Chaykhaboulaliyah's Blog


Soufi : conseil

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur janvier 31, 2011
Tags:

Mon conseil pour toi :

Ce qu’a dit un soufi véridique

 

 

 

 

Quelque soit la faille ou le défaut que tu trouveras en ton frère, un défaut qui est prouvé sans aucun doute, alors porte lui le conseil en cachette, sans que ce soit au grand jour. Ne te laisse pas tromper par le chaytan de sorte à en venir à faire sa médisance.

Lorsque tu l’exhortes, ne le fais pas en étant content d’avoir pris connaissance de son défaut, de sorte qu’il te considère avec égard et respect et que tu le considères avec dédain et rabaissement ! Fais plutôt en sorte que ton objectif soit de le délivrer du péché. Sois triste pour lui tout comme tu serais triste pour toi si tu découvrais en toi-même un défaut. Il convient que tu préfères qu’il délaisse son défaut sans que tu ne l’aies à l’exhorter plutôt qu’il ne le délaisse parce que tu l’as exhorté.

 

 

Wa baraka l-Lahou fikoum wa saddada khoutakoum.

 



Publicités
Commentaires fermés sur Soufi : conseil

Biographie : L’Imam Zaynou l-3Aabidiin As-Sajjaad

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 13, 2010
Tags: , , , , , ,

L’Imam As-Sajjad Zaynou l-^Abidin

 

Sa  biographie

 

Il s’appelle ^Aliyy fils de Al-Houçayn, fils de ^Aliyy Ibnou Abi Talib, que Allah les agréé tous, connu sous le surnom de Zaynou l-^Abidin, il était surnommé également Abou l-Houçayn et d’autres ont dit Abou Mouhammad.

Al-Houçayn, que Allah l’agréé, n’a pas d’autres descendants qu’à partir des descendants de Zaynou l-^Abidin.

Sa mère était une esclave qui s’appelait Ghazalah tout comme Ibnou Sa^ad l’a rapporté dans  » At Tabaqat« .

Ibnou Qoutaybah a dit dans son livre « Al Ma^arif  » que la mère de Zaynou l-^Abidin est de la région de Sindih et qui s’appelle Soulafah et d’autres ont dit Ghazalah.

Il a été rapporté dans le livre « Wa fayatou l ^ayan  » de Ibnou Khoulikan que sa mère Soulafah était la fille de Yazdajrd, le dernier des rois perses.

Et Ibnou Sa^ad rapporté dans « AtTabaqat » que ^Aliyy fils de Al-Houçayn était avec son père et il avait alors vingt-trois ans, il était malade allongé sur son lit, lorsque Al-Houçayn, ^alayhi sallam, a été assassiné Choummar Ibnou Dhiyy l-Jouchana a dit :

« -Tirez sur cet homme !

C’est alors qu’un de ses compagnons lui a dit

Soubhanallah ! ! Veux tu que l’on tue un jeune homme qui est malade, qui n’a pas combattu ?

Et ^Oumar Ibnou Sa^ad a dit

-Ne faites aucun mal à ces femmes ni à ce malade. »

C’est ainsi qu’il a échappé au fait d’être tué lorsque son père Al-Houçayn a été tué.

Sa science et son ascèse, sa piété

L’imam Zaynou l-^Abidin fait partie des maîtres des successeurs des compagnons.

AzZouhriyy a dit :

« -Je nain pas vu un seul hachimite qui soit meilleur que lui et je n’ai vu personne qui ait plus de science que lui. Il était, que Allah l’agréé, lorsqu’il s’apprêtait à faire le woudou, son visage devenait jaune.

Sa famille lui disait :

« -Qu’est ce qui te prend lorsque tu veux faire le woudou?

Il a dit:

-Je ne savais pas pour Qui je compte me lever. » ( C’est-à-dire lorsqu’il s’apprête à faire la prière)

Il a été rapporté un jour qu’un incendie a éclaté dans la maison dans laquelle se trouvait ^Aliyy fils de Al-Houçayn, alors qu’il était en prosternation, les gens s’étaient mis à lui dire :

« -O, toi le fils de la fille du Messager de Allah, O, toi le fils de la fille du Messager de Allah, au feu!! ! »

Mais il n’a pas relevé la tête jusqu’à ce que le feu ait été éteint et il a été dit :

« -Qu’est ce qui t’a détourné de ce feu ?

-C’est l’autre feu qui m’en a détourné a t’il répondu. (Il fait allusion au feu de l’enfer.)

Un jour un homme était venu à lui alors qu’il était avec ses compagnons dans la mosquée, il n’a pas laissé une seule mauvaise parole sans qu’il le lui ait dite et Zaynou l-^Abidin se taisait.

Par la suite, cet homme était reparti lorsque la nuit était venue, il est venu à la porte de cet homme et lui  a dit :

« -Ô, mon frère, si tu étais véridique en ce que tu m’as dit, que Allah me pardonne et si tu étais menteur, que Allah te pardonne. »

Puis il est reparti. C’est alors que cet homme est sorti et l’a suivi par derrière et s’est mis à pleurer tant que Zaynou l-^Abidin a eu de la compassion pour lui.Cet homme lui a dit :

« -Ne me méprends pas. Je ne reviendrais plus à faire quelque chose que tu n’aimes pas .

-Et toi je te pardonne pour tout ce que tu m’as dit. »

Sa générosité

L’imam As-Sajjad Ibnou l-^Abidin, que Allah l’agréé, était généreux, il prodiguait le bien, il était bienfaiteur.

Ibnou l-Jawziyy a rapporté dans «  Sifatou AsSafawah » d’aprés Mouhammad fils de Is-haq il a dit : « Il y avait des gens à Médine qui vivaient et ils ne savaient pas d’où leur parvenait leur subsistance; lorsque ^Aliyy fils de Al-Houçayn était mort ils ne retrouvaient plus ce qu’il leur était donné de nuit et il est rapporté que leur nombre était de cent familles de Médine.

Et lorsque venait à lui un mendiant pour lui demander quelque chose, il lui faisait bon accueil et lui disait :

-Bienvenue à celui qui transporte mes provisions pour l’au-delà ! »

Et un des fils de ^Amr Ibnou Yasir a rapporté :

« Il y avait un jour chez ^Aliyy fils de Al-Houçayn des invités qui avaient demandé à l’un de ses serviteurs à ce qu’il leur ramène rapidement de la viande cuite dans le four. C’est alors que le serviteur était venu en courant et la brochette -le fer sur lequel était mis les bouts de viande- ( On dit plutôt la broche, non?) était tombée de sa main sur l’un des enfants de ^Aliyy qui l’a atteint dans sa tête et il en est mort c’est alors que ^Aliyy a dit à ce serviteur :

« -Tu es libre, parce que tu n’as pas fait exprès ; »

Et il l’a amené avec lui dans le convoi funéraire de son fils.

 Un jour il a rendu visite à Mouhammad fils de Houssama fils de Zayd lors de sa maladie et Mouhammad s’était mis à pleurer. Zaynou l-^Abidin lui a dit:

« -Qu »est ce qui t’arrive?

-Je suis endetté.

-De combien?

-Quinze mille dinars.

C’est alors que Zaynou l-^Abidin lui a dit:

-C’est moi qui me charge de les rembourser. »

Sa modestie.

^Aliyy fils de Houçayn était, que Allah l’agréé, modeste. Lorsqu’il marchait sa main ne dépassait pas sa cuisse et il ne marchait pas avec arrogance et fierté. Lorsqu’il se levait pour accomplir la prière il était pris de tremblements il lui était dit :

« -Qu’est ce qui t’arrive ?

-Vous ne savez pas pour Qui je me lève et Qui j’invoque. »

Il s’asseyait, que Allah l’agréé, dans l’assemblée de ‘Aslam, l’esclave affranchi de ^Oumar, que Allah l’agréé. C’est alors qu’un homme de Qouraych lui a dit:

« -Tu laisses l’assemblée de Qouraych et tu tiens l’assemblée avec un esclave de Bani ^Oudayy !

C’est alors que ^Aliyy lui a dit:

-Mais la personne s’asseoit là où elle profite. »

Et Yazid Ibnou Hazim a dit :

« -J’ai vu ^Aliyy fils de Al-Houçayn et Soulayman fils de Yasar s’asseoir dans Ar-Rawdah (c’est-à-dire entre la tombe du Prophète et le minbar du Prophète dans la mosquée du Prophète) Ils discutaient de sujets utiles jusqu’à addouha et ils révisaient la science de la religion lorsqu’ils voulaient se lever alors ^Abdoul-Lah fils de Abou Salamah leur récitait une sourah du Qour’an. Lorsqu’il terminait, ils faisaient des invocations .

Les faits remarquables de l’imam Zaynou l-^Abidin

 

 Ibnou Qoutaybah a rapporté dans “Al ma^arif”:

« ^Aliyy fils de Al-Houçayn avait affranchi une femme esclave qui lui appartenait puis il l’a épousé. C’est alors que  ^Abdoul-Malik Ibnou Marwan lui a envoyé une lettre pour le blâmer pour ce qu’il a fait  et Zaynou l-^Abidin lui a écrit sa réponse en lui disant:

« Vous avez certes un excellent modèle en la personne du Messager de Allah        , qui avait affranchi Safyah la fille de Khouyay fils de ‘Akhtab puis il l’avait épousé et il a affranchi Zayd, le fils de Kharithah et il lui a donné en épouse la fille de sa tante paternelle  Zaynab bintou Jahch »

Zaynou l-^Abidin était extrêmement bienfaisant envers sa mère tant qu’il évitait de manger dans le même récipient que sa mère de crainte que sa main ne prenne le morceau qu’avait vu en premier sa mère. Et il  accomplissait, que Allah l’agréé, chaque jour et nuit mille rak^ah des prières surérogatoires tant qu’il a été surnommé l’imam As-Sajjad ( c’est-à-dire celui qui se prosterne)

AzZouhriyy a dit également:

« C’était celui des gens de sa famille que l’on avait le plus pour destination et c’était celui d’entre le plus que Marwan Ibnou l-Hakam et ^Abdoul-Malik Ibnou Marwan aimaient »

 

 

Quelques- unes de ses caractéristiques

 

Zaynou l-^Abidin avait un drap de tissu qui s’appelle khaz de couleur jaune qu’il mettait le vendredi et il mettait dans ses pieds des sortes de sandales qui ne sont pas fermées de derrière et qui avait une description particulière Il achetait aussi le tissu de khaz à cinquante dinars, il passait dans ce tissu là l’hiver puis il revendait ce tissu et donnait en aumône le prix. Il passait l’été dans deux vêtements, des habits d’Egypte qu’il achetait à un dinar et il mettait de temps en temps d’autres vêtements. Il mettait sur sa tête une ^imamah (un turban) et il laissait l’extrémité du turban dépasser derrière son dos. Il mettait du baume ou du parfum aprés le ghousl lorsqu’il voulait entrer en rituel. Il rassemblait les prières de Adh-dhour et de Al-^asr, ainsi que celle de Al-maghrib et de Al-^icha pendant le voyage.

Ses paroles dans l’exemption de Allah de toute ressemblance avec Ses créatures

 

Zaynou l-^Abidin était sur la croyance du Prophète et de ses compagnons en terme de croyance en l’unicité de Allah et de Son exemption  de l’endroit, de la localisation, de la limite et de la couleur

Le maître  Mourtadah AzZabidiyy le commentateur de « Al-Qamous » a rapporté avec une chaîne de transmission ininterrompue composée de gens qui sont tous de la famille du Prophéte que Zaynou l-^Abidin ^Aliyy fils de Al-Houçayn a dit dans son épître appelé « AsSahifah As- Sajjadiyyah« :

«  Tu es exempt d’imperfection, O Allah Tu n’es pas contenu dans un endroit »

Et Zaynou l-^Abidin, que Allah l’agréé, personne ne l’aidait pour sa purification, il puisait l’eau pour sa purification avant de s’endormir. Lorsqu’il se levait pendant la nuit il commençait par utiliser le siwak ensuite il faisait son woudouet il commençait à faire la prière et il rattrapait les prières surérogatoires qu’il avait manqué la journée, il les rattrapait pendant la nuit puis il était dit: « Mes fils, ceci n’est pas un devoir pour vous (c’est-à-dire d’accomplir les prières surrérogatoires) mais celui d’entre vous qui s’est habitué à une habitude de bien, c’est bien pour lui de persévérer sur cela »

Et il ne délaissait la prière surérogatoire de nuit ni lorsqu’il était résident ni lorsqu’il était voyageur.

On rapporte de lui, qu’il a dit:

«  Je suis étonné de l’orgueilleux arrogant qui la veille était de l’eau mélangée du père et de la mère et demain il sera un cadavre puant. Et je suis étonné du profond étonnement de celui qui doute au sujet de Allah alors qu’il voit les créatures de Allah et je suis étonné du plus profond étonnement de celui qui renie la résurrection alors qu’il voit cette vie présente et je suis étonné de tout l’étonnement pour celui qui oeuvre pour cette résidence qui va à sa fin et alors qu’il sait qu’il y aura une résidence qui sera éternelle sans fin.»

Et il été rapporté de Abou Ja^far Mouhammad  fils de ^Aliyy Zaynou l-^Abidin qu’il a dit :

« Mon père m’a recommandé certaines choses, il m’a dit :

-Ne tiens pas la compagnie de cinq catégories de personnes ne leur parle pas et ne les accompagne pas sur le chemin.

Je lui ai dit:

-Je me sacrifies pour toi, ô mon père qui sont donc ces cinq personnes?

Il m’ a dit:

-Ne tiens pas la compagnie du grand pécheur car il est capable de te vendre pour une bouchée ou moins que cela.

Je lui ai dit:

-Père qu’est ce qui est moins qu’une bouchée ?

-Il souhaite obtenir la bouchée et il ne l’obtient pas.

-Père et qui est donc la deuxième de qui je ne tiens pas la compagnie ?

-Ne tiens pas la compagnie de celui qui est avare car il est capable de prendre de toi et de te rendre encore plus dans le besoin que lorsque tu l’avais connu.

-Père et qui est donc la troisième personne?

-Ne tiens pas la compagnie du menteur car il est comme le mirage: il éloigne de toi celui qui est proche et te rapproche celui qui est loin

-Père et qui est donc le quatrième?

-Ne tiens pas la compagnie de celui qui est stupide car il veut t’être utile et il va te nuire

-Père et qui est donc le cinquième?

-Ne tiens pas la compagnie de celui qui rompt les liens avec ses proches parents car j’ai vu que dans le Livre de Allah il est maudit à trois reprises »

Au sujet du mérite de la famille du Prophète

 

 Il a été dit au sujet des mérites de la famille du Prophète beaucoup de poésie et parmi ce qui est rapporté c’est que Hicham fils de ^Abdoul-Malik a accompli le pèlerinage avant d’être chargé du califat. Il a essayé d’embrasser la pierre noire mais il n’a pas pu, c’est alors que Zaynou l-^Abidin ^Aliyy  fils de Al-Houçayn était venu, les gens se sont alors écartés, éloignés pour qu’il puisse embrasser la pierre noire. Des gens ont dit à Hicham:

« -Qui est donc cet homme ?

Il a dit:

-Je ne le connais pas »

C’est alors que Al-Farazdaq, le poète a dit :

« -Moi, je le connais. Et il s’est mis à dire de la poésie (en arabe qui est très belle, qui signifie en français) :

 

Cet homme est le fils du meilleur de tous les esclaves de Allah

           C’est lui le pieux, le pur, celui qui est illustre

La terre reconnaît son pas

            Et la maison sacrée le reconnaît

Tout comme ceux qui ne sont pas en rituel de pèlerinage

            Et ceux qui sont en rituel de pèlerinage

C’est lui qui, lorsque sa belle main a touché le noir de la Ka^bah

             Lorsqu’il va l’embrasser

Lorsque Qouraych le voit celui qui parle en leur nom dit

             C’est à l’honneur de cet homme que tout l’honneur aboutit

Si les gens de la piété sont énumérés

           Les gens de la famille seront leurs imams

Ou s’il a été dit : « Qui sont les meilleurs gens de la terre? »

              Il sera dit: “Ce sont eux”

 Cet homme, c’est le fils de Fatimah, si tu l’ignores

             C’est son grand-père qui était le dernier des prophètes de Allah

Mais ta parole: “Qui est cet homme? », ne lui nuie pas

             Les arabes connaissent celui que tu n’as pas connu

Tout comme les non arabes

             Il est modeste et pudique

Tellement il inspire de respect, les gens ne parlent

             Que lorsqu’il sourit”

 

 

Son décès, ^alayhi s-salam

Ses mérites et les faits remarquables de sa vie, que Allah l’agréé, sont beaucoup plus nombreux que d’être énumérés ici.

Il a été dit qu’il est mort en 99 de l’hégire et d’autres ont dit 92 de l’hégire à Médine.

Il a été enterré à Al-Baqi^ dans la tombe de son oncle paternel Al-Haçan fils de ^Aliyy sous la coupole où il y a la tombe de Al-^Abbas, que Allah les agréé tous.

Que Allah te fasse miséricorde, Ô toi l’Imam, l’ascète, le saint, le vertueux, que Allah te fasse miséricorde, tu étais véritablement Zaynou l-^Abidin (c’est-à-dire la parure des adorateurs) et que Allah nous accorde l’intercession de ton grand-père, salla Lahou ^alayhi wa sallam.

Commentaires fermés sur Biographie : L’Imam Zaynou l-3Aabidiin As-Sajjaad

Du Livre Al-Bourhaanou l-Mou’ayyad de notre maître Ahmad Ar-Rifaa3iyy

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur mars 23, 2010
Tags: , , ,

L’Imam Ahmad Ar-Rifa^iyy , que Allah lui fasse miséricorde, a dit :

Donne le conseil à tes frères et essaie de rassembler leur cœur, et réunis les gens de toutes tes forces. Incite les gens à devenir véritablement des soufi, à prendre la voie du tasawwouf. Emplis ton cœur de dhikr, d’évocations de Dieu. Embellis ton cœur par la méditation et éclaire ton intention par la sincérité, et recherche l’aide de Allah, et patiente face aux épreuves de Allah, et sois satisfait de Allah, ne te rebelle pas contre Lui, et dis : « al-hamdou li l-Lahi ^ala koulli ha» (la louange est à Allah dans toute situation), et multiplie les invocations en faveur du Prophète honorable, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam. Et si tu sens de ton âme, un mauvais penchant ou de l’orgueil, alors fais le jeûne par recherche de l’agrément de Allah. Et reste chez toi, et ne vas pas beaucoup au marché, et aux endroits de loisirs, car celui qui délaisse ces endroits-là, il obtiendra la délivrance.

Honore ton invité, fais miséricorde à ta femme et à tes enfants, et à ton serviteur,  et évoque Allah dans tous les cas, et sois sincère, dans ton for intérieur et dans ton apparence, et œuvre pour l’au-delà, avec de bons actes, et fais en sorte que ce que tu fais dans le bas monde soit des provisions pour l’au-delà. Ceci est mon conseil pour toi et pour tous ceux qui suivront mon chemin, et pour mes frères et pour tous les musulmans, et les biens aimés, que Allah fasse qu’ils soient nombreux. Et je demande que Allah l’Eminent, me pardonne tous mes péchés, et je me repens à Lui. Mon fils, le Prophète, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, a dit ce qui signifie : « si un esclave cache en son for intérieur, un caractère ou un sentiment, Allah lui donnera pour parure le résultat de ce sentiment. S’il a du bien dans son cœur, il sera embelli par du bien, et s’il a du mal dans son cœur, il sera recouvert de mal ».

Mon fils, si tu as une raison que tu utilises véritablement correctement, tu ne vas pas pencher pour le bas monde, même si le bas monde vient vers toi, car le bas monde est traître, le bas monde se rit des gens qui s’attachent à lui. Celui qui s’écarte du bas monde, il en sera sauvé, et celui qui penche vers le bas monde, il y sera éprouvé. Il a été rapporté que : « l’amour du bas monde, c’est l’origine de tous les péchés ». Tout comme l’amour du bas monde est à l’origine de tous les péchés, également, se détourner du bas monde, est à l’origine de toute bonne action. Le bas monde est comme une vipère,  douce au toucher, mais dont le poison est mortel, ses plaisirs s’estompent rapidement, ses jours s’écoulent comme un rêve, alors occupe-toi dans le bas monde par la piété à l’égard de Allah, ne tombe pas dans l’insouciance et l’oubli de son évocation un seul instant, et si un moment d’insouciance te parvient, alors empresse-toi pour rattraper cela, et reprend la méditation et évoque Allah, et éprouve de la pudeur à l’égard de Allah, surveille ton âme, par recherche de l’agrément de Allah quand tu es seul ou en compagnie des gens, et remercie Allah dans tous les cas, et ne t’occupe pas des autres. Sois un soufi pur, et ne sois pas un hypocrite parce que cela te mènera à ta perte.

Le tasawwouf véritable, c’est se détourner de tout autre que Allah et de ne pas occuper son esprit par autre que Allah, c’est se fier à Allah, c’est s’en remettre dans tous les cas à Allah, c’est attendre les bienfaits de Allah, c’est la crainte de Allah dans tout instant, et c’est le fait de penser du bien au sujet de Allah ta^ala.

Mon fils, si tu apprends une science, et que tu entends une belle parole qui t’es rapportée, alors applique-là, et ne sois pas de ceux qui apprennent mais qui ne pratiquent pas. La sauvegarde du savant, est grâce à sa science et à ses actes, c’est le fait d’agir conformément à sa science, et la perte du savant, c’est qu’il délaisse les pratiques. Ne perds pas ton temps dans les loisirs et les jeux, ne perds pas ton temps à écouter les instruments de musique, et les paroles de ceux qui racontent des histoires, car le fait de rester éternellement dans le bas monde est impossible, et le fait de se pencher et de s’investir totalement dans le bas monde, c’est une ignorance qui mène à un égarement. Fais en sorte que ton esprit soit occupé par les prophètes et les envoyés qui t’ont précédé, et pense aussi aux tyrans et aux sultans qui sont morts comme s’ils n’avaient pas existé, eux nous ont précédé, et nous sommes sur leur voie, alors marche sur la voie des vertueux, afin que tu sois rassemblé parmi eux, et que tu sois de leur groupe. » Fin de citation de l’Imam Ahmad Ar-Rifa^iyy tirée de son livre Al-Bourhanou l-Mou’ayyad.

Allah ta^ala A^lam wa Ahkam (Allah sait et a plus de sagesse que tout autre).

Nous demandons à Allah qu’Il fasse que nous soyons de ceux qui lorsqu’ils écoutent de belles paroles, ils en tirent profit, et ils les appliquent.

Commentaires fermés sur Du Livre Al-Bourhaanou l-Mou’ayyad de notre maître Ahmad Ar-Rifaa3iyy

Conseil du Chaykh Ah_mad Ar-Rifaa3Iyy

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur mars 19, 2010
Tags: , ,

Est maître celui qui frappe la porte avec humilité, la porte lui sera ouverte avec l’acceptation

Et Celui qui rentre avec modestie il prendra place dans la maison de la gloire

Mon frère, attache toi à suivre la loi de l’Islam concernant les lois apparentes et ce qui concerne ton coeur

Et Protège ton coeur pour qu’il n’oublie pas d’évoquer Dieu

Et pour être au service des disciples qui recherchent la science de la religion et ceux qui sont étrangers (c’est-à-dire ceux qui sont en voyage et qui n’ont pas de famille)

Et Empresse toi toujours pour accomplir les bonnes oeuvres sans paresse et sans lassitude

Et veille les nuits en prières surérogatoires par recherche de l’agrément de Allaah

Et Recherche l’agrément de Dieu,

Habitue toi à te réveiller en pleine nuit pour accomplir des prières surérogatoires

Et veille à ce que tu as accomplis sois sauf de toute insincérité

Et Pleure quand tu es seul pour les péchés que tu as fait par le passé

Mon fils, ce bas monde est comme un mirage et ce qu’il comporte va à sa fin

Mon fils, le plus grand souci des gens du bas monde c’est leur bas monde

Et le plus grand objectif des gens de l’au-delà c’est de gagner l’au-delà

Garde-toi de prétendre avoir atteint de hauts degrés alors que tu es menteur

Fais en sorte que ta croyance soit ferme et stable

Et Détourne tes pensées des suggestions du chaytaan

Et mets en garde ton âme pour qu’elle ne recherche pas le mauvais compagnon

Car les conséquences de la compagnie du mauvais ami c’est le regret au jour du jugement

Tout comme Allaah dit au sujet de l’égaré dans sourate al Fourqan / 28 ce qui signifie :  » Malheur à moi. Si seulement je n’avais pas pris untel pour ami  »

Et Allaah ta^aalaa dit ce qui signifie :  » Si seulement il y avait entre toi et moi la distance qui sépare les deux levants, quel mauvais compagnon  »

Garde-toi du mauvais compagnon

Pour que tu ne lui adresses pas la parole au jour du jugement en lui disant ce qu’il y a dans ces deux ayah du Qour’aan et là-bas ton regret ne te sera pas utile

Et tes propos ne seront pas entendus

Ô mon fils ce que tu as mangé tu l’a anéantit

Et ce que tu as mis comme vêtement tu l’as usé mais ce que tu as fait tu vas le retrouver

Et venir au jugement de Dieu est quelque chose qui va avoir lieu inéluctablement

Et que tu te sépares un jour de tes bien-aimés (sous entendu par la mort) cela est quelque chose qui va avoir lieu sans aucun doute

Au début de ta vie dans ce bas monde tu étais faible et tu te fatiguais

Et la fin de ta vie dans ce bas monde ce sera une mort et ce sera une tombe

Si les gens qui habitaient dans le bas monde étaient restés, les maisons du bas monde ne seraient pas tombées en ruine

Attache ton coeur à l’obéissance à Dieu

Et détourne-toi de tout autre que Dieu

Et fie-toi dans toute situation à Dieu

Et fais en sorte que ta conduite soit la conduite des soufis avec la modestie

Et prends la droiture en oeuvrant, en suivant à la lettre la loi de l’Islam

Et protège ton intention de la souillure des mauvaises suggestions

Et garde ton coeur pour qu’il ne suive pas l’agrément des gens

Mange plutôt du pain et de l’eau salée quand c’est quelque chose qui est licite

Et ne consomme pas de viande tendre et de miel si cela vient d’une voie que Allaah n’agrée pas

Et recherche les causes pour ta subsistance à partir d’une subsistance qui est licite

Et n’utilise pas la ruse pour obtenir des causes de subsistance

Garde-toi de blesser le coeur des soufis

Maintiens tes liens avec tes proches parents

Honore tes proches parents

Pardonne à celui qui a été injuste envers toi

Fais preuve de modestie à l’égard de celui qui a fait preuve d’orgueil vis-à-vis de toi

Ne cherche pas à atteindre les portes des gens qui ont du pouvoir

Et multiplie tes visites aux soufis

Multiplie tes visites aux tombes et aux cimetières

Adoucis tes paroles quand tu t’adresses aux gens

Parle aux gens tel que leur compréhension le leur permet

Améliore ton comportement

Quand tu es avec les gens essaie d’être avec eux avec une bonne humeur

Détourne-toi des injustes

Oeuvre pour être au service des orphelins et honore-les

Multiplie la visite à ceux qui sont pauvres

Soit au service des veuves

Fais miséricorde aux gens, il te sera fait miséricorde

Sois dans l’obéissance à Allaah et tu verras que Allaah t’aidera

Fais que la sincérité soit ton compagnon dans tous tes actes et dans toutes tes paroles

Et fournis tout effort pour guider les créatures vers la voie de vérité

Commentaires fermés sur Conseil du Chaykh Ah_mad Ar-Rifaa3Iyy