Chaykhaboulaliyah's Blog


Mawlid : Chapitre de l’exposé de l’époque et du lieu de sa naissance

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 15, 2010
Tags: , ,

Il y a eu divergence à propos de l’année de sa naissance r. Le plus probable, c’est que ce fut l’année de l’éléphant. Ibnou ^Abdi l-Barr a dit : « Il est né un mois après l’arrivée de l’éléphant à La Mecque ; d’autres ont dit : quarante jours après ; d’autres ont dit : cinquante jours après ».

Al-Bayhaqiyy [1] a rapporté d’après Ibnou ^Abbas, que Allah les agrée tous les deux, qu’il a dit : « Le Prophète r est né l’année de l’éléphant ».

Quant au mois de sa naissance, c’était le mois de Rabi^ou l-‘Awwal. Quant au jour de sa naissance, ce qui est retenu, c’est qu’elle avait eu lieu après que douze nuits étaient passées du mois cité.

Quant au jour de sa naissance, c’était le lundi sans divergence. Ainsi Mouslim [2] a rapporté d’après Abou Qatadah Al-‘Ansariyy, que Allah l’agrée, qu’il a dit : Le Messager de Allah r a été interrogé à propos du jeûne du lundi ; il a donc dit : ((ذَاكَ يَوْم وُلِدْتُ فِيهِ، وَأُنْزِلَ عَلَيَّ فِيهِ)) ce qui signifie : « C’est en ce jour que je suis né et que la révélation me fut descendue« .

Quant au lieu de sa naissance, ce qui est sûr et retenu, c’est qu’il se trouve à La Mecque honorée. Le plus probable est qu’il est dans l’endroit connu sous le nom de Souqou l-Layl, que la mère de Haroun Ar-Rachid a établi en mosquée. Le Hafidh Al-^Iraqiyy a cité cela, ainsi que d’autres. Al-‘Azraqiyy a dit : « C’est cette maison, il n’y a pas de divergence à ce sujet chez les gens de La Mecque ». Fin de citation. De nos jours, cet endroit est connu sous le nom du quartier de la naissance (Mahallatou l-Mawlid).


[1] Dala‘ilou n-Noubouwwah, 1/75.

[2] Mouslim lui a trouvé une chaîne de transmission dans son recueil Sahih : livre du jeûne : chapitre Recommandation du jeûne de trois jours de chaque mois, jeûne du jour de ^Arafah, de ^Achoura, du lundi et du jeudi. De même, ‘Ahmad l’a cité dans son recueil Mousnad 5/297-299 et Al-Bayhaqiyy dans son recueil Sounan 4/293.

 

Commentaires fermés sur Mawlid : Chapitre de l’exposé de l’époque et du lieu de sa naissance

Mawlid : Chapitre de ce qui est apparu de signes à sa naissance

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 15, 2010
Tags: , , ,

De nombreux signes sont apparus à la naissance du Prophète r, et parmi eux, il y a ce qu’a rapporté Al-Bayhaqiyy et Ibnou ^Açakir et d’autres qu’eux encore [1] avec leurs chaînes de transmission jusqu’à Hani’ Al-Makhzoumiyy, qu’il a dit : « Quand ce fut la nuit durant laquelle est né le Messager de Allah r, le palais de Chosroës a tremblé et quatorze de ses balcons se sont effondrés, le feu de Perse s’est éteint alors qu’il n’avait cessé de brûler depuis mille ans et la lagune de Sawah [2] s’est asséchée… ».

Dans l’effondrement des quatorze balcons, il y avait un signe qu’il ne restait que quatorze des rois de Perse, dont le dernier vécut à l’époque du califat de ^Outhman, que Allah l’agrée.

Quant au feu que les perses adoraient au lieu d’adorer Allah, qu’ils approvisionnaient et attisaient nuit et jour, il s’est éteint.

Pour ce qui est de la lagune de Sawah, où les bateaux se déplaçaient jusqu’alors, elle s’est asséchée.

Parmi les signes qui sont apparus à sa naissance r, les démons furent lapidés. Ils reçurent des projectiles de feu à partir du ciel et les nouvelles qu’apportent les anges du ciel leur devinrent inaccessibles, conformément à ce que certains savants ont cité. Toutefois, ce qui est plus connu et retenu, c’est que la lapidation des démons par les flammes a eu lieu lors de l’avènement de sa mission r.

Parmi les signes encore, il y a que les nouvelles du ciel furent voilées à ‘Iblis, qui a alors crié et a poussé un cri terrible identique à celui qu’il avait poussé lorsqu’il avait été maudit, lorsqu’il a été chassé du paradis, lorsque le Prophète r est né et lorsque Al-Fatihah a été descendue par révélation. Cela a été rapporté par le Hafidh Al-^Iraqiyy dans Al-Mawridou l-Haniyy d’après Baqiyy Ibnou Makhlad.

Parmi ces signes, il y a encore ce que l’on a entendu provenant de l’intérieur des statues et les voix annonçant la bonne nouvelle de l’apparition de la vérité dans le temps du déclin.


[1] Al-Bayhaqiyy l’a rapporté en entier dans Ad-Dala‘il 1/126-129, AtTabariyy dans son Tarikh 2/131-132 et le Hafidh Al-^Iraqiyy dans Al-Mawridou l-Haniyy Q/11.

 

[2] Ville de Perse, d’après Mou^jamou l-Bouldan 3/24.

Commentaires fermés sur Mawlid : Chapitre de ce qui est apparu de signes à sa naissance

Mawlid : Chapitre de l’évocation de sa naissance honorée

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 15, 2010
Tags: , ,

‘Ahmad, Al-Bayhaqiyy et d’autres qu’eux-deux encore [1] ont rapporté d’après Al-^Irbad Ibnou Sariyah, le compagnon du Messager de Allah r qu’il a dit : j’ai entendu le Messager de Allah r dire :

))إِنِّي عَبْدُ الله وَخَاتَمُ النَّبِيِّين، وَإِنَّ ءَادَمَ لَمُنْجَدِلٌ فِي طِينَتِهِ، وَسَأُخْبِرُكُم عَنْ ذَلِكَ: دَعْوَةُ أَبِي إِبْراهيم، وَبِشَارَةُ عِيسَى بِي، وَرُؤْيَا أُمِّي الَّتِي رَأَتْ، وَكَذَلِكَ أُمَّهَاتُ النَّبِيِّينَ يَرَيْنَ((

ce qui signifie : « Je suis l’esclave de Allah et le sceau des prophètes alors que ‘Adam était encore dans sa terre glaise ; et je vous informe à propos de ceci : l’invocation de mon père ‘Ibrahim, l’annonce de la bonne nouvelle de ma venue par ^Iça et la vision qu’a eue ma mère de même que les mères des prophètes ont eu des visions« , et qu’il a dit que la mère du Messager de Allah r a vu quand elle l’a mis au monde une lumière qui a illuminé les palais du Cham.

Al-Bayhaqiyy a dit suite à ce hadith : « Par sa parole r : ((إِنِّي عَبْدُ الله وَخَاتَمُ النَّبِيِّين، وَإِنَّ ءَادَمَ لَمُنْجَدِلٌ فِي طِينَتِهِ )) ce qui signifie : « Je suis l’esclave de Allah et le sceau des prophètes alors que ‘Adam était encore dans sa terre glaise« , il veut dire par cela qu’il était ainsi par la destinée de Allah et par Sa prédestination et ce, avant même l’existence du père des humains, le premier des Prophètes, que Allah les élève davantage en degré« . Fin de citation.

‘Ahmad, Al-Bayhaqiyy [2] et AtTayaliciyy ont rapporté par leur chaîne de transmission d’après Abou ‘Oumamah qu’il a dit : « On a dit : Ô Messager de Allah, quel était le début de ton histoire ? Il a dit :

((دَعْوَةُ أَبِي إِبراهيم، وَبُشْرى عِيسَى ابن مريم، وَرَأَتْ أُمِّي أَنَّهُ خَرَجَ مِنْهَا نُورٌ أَضَاءَتْ مِنْهُ قُصُورُ الشَّام))

ce qui signifie : « L’invocation de mon père ‘Ibrahim, l’annonce de la bonne nouvelle par ^Iça fils de Maryam et ma mère a vu qu’il sortait d’elle une lumière illuminant les palais du Cham« .

Ibnou Sa^d [3] a rapporté que le Prophète r a dit :

((رَأَتْ أُمِّي حِينَ وَضَعَتْنِي سَطَعَ منها نُورٌ أَضَاءَتْ لَهُ قُصُورُ بُصْرَى))

ce qui signifie : « Ma mère a vu lorsqu’elle m’a mis au monde, qu’il a brillé d’elle une lumière qui a illuminé les palais de Bousra [4]« .

On rapporte que lorsque Aminah l’a mis au monde r, il s’est retrouvé agenouillé, la tête levée vers le ciel et avec lui est sortie une lumière qui a illuminé les palais de Ach-Cham au point que sa mère a vu les cous des chameaux à Bousra.

Quant à sa parole r : ((دَعْوَةُ أَبِي إِبراهيم)) ce qui signifie : « L’invocation de mon père ‘Ibrahim« , elle indique que ‘Ibrahim ^alayhi s-salam lorsqu’il bâtissait la Maison ­-la Ka^bah-, il a invoqué son Seigneur et a dit :

] رَبِّ اجْعَلْ هَـَذَا بَلَدًا ءامِنًا وَارْزُقْ أَهْلَهُ مِنَ الثَّمَرَاتِ مَنْ ءامَنَ مِنْهُم بِاللهِ وَالْيَوْمِ الآخِرِ [

[Al-Baqarah / 126] ce qui signifie : « Seigneur, fais que cette cité soit paisible et accorde à ses habitants des bienfaits, celui qui a cru parmi les leurs en Allah et en le jour dernier« , puis il a dit :

] رَبَّنَا وَابْعَثْ فِيهِمْ رَسُولاً مِّنْهُمْ يَتْلُو عَلَيْهِمْ ءايَاتِكَ وَيُعَلِّمُهُمُ الْكِتَابَ وَالْحِكْمَةَ وَيُزَكِّيهِمْ إِنَّكَ أَنتَ العَزِيزُ الحَكِيمُ [

[Al-Baqarah / 129] ce qui signifie : « Seigneur, envoie leur un messager qui soit des leurs, qui leur récite Tes ayah, leur enseigne le Livre et la sagesse et les purifie. Tu es certes Celui Qui n’est pas vaincu, Celui Qui crée les choses par sagesse« . Allah ta^ala l’a exaucé dans son invocation par notre Prophète r et Il a fait qu’il soit le messager que ‘Ibrahim ^alayhi s-salam avait demandé.

Quant à sa parole ^alayhi ssalatou wa s-salam :

((وَبُشْرى عِيسَى ابن مريم))

ce qui signifie : « La bonne nouvelle annoncée par ^Iça fils de Maryam« , elle indique que notre maître ^Iça ^alayhi s-salam a annoncé à son peuple la bonne nouvelle de la venue de notre maître Mouhammad r comme le Qour’an honoré l’a annoncé à propos de ^Iça ^alayhi s-salam :

] وَإِذْ قَالَ عِيسَى ابْنُ مَرْيَمَ يَا بَنِي إِسْرَائِيلَ إِنِّي رَسُولُ اللهِ إِلَيْكُم مُّصَدِّقًا لِّمَا بَيْنَ يَدَيَّ مِنَ التَّوْرَاةِ وَمُبَشِّرًا بِرَسُولٍ يَأْتِي مِن بَعْدِي اسْمُهُ أَحْمَدُ [

[AsSaff / 6] ce qui signifie : « Lorsque ^Iça fils de Maryam a dit : ô fils de ‘Israil, je suis le messager de Allah envoyé pour vous, croyant en la véracité de ce que je détiens de Tawrah de Mouça et annonçant la bonne nouvelle d’un messager qui vient après moi, qui s’appelle ‘Ahmad« .

Ce qui est visé, c’est que la nuit de la naissance du Messager r est une nuit honorée, éminente et bénie, aux lumières évidentes et à la valeur glorieuse, au cours de laquelle Allah ta^ala a fait advenir notre maître Mouhammad à l’existence. Aminah l’a mis au monde lors de cette nuit honorée, à la suite d’un mariage et non d’un acte extra conjugal. Il est apparu pour lui des mérites, du bien et des bénédictions, ce qui a ébloui les esprits et les regards, comme en témoignent les hadith et les nouvelles rapportées.


[1] ‘Ahmad lui a trouvé une chaîne de transmission dans son Mousnad 4/127-128, Al-Bayhaqiyy dans Ad-Dala‘il 1/80, Al-Hakim dans Al-Moustadrak 2/600 et il a dit c’est un hadith de chaîne de transmission sûre et Adh-Dhahabiyy a été d’accord avec lui, Al-Haythamiyy dans son livre Majma^ou zZawa‘id 8/223 l’a imputé à ‘Ahmad, AtTabaraniyy et Al-Bazzar et a dit : « Les hommes d’une des chaînes de transmission de ‘Ahmad sont des hommes des hadith sûrs (Sahih) mis à part Sa^id Ibnou Souwayd que Ibnou Hibban par ailleurs a déclaré digne de confiance ».

[2] ‘Ahmad lui a trouvé une chaîne de transmission dans son Mousnad 5/262, Al-Bayhaqiyy dans Ad-Dala‘il 1/84 et Abou Dawoud At-Tayaliciyy dans son Mousnad hadith /1140 et Al-Haythamiyy dans Majma^ou zZawa‘id 8/222.

[3] Tabaqatou Ibni Sa^d, 1/102.

[4] C’est une ville du Cham rattachée administrativement à Damas, et c’est la Casbah de Kawrat Hawran, d’après Mou^jamou l-Bouldan 1/441.

 

Commentaires fermés sur Mawlid : Chapitre de l’évocation de sa naissance honorée

Mawlid : Chapitre de la grossesse de ‘Aminah du Messager de Allah

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 15, 2010
Tags: , ,

Son père ^Abdou l-Lah s’est marié avec la plus honorable des femmes de Banou Zouhrah qui est Aminah fille de Wahb fils de ^Abdou Manaf fils de Zouhrah fils de Kilab. Elle porta donc le Maître des créatures et des nations. Allah a accordé Son bienfait en le faisant surgir r à l’existence, comme grâce envers tous les arabes et tous les non-arabes. Sa noble conception fut la première des annonces de bonne nouvelle des lumières pour les gens des campagnes et des cités.

Ibnou Sa^d [1] a rapporté de la tante de Yazid fils de ^Abdou l-Lah fils de Wahb fils de Zam^ah qu’elle a dit : « Nous entendions que lorsque Aminah fille de Wahb fut enceinte du Messager de Allah r, elle disait : Je n’ai pas senti que j’étais enceinte de lui, et je n’ai pas ressenti de lourdeur comme les femmes en ressentent, mais j’ai rejeté le fait que je n’aie plus mes menstrues et je me suis dit que peut être elles s’étaient arrêtées mais qu’elles allaient reprendre. Or une fois, alors que j’étais entre l’éveil et le sommeil, quelqu’un vint à moi et dit : As-tu senti que tu étais enceinte ? C’est comme si j’ai dit : je ne sais pas ; il a dit alors : tu es enceinte du maître de cette communauté, son Prophète. C’était un lundi. Elle a dit : c’est cela qui m’a donné la certitude que j’étais enceinte ; puis il m’a laissée jusqu’à ce que mon accouchement soit proche et celui qui était déjà venu revint et dit : dis ‘ou^idhouhou bi l-Wahidi sSamad min charri koulli hacid ce qui signifie : je recherche pour lui la protection par l’Unique, Celui de Qui l’on a besoin dans toutes les situations, contre le mal de tout envieux. Elle a dit : et je disais cela ».

Il [2] a rapporté aussi d’après Mouhammad Ibnou ^Oumar Al-‘Aslamiyy qu’il a dit : « Aminah fille de Wahb, et ^Abdou l-Lah fils de ^Abdou l-Mouttalib n’ont pas eu d’autres enfants que le Messager de Allah r ».


[1] Tabaqat Ibnou Sa^d, 1/98.

[2] Tabaqat Ibnou Sa^d, 1/98.

Commentaires fermés sur Mawlid : Chapitre de la grossesse de ‘Aminah du Messager de Allah

Mawlid : Chapitre de l’évocation de son noble lignage

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 15, 2010
Tags: , , , ,

Il est Mouhammad fils de ^Abdou l-Lah fils de ^Abdou l-Mouttalib fils de Hachim fils de ^Abdou Manaf fils de Qousayy fils de Kilab fils de Mourrah fils de Ka^b fils de Lou’ayy fils de Ghalib fils de Fihr fils de Malik fils de An-Nadr fils de Kinanah fils de Khouzaymah fils de Moudrikah fils de ‘Ilyas fils de Moudar fils de Nizar fils de Ma^add fils de ^Adnan, Abou l-Qacim – le père de Qacim –, le maître de tous les fils de Adam, le Prophète r que Allah l’honore et l’élève davantage en degré et préserve sa communauté de ce qu’il craint pour elle, chaque fois que le citent ceux qui font les invocations et chaque fois que les oublieux se distraient de le citer.

Son grand aïeul ^Adnan est de la descendance de ‘Isma^il le Prophète de Allah ta^ala qui est celui qui allait être égorgé selon l’avis retenu, le fils du Prophète de Allah ‘Ibrahim Khalilou r-Rahman r, que Allah honore et élève davantage le degré de notre maître Mouhammad ainsi que celui de tous ses frères les prophètes et les messagers.

Il est donc r celui qui a ce noble lignage, l’élite des fils de Hachim et le plus éminent d’entre eux. L’imam Mouslim [1] et d’autres encore ont rapporté d’après Wathilah Ibnou l-‘Asqa^ qu’il a dit : le Messager de Allah r a dit :

((إِنَّ اللهَ اصْطَفَى كِنَانَةَ مِنْ وَلَدِ إِسْمَعِيلَ، وَاصْطَفَى قُرَيْشًا مِنْ كِنَانَة، وَاصْطَفَى مِنْ قُرَيْش بَنِي هَاشِم، وَاصطَفَانِي مِنْ بَنِي هَاشِم))

ce qui signifie : « Certes, Allah a élu Kinanah parmi les fils de ‘Isma^il ; et Il a élu Qouraych de Kinanah ; et Il a élu parmi Qouraych les fils de Hachim ; et Il m’a élu parmi les fils de Hachim« .

At-Tirmidhiyy [2] par sa chaîne de transmission, rapporte que Wathilah Ibnou l-‘Asqa^, a dit : Le Messager de Allah r a dit :

))إِنَّ اللهَ اصطَفَى مِن وَلَدِ إبرَاهِيمَ إِسمَعيلَ، وَاصطفَى مِن وَلَدِ إِسْمَعِيلَ كِنانَة، وَاصطَفَى مِن كِنَانَة قرَيْشًا، وَاصطَفى مِن قريشٍ بنِي هاشِم، وَاصطَفَانِي مِن بَنِي هَاشِم((

ce qui signifie : « Certes, Allah a élu parmi les fils de ‘Ibrahim, ‘Isma^il ; et Il a élu parmi les fils de ‘Isma^il, Kinanah ; et Il a élu de Kinanah Qouraych ; et Il a élu parmi Qouraych les fils de Hachim ; et Il m’a élu parmi les fils de Hachim« .

Abou ^Iça a dit : ce hadith a le degré de haçan Sahih – fiable, sûr –.

Il est donc le meilleur descendant des meilleurs descendants des meilleurs descendants, comme les transmissions et les traditions l’ont donc indiqué.


[1] Mouslim lui a trouvé une chaîne de transmission dans son Sahih : livre des vertus : chapitre le mérite du lignage du Prophète r et Ibnou Hibban dans son Sahih, cf. Al-‘Ihsan 8/81.

[2] At-Tirmidhiyy lui a trouvé une chaîne de transmission dans ses Sounan : livre de Al-Manaqib : chapitre le mérite du Prophète r.

Commentaires fermés sur Mawlid : Chapitre de l’évocation de son noble lignage

Mawlid : Chapitre de l’évocation des ‘ayah par lesquelles Allah ta^ala a honoré Son Prophète

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 15, 2010
Tags: , , , , ,

Allah ^azza wa jall a honoré Son Prophète élu par de nombreuses ayah – versets –. Il y en a parmi elles qui indiquent ses vertus morales et la noblesse de son état. Ainsi la parole de Allah ta^ala : [وَإِنَّكَ لَعَلى خُلُقٍ عَظِيمٍ][Al-Qalam / 4] ce qui signifie : « Tu as certes un caractère éminent« .

Il y a parmi elles des ayah par lesquelles Allah soubhanahou wa ta^ala met en évidence la grandeur de son lignage honorable et l’éminence de son degré, telles que Sa Parole ^azza wa jall :

] لَقَدْ جَاءكُمْ رَسُولٌ مِّنْ أَنفُسِكُمْ عَزِيزٌ عَلَيْهِ مَا عَنِتُّمْ حَرِيصٌ عَلَيْكُم بِالْمُؤْمِنِينَ رَؤُوفٌ رَّحِيمٌ[

[At-Tawbah / 128] ce qui signifie : « Il vous est bien parvenu un messager d’entre vous,  pour qui est cher que vous soyiez bien guidés, qui tient à ce que vous soyiez guidés, et qui a pour les croyants compassion et miséricorde« .

Parmi ces ayah, il y a ce qui montre l’éloge de Allah ta^ala à son sujet r dans Ses Livres descendus par révélation sur Ses prophètes. C’est par exemple Sa parole ^azza wa jall :

]مُّحَمَّدٌ رَّسُولُ اللهِ وَالَّذِينَ مَعَهُ أَشِدَّاء عَلَى الْكُفَّارِ رُحَمَاء بَيْنَهُمْ تَرَاهُمْ رُكَّعًا سُجَّدًا يَبْتَغُونَ فَضْلاً مِّنَ اللهِ وَرِضْوَانًا سِيمَاهُمْ فِي وُجُوهِهِم مِّنْ أَثَرِ السُّجُودِ ذَلِكَ مَثَلُهُمْ فِي التَّوْرَاةِ وَمَثَلُهُمْ فِي الإِنجِيلِ كَزَرْعٍ أَخْرَجَ شَطْأَهُ فَآزَرَهُ فَاسْتَغْلَظَ فَاسْتَوَى عَلَى سُوقِهِ يُعْجِبُ الزُّرَّاعَ لِيَغِيظَ بِهِمُ الْكُفَّارَ[

[Al-Fat-h / 29] ce qui signifie : « Mouhammad le Messager de Allah et ses compagnons sont rudes vis à vis des mécréants et miséricordieux entre eux ; tu les vois en inclination et en prosternation, recherchant bienfait et agrément de Allah ; leurs signes distinctifs sont sur leurs visages, des suites de la prosternation. Cette description citée est leur exemple dans At-Tawrah. Leur exemple dans Al-‘Injil, est tel une semence dont Allah a fait sortir la jeune pousse, Il l’a soutenue, elle s’est alors raffermie et est devenue forte et dressée sur son pied ; elle plaît aux semeurs pour faire enrager les mécréants« .

Il y a parmi ces ayah des versets par lesquels Allah soubhanah explicite le fait qu’il est r d’un rang prioritaire sur les prophètes et ce, dans Sa parole ta^ala :

] وَإِذْ أَخَذَ اللهُ مِيثَاقَ النَّبِيِّيْنَ لَمَا ءاتَيْتُكُم مِّن كِتَابٍ وَحِكْمَةٍ ثُمَّ جَاءكُمْ رَسُولٌ مُّصَدِّقٌ لِّمَا مَعَكُمْ لَتُؤْمِنُنَّ بِهِ وَلَتَنصُرُنَّهُ قَالَ أَأَقْرَرْتُمْ وَأَخَذْتُمْ عَلَى ذَلِكُمْ إِصْرِي قَالُواْ أَقْرَرْنَا قَالَ فَاشْهَدُواْ وَأَنَاْ مَعَكُم مِّنَ الشَّاهِدِينَ [

[Ali ^Imran / 81] ce qui signifie : « Cite leur : lorsque Allah a pris le pacte des prophètes pour ce que Je vous ai donné de Livre et de sagesse, puis est venu à vous un Messager Mouhammad r ; vous croirez en lui et vous l’aiderez. Il dit : acceptez-vous cela et vous engagez-vous sur cela par Mon pacte ? Ils ont dit : nous acceptons. Il dit : soyez donc témoins et Je suis avec vous parmi les témoins« .

Il y a parmi ces ayah ce qui indique l’obligation de le respecter r, de le révérer et de lui accorder de l’honneur, comme par exemple Sa parole ta^ala :

]إِنَّ الَّذِينَ يُنَادُونَكَ مِن وَرَاء الْحُجُرَاتِ أَكْثَرُهُمْ لا يَعْقِلُونَ وَلَوْ أَنَّهُمْ صَبَرُوا حَتَّى تَخْرُجَ إِلَيْهِمْ لَكَانَ خَيْرًا لَّهُمْ وَاللهُ غَفُورٌ رَّحِيمٌ [

[Al-Houjourat / 4-5] ce qui signifie : « Certes, ceux qui t’appellent à haute voix de derrière les murs des maisons de tes femmes, la plupart d’entre eux ne se rendent pas compte de ce qu’ils ont fait par rapport à ton rang éminent et de ce qui lui convient comme honneur. S’ils avaient fait preuve de patience jusqu’à ce que tu sortes à eux, cela aurait été mieux pour eux. Allah est certes Celui Qui pardonne et Celui Qui fait miséricorde« , et Sa parole ta^ala :

] يَا أَيُّهَا الَّذِينَ ءامَنُواْ اسْتَجِيبُواْ للهِ وَلِلرَّسُولِ إِذَا دَعَاكُم لِمَا يُحْيِيكُمْ [

[Al-‘Anfal / 24] ce qui signifie : « Ô vous qui avez cru, répondez par l’obéissance à Allah et au Messager s’il vous invite à ce qui est de la religion, pour avoir la félicité dans la vie éternelle« , et Sa parole ta^ala :

] لا تَجْعَلُوا دُعَاء الرَّسُولِ بَيْنَكُمْ كَدُعَاء بَعْضِكُم بَعْضًا [

[An-Nour / 63] ce qui signifie : « Ne faites pas que votre appel du Messager soit comme vos appels les uns les autres« .

Il y a parmi ces ayah, ce qui indique que sa glorification continue après sa mort r par le fait que Allah ta^ala a fait que ses nobles épouses soient les mères des croyants. Allah ta^ala dit :

] النَّبِيُّ أَوْلَى بِالْمُؤْمِنِينَ مِنْ أَنفُسِهِمْ وَأَزْوَاجُهُ أُمَّهَاتُهُمْ [

[Al-‘Ahzab / 6] ce qui signifie : « Le Prophète est prioritaire sur les croyants pour ce qu’il leur a ordonné quant à eux-mêmes, si leurs passions les invitent à ce qui le contredit ; et ses épouses sont leurs mères« , et Allah ta^ala dit : [وَلا أَن تَنكِحُوا أَزْوَاجَهُ مِن بَعْدِهِ أَبَدًا][Al-‘Ahzab / 53] ce qui signifie : « N’épousez pas ses épouses après lui, à jamais« .

Parmi ces ayah encore, il y a le fait que Allah ta^ala a juré par sa vie r, Allah ^azza wa jall dit : [لَعَمْرُكَ إِنَّهُمْ لَفِي سَكْرَتِهِمْ يَعْمَهُونَ ] [Al-Hijr / 72] ce qui signifie : « Par ta vie, ils sont certes dans leur ivresse, indécis« .

Commentaires fermés sur Mawlid : Chapitre de l’évocation des ‘ayah par lesquelles Allah ta^ala a honoré Son Prophète

Mawlid : Chapitre de la commémoration de la naissance honorée (al-mawlid ach-charif) du Prophète et l’évocation des preuves de son caractère permis

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 15, 2010
Tags: , , , , , ,

Parmi les bonnes innovations, il y a la célébration de la naissance (Mawlid) du Prophète r. Cette pratique n’existait pas à l’époque du Prophète r ni à l’époque qui l’a suivie. Mais elle fut innovée aux débuts du septième siècle de l’Hégire. Le premier à l’avoir innovée fut le roi de ‘Irbil. Il était savant, pieux, courageux et il est surnommé Al-Moudhaffar. Il réunit pour cela beaucoup de savants, parmi lesquels il y avait des gens du hadith et des soufis véridiques. Les savants des orients de la terre et de ses occidents ont approuvé cela. Il y a parmi eux le Hafidh ‘Ahmad Ibnou Hajar Al-^Asqalaniyy et son élève le Hafidh As-Sakhawiyy ainsi que le Hafidh As-Souyoutiyy et d’autres encore.

Le Hafidh As-Sakhawiyy a cité dans son livre Al-Fatawa que la commémoration du Mawlid a été innovée après les trois premiers siècles. Par la suite, les gens de l’Islam dans les grandes villes des différents pays n’ont pas cessé de commémorer le Mawlid, de donner les différentes sortes d’aumônes durant ses nuits, et de s’appliquer à la lecture de l’histoire de sa noble naissance, et tous les mérites largement répandus rejaillissaient sur eux grâce à ses bénédictions.

Le Hafidh As-Souyoutiyy [1] a une lettre qu’il a appelée Housnou l-Maqsad fi ^Amali l-Mawlid, dans laquelle il a dit ce qui signifie : « La question a été posée sur le fait de commémorer la naissance honorée au mois de Rabi^ou l-‘Awwal, quel est son jugement du point de vue de la Loi de l’Islam ? Est-ce une chose louable ou blâmable ? Est-ce que celui qui le commémore a des récompenses ou non ? La réponse d’après moi est la suivante : la commémoration de la naissance (Mawlid) à l’origine consiste en le rassemblement des gens, la récitation de ce qu’il est possible de réciter du Qour’an, la narration des nouvelles rapportées au sujet du début de l’histoire du Prophète et ce qui est advenu comme signes à sa naissance, à la suite de quoi il leur est présenté de la nourriture qu’ils consomment puis partent sans rien ajouter à cela. Ceci compte parmi les bonnes innovations pour laquelle celui qui la fait sera récompensé, et ce,  pour ce que cela comporte comme glorification du degré du Prophète r, et comme manifestation de joie et de réjouissance pour sa noble naissance. Le premier à l’innover fut le gouverneur de ‘Irbil, le roi Al-Moudhaffar Abou Sa^id Koukabri Ibnou Zayni d-Din ^Aliyy Ibnou Baktakin qui était l’un des rois glorieux et des grands généreux. Il a laissé de bonnes traces et c’est lui qui avait édifié la mosquée Al-Moudhaffariyy au pied de la montagne de Qasiyoun« . Fin de citation.

Ibnou Kathir [2] a dit dans son livre d’histoire : « Il organisait – il vise le roi Al-Moudhaffar – le Mawlid honoré au mois de Rabi^ou l-‘Awwal et le fêtait par une festivité grandiose. Il était magnanime, courageux, brave, sage, savant et juste, que Allah lui fasse miséricorde et qu’Il honore pour lui sa demeure dans l’au-delà. Il a dit : le Chaykh Abou l-Khattab Ibnou Dahyah a composé pour lui un livre sur la naissance du Prophète qu’il a intitulé : At-Tanwir fi Mawlidi l-Bachiri n-Nadhir ; il l’a récompensé pour cela de mille dinars. L’époque de son règne s’est prolongée jusqu’à ce qu’il  meurt alors qu’il faisait le siège des croisés dans la ville de ^Akka en l’an six-cent-trente et il était alors louable de conduite et de fond de cœur« . Fin de citation.

Le descendant de Ibnou l-Jawziyy cite dans Mir’atou zZaman que les notables parmi les savants et les soufis [3] assistaient à la fête chez lui à l’occasion du Mawlid.

Ibnou Khillikan [4] a dit dans la biographie du Hafidh Ibnou Dahyah : « Il faisait partie des notables, des savants et des plus réputés des gens qui ont un mérite. Il est venu du Maghreb et il est entré au pays du Cham et de l’Irak. Il est passé par ‘Irbil en l’an six cent quatre ; il a trouvé son roi glorieux Moudhaffirou d-Din Ibnou Zayni d-Din attachant une attention particulière  pour le Mawlid du Prophète. Il a écrit pour lui le livre At-Tanwir fi Mawlidi l-Bachiri n-Nadhir et il le lui a récité personnellement. Le roi l’a récompensé de mille dinars« . Fin de citation.

As-Souyoutiyy a dit : « L’Imam des Hafidh, Abou l-Fadl ‘Ahmad Ibnou Hajar a trouvé à la commémoration du Mawlid, une origine à partir de la Sounnah et je lui ai trouvé moi-même une deuxième origine…« . Fin de citation.

A partir de cela, il est devenu clair que la commémoration de la naissance du Prophète r (Mawlid) est une bonne innovation ; il n’y a donc pas à la blâmer sous aucun rapport. Bien au contraire, elle est digne d’être nommée une bonne tradition (sounnah haçanah) parce qu’elle fait partie des choses englobées par la parole du Messager de Allah r :

((مَنْ سَنَّ فِي الإِسْلاَمِ سُنَّةً حَسَنَةً فَلَهُ أَجْرُهَا وَأَجْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا بَعْدَهُ لاَ يَنْقُصُ مِنْ أُجُورِهِمْ شَىْءٌ))

ce qui signifie : « Celui qui instaure dans l’Islam une bonne tradition (sounnah), il en aura la récompense et il aura une récompense chaque fois que quelqu’un la refait après lui, sans que rien ne soit diminué de leurs récompenses« . Ce hadith a été énoncé dans une circonstance précise qui est la suivante : un groupe de gens, qui ont été réduits à la misère, sont venus au Messager de Allah, habillés de vêtements rayés, déchirés par leur milieu. Le Messager r ordonna qu’on leur fasse l’aumône. Il s’est alors amassé pour eux beaucoup de bien. Le Messager de Allah se réjouit de cela et dit :الحديث ((مَنْ سَنَّ فِي الإِسْلاَمِ…)) ce qui signifie : « Celui qui instaure dans l’Islam … » le hadith.

Ce qui est pris en compte, c’est la généralité du terme et non le caractère spécifique de la circonstance pour laquelle le hadith a été énoncé, comme cela est établi chez les savants spécialistes de la science des fondements (al-‘ousoul). Celui qui nie cela refuse effectivement la vérité.


[1] Al-Hawi li l-Fatawa, 1/189-197.

[2] Al-Bidayah wa n-Nihayah, 3/136.

[3] Al-Hawi li l-Fatawa, 1/190.

[4] Wafayatou l-‘A^yan, 3/449.

Commentaires fermés sur Mawlid : Chapitre de la commémoration de la naissance honorée (al-mawlid ach-charif) du Prophète et l’évocation des preuves de son caractère permis

Mawlid : Chapitre de la précision du sens de l’Innovation et de son jugement

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 15, 2010
Tags: , , ,

Sache que l’innovation (al-bid^ah) dans la langue est ce qui a été innové sans équivalent antérieur ; on dit par exemple : tu as fait une chose badi^, c’est-à-dire une chose nouvelle, étonnante qu’on ne connaissait pas avant cela. Selon la Loi de l’Islam, c’est ce qui a été innové sans que cela soit cité ni dans le Qour’an ni dans la Sounnah. Ibnou l-^Arabiyy a dit : « L’innovation (bid^ah) et la nouveauté (mouhdath) ne sont pas blâmables pour leur appellation d’innovation et de nouveauté, ni pour leur sens, mais ce qui est blâmable parmi ce qui relève de l’innovation, c’est ce qui contredit la tradition prophétique, et ce qui est blâmable parmi les nouveautés, c’est ce qui appelle à l’égarement ». Fin de citation.

 

Les différentes sortes d’innovations :

L’innovation se divise en deux sortes :

L’innovation d’égarement : c’est la nouveauté qui contredit le Qour’an et la Sounnah ;

L’innovation de bonne guidée : c’est la nouveauté qui est en accord avec le Qour’an et la Sounnah.

Cette classification, on la comprend du hadith de Al-Boukhariyy [1] et Mouslim [2] d’après ^A‘ichah, que Allah l’agrée, qui a dit : « Le Messager de Allah r a dit :

((مَنْ أَحدَثَ فِي أَمْرِنَا هَذَا مَا لَيْسَ مِنْهُ فَهُوَ رَدٌّ))

ce qui signifie : « Celui qui innove dans notre religion une chose qui n’y est pas conforme, elle est rejetée« . Ce hadith a été rapporté par Mouslim [3] en d’autres termes à savoir : ((مَنْ  عَمِلَ عَمَلاً لَيْسَ عَلَيْهِ أَمْرُنَا فَهُوَ رَدٌّ)) ce qui signifie : « Celui qui fait une œuvre qui n’est pas en accord avec notre religion, elle est rejetée« . Par sa parole : ((ما ليس منه)) ce qui signifie : « qui n’y est pas conforme« , le Messager de Allah r a expliqué que la nouveauté est rejetée si elle va à l’encontre de la Loi de l’Islam et que la nouveauté qui est en accord avec la Loi de l’Islam n’est pas rejetée.

Cette classification est déduite également de ce qu’a rapporté Mouslim [4] dans son Sahih, du hadith de Jarir Ibnou ^Abdou l-Lah Al-Bajliyy, que Allah l’agrée, qui a dit : « Le Messager de Allah r a dit :

))مَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً حَسَنَةً فَلَهُ أَجْرُهََا وَأَجْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا بَعْدَهُ مِنْ غَيْرِ  أَنْ يَنْقُصَ مِنْ أُجُورِهِمْ شَىْءٌ، وَمَنْ سَنَّ فِي الإِسْلامِ سُنَّةً سَيِّئَةً كَانَ عَلَيْهِ وِزْرُهَا وَوِزْرُ مَنْ عَمِلَ بِهَا مِنْ بَعْدِهِ مِنْ غَيْرِ أَنْ يَنْقصَ مِنْ أَوْزَارِهِمْ شَىْءٌ((

ce qui signifie : « Celui qui instaure dans l’Islam une bonne tradition (sounnah), il en aura la récompense et il aura une récompense chaque fois que quelqu’un la refait après lui sans que rien ne soit diminué de leurs récompenses. Celui qui instaure dans l’Islam une mauvaise tradition, il se chargera de son péché et il sera chargé d’un péché chaque fois que quelqu’un la refait après lui sans que rien ne soit diminué de leurs péchés« .

Aussi, dans le recueil de Al-Boukhariyy [5] dans le livre la prière surérogatoire des nuits de Ramadan (at-tarawih), il est cité ce qui suit et qui signifie : Ibnou Chihab a dit : « Le Messager de Allah r est mort et les gens se conduisaient ainsi ». Le Hafidh Ibnou Hajar [6] a dit : « C’est-à-dire qu’ils ne faisaient pas la prière surérogatoire des nuits de Ramadan en assemblée ». Puis Ibnou Chihab dans la suite de sa citation a dit : « Et il en était ainsi à l’époque du califat de Abou Bakr et pendant la première partie du califat de ^Oumar, que Allah l’agrée ».

Il y est cité aussi [7], suite à cet événement que ^Abdou r-Rahman Ibnou ^Abdi l-Qari a dit ce qui signifie : « Je suis sorti avec ^Oumar Ibnou l-Khattab, que Allah l’agrée, en une nuit de Ramadan, à la mosquée, alors que les gens étaient en groupes isolés et séparés ; certains faisaient la prière individuellement, d’autres se rassemblaient en petits groupes et faisaient la prière en assemblée, alors ^Oumar a dit : Je vois que si je rassemble ces gens pour qu’ils soient dirigés par un seul homme récitant le Qour’an, ce serait mieux. Puis il s’est décidé et les a rassemblés derrière ‘Oubayy Ibnou Ka^b. Une autre nuit, je suis sorti avec lui alors que les gens faisaient la prière derrière celui qui récitait le Qour’an, ^Oumar a dit : quelle bonne innovation que voici (ni^ma l-bid^ah hadhih) ». Fin de citation. Dans Al-Mouwatta’ [8] figure le terme : « Quelle bonne innovation que celle-ci (ni^mati l-bid^ah hadhih) ».

Le Hafidh Ibnou Hajar [9] a dit ce qui signifie : « A propos de sa parole : « ^Oumar a dit: quelle bonne innovation que voici (ni^ma l-bid^ah hadhih) », et en d’autres versions « quelle bonne innovation que celle-ci (ni^mati l-bid^ah hadhih) », et à l’origine, l’innovation c’est ce qui a été innové sans équivalent antérieur, et est employé dans la Loi de l’Islam en opposition à la tradition prophétique (sounnah) et dans ce cas elle est blâmable. La précision du sens de l’innovation est que si elle rentre dans la catégorie des choses approuvées dans la Loi de l’Islam, alors elle est approuvée ; si elle rentre dans la catégorie des choses désapprouvées dans la Loi, alors elle est désapprouvée ; sinon elle est de la catégorie des choses permises. Il se peut aussi qu’elle soit classée dans une des cinq sortes de jugement ». Fin de citation. Par les cinq sortes de jugements, il veut dire : le devoir, l’acte recommandé, l’acte indifférent, l’acte déconseillé et l’illicite.

Al-Boukhariyy [10] a cité dans son Sahih ce qui signifie : « Rifa^ah Ibnou Rafi^ AzZarqiyy a dit : nous étions un jour en train de faire la prière dirigés par le Prophète r ; quand il a levé sa tête de l’inclination, il a dit : ((سَمِعَ اللهُ لِمَنْ حَمِدَهُ)) (sami^a l-Lahou liman hamidah) ce qui signifie : « Allah exauce celui qui Le loue ». Un homme derrière lui a dit : (Rabbana wa laka l-hamd, hamdan kathiran, tayyiban moubarakan fih). Quand il a fini la prière et qu’il s’apprêtait à partir, le Prophète r a dit :((مَنِ المُتَكَلِّمُ)) ce qui signifie : « Qui a parlé ?« . Il a dit : « C’est moi ». Le Prophète r a dit : ((رَأَيْتُ بِضْعَةً وَثَلاثِينَ مَلَكًا يَبْتَدِرُونَهَا أَيُّهُمْ يَكْتُبُهَا أَوَّل)) ce qui signifie : « J’ai vu plus de trente anges qui se précipitaient à qui d’entre eux l’écrirait le premier« .

Ibnou Hajar a dit [11] dans Al-Fat-h dans le commentaire de ce hadith : « On a pris ce hadith pour preuve qu’il est permis d’innover dans la prière une évocation qui n’a pas été rapportée du Prophète r si elle ne contredit pas ce qui est rapporté du Prophète r ». Fin de citation.

Abou Dawoud [12] a rapporté que ^Abdou l-Lah Ibnou ^Oumar ajoutait lors du tachahhoud : « wahdahou la charika lah » ce qui signifie : « Lui seul, Il n’a pas d’associé » et disait : « C’est moi qui l’ai ajouté ». Fin de citation.

An-Nawawiyy a dit dans son livre Tahdhibou l-‘Asma‘i wa l-Loughat [13] textuellement ce qui signifie : « L’innovation (al-bid^ah) dans la Loi de l’Islam, c’est innover ce qui n’existait pas à l’époque du Messager r, elle se divise en bonne et en mauvaise innovation. L’Imam, le Chaykh, à propos duquel il y a unanimité sur le fait qu’il est un guide, sur sa grandeur, sur sa maîtrise de nombreuses sortes de sciences et sur le fait qu’il y excellait, Abou Mouhammad ^Abdou l-^Aziz Ibnou ^Abdi s-Salam, que Allah lui fasse miséricorde et que Allah l’agrée, a dit à la fin de son livre Al-Qawa^id ce qui signifie : « L’innovation est divisée en : obligatoire, illicite, recommandée, déconseillée et permise. Il a dit : le moyen pour cela est de soumettre l’innovation aux règles de la Loi de l’Islam, si elle entre dans le cadre du devoir, elle est alors un devoir, ou dans le cadre de l’interdiction, elle est alors illicite, ou dans le cadre de la recommandation, elle est alors recommandée, ou dans le cadre du déconseillé, elle est alors déconseillée, ou dans le cadre de la permission, elle est alors dans ce cas permise« . Fin de citation de An-Nawawiyy.

Ibnou ^Abidin a dit dans Raddou l-Mouhtar [14] textuellement ce qui signifie : « L’innovation peut être un devoir, comme le fait d’établir les preuves pour répliquer aux gens des groupes égarés et l’apprentissage de la grammaire arabe qui permet de comprendre le Livre et la Tradition Prophétique ; elle peut être recommandée comme l’édification des ribat ou des medressa – école – ainsi que toute œuvre de bienfaisance qui n’avait pas lieu durant la première période de l’Islam, elle peut être déconseillée comme la décoration excessive des mosquées et elle peut être indifférente comme le fait de multiplier les plaisirs de la table, des boissons et des vêtements« . Fin de citation.

An-Nawawiyy a dit dans Rawdatou tTalibin [15] au sujet de dou^a‘ou l-qounout textuellement ce qui signifie : « C’est cela qui a été rapporté du Prophète r et les savants lui ont ajouté : « wa la ya^izzou man ^adayt » avant : « tabarakta wa ta^alayt » et après il y a : « fa laka l-hamdou ^ala ma qadayt, ‘astaghfirouka wa ‘atoubou ‘ilayk ». J’ai dit : nos compagnons de l’école chafi^iyy ont dit : il n’y a pas de mal dans cet ajout. Abou Hamid et Al-Bandanijiyy et d’autres ont dit : il est recommandé« . Fin de citation de An-Nawawiyy.

Al-Bayhaqiyy [16] par sa chaîne de transmission dans Manaqibou ch-Chafi^iyy a rapporté que Ach-Chafi^iyy, que Allah l’agrée, a dit ce qui signifie : « Les nouveautés parmi les choses sont de deux sortes : l’une, c’est ce qui est innové et qui contredit le Livre, la Sounnah, les textes des  prédécesseurs parmi les compagnons ou l’Unanimité. Celle-là est l’innovation d’égarement. La deuxième, c’est ce qui est innové et qui fait partie des bonnes choses, qui ne comporte pas de contradiction avec aucun de ceux-là et cette nouveauté-ci n’est pas blâmable« .

 

Parmi les innovations recommandées :

  • Le monachisme innové par ceux qui ont suivi ^Iça Al-Macih ^alayhi s-salam :

Allah tabaraka wa ta^ala dit dans Son Livre honoré :

] وَجَعَلْنَا فِي قُلُوبِ الَّذِينَ اتَّبَعُوهُ رَأْفَةً وَرَحْمَةً وَرَهْبَانِيَّةً ابْتَدَعُوهَا مَا كَتَبْنَاهَا عَلَيْهِمْ إِلاَّ ابْتِغَاء رِضْوَانِ اللهِ[

[Al-Hadid / 27] ce qui signifie : « Nous avons créé dans les cœurs de ceux qui l’ont suivi une bienveillance, une miséricorde et un monachisme qu’ils ont innové ; Nous ne le leur avons pas ordonné ; ils ne l’ont fait que par recherche de l’agrément de Allah « . Cette ayah est prise comme preuve de la bonne innovation, parce que son sens est l’éloge de ceux qui faisaient partie de la communauté de ^Iça et qui étaient musulmans, croyants et qui le suivaient ^alayhi s-salam dans la croyance et la foi en l’unicité de Allah. Allah ta^ala a fait leur éloge parce qu’ils étaient des gens de bienfaisance et de miséricorde et parce qu’ils ont innové le monachisme. Le monachisme, c’est le fait de se détacher des passions au point d’abandonner le mariage par désir de se consacrer exclusivement à l’adoration. Ainsi, le sens de [مَا كَتَبْنَاهَا عَلَيْهِمْ]

ce qui signifie : « Nous ne le leur avons pas ordonné » est : Nous ne l’avons pas rendu obligatoire sur eux, mais ce sont eux qui ont voulu rechercher l’agrément de Allah. Allah ta^ala a fait leur éloge pour ce qu’ils ont innové de ce qui ne leur a pas été énoncé dans Al-‘Injil, et que ^Iça Al-Macih ne leur a pas dit par un énoncé de sa part. Seulement, ce sont eux qui ont voulu accomplir des adorations à Allah ta^ala à l’extrême et s’y consacrer exclusivement en abandonnant la préoccupation du mariage et de la charge de l’épouse et de la famille. Ils construisaient ainsi des ermitages qui sont des maisonnettes en argile ou autre que cela en des lieux écartés des villes pour se consacrer exclusivement à l’adoration.

  • L’instauration de Khoubayb de deux rak^ah avant d’être exécuté :

Parmi elles, il y a l’innovation de la prière de deux rak^ah faite par Khoubayb Ibnou ^Adiyy lorsqu’il a été emmené pour être tué, comme cela a été rapporté dans le Sahih de Al-Boukhariyy [17], il y figure textuellement ce qui signifie : « ‘Ibrahim Ibnou Mouça m’a rapporté que Hicham Ibnou Youçouf nous a rapporté que Abou Hourayrah, que Allah l’agrée, a dit : le Prophète r a envoyé un groupe pour collecter des informations et a désigné ^Asim Ibnou Thabit – qui est le grand père de ^Asim Ibnou ^Oumar Ibni l-Khattab – comme chef de groupe. Ils se sont alors mis en route jusqu’à ce qu’ils arrivèrent à mi-chemin entre ^Ousfan et La Mecque, il se trouva quelqu’un pour les dénoncer à l’une des tribus de Houdhayl appelée Banou Lahyan. Ceux-là les ont alors suivis avec presque cent archers. Ils ont donc suivi leurs traces jusqu’à ce qu’ils parviennent à un endroit où ils avaient fait halte, ils y trouvèrent des noyaux de dattes dont ils s’étaient approvisionnés à Médine. Ils ont dit : ce sont des dattes de Yathrib – Médine –. Ils ont alors suivi leurs traces jusqu’à ce qu’ils les rattrapèrent. Quand ^Asim et ses compagnons s’arrêtèrent, ils se réfugièrent dans un abri. Les autres les encerclèrent et dirent : vous avez l’assurance et le pacte que si vous vous rendez à nous, nous ne tuerons aucun homme parmi vous. ^Asim a dit alors : « quant à moi, je ne me mets pas sous la garantie d’un mécréant. Ô Allah, informe Ton Prophète de notre situation ». Ils les combattirent jusqu’à ce qu’ils tuèrent ^Asim avec un groupe de sept personnes de leurs flèches. Khoubayb et Zayd et un autre homme restèrent vivants et ils leur donnèrent l’assurance et le pacte. Lorsqu’ils leur donnèrent l’assurance et le pacte, ils se rendirent à eux. Lorsqu’ils les maîtrisèrent, ils défirent les cordes de leurs arcs et les ligotèrent avec. Alors, le troisième homme qui était avec eux deux a dit : c’est le début de la trahison et il refusa de les suivre, alors ils le tirèrent et essayèrent de le forcer à les suivre, mais il ne le fit pas. Alors, ils le tuèrent et prirent Khoubayb et Zayd qu’ils vendirent à La Mecque. Khoubayb a été acheté par Banou l-Harith Ibnou ^Amir Ibnou Nawfal. Khoubayb était celui qui avait tué leur père Al-Harith lors de la bataille de Badr. Ainsi, il resta prisonnier chez eux jusqu’à ce qu’ils se soient mis d’accord pour le tuer. C’est alors qu’il demanda à l’une des filles de Al-Harith qu’elle lui prête un rasoir pour se raser, ce qu’elle fit. Elle a dit : « J’ai manqué d’attention pour un de mes enfants qui s’est avancé vers lui et quand il arriva auprès de lui, il l’a posé sur sa cuisse. Quand je le vis ainsi, j’eus une frayeur dont il s’aperçut alors qu’il avait le rasoir à la main ». Alors, il dit : « Crains-tu que je le tue ? Je ne l’aurais pas fait, si Allah le veut ». Elle disait aussi : « Je n’ai jamais vu de prisonnier meilleur que Khoubayb, je l’ai bien vu manger des grappes de raisins fraîchement cueillies alors que ce jour-là, il n’y avait pas un seul fruit à La Mecque et de plus, il était bien enchaîné. Certes, ce n’était qu’une subsistance dont Allah l’a pourvu ». Ils l’amenèrent ensuite hors du Haram – l’enceinte sacrée – pour le tuer, il a dit : « Laissez-moi faire une prière de deux rak^ah », après quoi, il se dirigea vers eux et dit : « Si vous n’aviez pensé que mon état était motivé par la crainte de la mort, j’aurais encore ajouté ». Il fut donc le premier qui instaura les deux rak^ah avant d’être exécuté. Puis, il a dit : « Allahoumma hsihim ^adada« . Puis, il a dit :

Je ne me fais pas de souci du moment que je suis tué, musulman

sur la manière dont ma mort a lieu, pour rechercher de Allah l’agrément

Tout cela pour l’amour de Allah et pour Son agrément et s’Il le veut,

Il bénira des lambeaux de chair éparpillés

^Ouqbah Ibnou l-Harith vint ensuite à lui et le tua. Les mécréants de Qouraych envoyèrent pour qu’on leur amène une partie du corps de ^Asim afin de le reconnaître, ce même ^Asim qui avait tué un de leurs chefs dans la bataille de Badr, Allah a alors envoyé sur son corps une nuée de guêpes qui l’a protégé de leurs envoyés, ils ne purent rien prendre de son corps« . Fin de citation.

  • La notation des points des lettres dans les livres du Qour’an faite par Yahya Ibnou Ya^mar :

Parmi les bonnes innovations, il y a la notation des points des lettres des livres du Qour’an. Les compagnons qui ont transcrit la révélation, dictée par le Messager écrivaient les lettres ب (b) et ت (t) et ce qui est du même genre sans les points. Puis, lorsque ^Outhman Ibnou ^Affan écrivit six exemplaires du Qour’an et en envoya aux différents horizons, à Bassora, à La Mecque et aux autres lieux, gardant un exemplaire pour lui, ces manuscrits ne comportaient pas de points. Le premier à mettre les points des lettres dans le Livre du Qour’an fut un homme parmi les successeurs des compagnons faisant partie des gens de la science, du mérite et de la piété nommé Yahya Ibnou Ya^mar. Voici ce qui a été cité textuellement dans le livre Al-Masahif de Ibnou Abi Dawoud As-Sijistaniyy [18] ce qui signifie : « ^Abdou l-Lah m’a rapporté : Mouhammad Ibnou ^Abdi l-Lah Al-Makhzoumiyy m’a rapporté : ‘Ahmad Ibnou Nasr Ibnou Malik m’a rapporté : Al-Houçayn Ibnou l-Walid m’a rapporté d’après Haroun Ibnou Mouça qu’il a dit : Le premier qui a mis les points des lettres dans le Livre du Qour’an, ce fut Yahya Ibnou Ya^mar« . Fin de citation. Avant cela, il était écrit sans les points. Lorsqu’il fit cela, les savants ne le lui ont pas reproché bien que le Messager de Allah n’ait pas ordonné de mettre les points des lettres dans le Livre du Qour’an.

  • L’ajout d’un deuxième appel à la prière (‘adhan) par ^Outhman Ibnou ^Affan le jour du vendredi :

C’est une innovation de ^Outhman que Allah l’agrée. Ainsi, il a été rapporté dans le Sahih de Al-Boukhariyy [19] textuellement ce qui signifie : « Adam m’a rapporté et il a dit : Ibnou Abi Dhi’b m’a rapporté d’après AzZouhriyy d’après As-Sa‘ib Ibnou Yazid qu’il a dit : « L’appel du vendredi commençait quand l’imam s’asseyait sur le minbar, à l’époque du Prophète r, de Abou Bakr et de ^Oumar que Allah les agrée. A l’époque de ^Outhman, que Allah l’agrée, alors que les gens sont devenus plus nombreux, il a ajouté le troisième appel à AzZawra[20] « .

Dans le commentaire de ce hadith dans Fat-hou l-Bari [21] : « D’après lui aussi, dans la version de Waki^ d’après Ibnou Abi Dhi’b : L’appel à la prière à l’époque du Messager de Allah r, de Abou Bakr et de ^Oumar était de deux appels le vendredi. Ibnou Khouzaymah a dit : par sa parole : « deux appels », il vise l’appel à la prière (al-‘adhan) et l’annonce de la prière (al-‘iqamah), c’est-à-dire en faisant prévaloir l’appel ou parce qu’ils ont comme point commun l’appel à la prière comme cela a déjà été expliqué dans les chapitres de l’appel (al-‘adhan)« . Fin de citation.

Puis il dit : « Sa parole : « Il a ajouté le troisième appel ». Dans la version de Waki^ d’après Ibnou Abi Dhi’b : ^Outhman a ordonné de faire le premier appel, et de même dans une version de Ach-Chafi^iyy, et il n’y a pas de contradiction entre ces deux versions car du fait qu’il a été ajouté, il est appelé troisième appel, et en considérant qu’il a été fait avant l’appel et l’annonce, il est appelé premier appel. Aussi, les termes de la version de ^Aqil qui va être citée après deux chapitres est : « Que l’appel par le deuxième appel a été ordonné par ^Outhman ». Le fait de l’appeler un deuxième appel est eu égard à l’appel proprement dit, et non à l’annonce« . Fin de citation

  • La commémoration de la naissance du Prophète r (Mawlid) :

On en parlera si Allah ta^ala le veut dans un chapitre à part.

  • Dire à haute voix l’invocation en faveur du Prophète après l’appel à la prière :

Parmi les bonnes innovations, il y a dire à haute voix l’invocation en faveur du Prophète r (assalatou ^ala n-Nabiyy r) après l’appel à la prière (al-‘adhan) et cela a été instauré après l’an sept cents de l’hégire. Avant cela, ils ne la disaient pas à haute voix.

  • L’écriture de (r) lors de l’écriture du nom du Prophète :

Parmi les innovations, il y a l’écriture de r lors de l’écriture de son nom. Le Prophète n’a pas fait écrire cela dans ses lettres qu’il a envoyées aux rois et chefs mais il faisait écrire ce qui signifie : de Mouhammad le Messager de Allah à Untel.

  • Les voies (tariqah) que certains vertueux ont innovées :

Parmi les innovations, il y a les tariqah – les voies soufis – que certains saints vertueux de Allah ont instaurées telles que la tariqah Rifa^iyyah et la tariqah Qadiriyyah. Elles sont environ quarante. Ces tariqah prennent toutes racine dans de bonnes innovations, mais certains de ceux qui s’en réclament se sont singularisés et ceci ne porte en rien atteinte aux fondements de ces tariqah.

 

L’innovation d’égarement :

Elle est de deux sortes : l’innovation relative aux fondements de la religion et l’innovation relative à ses branches.

L’innovation relative aux fondements de la religion : c’est celle  qui a été innovée dans les sujets de la croyances et elle est contraire à la croyance que suivaient les compagnons. Il y a plusieurs exemples de ces mauvaises innovations. Parmi eux, il y a :

  • L’innovation de la négation de la prédestination :

Le premier qui l’a mise à jour, c’est Ma^bad Al-Jouhaniyy [22] à Bassora, comme cela a été cité dans le Sahih de Mouslim [23] rapporté par Yahya Ibnou Ya^mar. Ceux qui adhèrent à cette mauvaise croyance sont nommés les qadariyyah [24]. Ils prétendent que Allah n’a pas prédestiné les actes volontaires de Ses esclaves et qu’Il ne les crée pas, mais que ces actes auraient lieu par la création des esclaves, selon leur prétention. Il se trouve parmi eux des gens qui prétendent que Allah a prédestiné le bien et n’a pas prédestiné le mal. Ils prétendent par ailleurs que celui qui commet un grand péché n’est ni croyant ni mécréant mais qu’il est dans une situation intermédiaire dite entre les deux situations. De plus, ils renient l’intercession en faveur des désobéissants ainsi que la vision que les croyants auront de Allah ta^ala au paradis [25].

  • L’innovation du groupe dévié al-jahmiyyah :

Ils sont appelés aussi les jabriyyah, les disciples de Jahm Ibnou Safwan [26]. Ils disent : (l’esclave de Allah est contraint dans ses actes, il n’a pas de choix mais il est plutôt comme la plume suspendue dans l’air, que l’air prend à droite et à gauche).

  • L’innovation du groupe dévié al-khawarij [27] :

Ceux qui sont sortis du rang des gens obéissants à notre maître ^Aliyy. Ils déclarent mécréant celui qui commet le grand péché.

  • L’innovation du dire selon lequel des choses qui entrent en existence n’ont pas de début, et ceci est contraire au raisonnement sain et aux textes clairs transmis

Quant à l’innovation relative aux branches, c’est celle qui suit la classification citée précédemment.

 

Parmi les mauvaises innovations pratiques :

  • L’écriture de « ص » (sad) lors de l’écriture du nom du Prophète r et pire et plus laid encore, l’écriture de  « صلعم » (sal^am).
  • Parmi les mauvaises innovations, il y a le fait que certaines gens prétendent faire l’ablution sèche (tayammoum) avec les tapis et les coussins sur lesquels il n’y a pas de poussière de terre.
  • Il y a aussi la déformation du nom de Allah, chose provenant de la part d’un grand nombre de ceux qui se réclament des tariqah. Certains d’entre eux commencent par dire « Allah » puis par la suite, soit ils amputent le ‘alif qui se trouve entre le « ل » (lam) et le « هـ » (ha) et ils la prononcent alors sans la prolongation de la voyelle ou alors, ils amputent le « هـ » (ha) lui-même ; ils disent alors « Alla« . Et certains d’entre eux disent « Ah » qui est un mot utilisé pour exprimer la souffrance et la plainte, chose reconnue par l’Unanimité des savants linguistes. Al-Khalil Ibnou ‘Ahmad a dit : « Il n’est pas permis d’amputer le ‘alif de la prolongation du mot Allah « .

Si quelqu’un dit : le Messager de Allah r n’a-t-il pas dit dans ce qu’a rapporté Abou Dawoud d’après de Al-^Irbad Ibnou Sariyah [28] :

((وَإِيَّاكُمْ وَمُحْدَثَاتِ الأُمُورِ فَإِنَّ كُلَّ مُحْدَثَةٍ بِدْعَةٌ وَكُلَّ بِدْعَةٍ ضَلاَلَةٌ))

ce qui signifie : « …Certes, toute innovation [qui est contraire à la Loi] est un égarement ».

La réponse à donner est la suivante : que l’expression de ce hadith est générale (^amm) et son sens est restreint (makhsous) en raison de la preuve déduite des hadith cités précédemment. On dit alors : ce que le Prophète r a visé par ce hadith est ce qui est innové et qui est contraire au Livre, à la Sounnah, à l’Unanimité ou aux textes des prédécesseurs.

Dans le commentaire fait par An-Nawawiyy du Sahih de Mouslim [29] on trouve textuellement ce qui signifie : « Sa parole r : ((وَكُلَّ بِدْعَةٍ ضَلاَلَةٌ)) ce qui signifie : « Et toute innovation [qui est contraire à la Loi] est un égarement« , est une expression générale dont le sens est restreint et ce qui est visé par là, c’est la majorité des innovations« . Fin de citation. Puis, il a classé l’innovation en cinq catégories : obligatoire, recommandée, illicite, déconseillée et permise. Il a dit aussi : « Ainsi, si l’on a pris connaissance de ce que je viens de citer, on saura que le hadith en question fait partie de ceux qui comprennent une expression générale dont le sens est restreint. Il en est de même pour tout autre hadith semblable qui a été rapporté du Prophète r. Ce qui confirme ce que l’on vient de dire, c’est la parole de ^Oumar Ibnou l-Khattab, que Allah l’agrée, à propos de la prière de at-tarawih : « quelle bonne innovation que celle-ci ». Il n’empêche pas que le hadith fait partie de ceux qui comprennent une expression générale dont le sens est restreint, sa parole r : ((كُلَّ بِدْعَةٍ)) ce qui signifie : « toute innovation [contraire à la Loi] », mais ce hadith est sujet à la restriction malgré cela, tout comme Sa parole ta^ala : [تُدَمِّرُ كُلَّ شَىْءٍ][Al-‘Ahqaf / 25] ce qui signifie : « Il – le vent que Allah a envoyé pour châtier le peuple du prophète Houd – anéantit tout [ce que Allah a prédestiné qu’Il anéantisse de leurs habitations et autres] ». Fin de citation.

Ce classement a été cité par le Chaykh ^Abdou l-^Aziz Ibnou ^Abdi s-Salam à la fin du livre Al-Qawa^id avec un peu plus de détail. Al-Hafidh l’a rapporté de lui dans son livre Fat-hou l-Bari sans le contester.


[1] Sahih de Al-Boukhariyy : livre du pacte : chapitre s’ils se sont mis d’accord pour un pacte d’injustice, le pacte est rejeté.

[2] Sahih de Mouslim : livre des Al-‘Aqdiyah : chapitre de la non-tenue des jugements non valables et le rejet des nouveautés parmi les choses.

[3] Sahih de Mouslim : même chapitre et livre que précédemment.

[4] Sahih de Mouslim : livre de AzZakat : chapitre l’incitation à l’aumône, même d’une moitié d’une datte ou d’une bonne parole et qu’elle est un écran contre le feu. Ainsi que livre de la science : chapitre celui qui instaure dans l’Islam une bonne tradition ou une mauvaise tradition et qui appelle à la bonne guidée ou à l’égarement.

 

[5] Sahih de Al-Boukhariyy : livre de la prière surérogatoire des nuits de Ramadan : chapitre le mérite de celui qui accomplit des actes d’adoration de nuit, durant Ramadan.

[6] Fat-hou l-Bari 4/252.

[7] Sahih de Al- Boukhariyy: livre de la prière surérogatoire des nuits de Ramadan : chapitre le mérite de celui qui accomplit des actes d’adoration de nuit, durant Ramadan.

[8] Al-Mouwatta’ : livre de la prière : chapitre le début de l’accomplissement des actes d’adoration durant les nuits de Ramadan 1/217.

[9] Fat-hou l-Bari, 4/253.

[10] Sahih de Al-Boukhariyy : livre de l’appel à la prière : chapitre du mérite de la parole Allahoumma rabbana laka l-hamd.

[11] Fat-hou l-Bari, 2/287.

[12] Sounan de Abou Dawoud : livre de la prière : chapitre du tachahhoud.

[13] Tahdhibou l-‘Asma‘i wa l-Loughat, matière (ba, da ^a), 3/22.

[14] Raddou l-Mouhtar ^ala d-Dourri l-Moukhtar, 1/376.

[15] Rawdatou tTalibin, 1/253-254.

[16] Manaqibou ch-Chafi^iyy, 1/469.

[17] Sahih de Al-Boukhariyy : livre des conquêtes : chapitre la conquête Ar-Raji^, Ra^l, Dhakwan et Bi’r Ma^ounah et le hadith de ^Adal, Al-Qarrah, ^Asim Ibnou Thabit, Khoubayb et ses compagnons.

[18] Kitabou l-Masahif, page 141.

[19] Sahih de Al-Boukhariyy : livre de la prière de vendredi : chapitre l’appel à la prière le jour de vendredi.

[20] AzZawra : un endroit à Médine, d’après Mou^jamou l-Bouldan 3/156.

[21] Fat-hou l-Bari, 2/393.

 

[22] Revois ce qui a été dit à son sujet : At-Tabsirou fi d-Din, page 21 et Tahdhibou t-Tahdhib, 10/225.

[23] Sahih de Mouslim : début du livre de la foi.

[24] Revois à propos de leurs dires et de leurs groupes : At-Tabsirou fi d-Din, page 63 et 95.

[25] Les musulmans ont pour croyance que les croyants au paradis verront Allah ta^ala par leurs propres yeux de l’au-delà, sans comment, sans qu’Il soit ta^ala dans un endroit ou dans une direction, c’est-à-dire pas comme sont vues les créatures.

[26] Revois à son propos et à propos de son groupe : At-Tabsirou fi d-Din, page 107, Al-Farqou Bayna l-Firaq, page 211 et Al-Milalou wa n-Nihal, 1/86.

 

[27] Revois à propos de leurs dires et de leurs groupes : At-Tabsirou fi d-Din, page 45 et 62.

[28] Sounan de Abou Dawoud : livre de la Sounnah : chapitre s’attacher à la Sounnah.

[29] Commentaire du Sahih de Mouslim : livre de la prière du vendredi, 6/154.

Commentaires fermés sur Mawlid : Chapitre de la précision du sens de l’Innovation et de son jugement

Poème pour Chaykh AbdoulLaah

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 14, 2010
Tags: , ,

Hommage au bienfaiteur

de la communauté

 

 

L’ignorance assiégeait avec acharnement le royaume de mes connaissances,

La déraison se faisait reine, couronnée d’une vile arrogance,

Dominant avec avidité les vastes terres arides de mon savoir,

Rien ne laissait entrevoir une lueur d’espoir.

 

Emprisonnée dans le gouffre de la perdition,

Les griffes du mal retenaient en captivité mes facultés de compréhension,

La désespérance anéantissait l’idée d’une libération,

Sous le fardeau de l’inculture, je demeurais ensevelie dans le bas monde et ses passions.

 

Cependant ce règne allait à sa fin tout comme ses turpitudes,

Tels de nobles chevaliers ornés des meilleurs intentions et brandissant la bannière de la vérité,

Les disciples d’un illustre savant d’une renommée incontestable et incontestée,

Firent jaillir au grand jour la lumière de la science enfin manifestée.

 

Ce monde obscur qui me détenait prisonnier, désarmé,

S’effondra tel un château de cartes, dévasté et ruiné,

Laissant les jardins verdoyants de la connaissance croître et se propager,

Le siège injuste de l’ignorance fit place à l’empire majestueux de l’éminente science illuminée.

 

Enfin protégé par un bouclier forgé avec des arguments implacables, forts et si doux à la fois,

Mon cœur se sentit protégé par les forteresses du savoir et ce, par la grâce de Allah,

C’est par ton secours, ô notre chaykh que je me sens libéré du joug de la servitude,

Et par ces quelques vers je souhaite te témoigner toute ma gratitude.

 

Comment te remercier, ô toi notre chaykh, notre savant, notre aimé,

Si ce n’est par la préservation, la diffusion, la propagation de ce trésor qu’est la vérité,

Comment pourrais-je t’oublier, toi qui m’as extrait des serres de l’égarement,

Non, je désire ardemment et à tout jamais me remémorer ton bien, ô toi qui me manque tant !

 

Ton agréable souvenir subsiste avec affection dans ma mémoire et dans mon cœur,

Par Allah, je désire défendre et transmettre ton héritage avec force, courage et ardeur,

Que Allah t’accorde les hauts degrés dans l’au-delà,

Et qu’Il m’accorde l’honneur de perpétuer le message, de poursuivre le combat en suivant tes pas.

 

 

Une soeur de France, décembre 2010

Commentaires fermés sur Poème pour Chaykh AbdoulLaah

Récit : la vérité au sujet de Jésus ^Iça

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur décembre 13, 2010
Tags: , , ,

Parmi les récits du Qour’an

Naissance de notre maître Al-Macih ^Iça fils de Maryam

Après la naissance de la Dame Maryam ^alayha s-salam, sa mère l’a consacrée pour le service dans Baytou l-Maqdis. C’est notre maître Zakariyya qui l’a prise en charge, qui s’est occupé d’elle et qui l’a éduquée. Il lui avait réservé un endroit dans la mosquée. Seuls Zakariyya le Prophète accompagné de Youçouf An-Najjar, le fils de son oncle maternel, pouvaient la visiter. Lorsqu’elle a atteint la puberté, elle a fait preuve de beaucoup d’ardeur dans l’adoration. Rares étaient ceux de son époque qui faisaient comme elle.

Tellement elle était appliquée dans l’obéissance à Allah, les oiseaux se posaient sur sa tête, croyant qu’elle était un objet, tant elle restait longtemps debout dans la prière qu’elle faisait pour Allah ta^ala.

Lorsque leur réserve d’eau s’épuisait, Maryam et le fils de son oncle maternel Youçouf An-Najjar prenaient chacun sa cruche et allaient dans la grotte qui comportait de l’eau, accompagnés de ceux qui le voulaient parmi les mouharrar –ceux qui étaient dédiés­ pour le service de Baytou l-Maqdis–, afin de ramener l’eau. Ensuite ils retournaient. Le jour où Jibril ^alayhi s-salam lui apparut, était le jour le plus long et le plus chaud de l’année. L’eau qu’elle avait comme provision fut épuisée, et elle avait quinze ans ce jour-là. Elle sortit avec sa cruche et partit à la grotte.

Tandis qu’elle remplissait sa cruche, notre maître Jibril lui apparut, accompagné d’un grand nombre d’anges. Il avait l’aspect d’un jeune homme au beau visage et était vêtu de blanc. Quand Maryam ^alayha s-salam le vit, elle ne savait pas que c’était Jibril. Elle pensait que c’était quelqu’un qui lui voulait du mal.

Alors Jibril s’empressa de la rassurer afin que cette crainte disparaisse. Il lui annonça qu’il n’était pas comme elle l’avait pensé mais qu’il était envoyé par Allah afin de lui donner un enfant pur.

Quand Maryam apprit cette nouvelle de la bouche de Jibril, elle fut étonnée car elle savait que d’habitude, si une femme donne naissance à un enfant, c’est que c’est le fils d’un homme. Elle interrogea Jibril : Comment pouvait-elle avoir un enfant alors qu’aucun homme ne l’avait touchée dans le cadre d’un rapport ?! Jibril ^alayhi s-salam lui apprit alors que Allah est sur toute chose tout puissant et que ce n’est pas quelque chose d’impossible pour Allah de créer un enfant sans père. Jibril ^alayhi s-salam prit alors entre ses doigts une branche d’arbre sèche et celle-ci se transforma en une branche verte feuillue. En voyant cela, Maryam ^alayha s-salam eut le cœur apaisé. Par la suite Jibril souffla dans l’encolure de la chemise de Maryam. C’est ainsi que l’âme honorée de ^Iça entra par sa bouche jusqu’à son utérus. Maryam tomba ainsi enceinte de ^Iça ^alayhi s-salam sur le champ. Ensuite Maryam ^alayha s-salam remplit sa cruche d’eau et retourna à la mosquée.

Youçouf An-Najjar, son cousin, était le premier à avoir eu connaissance de sa grossesse. Il vit que son ventre avait gonflé et qu’il était gros. Youçouf An-Najjar ne savait quoi faire ! Il ne savait pas comment réagir face à ce qui était arrivé ! Chaque fois qu’il pensait à l’accuser, il se remémorait sa piété et sa vertu. Et lorsqu’il voulait l’innocenter il voyait à nouveau l’apparence de sa grossesse. Comme il ne pouvait plus se contenir, il lui en parla. Alors Maryam ^alayha s-salam lui dit : « Dis de belles paroles ».

 

Il lui  dit : « Dis-moi Maryam, est-ce que des plantes peuvent pousser sans graines ? » Elle lui répondit : « Oui ! Ne sais-tu pas que Allah ^azza wa jall a fait pousser les premiers arbres sans graine ? ». Youçouf An-Najjar lui répondit : « Bien sûr que c’est vrai ! ». Puis Youçouf An-Najjar lui dit : « Est-ce qu’il est possible qu’un fils naisse sans père ? » Elle lui répondit : « Oui, ne sais-tu pas que Allah ta^ala a créé Adam et Hawwasans père ni mère ? » Il lui dit alors : « Bien sûr que c’est vrai ! Mais alors qui est le père  de l’enfant que tu portes ? » Maryam ^alayha s-salam a répondu à la manière de ceux qui se fient totalement à Allah : « C’est un don que m’a accordé mon Seigneur et son cas est comme celui de Adam ». A ce moment, une chose étonnante se produisit : Allah a fait parler notre maître ^Iça alors qu’il était dans l’utérus de sa mère. Il a dit : « Ô Youçouf, qu’est-ce que tu cites comme exemples ?! Va plutôt t’occuper de l’adoration de AllahYouçouf fut étonné de ce qu’il venait d’entendre Et il partit voir notre maître Zakariyya pour l’informer de ce qu’il avait vu et de ce qui s’est passé devant lui. C’est alors que notre maître Zakariyya fut tourmenté à l’idée des paroles que pourraient prononcer les pervers parmi les fils de ‘Israil. Par la suite, Youçouf An-Najjar prit en charge le service de la mosquée afin d’éviter ainsi à Maryam tout travail vu qu’elle avait le teint pâle, le ventre saillant et qu’elle s’était affaiblie.

Quelques mois plus tard, sa sœur Icha^, l’épouse de notre maître Zakariyya, vint lui rendre visite un jour. Quand elle la serra dans ses bras, elle se rendit compte que Maryam était enceinte. Maryam annonça alors à sa sœur son état et ce qui lui était arrivé. Sa sœur à son tour lui annonça : « Je suis moi-même enceinte et j’ai constaté que ce que j’ai dans mon ventre penche pour celui que tu as dans ton ventre ! » Yahya était en effet de trois mois plus âgé que notre maître ^Iça.

Lorsque Maryam sentit le terme de sa grossesse venir et que son enfant bougeait, elle s’en alla et s’isola en un lieu éloigné au bout de la vallée, à savoir à Baytou Lahm­ ­­–Bethléem­–. Il y a entre Baytou Lahm et Baytou l-Maqdis –Jérusalem–, six miles. Maryam s’était éloignée afin d’éviter les calomnies et les accusations d’adultère que son peuple pourrait proférer. Lorsqu’elle s’isolait, elle parlait avec ^Iça qui était en son utérus et lui à son tour lui parlait. Lorsqu’elle était occupée par autre chose, il faisait du tasbih –évocation de Allah– et elle pouvait entendre son tasbih.

Quand Maryam ^alayha s-salam sentit le moment de l’accouchement approcher après quelques mois du début de sa grossesse, elle ressentit les premières douleurs et chercha quelque chose à quoi s’accrocher à l’habitude des femmes enceintes lorsque les douleurs d’accouchement devenaient intenses. Elle prit alors le tronc d’un palmier entre ses mains. C’était un tronc de palmier sec qui avait été coupé et qui n’avait pas de branches.

Jibril ^alayhi s-salam vint à elle et il se tint debout en contre-bas de l’endroit où se trouvait Maryam ^alayha s-salam. Il l’appela d’en bas et lui dit: « Ne sois pas triste ». Auprès de ce tronc de palmier auquel Maryam s’était adossée, se trouvait une rivière asséchée. Jibril ^alayhi s-salam frappa d’un coup de pied le lit de la rivière et soudain l’eau douce se mit à jaillir. Lorsque Maryam voulait boire, elle buvait de l’eau douce et fraîche et lorsqu’elle voulait utiliser l’eau pour un autre usage, celle-ci devenait tiède.

Puis, Jibril ^alayhi s-salam, ordonna à Maryam de secouer le tronc du palmier sec et vieux afin d’alléger son épreuve et lui montrer l’honneur que Allah lui accordait. Lorsqu’elle le secoua, elle leva les yeux et vit que les palmes du palmier avaient réapparu et que des fruits surgissaient d’entre les palmes. Puis ces fruits devinrent verts, ce qu’on appelle balah. Puis ils devinrent rouges, zahw, pour devenir enfin, des dattes fraîches, routab, tout ceci en un clin d’oeil. Allah tabaraka wa ta^ala a fait que ces dattes fraîches et tendres tombent à portée de main, par miséricorde pour elle.

 

Jibril ^alayhi s-salam dit ensuite à Maryam que Allah lui ordonnait de dire à toute personne qui lui poserait des questions au sujet de son enfant, qu’elle avait fait le vœu à Allah de s’abstenir de parler et de montrer simplement l’enfant à ce moment, afin qu’elle n’ait pas honte de ce qui lui était arrivé. En suivant cet ordre, un signe apparaîtra et la preuve de son innocence sera manifeste. Ainsi est né ^Iça Al-Macih ^alayhi s-salam enduit de l’huile avec laquelle les Prophètes sont les seuls à être oints. Il s’agit d’une huile qui a une belle odeur. De plus, Jibril a passé le bout de son aile sur lui à sa naissance afin que cela soit pour lui une protection contre les nuisances du chaytan.

Entre-temps, notre maître Zakariyya ^alayhi s-salam s’interrogea sur l’absence de Maryam ^alayha s-salam. Il envoya alors Youçouf An-Najjar à sa recherche. Youçouf arriva en compagnie d’un homme en qui il avait confiance. Lorsqu’il s’adressa à Maryam, celle-ci ne lui répondit pas mais montra simplement ^Iça qui était sur ses genoux. Allah tabaraka wa ta^ala fit alors parler ^Iça qui était encore un nouveau-né. ^Iça ^alayhi s-salam dit : « Youçouf, réjouis-toi ! A toi la bonne nouvelle ! Que ton cœur soit apaisé. Mon Seigneur m’a fait sortir de l’obscurité de l’utérus vers la lumière du bas monde et je viendrai aux fils de ‘Israil pour les appeler à l’obéissance à Allah ».

 

Ensuite, Youçouf An-Najjar emmena Maryam et son fils ^Iça dans une grotte. Après les avoir laissés dans cette grotte, il partit informer notre maître Zakariyya ^alayhi s-salam de ce qui était arrivé. Puis il revint auprès d’elle, quarante jours plus tard après qu’elle ait été purifiée des lochies. Il la fit sortir avec son fils.

Lorsque Maryam ^alayha s-salam fut apaisée suite aux signes qu’elle avait vus, elle ramena ^Iça auprès de son peuple. Tandis que les hommes et les femmes de son peuple s’étaient réunis, pour voir l’enfant qu’elle tenait dans ses bras, une femme tendit la main pour la frapper. Allah tabaraka wa ta^ala frappa aussitôt cette femme de tétraplégie. Cette femme fut transportée chez elle dans cet état. C’est alors qu’un homme dit : « Je ne vois pas ce qu’elle a pu commettre d’autre que de la fornication !» Allah tabaraka wa ta^ala le rendit muet sur le champ. C’est alors que les gens prirent peur et renoncèrent à la frapper ou à dire à son sujet une parole lui faisant tort. Ils se mirent alors à lui parler avec douceur. Ils lui dirent : « Ô Maryam, tu as fait là quelque chose d’étonnant, ô toi sœur de Haroun, qui est chaste –il s’agit d’un autre Haroun que le frère de notre maître Mouça ^alayhima s-salam puisqu’il les séparait une longue période l’un de l’autre– ». Elle était tellement ascète et vertueuse qu’on la comparait à Haroun un homme pieux et vertueux parmi les fils de ‘Israil. Lorsque ce Haroun décéda, quarante mille personnes formaient son cortège funéraire et ils s’appelaient tous Haroun comme lui, par recherche des bénédictions de son nom. Les gens  dirent : « Ô Maryam tu n’es pas de celles qui font ces choses-là ! Ton père ^Imran, n’était pas un homme mauvais et ta mère Hannah n’était pas une fornicatrice ! D’où tiens-tu alors cet enfant ? » Maryam ^alayha s-salam garda le silence par obéissance à l’ordre qu’elle avait reçu de son Seigneur. Puis, d’un signe de la tête, elle leur montra ^Iça ^alayhi s-salam. C’est alors que certains entêtés et opposants, que Allah nous en préserve, dirent : « Le fait qu’elle se moque de nous est encore plus insupportable que le fait qu’elle ait commis la fornication ». Ils la regardèrent avec colère et lui jetèrent : « Comment pourrions-nous parler à quelqu’un qui est encore au berceau ? »  C’est alors qu’arriva notre maître Zakariyya ^alayhi s-salam. Il s’adressa à ^Iça qui était encore au berceau et lui dit : « Parle et donne tes preuves si tu as reçu l’ordre de le faire ». C’est alors que notre maître ^Iça ^alayhi s-salam dirigea vers eux son visage honoré alors qu’auparavant il était en train de téter. Il s’appuya sur sa main gauche et leva la main droite puis pointa vers eux son index. Il dit de manière claire et audible : « Je suis l’esclave de Allah ». La première chose qu’il proclama fut sa reconnaissance de son statut d’esclave de Allah ta^ala. Puis ^Iça leur annonça qu’il sera un prophète béni par la volonté de Allah et qu’il recevra la révélation d’un Livre. Il leur annonça qu’il leur ordonnerait d’accomplir la prière, de s’acquitter de la zakat, qu’il serait bienveillant envers sa mère, et que Allah ne fera pas de lui un injuste ni un tyran.

Quand les gens entendirent ces paroles, ils se soumirent. Ils dirent : « C’est là quelque chose de très éminent ». Puis notre maître Zakariyya ^alayhi s-salam dit : « La louange est à Allah Qui nous a innocenté des accusations des pervers parmi les fils de ‘Israil grâce à ce que ^Iça ^alayhi s-salam a dit ».

Par la suite, ^Iça n’a plus parlé comme c’est le cas habituellement pour les nourrissons.

Notre maître ^Iça grandit avec notre maître Yahya qui était son aîné de trois mois dans la maison du Prophète Zakariyya ^alayhi s-salam. Lorsqu’il avait eu quelques années, les fils de ‘Israil empêchaient leurs enfants de le côtoyer. Ils les isolaient et les gardaient dans une maison. Alors ^Iça venait à leur recherche. Les parents lui disaient : « Ils ne sont pas là ». Il leur dit alors : « Qu’est-ce qu’il y a dans cette maison ? ». Ils répondirent : « Il y a des porcs ». Alors ^Iça ^alayhi s-salam leur dit : « Ils seront alors ainsi ». Les parents ouvrirent la maison dans laquelle ils avaient gardé leurs enfants et virent qu’ils s’étaient transformés en porcs. La nouvelle se répandit aussitôt parmi les fils de ‘Israil. Aussi, ils voulurent tuer ^Iça ^alayhi s-salam. Sa mère l’emmena alors en Egypte accompagnée de personnes en qui elle avait confiance. C’était Youçouf An-Najjar qui les y avait emmenés.

Lorsque ^Iça ^alayhi s-salam atteignit l’âge de douze ans, Allah tabaraka wa ta^ala inspira à Maryam de le ramener à nouveau en terre de Ach-Cham. C’est ce qu’elle fit. Et lorsque ^Iça eut trente ans, il reçut la révélation et eut des miracles. Il appela les gens à l’adoration de Allah ta^ala Celui Qui est unique et Qui ne se divise pas, Celui Qui n’est pas engendré et Qui n’engendre pas, et Qui n’a pas d’équivalent. Ensuite, Allah tabaraka wa ta^ala l’a élevé au ciel, où il se trouve actuellement, vivant.

La Dame Maryam ^alayha s-salam vécut six ans après que ^Iça a été élevé au ciel. Elle vécut ainsi près de cinquante-quatre ans, que Allah l’agrée et lui donne satisfaction.

Commentaires fermés sur Récit : la vérité au sujet de Jésus ^Iça
« Page précédentePage suivante »

%d blogueurs aiment cette page :