane. Il a dit aux prisonniers alors qu’il les torturés : « Que votre Mouhammed vienne pour vous délivrer. ». C’est alors que salahou d din s’est mis en colère et il a fait le vœu que si Allah le lui permet, il le tuera de ses propres mains. Salahou d-din a appelé à l’alerte générale pour le djihad  et après que les préparatifs furent terminés et que les armées islamiques volontaires soient venues de différentes régions du royaume, salahou d din a quitté Damas, vers basrah. Il a commencé par attaquer al kirk, il a pris possession de tiberiate mais comme la citadelle n’était pas facile à prendre, il l’a laissée pour y revenir plus tard. Et il a commencé par renforcer ses positions et là apparaît l’adresse de salahou d din et sa grande force militaire. En effet, il n’a pas fait avancer ses armées vers la bataille, mais il a plutôt forcé l’ennemi à venir vers lui afin que l’armée et les chevaux de l’ennemi soient fatigué. Les disputent éclatèrent dans l’armée de l’ennemi. Et ils se partagèrent en deux groupes. Raymond était le gouverneur de Tripoli voulait que les armées restent à safouriyyah parce qu’elles étaient proches de leurs royaume du coté de la mer. Et pour amener les armées des musulmans, à traverser le désert, entre tiberiate et safouriyyah de sorte que cette armée soit fatiguée, et qu’il soit facile de la vaincre. Mais arnat, le gouverneur de al kirk, lui qui était assoiffé du sang des musulmans, voulait au contraire s’empressait de s’avancer vers tiberiate, pour prendre par surprise salahou d din. Et ce fut l’avis de arnat qui l’emporta. Les armées des croisés avancèrent alors qu’elles étaient en proie à de profondes disputent. En plus de la température élevée en été alors que l’armée de salahou d din conservée sa force. Quand la nouvelle de l’avancée des ennemis parvint à salahou d din il dit : « Ce que je recherche est arrivé et nous avons eu ce que nous souhaitons. Ainsi l’armée des croisés avança avec leur armes leur armures leurs boucliers de fer et la chaleur du soleil se reflétait sur le sable du désert et la température était extrêmement élevée au point qu’ils allé tomber tellement leur fer était lourd. C’était un samedi cinq jours restant du moi de rabi^ou l akhir, de l’année 583 de l’Hégire. Lorsque la bataille s’engagea, les musulmans encerclèrent les ennemis, et ils les entourèrent comme un bracelet entoure un poignet. Ils ont tué beaucoup et fait prisonnier. Raymond, le gouverneur de Tripoli, voulait provoquer une brèche, dans le siège qui était autour d’eux. Et taqiyyou d din , le fils du frère de salahou d din, lui a préparé une ruse, il manifesta qu’il avait perdu et il lui a laissé le chemin pour sortir puis taqiyyou d-din referma à nouveau le cercle des musulmans. Raymond et son armée se sont trouvé séparé des armés des croisés qui étaient encerclés. Il préféra être sauvé et s’enfuir vers Tripoli. Il mourut peu de temps après par chagrin et tristesse, quand on l’a accusé de trahison. Salahou d din par ailleurs a fait allumé du feu dans les herbes qui ont entouré les positions de l’ennemi. Leur moral fut atteint, et beaucoup d’entre eux moururent et reste fut prisonnier. L’historien ibnou l athirr  qui était contemporain à cette bataille, a dit dans son tarif : « Tous ceux qui voyaient les morts, pensaient qu’il n’y avait plus de prisonniers et tous ceux qui voyait les prisonniers croyait qu’il n’y avait plus de mort. ». Un autre a dit : « Un chevalier parmi les musulmans avait dirigé trente ou quarante prisonniers avec une même corde et il arrivé qu’il y ait eu deux cent croisés prisonniers surveillé par un seul cavalier musulman ». Le nombre des prisonniers fut estimé à trente mille, choses qui baissa leur prix dans le marché quand ils furent exposés en vente. Et on en vendit l’un d’entre eux en contrepartie d’une claquette. Parmi les prisonniers, il y avait la plupart de leur chefs, de leur roi et parmi eux arnat. Salahou d din a blâmé fortement arnat pour ce qu’il avait fait avec la caravane musulmane et pour s’être moqué du prophète. Il lui a proposé l’islam, il a refusé. C’est alors que salahou d din brandit son épée et lui a dit : « Me voici prendre la victoire pour mohammed salla lahou ^alayhi wa sallam ».Et l’a tué en respectant le vœu qu’il avait fait. Après cela, l’Etat surnommé archalim s’écroula. Et le sultan salahou d din put récupérer toutes leurs villes et leurs fort. Les villes tombèrent l’une après l’autre entre les mains des musulmans. Et surtout ^akkaa, yaafaa, ^ifa , Saydah, beyrout et djoubayd.

 

 

 

 

 

Son amour pour la science de la religion et sa piété :

 

 

As soubkiyy dans tabaqat ach chafi^iyyah dit au sujet de salahou d din qu’il avait entendu le hadith du prophète auprès du hafidh abou tahair as salafiyy et abou tahir ibnou ^awf et le chaykh qoutbou d din an naycabouriyy et ^abdou l lah barwiyy an nahwiyy et beaucoup d’autres encore.

Le sultan salahou d-din a suivi la voie du salaf vertueux, en protegeant la religion en s’attachant à la croyance pure et claire, la croyance des gens de la vérité. Il avait ordonné, que Allah l’agrée, que l’on enseigne la croyance islamique qui comporte l’exemption de Allah de l’endroit de la localisation de la couleur et de toutes autres caractéristiques des créatures. Que l’on enseigne cette croyance dans les qouttab et les madrasah. L’illustre savant mouhammed ibnou habbati lah al makkiyy, avait composé un épître dans la croyance qu’il avait appelé hadaiqou l fousoul wa djawahirou l ousoul ( les jardins les saisons et les perles des fondements) qui est dans la science de al kalam conformément aux règles de abou l haçan al ach^ariyy, que Allah lui fasse miséricorde. Il  l’a ensuite offert au sultan salahou d din qui a ordonné qu’on l’enseigne dans les écoles pour les petits enfants. Et ce texte fut connu par al ^aqidah as salahiyyah. Parmi les paroles qu’il y dit il y a ce qui signifie :

Le créateur de ce monde est unique               Il n’a pas d’aide parmi ses créatures

Il est exempt de l’associé et des enfants        Il est exempt de tout équivalent.

Il est exempt de début il n’a pas de commencement        Il est exempt de fin il n’en n’a pas

 

 

Et ses contemporains disaient de lui que son cœur était empli de crainte de Allah, que ses larmes coulaient par la crainte de Allah lorsqu’il entendait le Qour’an. Il glorifiait énormément les rites de l’islam.

 

 

 

 

 

Parmi les choses qu’il a annulées :

 

 

Parmi les choses louables qu’il a annulées,  c’est qu’il avait annulé les impôts qui étaient pris des pèlerins qui prenaient la mer sur la voie de ^aydhab de l’époque de moukaththar ibnou ^isa qui est le dernier des émirs de la mecque surnommé al hawachim . En effet, celui qui ne donné pas cette taxe à ^idhab elle était prise de lui a djouddah . Il s’agissait de 7 dinars égyptien sur chaque personne. Et la raison pour laquelle il avait annulé c’est que le chaykh ^oulwan al asdiyy al halabiyy avait entamé le voyage pour le pèlerinage. Et lorsqu’il arriva à djouddah, on lui demanda cette taxe. Mais il refusa de la donner, et il voulut revenir, c’est alors que les soldats, ont essayé de le convaincre de ne pas repartir, et ils ont demandé l’autorisation au gouverneur de la mecque. Et c’était le charif moukaththar ibnou ^iça. Il a ordonné qu’on le laisse passé, et qu’on ne lui réclame pas cette argent. LOrsqu’il arriva à la mecque, il le rencontra et il s’excusa auprès de lui. En lui disant que les entrées d’argent de la mecque ne suffisent pas pour leur affaires, c’est ce qui les avaient amenés à prelever cette taxe injuste. Le chaykh ^oulwan à écrit une lettre au sultan salahou d din et il lui a cité le besoin du gouverneur de la mecque et lui a dit que les revenus de la ville étaient faibles et qu’ils ne suffisaient pas aux besoins de la ville. Et que c’est ce qui l’avait amené à faire cette innovation atroce. Le sultan salahou d din lui envoya 8000 irdab de blé. Il a été dit 2000 dinars et 1000 irdib de blé. Il lui a ordonné d’abandonné cette injustice. Le sultan persévérait sur la prière surérogatoire. Il avait une habitude de nombre de prières surérogatoires qu’il accomplissait quand il se levé en plein milieu de la nuit. Et sinon, il les faisant avant la prière de as soubh. Et lorsque le temps de la prière venait alors qu’il était en voyage, il faisant halte et il faisait la prière. Durant sa maladie qu’il l’avait atteint à la fin de ses jours, il faisait la prière debout. Et c’était la maladie qui avait provoqué sa mort.

 

 

Mention de certains éléments de sa biographie et de son courage :

 

 

Le sultan salahou d-din que Allah l’agrée était attaché à la religion, il était ascète il multipliait les actes d’adorations. Il persévérait sur les cinq prières dans leur temps dans la mosquée. Même durant la maladie, il faisait preuve de courage, il assisté à la prière en assemblée dans la mosquée tout comme l’a cité Ibnou chadad. Et en plus de cela, il persévérait sur les prières surérogatoires et les rawatib et les prières de la nuit. Lorsque le temps de la prière venait, alors qu’il était en voyage, il faisait halte, il faisait la prière, et avec tout cela, que Allah lui fasse miséricorde, il choisissait celui qui allait le diriger dans la prière. Il préférait celui qui mémorisait le plus le Qour’an, qui le mémoriser et qui le réciter parfaitement. Souvent la récitation du Qour’an le touchait, et il arrivait aussi qu’il demandait au gardien la nuit qu’il lui récite deux jouz ou trois djouz ou quatre jouz et il resté à l’écouter réciter. Et ce qui témoigne de son profond amour et de sa grande glorification du Qour’an, c’est ce qui a été rapporté. Qu’un jour un enfant est passé devant lui, alors qu’il récitait le Qour’an, il a apprécié sa récitation, il l’a rapproché de lui, il l’a fait manger avec lui. Et il a fait un waqf pour cet enfant et pour son père, deux parties d’un champ, dont l’enfant et son père pouvait exploiter dans l’agriculture. Le sultan salahou d din que Allah lui fasse miséricorde, avait un cœur plein de crainte de Allah, des yeux qui pleurait plein de crainte de allah, il était doux il était indulgent, il était tendre, il donnait le bon conseil, il aimait la science et les étudiants de science. Il aimait beaucoup entendre le hadith du prophète. Lorsqu’il prenait connaissance qu’un chaykh mouhaddith qui avait une chaîne de transmission élevée, qui assistait aux assemblées de Sultan, il l’invité et il prenait de lui et il entendait et faisait entendre ses enfants et ses esclaves. Et si ce chaykh n’assistait pas aux assemblées de science, il allait lui-même vers lui, il écoutait de lui et il récitait et il prenait de lui le hadith. Le sultan que Allah l’agrée était équitable, il était miséricordieux, il soutenait le démuni et le faible qui subissaient les injustes. Il a organisé des assemblées pour rétablir les droits, chaque lundi et jeudi où assisté les faqih et les qadi. Et il permettait aux gens qui avaient des différents, de parvenir jusqu’à lui que ce soit des grands des petits des vieux ou des jeunes. Il n’y avait pas eu quelqu’un qui demande son renfort, sans qu’il écoute le plaignant et  il rétablissait la justice. Ibnou chadad a dit : « Une fois je l’ai vu alors qu’un homme de Damas a demandé son renfort,  il se plaignait du fils du frère du sultan. Le sultan a demandé qu’on lui ramène son neveu, pour qu’il assiste à l’assemblée mais taqiyyou d din était quelqu’un qu’on appreciait beaoucoup mais dans pareille situation il avait écouté le plaignant il l’avait invité et il a insisté pour que justice soit faite. Salahou d din était courageux était généreux. Il était un savant vertueux et modeste. Ils ont dit qu’ils n’a jamais retardé une prière par rapport à son temps. Et il n’a jamais fait une prière obligatoire sans qu’elle soit en assemblée. C’était quelqu’un qui craignait énormément Allah, qui ne craignait le blâme de personne pour soutenir la victoire, pour soutenir la religion agrée par Allah. Dans son assemblée, il réunissait les savants, les gens de mérite, et les pauvres, les soufiyy et ses compagnons et il faisant en sorte que tout le monde était comme le cœur d’une même personne. Pour ce qui est du courage et de la patience, le sultan avait atteint un haut degré pour cela. Il était, que Allah lui fasse miséricorde parmi les plus courageux. Il avait une âme qui était très forte. Il était pérsevèrant. L’ennemi ne lui faisant pas peur. Il faisait le tour de l’ennemi une ou deux fois par jours pour prendre de ses nouvelles lui-même s’il était proche de lui. Et il faisait ses plans calmement et avec précaution. Et quand la guerre battait son plein, il traversait les deux rangs, et il organisait lui-même les soldats, il leur ordonnait d’avancer de persévérer, et il s’exposait lui-même face à l’ennemi et c’était celui qui était le plus proche de l’ennemi, qui était ferme comme un lion devant lequel les zèbres s’enfuient. Ibnou chadad a dit : « Je l’ai vu, que Allah lui fasse miséricorde, à l’extérieur de ^akkah, il était extrêmement malade, à cause de nombreuses ampoules, qui avaient poussées, au milieu de sa taille jusqu’à ses genoux, de sorte qu’il ne pouvait pas savoir. Il était sur son coté à l’intérieur de la tente. Et il n’avait pas voulu qu’on amène de la nourriture parce qu’il ne pouvait pas asseoir. Et il ordonnait qu’on donne la nourriture aux gens. Malgré cela, il avait pris place au milieu de la tente, proche des champs de bataille et il avait organisé l’armée en une aile droite, une aile gauche et un cœur. Et avec tout cela, il était sur sa monture du début de la journée jusqu’au coucher du soleil, il faisait le tour de son armée. Et ibnou chadad a dit : « Je l’ai vu la nuit assiégeant safad et il a dit : « Nous ne dormirons pas ce soir, avant d’avoir construit cinq catapultes ». Et il a préparé pour chaque catapulte, des gens qui s’occupent de le mettre en place. Nous avions passé toute la nuit à être à son service et les informations lui parvenaient que telle catapulte avait été déjà construite et telle autre jusqu’au matin et il avait terminé et c’était une des plus longues nuit et des plus froides.

Parmi ses œuvres militaires les plus éminentes, et les plus réputées, c’est la libération de baytou l maqdiss, et la conquête de al qouds puisqu’il y est entré le 15 du mois de rajab et il y a pris la ville le vendredi 27 du mois de radjab à l’occasion du souvenir du mois de al isra’ wal mi^radj (le voyage nocturne et l’ascension). Et la prière du vendredi y a été organisée. Les paroles allahou akbar et la ilaha il lalah se sont élevées. Et c’était une conquête et une libération éminente, et inspirant le respect.

 

Parmi ses recommandations :

Il a été rapporté qu’il avait recommandé à l’un de ses fils en lui disant : « je te recommande de faire preuve de piété à l’égard de Allah. Parce que la piété c’est la tête de tout bien. Et je t’ordonne de faire ce que Allah ta ordonné. Parce que ce sera la cause de ta sauvegarde. Et garde toi de l’effusion injuste du sang  parce que le sang ne dors pas, il peut provoquer la vengeance. Et je te recommande de protéger ton cœur, et le cœur de tes sujets. Et d’étudier leurs affaires. Et ne soit pas haineux envers quiconque car la mort ne laisse personne éternellement vivant.». Et lorsqu’il entendait, que Allah lui fasse miséricorde, qu’un ennemi approchait le pays des musulmans, il se jetait et prosterner en invoquant Allah par cette parole : « Mon Seigneur je n’ai plus de cause du bas monde pour soutenir la religion que tu agrées. Il ne me reste que de me remettre à toi, dem’attacher à ma religion et de me fier à toi. Tu es celui qui me suffit, qui mieux que toi me suffirait ».

Al qadiyy ibnou chadad a dit : « Je l’ai vu une fois prosterné, avec les larmes qui tombaient sur sa barbe, puis sur son tapis de prière, et je n’entendais pas ce qu’il disait. Et ce jour là ne s’est pas terminé avant que les nouvelles de la victoire sur les ennemis les barbares. Il choisissait le temps de la prière du vendredi pour mener les attaques entre ces ennemis en recherchant ainsi la barakah par les invocations des orateurs qui faisaient des invocations en sa faveur pour qu’il ait la victoire.

 

Ses traces et son décès :

Il a fait construire les mosquées et les madrassah. Il a fait construire la citadelle de al djabal, au Caire. Il l’a assiégée. Il a fait construire la coupole de ach chafi^iy. Il était de l’école chafi^ite et de croyance ach^arite. La nuit du samedi 16 de s safar, il fut extrêmement fatigué. Et au milieu de la nuit, il fut pris d’une forte fièvre. La maladie devint de plus en plus dure. Les médecins le visitèrent pour l’examiner. Et la fièvre devenait de plus en plus dure au point qu’il se mit à trembler et qu’il s’évanouit. Le pays fut déstabilisé. Le chagrin général. Et les gens pleuraient. Le dixième jour de sa maladie, il se mit à transpirer jusqu’à quitter le lit, et sa maladie devint encore plus dure la douzième nuit de sa maladie. Le chaykh abou dja^far, l’imam des kallasah, vint pour passer la nuit auprès de lui dans la citadelle pour lui rappeler les deux témoignages lors de la sortie de l’âme. Et lorsque le sultan mourut, la nuit du 27 de safr, après la prière de adh dhor du mercredi il fut emmené dans un cercueil et les gens firent la prière en sa faveur puis il fut enterré dans la citadelle de Damas dans la maison dans laquelle il résidait. Et il fut mis dans son lahd, le temps de la prière de al ^asr après la prière du même jour. Son décès avait eu lieu dans l’an 589 de l’Hégire, il avait 57 ans. Il avait laissé 17 garçons, et une seule fille. Il n’y avait pas dans sa caisse plus que 2 dinars et 4 dirham. Il était resté sultan pendant 24 ans. Après quoi, il mourut et avait donc 57 ans. Il a un maqam qui est connu que les musulmans visitent en recherchant la barakah par sa conduite embaumée et sa voie de droiture. Ce sultan moudjahid avait 3 facteurs qui lui avaient préparé sa réussite et qui ont fait de lui un guide et un gouverneur, et un cavalier téméraire. C’était sa nature que Allah lui a accordée, la science qu’il avait acquise et l’expérience pratique. Et tout cela était embellit par l’attachement à la religion, la piété, l’ascèse, et le fin stratège militaire. Peu de temps après, il a pu étendre son sultanat d’Egypte jusqu’aux pays de ach cham et unifier les pays et les gens. Il a rétablit la terre à ses propriétaires, et à la communauté sa force, après la faiblesse qui l’avait atteinte. Que Allah fasse miséricorde au sultan moudjahid salahou d din le héros de la bataille de hittine. Celui qui a livéré baytoul maqdiss. C’était un homme de croyance, un homme ascète et pieux, il a accordé pour la communauté de l’islam sa gloire il a dominé ses ennemis. Il a fait en sorte que la parole de la religion de Allah soit la plus haute, la plus élevée, et la parole de ceux qui ont mécrus la plus basse.

Commentaires fermés sur Biographie : Le Sultan an nasir, SalaaHou d-Diin al ‘Ayyououbiyy

%d blogueurs aiment cette page :