Chaykhaboulaliyah's Blog


Biographies : 3AbdoulLaah Ibnou 3Abbaas

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur octobre 6, 2010
Tags: ,

^Abdou lLah Ibnou ^Abbas

Le savant de la communauté – Celui qui explique Al Qour’an

Sa biographie : Le compagnon glorieux, L’imam illustre, le maître éminent, le savant de la communauté de Mouhammad, le savant qui œuvre, celui qui explique les sens du Qour’an, L’Imam des Moufassir, le modèle, celui qui a des forts arguments, le fils de  l’oncle paternel du Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam– et cela lui suffit comme honneur et comme gloire.

Il est donc Abou l ^Abbas ^Abdou lLah fils de Al ^Abbas fils de ^Abdou l Mouttalib chayba fils de Hachim fils de ^Abdou Manaf, Al Qouraychiy, Al Hachimiyy, Al Makkiy que Allah l’agrée et lui donne satisfaction.

Il est né à Achirab, c.a.d le chirab de Abou Talib, où le Messager de Allah et Banou Hachim

Se sont regroupés lorsque les tribus de Qouraych se sont regroupées contre le clan de Hachim.

Sa naissance avait eu lieu trois ans avant l’émigration honorée et le Prophète – ^alayhi salat wa salam – est mort quand il avait treize ans.

Mais il avait obtenu beaucoup de science, beaucoup de biens et beaucoup de connaissances.

Il naquit savant, fort avec des arguments comme un lion, qui a eu la gloire, la science et la droiture.

Sa description :

Le grand Imam, notre maître ^Abdou lLah Ibnou ^Abbas que Allah l’agrée lui et son père, avait rassemblé beaucoup de mérites par le comportement et l’apparence. C’était un imam glorieux, éminent, grand, respectable, plein de raison, très intelligent.

Notre maître ^Oumar lui avait donné ce surnom réputé, il avait dit de lui : « Un jeune homme qui vaut beaucoup d’adultes. »

Quand il a constaté de lui sa maturité sa grande science et son haut degré. Et en plus de cela Allah lui a accordé une beauté et un bel aspect. Il était très beau, avec un beau visage blanc, avec une belle bouche d’une grande taille. L’émir des croyants, notre maître ^Oumar que Allah l’agrée a dit à son sujet une fois : «  Tu es certes le plus beau de nos jeunes hommes par le visage et le plus beau par la raison et celui d’entre eux qui a le plus de connaissances au sujet du Livre de Allah ^azza wa jall.

Sa science et sa compréhension :

Abdou lLah Ibnou ^ Abbas que Allah l’agrée lui et son père avait atteint un haut degré dans la science et dans la compréhension. Au point qu’il a rassemblé, alors qu’il était encore jeune,  la sagesse des personnes agées émérites, leur maturité et ce qui a amené le calife Al Farouq ^Oumar que Allah l’agrée a lui demandé conseil dans les différents sujets. Il l’appelait alors qu’il était encore jeune pour les questions difficiles. Et alors qu’il y avait autour de lui les gens de Badr, les plus grands des émigrants et des partisans des compagnons du Messager de Allahsalla l-Lahou ^alayhi wa sallam– et ce n’est que là que le résultat de l’invocation du Messager de Allahsalla l-Lahou ^alayhi wa sallam– pour que lui soit accordé la sagesse. En effet Al Boukhariyy, At Tirmidhiyy, Ibnou Majah et d’autres ont rapporté de Ibnou ^ Abbas qu’il avait dit : « Le Prophète – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam– a passé sa main sur ma tête et il a fait une invocation pour que j’ai la sagesse. » Et dans un autre hadith rapporté par Al Hakim, le Messager de Allahsalla l-Lahou ^alayhi wa sallam– a fait une invocation pour Ibnou ^Abbas , il a dit ce qui signifie : « Ô Allah, apprends lui l’interprétation du Qour’an

Et dans une autre version encore, le Prophète – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam– a fait une invocation qui signifie : « Ô Allah apprends-lui la science des loi dans la religion et enseigne lui le ta’wil. » Et ainsi, l’invocation du Messager s’est réalisée dans Ibnou ^Abbas. Au point qu’il en est devenu un étendard et quel étendard, qui a élevé haut le niveau de la science.

Ses connaissances et sa sagesse étaient grands. Depuis son jeune âge il recherchait les sciences et il la cueillait où il la trouvait. C’est pour cela qu’il venait et qu’il demandait la permission de passer la nuit dans la maison de sa tante maternelle, Maymouna, l’épouse du Prophète – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam– pour observer ce que le Messager de Allahsalla l-Lahou ^alayhi wa sallam– faisait pendant la nuit. Il apprenait de lui et il le prenait pour modèle. Et il multipliait ses questions aux compagnons du Prophète – ^alayhi salat wa salam

Et quand j’apprenais qu’un homme avait un hadith, et que j’allai le voir et je le trouvai faisant la sieste je mettais ma cape sous ma tête et je dormais au niveau de sa porte et le vent soufflait sur moi le sable jusqu’à ce que l’homme se réveille de sa sieste, et qu’il sorte et qu’il me voit et qu’il me dise : « Ô toi le fils de l’oncle paternel du Messager de Allah, qu’est ce qui t’a amené ? Tu aurais pu m’envoyer quelqu’un et c’était moi qui serait venu te voir. »

Il lui disait : »Non, toi tu mérites plus que je vienne à toi. Il lui demandait le hadith et il l’apprenait de lui. En persévérant avec cette grande ardeur pour l’apprentissage de la science, il a obtenu ce qui était une provision pour lui dans sa religion et dans son bas-monde. Puisqu’il a rapporté le hadith du Messager, Mouhammadsalla lLahou ^alayhi wa sallam

Avec une bonne maitrise, et il l’a rapporté également de Al Farouq – ^Oumar et de ^Outhman et de ^Aliyy et de Mourad et de ^Abdou r-Rahman Ibnou ^Awf et de Abou Dhar et de ^Oubayb ibnou Ka^b ainsi que de son père, Al ^Abbas, ainsi que de beaucoup de ses compagnons. Beaucoup de successeurs et des maîtres des successeurs parmi les plus honorable ont rapporté de lui comme Sa^id Ibnou Joubayr, Mouja’ id, Ach Charbiyy, Al Haçan, Ibnou Sirin et beaucoup d’autres qui ont profité de lui et de ce que Ibnou ^Abbas a profité de la bonne guidée du Messager honorable et de ses honorables compagnons.

Ainsi Ibnou ^Abbas a obtenu grâce aux bénédictions de l’invocation du Prophète – salla lLahou ^alayhi wa sallam– ce qui lui a accordé ce grand rôle dans la science.

Ainsi il prenait le cœur des hommes quand il rapportait le hadith, et il écoutait attentivement quand on lui rapportait le hadith. Il avait une connaissance qui éclairait les cœurs pour l’interprétation du Qour’an, dans les sciences de la jurisprudence et également dans le hadith, l’histoire, la langue arabe, la littérature jusqu’à devenir la destination de ceux qui recherchent, de ceux qui apprennent, les gens viennent le voir par groupe, les uns à la suite des autres pour apprendre le hadith, pour apprendre la jurisprudence et voici ce qui a été rapporté de l’un de ses compagnons. Un jour il a donné le hadith, il a dit : »J’ai vu de Ibnou ^Abbas dans une assemblée si tout les gens de Qouraych tiraient leur fierté de Ibnou ^Abbas ils obtiendraient ce qu’ils voudraient. Il a dit : « J’ai vu les gens se rassemblés devant sa porte au point que la route ne les contenait plus. Personne ne pouvait venir ni partir. Alors je suis rentré pour le lui annoncer, qu’ils étaient devant sa porte, il a dit : « Prépare moi l’eau pour le woudou », il a fait le woudou, il s’est assis et il a dit : »Sors et appelle celui qui veut demander au sujet du Qour’an et de son ta’wil. » Je suis sorti et je leur ai donné la permission. Ils sont rentrés jusqu’à remplir la maison. Ils n’ont pas posé une seule question, sans qu’il leur ai répondu et qu’il leur ai appris plus que ce qu’ils avaient demandé. Puis il leur a dit : »Vos frères maintenant. » Ils sont sortis pour laisser  la place à d’autres. Puis il m’a dit : « sors et appelle ceux qui veulent demander au sujet de ce qui est licite et de ce qui est interdit et la jurisprudence, et ce qui est de la sorte, qu’ils entrent. » Il a dit : « Je suis sorti et je leur ai donné la permission. » Ils sont rentrés jusqu’à remplir la maison. Ils n’ont pas posé une seule question, sans qu’il leur ai répondu et qu’il leur ai ajouté en plus de ce qu’ils avaient demandé. Puis il leur a dit : »Vos frères après vous. » Ils sont sortis. Puis il m’a dit : »Sors et appelle ceux qui veulent demander sur la science de l’héritage et ce qui est de cet ordre. Qu’ils entrent » « Je suis sorti et je leur ai donné la permission. » Ils sont rentrés jusqu’à remplir la maison. Ils n’ont pas posé une seule question sur un sujet , sans qu’il leur ait répondu et qu’il leur ait appris plus que ce qu’ils avaient demandé. Puis il leur a dit : »Vos frères maintenant. » Puis il m’a dit : « Sors et appelle, ceux qui ont des questions sur la langue arabe, sur la poésie et sur ce qui est étrange dans les paroles. Qu’ils entrent »Il a dit : »ils sont rentrés jusqu’à remplir la maison. Ils n’ont pas posé la question sur une chose sans qu’il leur ai ajouté en plus de ce qu’ils avaient demandé » Celui qui rapporte a dit : «  Si tout Qouraych tirait leur fierté de cela, cela leur aurait été suffisant. Je n’ai pas vu cela accordé à quelqu’un d’autre que lui. «  Cela a été rapporté par Ibnou l Jawziyy dans Siffatou l Safwah et d’autres que lui.

Une partie de ce qui est rapporté de lui.

L’imam Al ^Abbas que Allah l’agrée lui et son père en plus de ce qui a été cité avait un haut

Degré dans le comportement, l’attachement à la religion, la générosité, il était extrêmement généreux en donnant de l’argent et des cadeaux aux gens. Tout comme il était généreux avec la science et la connaissance. Un jour qu’il était chargé par l’imam ^Aliyy Ibnou Abi Talib de Al Basrah, le glorieux compagnon Abou Ayyoub Al Ansariyy que Allah l’agrée vint à lui et Ibnou ^Abbas lui a dit : »Je voudrai te rétribuer pour avoir inviter le Messager – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam– «  En effet Abou Ayyoub avait accueilli le Messager chez lui après son émigration. Ibnou ^Abbas lui donnait et l’honorait jusqu’à ce qu’il ait sa maison et ce qu’elle contient et il est sorti en la laissant à Abou Ayyoub que Allah l’agrée.

C’était quelqu’un qui s’adonnait aux actes d’adoration, qui était ascète, qui craignait Allah ^azza wa jall, qui pleurait beaucoup lorsqu’il faisait la prière ou qu’il récitait le Qour’an.

Il veillait la nuit en adoration et il jeûnait le jour. Certains de ceux qui étaient de sa compagnie rapportent de lui, il a dit : « J’ai été le compagnon de Ibnou ^Abbas de la Mecque jusqu’à Médine. Il accomplissait deux rak ^ah lorsqu’il faisait halte et en plus il se levait la moitié de  la nuit , et il récitait le Qour’an lettre après lettre. Et il pleurait beaucoup quand il récitait. Et d’après Abou Ghaja, il disait : « et j’ai vu Ibnou ^Abbas et j’ai vu le bas de ses paupières, les paupières d’en dessous ses yeux qui était comme un lacet d’un soulier usé tellement il pleurait. » rapporté par Adh Dhahabiyy dans As Siyar. Ici quelque chose d’important à noter au sujet de ^Abdou lLah Ibnou ^Abbas que Allah l’agrée lui et son père.

A savoir son grand courage et sa grande bravoure dans la guerre. En effet quand il y avait eu la bataille entre ^Aliyy que Allah l’agrée et Mou^awiyyah, il avait eu des positions qui indiquent sa grande intelligence et son grand courage et sa stratégie militaire. En effet que Allah l’agrée durant toute la période du différent il avait eu avec Mou^awiyyah, lorsque celui ci était contre ^AliyyIbnou ^Abbas était au côté de l’imam équitable ^Aliyy que Allah l’honore. Il était un de ses bras droits qui était à ses ordres, qui éxécutait ce qu’il lui demandait. Et avec tout cela il était un héros qui maîtrisait la guerre et qui n’était pas perturbé pour faire face au faux. Et il a marché sur cette voie durant des années. Et il a reçu la nouvelle de l’assassinat de Al Houçayn que Allah l’agrée et il était extrêmement triste pour cela, il est resté chez lui pour vaquer à ses occupations , ordonnant le bien et interdisant le mal et multipliant les actes d’obéissance.

Son décès :

Ibnou ^Abbas a vécu une longue période en prodiguant la science et la sagesse, en diffusant la science entre les gens. Son parfum embaumait dans les différents pays, jusqu’à ce que la mort vienne à lui en l’an 68 de l’Hégire. Il avait soixante et onze ans, son décès avait eu lieu à At Ta ‘if. Quand ils sont sortis pour emmener son corps, un oiseau éminent blanc, est venu jusqu’ à entrer dans son linceul puis les gens ne l’ont plus vu. Les gens pensaient que c’était l’image de sa science. Dans As Siyat d’après Salim al Aftaws d’après Sa^id il a dit Ibnou ^Abbas est mort à At Ta’if. Il a dit : « un oiseau qu’on avait pas vu était venu avec son apparence et était rentré dans son linceul. On ne l’avait pas vu sortir. Quand il a été enterré cette ayah a été récité au niveau de la tombe sans savoir qui l’avait récité.

« Ya ayyatou’an nafsou ma…. ‘innatou l jiri…… » Sourat Al Fajr (‘ayah 27 jusqu’à 30)

ce qui signifie : »Ô toi âme sereine retourne au jugement de ton Seigneur satisfaite et agréée,

retourne dans mes esclaves et entre au paradis. »

Que Allah t’agrée Ibnou ^Abbas et que Allah nous profite par toi et nous rassemble avec toi dans les jardins du paradis.

Commentaires fermés sur Biographies : 3AbdoulLaah Ibnou 3Abbaas

Biographies : l’Imam Al-Boukhariyy

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur octobre 6, 2010
Tags: , ,

L’Imam Al-Boukhariyy

L’Imam Al-Boukhariyy, le Chaykh des Mouhaddith

et l’Imam de ceux qui ont rassemblé le hadith

Sa biographie

Il s’agit de ‘Abou ^Abdi l-Lah Mouhammad fils de ‘Isma^il fils de ‘Ibrahim fils de Bardisbah Al-Jou^fiyy Al-Boukhariyy. Il est né dans la ville de Boukhara, le vendredi après la prière, treize nuits écoulées du mois de chawwal de l’année 194 de l’hégire. Il a grandi orphelin élevé par sa mère. Il a perdu la vue lorsqu’il était petit mais sa mère a vu le KhalilIbrahim ^alayhi s-salam dans le rêve qui lui a dit : « Allah a rendu la vue à ton fils en raison de tes nombreuses larmes ».

Al-Boukhariyy a aimé la science depuis son plus jeune âge. Il a ainsi mémorisé les compositions de hadith de Ibnou l-Moubarak en étant enfant. Il a lu les livres réputés alors qu’il avait seize ans, tant qu’il a été dit qu’il mémorisait en étant jeune soixante-dix mille hadith par cœur. Ce qui l’a aidé à cela, c’est qu’il connaissait les biographies de ceux qui rapportent le hadith et il recherchait leur état également, il le connaissait. Il connaissait les Chaykh de ceux de qui il tient le hadith ainsi que leurs élèves et leurs différentes chaînes de transmission.

Avant qu’il ne quitte son pays, il a pu recevoir par transmission tout ce qui y est rapporté comme hadith. Il les a entendu de Mouhammad ‘Ibnou Salam Al-Baykandiyy et ‘Abdou l-Lah ‘Ibnou Mouhammad Al-Mouçannadiyy et ‘Ibrahim ‘Ibnou l-‘Ach^af, de Mouhammad ‘Ibnou Youçouf Al-Baykandiyy et d’autres encore.

Ensuite, il est parti à La Mecque avec sa mère et son frère en recherchant à recevoir la transmission et à entendre les hadith rapportés.

Il est resté dans le Hijaz pendant six ans durant lesquels il recevait par transmission le hadith. Il s’est déplacé dans les différents pays, il est parti à Ach-Cham, il est parti en Egypte, il est parti à Al-Jazirah à deux reprises, à Al-Basrah à quatre reprises, à Al-Koufah et Baghdad à plusieurs reprises. Il a ainsi reçu le hadith de la part des mouhaddith de chaque pays où il s’était rendu, tant que les hommes de qui il rapporte le hadith ont atteint le nombre de mille quatre-vingts et ils étaient tous des mouhaddith.

Parmi les faits importants qui ont été rapportés à son sujet

L’Imam At-Taj As-Soubkiyy a rapporté dans son livre AtTabaqat lorsqu’il a mentionné la biographie de l’Imam des mouhaddith ‘Abou ^Abdi l-Lah Boukhariyy, il a rapporté d’après ‘Ibnou ^Adiyy qu’il a dit : « J’ai entendu plusieurs Chaykh rapporter que Al-Boukhariyy était venu s’installer à Baghdad. C’est alors que les gens qui rapportent le hadith se sont réunis et ils ont pris cent hadith qu’ils ont inversé, c’est-à-dire qu’ils ont pris le corps du hadith et la chaîne de transmission et ils les ont mélangés, de sorte qu’ils ont mis le texte de ce hadith avec la chaîne de transmission de cet autre hadith, et la chaîne de transmission de ce hadith pour le texte de cet autre hadith. Ils ont donné à chacun dix hadith qu’ils ont ainsi mélangés pour les mentionner à Al-Boukhariyy dans une assemblée. Les gens se sont alors réunis. L’un d’entre eux s’est levé et il a interrogé au sujet de ces hadith, d’un des dix qu’il a mélangés. Al-Boukhariyy a dit : « Je ne le connais pas ». Il l’a interrogé au sujet d’un autre hadith, Al-Boukhariyy a dit : « Je ne le connais pas », jusqu’à ce que le premier homme ait terminé avec les dix hadith. C’est alors que les spécialistes de jurisprudence se regardaient les uns les autres, c’est-à-dire qu’il s’interrogeait sur Al-Boukhariyy. Un deuxième homme s’est levé et a fait comme le premier. Et Al-Boukhariyy disait à chaque fois : « Je ne le connais pas ». Lorsque les dix hommes avaient fini, Al-Boukhariyy s’est retourné vers le premier d’entre eux et  lui a dit :  « Pour ce qui est de ton premier hadith sa chaîne de transmission c’est celle-là. Pour le deuxième hadith la chaîne de transmission c’est celle-là, et le troisième et ainsi de suite » jusqu’à lui donner les chaînes de transmission des dix hadith que le premier a donné. Il a rendu ainsi à chaque texte de hadith sa bonne chaîne de transmission. Ensuite, il a fait la même chose avec le deuxième, la même chose avec les autres jusqu’à avoir terminer avec les dix hommes. C’est alors que les gens lui ont reconnu sa capacité de mémorisation (de Hafidh).

Al-Boukhariyy depuis son plus jeune âge avait une très forte capacité de mémorisation de sorte qu’il apprenait par cœur les hadith avec leurs chaînes de transmission du fait même qu’il les entendait. Il a mémorisé des compositions de hadith de Ibnou l-Moubarak. Il a aussi reçu par transmission les livres réputés de l’époque alors qu’il avait seize ans et cette capacité de mémorisation étonnante est connue de lui depuis son plus jeune âge.

Parmi ce que As-Soubkiyy rapporte dans ses Tabaqat de Al-Boukhariyy qu’il a dit : « J’ai été inspiré la mémorisation du hadith dans le Kouttab –c’est-à-dire l’école où les enfants apprenaient le Qour’an et le hadith– alors que j’avais dix ans ou moins, et lorsque j’ai quitté le Kouttab après dix ans, j’allais écouter auprès de Ad-Dakhiliyy et d’autres.

Un jour tandis qu’il récitait le hadith aux gens, il a dit : « Soufyan a rapporté d’après ‘Abou Zoubayr d’après ‘Ibrahim ». C’est alors que je lui ai dit : « Mais ‘Abou Zoubayr n’a pas du tout rapporté de ‘Ibrahim ». Il m’a alors dit de me taire. Je lui ai dit : « Vérifie si tu veux sur ta copie d’origine ». Il est rentré puis il est ressorti et il m’a dit : « C’est comme tu as dit mon garçon». Il s’agit de AzZoubayr Ibnou ^Adiyy qui a rapporté de ‘Ibrahim. Il m’a alors pris le crayon de la main et il a corrigé, et il m’a dit : « Tu as dit vrai ». Lorsque Al-Boukhariyy a été interrogé sur son âge à ce moment-là, il a répondu : « J’avais onze ans ».

Parmi ce qui est rapporté de Mouhammad ‘Ibnou ‘Abi Hatim Al-Warraq de Al-Boukhariyy qu’il a dit : « J’ai entendu Hamid ‘Ibnou ‘Isma^il et un autre dire : « Al-Boukhariyy venait avec nous pour entendre le hadith alors qu’il était encore jeune garçon. Mais il n’écrivait rien du tout. Un bon moment s’était écoulé et il faisait ainsi. Nous lui disions alors, pourquoi tu n’écris pas ? et il nous a dit vous avez beaucoup insisté pour que j’écrive. Lisez moi donc ce que vous deux avez écrit. Nous avions alors sorti ce que nous avions écrit et c’était plus que quinze mille hadith. Il les a tous récité par cœur, tant que nous corrigions nos versions sur ce qu’il avait appris par cœur ».

Les Chaykh de Al-Boukhariyy

Comme le nombre de ses Chaykh était important et beaucoup plus grand encore que d’être limité dans cette étude, nous allons mentionner les plus réputés d’entre eux. Ainsi, il a entendu de Makkiyy fils de ‘Ibrahim Al-Balkhiyy et de ^Abdan fil de ^Outhman Al-Marwaziyy et de ^Oubaydi l-Lah fils de Mouça Al-^Absiyy et de ‘Abi ^Asim Ach-Chaybaniyy et de Mouhammab ‘Ibnou ^Abdi l-Lah Al-‘Ansariyy, de Mouhammad ‘Ibnou Youçouf Al-Faryabiyy et de ‘Abou Nou^aym Al-Fadl fils de Daki, de ‘Abou Ghassad Al-Hindiyy et de Soulayman fils de Harb Al-Wachijiyy et de ‘Abou Salamah At-Taboudhakiyy et de ^Affan fils de Mouslim, de ^Aram fils de Al-Fadl, de ‘Abou l-Walid AtTayaliciyy, de ‘Abou Ma^mar Al-Minqariyy, de ^Abdou l-Lah fils de Maslamah Al-Qa^indiyy, de ‘Abou Bakr Al-Hamidiyy, de ^Abdou l-Lah fils de Youçouf At-Taniciyy, de ‘Abou l-Yaman Al-Himsiyy, de ‘Ahmad ‘Ibnou Hanbal, de ‘Isma^il fils de ‘Abou ‘Ouways Al-Madiniyy, de Yahya fils de Ma^in et de beaucoup d’autres encore.

Les paroles des savants au sujet de Al-Boukhariyy

Il a été rapporté que l’Imam Al-Boukhariyy s’était vu dans le rêve debout en présence du Messager de Allah et il tenait quelque chose à la main avec laquelle il éloignait quelque chose du Messager de Allah. Lorsqu’il a posé la question sur l’interprétation de ce rêve, certains de ceux qui interprètent les rêves ont dit : « Tu vas repousser le mensonge du Messager de Allah ».

Il a été rapporté dans Tah-dhibou l-‘Asma’i wa l-Loughat d’après Hachid fils de ‘Isma^il qu’il a dit : « J’ai vu ‘Is-haq fils de Rahawayh assis sur une couche et avec lui Mouhammad fils de ‘Isma^il Al-Boukhariyy. C’est alors que Mouhammad l’a corrigé dans quelque chose et ‘Is-haq fils de Rahawayh a repris les paroles de Al-Boukhariyy. Alors, ‘Is-haq a dit aux gens : « Ô vous les gens, vous qui maîtrisez le hadith, prenez de ce jeune homme. S’il avait vécu dans l’époque de Al-Haçan Al-Basriyy, les gens auraient besoin de lui en raison de sa connaissance du hadith et de sa compréhension du hadith ».

Il a été rapporté dans Al-Bidayah wa n-Nihayah d’après Ibnou Khouzaymah qu’il a dit :  « Je n’ai pas vu sur terre, qui ait plus de connaissance du hadith du Messager de Allah, ni qui le mémorise mieux que Al-Boukhariyy » et ‘Is-haq ‘Ibnou Zayrak a dit à son sujet : « J’ai entendu en l’an deux cent quarante sept Mouhammad ‘Ibnou ‘Idris Ar-Raziyy ‘Abou Hatim dire : « viendra vous voir un homme des gens de Khouraçan et il n’est pas sorti de Khouraçan qui mémorise plus le hadith que lui et il n’est pas venu en Irak qui ait plus de science de hadith que lui ». Est venu alors chez nous Mouhammad ‘Ibnou ‘Isma^il après quelques mois, c’est-à-dire Al-Boukhariyy.

Parmi ce que l’Imam le Moujtahid ‘Ahmad ‘Ibnou Hanbal que Allah l’agrée a dit pour faire son éloge et indiquer son haut degré. Il a dit que le degré de Hafidh a été atteint par quatre des gens de Khouraçan, ‘Abou Zou^rah Ar-Raziyy, Mouhammad ‘Ibnou ‘Isma^il Al-Boukhariyy, ^Abdou l-Lah ‘Ibnou ^Abdi r-Rahman As-Samarqandiyy et Al-Houçayn ‘Ibnou Chouja^ Al-Balkhiyy. Et il a rapporté dans Tabaqat As-Soubkiyy d’après Mouhammad ‘Ibnou ‘Abi Hatim al-warraq de Al-Boukhariyy qu’il a dit : « Je l’ai entendu dire des compagnons de ^Amr ‘Ibnou ^Aliyy : ils m’ont mentionné un jour un hadith. Je leur ai dit alors : je ne le connais pas. Ils étaient alors heureux et ils sont partis voir ^Amr ‘Ibnou ^Aliyy pour lui dire nous avons mentionné à Mouhammad fils de ‘Isma^il un hadith qu’il n’a pas du tout connu. C’est alors que ^Amr leur a dit :  Un hadith que Mouhammad fils de ‘Isma^il ne connaît pas, n’est pas un hadith ». Il a également été rapporté dans Tabaqat As-Soubkiyy d’après ‘Ahmad ‘Ibnou Hamdoun qu’il a dit : « Mouslim ‘Ibnou l-Hajjaj était parti voir Al-Boukhariyy et il l’a embrassé entre les yeux et lui a dit : J’embrasserai même tes pieds Ô toi qui est les maître de ceux qui maîtrisent le hadith et toi qui est celui qui connaît la valeur et le degré de fiabilité des hadith ».

Hachid ‘Ibnou ‘Isma^il a dit : « J’étais à Al-Basrah et j’ai entendu l’arrivée de Mouhammad ‘Ibnou ‘Isma^il. Lorsqu’il était arrivé, Mouhammad ‘Ibnou Yasar a dit : Aujourd’hui est rentré chez nous le maître des spécialistes de jurisprudence ».

Il a été rapporté de ’Abou Sahl Ach-Chafi^iyy qu’il a dit : « Je suis entré à Al-Basrah, à Ach-Cham, à Al-Hijaz, à Al-Koufah, et je voyais leurs savants et chaque fois que Mouhammad ‘Ibnou ‘Isma^il était mentionné ils lui reconnaissaient un degré supérieur au leur ». Il est rapporté de ^Abdou l-Lah le fils de l’Imam ‘Ahmad ‘Ibnou Hanbal qu’il a dit : « J’ai dit à mon père : Père, qui sont donc les Hafidh. Il m’a dit : Ô mon fils, ce sont des jeunes qui venaient chez nous, des gens de Khouraçan et ils se sont dispersés maintenant ». Et je lui ai dit : « Qui sont-ils donc père ? ». Il m’a dit : « Mouhammad ‘Ibnou ‘Isma^il, c’est-à-dire Al-Boukhariyy ». C’est-à-dire qu’il n’a mentionné d’entre eux que Al-Boukhariyy. Parmi ce que ‘Ibrahim Al-Khawwas a dit au sujet de Al-Boukhariyy : « J’ai vu ‘Abou Zour^ah comme un enfant assis devant Al-Boukhariyy, Mouhammad ‘Ibnou ‘Isma^il pour l’interroger sur le hadith ».

Ses ouvrages

Al-Boukhariyy faisait partie des savants qui avaient les plus hauts degrés, qui avaient laissé de nombreux ouvrages éminents et fort utiles. Que Allah l’agrée, il était parmi les gens qui avaient les meilleurs capacités à composer, parmi les plus adroit d’entre eux. Ses ouvrages ont été nombreux. Nous citons les plus réputés d’entre eux : Al-Jami^ AsSahih qui est le livre réputé par le nom de Sahih Al-Boukhariyy, Al-‘Adabou l-Moufrad qui fait partie de ses composition les plus éminentes, les noms des compagnons, Asma’ou sSahabah, At-Tarikh qui est un livre dans lequel il a rassemblé ceux qui sont dignes de confiance et ceux qui sont faibles parmi ceux qui rapportent le hadith et il est en trois volumes, un grand, un moyen et un petit. Il a At-Tafsirou l-Kabir –la grande éxégèse–, Al-Jami^ou l-Kabir, Khalqou ‘Af^ali l-^Ibad –la création des actes des esclaves–, Khayrou l-Kalam fi l-qira’ati Khalfa l-‘Imam –les meilleures paroles au sujet de la récitation derrière l’imam–, Kitabou ddou^afa’i wa l-matroukin –le livre de ceux qui sont faibles et de ceux qui sont délaissés–, Kitabou l-^Ilali fi l-hadith, Kitabou l-Fawa’id, Al-Qira’atou Khalfa l-‘Imam, Qada’i wa sSahabah wa t-Tabi^in, Kitaboun fi l-Mabsouti fi l-hadith, Al-Mousannad Al-Kabir, Kitabou l-Wihdan, c’est un livre dans lequel il a rassemblé tout ceux qui n’ont qu’un seul hadith parmi les compagnons.

Son décès

Il est mort que Allah lui fasse miséricorde le samedi, la nuit de la fête de Al-Fitr de l’année deux cent cinquante six de l’Hégire. Il avait alors soixante deux ans moins treize jours. Il a été enterré le jour de la fête de Al-Fitr après la prière de AdhDhouhr dans un village qui s’appelle Khartank qui est un village de Samarqand. Ibnou ^Oudayy a rapporté d’après ^Abdou l-Qouddous fils de ^Abdou l-Jabbar As-Samarqandiyy qu’il a dit : « L’Imam Al-Boukhariyy était venu à Khartank alors qu’il avait des proches parents chez qui il était hébergé. Je les entendu dire une nuit alors qu’il avait fini la prière de la nuit dans ses invocations : Ô Allah, je ne supporte plus la vie sur terre alors fais-moi mourir. Le mois ne s’est pas écoulé avant que Allah ta^ala le fasse mourir. Que Allah fasse miséricorde à l’Imam Al-Boukhariyy et qu’Il le rétribue pour nous du meilleur bien.

Commentaires fermés sur Biographies : l’Imam Al-Boukhariyy

Biographies : L’Imam Abou Mansour Al-Matouridiyy

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur octobre 6, 2010
Tags: , ,

L’imam Al-Matouridiyy

Sa biographie

Il est surnommé Abou Mansour, il s’appelle Mouhammad fils de Mouhammad, fils de Mahmoud Al-Matouridiyy As-Samarqandiyy et Al-Matouridiyy est relatif à Matourid qui est une région de Samarqand qui se trouve derrière le grand fleuve.

L’imam Al-Matouridiyy et l’imam Abou l-Hacan Al-‘Ach^ariyy étaient les deux illustres imams qui ont rédigé la croyance de ‘Ahlou s-Sounnah wa-l Jama^ah et l’ont confirmé avec les preuves à partir de ce qui a été transmis et des preuves selon la raison. L’imam Al-Matouridiyy a été surnommé « ‘Imam  Al-Houda », l’imam de la bonne guidée, ainsi que « ‘Imam Al-Moutakalimin », imam des spécialistes de la science de al-Kalam c’est-à-dire la science de la croyance. Ainsi que d’autres surnoms qui indiquent sa grande place chez les musulmans de son époque et les historiens de cette époque. Malgré sa grande réputation et la réputation du groupe des Matouridiyy qui se rapporte à lui, les historiens qui ont écrit à ce sujet étaient peu nombreux.

Les références n’ont pas cité l’année de sa naissance avec précision mais il est possible de dire qu’il est né de l’époque de Moutawakil, le calife abbasside, et sa naissance a précédé celle de l’imam Abou l-Haçan Al-Ach^ariyy d’une vingtaine d’années.

Il est né dans une famille qui s’est occupée particulièrement des sciences de la religion. Il a grandi et il a appris les sciences de la religion depuis son plus jeune âge. Il n’a pas reculé un seul moment dans la da^wah, dans l’appel à la voie de ‘Ahlou s-Sounnah et à défendre cette voie et à s’y attacher. Son ardeur n’a pas baissé pour s’occuper de la science de al-Kalam, pour composer dans cette science et donner les arguments et les preuves

Ses chaykhs

Les références n’ont cité qu’un faible nombre de ses chaykhs auprès desquels il a reçu ses sciences sauf que la totalité d’entre eux, leur chaîne de transmission dans la science remonte à l’illustre imam Abou Hanifah An-Na^man . L’auteur de «  Al-Jawahir Al-Moudi’ah » a cité que Al-Matouridiyy a appris auprès de Abou Nasr Ahmad fils de Al-^Abbassiyy fils de Al-Houçayn Al- ^Iyadiyy, il a appris la jurisprudence auprès de Abou Bakr Ahmad Al-Jawzjaniyy et Nasir Ibnou Yahya Al-Balkhiyy et Mouhammad Ibnou Mouqatil Ar-Raziyy.

Quant à Abou Nasr Al-^Iyadiyy et Abou Bakr Al-Jawzjaniyy ils ont tous deux appris auprès de l’imam Abou Soulayman Mouça fils de Soulayman Al-Jawzjaniyy et ce dernier a appris auprès des deux compagnons de Abou Hanifah : Abou Youçouf Al-Qadi et Mouhammad Ibnou l-Haçan Ach-Chaybaniyy qui ont tous deux appris auprès de Abou Hanifah. Quant à Nasir Al-Balkhiyy et Mouhammad Ibnou Mouqatil Ar-Raziyy ils ont tous deux appris des deux imams Abou Mouti^ Al-Hakam Ibnou ^Abdou l-Lah Al-Balkhiyy et Abou Mouqatil Hafs Ibnou Salam As-Samarqandiyy qui ont tous deux appris auprès de l’imam Abou Hanifah également.

Pour ce qui est de ses sciences, elles tournent autour du ta’wil du Qour’an honoré, c’est-à-dire son explication et ’Ousoulou l-fiqt c’est-à-dire les fondements de la jurisprudence ainsi que ^Ilmou l-Kalam c’est-à-dire la science de la croyance et ce qui s’y  rapporte. Il a également appris les sciences selon la raison tout comme il a appris les sciences selon les textes transmis, une étude appliquée et profonde. Il a bien pris ce qui est précis de ces sciences jusqu’à devenir un imam illustre dans la jurisprudence, dans le ta’wil et la science de Al-Kalam.

Après avoir obtenu une grande part de culture et de science il est parti pour enseigner aux gens, il a ainsi composé et il a ainsi  passé sa vie pour protéger l’Islam et donner la victoire à Ahlou s-Sounnah wa-l Jama^ah tant que les savants l’ont décrit comme étant un imam illustre qui défend la religion, qui renforce les croyances de Ahlou s-Sounnah. Il a ainsi pu avoir le dessus sur les mou^tazilah, sur les mauvais innovateurs en débattant avec eux il a pu avoir le dessus lorsqu’il a débattu avec eux jusqu’à les faire taire.

Ses ouvrages

L’imam Abou Mansour Al-Matouridiyy a eu de nombreux ouvrages il y a parmi lesquels ceux qui sont dans la science de Al-Kalam et la croyance, il y a ceux qui sont dans les fondements de la jurisprudence il y a ce qui est dans le ta’wil du Qour’an.

Pour ce qui est de la science de Al-Kalam il a eu de nombreux ouvrages parmi lesquels le livre « At-Tawhid », le livre « Al-Maqalat », le livre «  Ar-Raddou ^ala l-Qaramitah », le livre «  Bayan wahmi l-mou^tazilah », le livre «  Raddou l-‘Ousoul Al-Khamçah Al-‘Abi Mouhammad Al-Bahiliyy », le livre « ‘Awa’il l-‘Adilah lil- Ka^biyy », le livre « Raddou Kitab wa ^Id Al-Fouçad li l-Ka^biyy », le livre « Raddou Tahdhib Al-Jadl lil Ka^biyy » et d’autres livres .

Pour ce qui est des fondements de la jurisprudence des livres ont été composés pour indiquer les différents savants des écoles et le livre « Kachfou AdhDhounoun »ont mentionnés deux livres dans les fondements de la jurisprudence qui sont le livre « Al-Jadl »  et le livre             «  Ma’akhdou Ach- Chara‘if fi ‘Ousoul l-fiqh » qui sont attribués à l’imam Al-Matouridiyy. Il est parvenu dans «  Bada’i^ou AsSana’i^ » dans la déduction des temps des cinq prières à partir de la parole de Allah dans sourat Ar-Roum / ayah 17, 18 :

(( فسبحان الله  حين تمسون و حين تصبحون و له الحمد في السماوات و الأرض وعشيا وحين تظهرون  ))

Le Chaykh Abou Mansour Al-Matouridiyy As-Samarqandiyy dit qu’ils ont compris de cette ayah l’obligation des cinq prières et si leur compréhension était semblable à la compréhension des gens de notre époque ils n’en auraient compris que le tasbih qui est cité dans cette ayah ((فسبحاب الله   )) donc les gens auraient compris seulement le tasbih et non pas l’obligation des cinq prières et Al-Matouridiyy ils ont dit qu’ils en ont compris l’obligation des cinq prières.

Pour ce qui est des ouvrages de l’imam Al-Matouridiyy dans la science du ta’wil du Qour’an, l’exégèse du Qour’an il y a entre autre « Ta’wilat Ahlou s-Sounnah » mais l’auteur de

«  Kachfou AdhDhounoun » a cité ce livre avec ce titre. Cependant le manuscrit, l’exemplaire qui se trouve à « Kawbrilliyy » a été intitulé « Ta’wilat Al- Matouridiyy fi At-Tafsir » et les spécialistes des biographies des savants, attabaqat, l’ont mentionné par le titre « Ta’wilat Al-Qour’an » et ce nom c’est le même nom que l’on trouve dans les autres exemplaires qui se trouvent en Turquie, en Inde, en Allemagne, à Médine, à Damas dans le musée britannique et à Tachqand. Peut-être ce livre au départ portait les deux noms mais par la suite les historiens se sont limités à un seul nom.

L’imam ^Abdoul-Qadir Al-Qourchiyy qui est mort en l’an 750 de l’hégire a dit au sujet de ce livre de l’imam Al-Matouridiyy : c’est un livre qu’aucun autre livre n’est équivalent et aucun autre livre qui l’a précédé ne se rapproche de son niveau dans cette science. » (C’est-à-dire la science du ta’wil)

Il est parvenu dans l’exemplaire de la bibliothèque de « Khadabakhch » dans la première page la chaîne de transmission du livre « Ta’wilat Al-Qour’an » qui remonte jusqu’à Al-Matouridiyy et il est parvenu ce qui suit, l’introduction de la part de l’auteur de ce livre et l’introduction du tafsir et du ta’wil , il est parvenu dans l’introduction de ce livre également ce qui suit : «  le chaykh, l’imam, l’ascète, le porte-drapeau de la science de la religion, le président de Ahlou s-Sounnah wa l-Jama^ah. Abou Bakr Mouhammad fils de Ahmad As-Samarqandiyy, que Allah ta^ala lui fasse miséricorde a dit : le livre « At-Ta’wilat » attribué au chaykh, l’imam Abou Mansour Al-Matouridiyy, que Allah lui fasse miséricorde, est un livre qui a un haut degré qui donne beaucoup de profits pour indiquer la voie de Ahlou s-Sounnah wa-l Jama^ah dans les fondements du tawhid et dans la voie de Abou Hanifah et de ses compagnons, que Allah leur fasse miséricorde, dans les fondements de la jurisprudence et sa ramification conformément au Qour’an » fin de citation.

L’auteur du livre « Kachfou AdhDhounoun » a cité le livre « Ta’wilat Al-Qour’an » sous le titre « Ta’wilat Al-Matouridiyyah fi Bayani ‘Ousouli Ahli As-Sounnatih wa ‘Ousouli At-Tawhid » il a déclaré explicitement qu’il est en huit volumes et que le Chaykh ^Ala’ou d-Din Mouhammad fils de Ahmad c’est lui qui l’a rassemblé ;

Il est parvenu dans « Ta’wilat Al-Qour’an » pour l’exégèse de la parole de Allah dans sourat Al-^Araf/ ayah 143 : ((  قال ربّ أرني أنظر إليك قال لن تراني )) sa parole : la vision du Seigneur est sûre pour nous dans l’au delà, c’est une réalité sans qu’il y ait d’assimilation avec Ses créatures, sans qu’il y ait de comment. » Fin de citation. Donc la voie des Matouridiyyah c’et la voie des Ach^ariyyah concernant la vision de Allah dans l’au-delà ce n’est pas la voie des mou^tazilah qui eux renient la vision de Allah dans l’au-delà, les mou^tazilah ils ont beaucoup d’égarements, parmi leurs égarements ils ont nié la destinée, ils ont prétendu que l’homme créé ses actes et ils ont nié aussi que Allah sera vu par les croyants dans l’au-delà lorsqu’ils seront au Paradis. Allah sera vu par les croyants sans que Allah soit dans un endroit, sans qu’il soit dans une direction pas comme sont vues les créatures.

Parmi les ouvrages de l’imam Abou Mansour Al-Matouridiyy il y a le livre «  le commentaire de Fiqhou l-‘Akbar » qui est un livre dont le contenu est connu à partir de son titre. En effet ce livre a repris le livre  « Al- Fiqhou l-‘Akbar » de l’imam Abou Hanifah en en faisant un commentaire, l’explication et l’interprétation, comme on a dit l’imam Al-Matouridiyy est sur la voie de l’imam  Abou Hanifah.

Son décès

L’auteur du livre «  Kachfou AdhDhounoun » a cité que l’imam Al-Matouridiyy est décédé en l’an 332 de l’hégire sauf qu’il est revenu par la suite dans d’autres occasions et il était en accord avec la majorité des historiens que le décès de Al-Matouridiyy était en l’an 333 de l’hégire et ^Abdou l-Lah Al-Qourchiyy dans son livre  « Al-Fawa’id Al-Bahiyyah » a dit qu’il était mort en l’an 333 de l’Hégire et que sa tombe se trouve à Samarqand.

Commentaires fermés sur Biographies : L’Imam Abou Mansour Al-Matouridiyy

Biographies : l’Imam Abou l-Haçan Al-‘Achaariyy

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur octobre 6, 2010
Tags: , , ,

L’Imam de la vérité et de la bonne guidée

‘Abou l-Haçan ^Aliyy Ibnou ‘Isma^il Al-‘Ach^ariyy

Sa biographie

Il s’agit de ‘Abou l-Haçan ^Aliyy fils de ‘Isma^il fils de ‘Abou Bichr ‘Is-haq fils de Salam fils de ‘Isma^il fils de ^Abdou l-Lah fils de Mouça fils du gouverneur de Al-Basrah, Bilal fils de ‘Abou Bourdah fils du compagnon du Messager de Allah, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, ‘Abou Mouça ^Abdou l-Lah fils de Qays Al-‘Ach^ariyy, le yéménite, de Basrah. C’est au sujet de son peuple qu’a été révélé la parole de Allah qui signifie : « Ô vous qui avez cru, celui d’entre vous qui apostasie sa religion, alors certainement Allah fait qu’il y aura un peuple qu’Il agrée et qui L’aime, qui sont humbles vis-à-vis des croyants et glorieux vis-à-vis des non musulmans ; ils font le Jihad dans la voie agréée par Allah et ils ne craignent pas pour cela le blâme de quiconque ». Ceci est un mérite que Allah accorde à qui Il veut et Allah est Celui Qui sait toutes choses.

Après la révélation de cette ‘ayah, le Prophète montre ‘Abou Mouça Al-‘Ach^ariyy en disant ce qui signifie : « C’est le peuple de celui-là » et il a montré de sa main  ‘Abou Mouça Al-‘Ach^ariyy.

Lorsque cette ‘ayah a été révélée, après cela des mérites des ‘Ach^ariyy et des tribus originaires du Yémen se sont manifestés. Ils ont eu un bon effet et beaucoup de belles conséquences sur l’Islam.

En effet, AlBoukhariyy a rapporté dans son Sahih du hadith de ‘Abou Hourayrah, radiya l-Lahou ^anhou, que Allah l’agrée, que le Prophète a dit ce qui signifie : « ….. les gens du Yémen. Ils ont des cœurs tendres et doux. La foi est du Yémen et la sagesse est du Yémen ». En d’autres termes, c’est un éloge que le Prophète a fait pour les gens du Yémen et il s’agit justement de cette tribu des ‘Ach^ariyy.

Tout comme Al-Boukhariyy a rapporté dans son Sahih d’après ^Imran Ibnou l-Housayn, que les gens de Bani Tamim étaient venus voir le Prophète et il leur a dit ce qui signifie : « Je vais vous annoncer une bonne nouvelle Ô Bani Tamim ». Ils lui ont alors dit : (Tu nous as déjà annoncé des bonnes nouvelles. Donne nous maintenant). La couleur de son visage a changé. C’est alors que des gens du Yémen étaient venus et le Prophète leur a dit ce qui signifie : « Ô vous les gens du Yémen, je vous annonce la bonne nouvelle parce que Banou Tamim n’ont pas voulu l’accepter ». Ils lui ont dit : « Nous l’acceptons Ô Messager de Allah. Nous sommes venus auprès de toi pour nous instruire dans la religion et pour t’interroger sur le début de ce monde : Comment a-t-il eu lieu ? » et le Prophète a dit ce qui signifie : « Allah est de toute éternité et rien d’autres que Lui n’est de toute éternité », c’est-à-dire que les endroits sont créés, ils ont un début alors que Allah existe de toute éternité avant les endroits, sans endroit.

Il y a ici une preuve que Allah existe de toute éternité avant la création des endroits et du temps. Avant la création, Allah existe alors qu’il n’y avait pas d’endroits et Il est maintenant tel qu’Il est de toute éternité. Il n’est pas une quantité ni petite ni grande.

L’Imam ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy est né en l’an 260 de l’Hégire à Al-Basrah qui se trouve en Iraq et certains ont dit en l’an 270. Il est mort en l’an 333 de l’Hégire et d’autres ont dit en 324 et d’autres en 330 à Baghdad.

Son ancêtre ‘Abou Mouça fait partie de ceux de qui on prend les avis de jurisprudence, les Fatwa, parmi les compagnons du Messager de Allah. Il fait partie de ceux qui ont les plus belles voix lors de la récitation du Qour’an et il est attribué dans son ascendance à Al-Jamahir fils de Al-‘Ach^ar et Al-‘Ach^ar fait partie des descendants de Saba’ ceux qui étaient du Yémen.

‘Abou Mouça Al-‘Ach^ariyy a fait l’émigration avec ses deux frères parmi une cinquantaine de son peuple jusqu’à la terre de Habachah –l’Abyssinie, la nouvelle Ethiopie–. Il y a vécu avec Ja^far Ibnou ‘Abi Talib, que Allah l’agrée, pour ensuite rejoindre tous ensemble le Messager de Allah lorsqu’il a fait la conquête de Khaybar.

Il a eu comme enfants et petits enfants qui étaient connus pour leur bonnes connaissances, le fait qu’ils rapportent la parole du Prophète et leurs noms sont marqués dans l’histoire jusqu’à  ce que le tour revienne à notre Chaykh ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy, que Allah l’agrée.

‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy était sunnite d’une famille sunnite mais il a étudié al-‘i^tizal, la voie des mou^tazilah, auprès de ‘Abou ^Aliyy Al-Jabba’iyy et il a suivi dans cette voie jusqu’à devenir un Imam pour les mou^tazilah ensuite il a fait le repentir. Il s’est assis un jour sur la grande chaise dans la mosquée Al-Jami^ à Bassorah un vendredi et il a dit à très haute voix : « Celui qui m’a connu, il m’aura connu mais celui qui ne me connaît pas, je me présente à lui : Je suis Untel fils de Untel, je disais que le Qour’an est créé et que Allah ne sera pas vu et que les actes de mal, c’est moi qui les crée. Je fais le repentir et j’ai abandonné tout cela. J’ai pour croyance maintenant la bonne croyance pour répliquer aux mou^tazilah, pour dévoiler leurs graves erreurs et leurs défauts ».

Le Faqih, spécialiste de jurisprudence, ‘Abou Bakr AsSayrafiyy a dit les mou^tazilah avaient levé haut la tête jusqu’à ce que Al-‘Ach^ariyy prenne la défense des sunnites et les a emprisonnés dans les plus petits recours, c’est-à-dire qu’ils sont devenus très petits lorsque Al-‘Ach^ariyy a défendu la voie de ‘Ahlou s-Sounnah.

Les éloges des savants en faveur de ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy

As-Soubkiyy a rapporté dans Tabaqatou ch-Chafi^iyyati l-Koubra : « Sache que ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy n’a pas innové une nouvelle voie mais il a raffermi et résumé la voie du Salaf et il défendu ce sur quoi étaient les compagnons du Messager de Allah. Donc se réclamer de lui est dû au fait qu’il a délimité la voie du Salaf et qu’il s’y est attaché, qu’il a amené les preuves et arguments sur cette voie. Celui qui le suit en cela dans cette argumentation est appelé Achaarite ». fin de citation

L’historien ‘Abou Mouhammad ^Abdou l-Qadir Al-Qouraychiyy Al-Hanafiyy, dans son livre Al-Jawahir Al-Moudiyyah qui est Tabaqatou l-Hanafiyyah (L’étoile éclairée au sujet des savants Hanafite), a dit de ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy : « Celui qui s’est attaché au fondement, le grand ‘Imam ». C’est ainsi qu’il a désigné Al-‘Ach^ariyy.

Le Chaykh ^Abdou r-Rahim Al-‘Asnawiyy a fait également son éloge et il a dit : « C’est celui qui a défendu le parti de ‘Ahlou s-Sounnah, celui qui a vaincu les mou^tazilah et autres mauvais innovateurs grâce à sa langue et à son écriture, c’est l’auteur de nombreux ouvrages et sa réputation nous évite de trop parler de lui, tellement il est connu, ce n’est pas la peine de parler de lui ».

‘Abou Bakr Ibnou Qadi Chouhbah fait son éloge également dans Tabaqatou ch-Chafi^iyyah en disant : « le Chaykh ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy Al-Basriyy, l’Imam des spécialistes de ^Ilmou l-Kalam, celui qui a défendu la Sounnah du Maître des Messagers et celui qui a défendu la religion ».

Quant à Al-Yafi^iyy, il a dit dans Mir’atou l-Jinan : « Le Chaykh, l’Imam, celui qui a donné la victoire à la Sounnah et a conseillé la communauté, l’Imam des Imams véritables, celui qui a dévoilé les fausses argumentations des mauvais innovateurs, celui qui a levé haut la bannière de la vérité, qui a la lumière éclatante et les arguments catégoriques après lesquels il n’y a plus rien à dire.

‘Abou l-Fat-h Ach-Chahrastaniyy dans son livre Al-Milalou wa n-Nihal a dit : « Les ‘Ach^arites sont ceux suivent ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy fils de ‘Isma^il Al-‘Ach^ariyy qui lui-même est descendant de ‘Abou Mouça Al-‘Ach^ariyy, que Allah les agrée tous deux. Parmi les choses, les coïncidences étonnantes que j’ai entendues, c’est que ‘Abou Mouça Al-‘Ach^ariyy, que Allah l’agrée, disait exactement ce que ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy dit plus tard dans son école c’est-à-dire que les compagnons disaient la même chose que l’Imam des sunnites ».

Le ‘Oustadh ‘Abou l-Qacim Al-Qouchayriyy, que Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Que les spécialistes du hadith se sont accordés à dire que ‘Abou l-Haçan ^Aliyy fils de ‘Isma^il Al-‘Ach^ariyy était un des Imams des spécialistes du hadith. Son Madh-hab est le Madh-hab des spécialistes du hadith. Il a parlé des fondement de la religion selon la voie de ‘Ahlou s-Sounnah. Il a répliqué aux opposants parmi les égarés et les mauvais innovateurs. Il était une épée tendue sur les mou^tazilah et les mauvais innovateurs qui se sont égarés de la voie de ‘Ahlou s-Sounnah et qui sont sortis de la communauté. Celui qui lui porte atteinte ou qui le maudit ou l’insulte, il aura parlé en mal de tout ‘Ahlou s-Sounnah ». fin de citation.

Le Hafidh ‘Abou Bakr Al-Baghdadiyy a également donné sa biographie dans Tarikhou Baghdad en disant que ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy, le spécialiste de la croyance, l’auteur de plusieurs ouvrages pour répliquer aux irréligieux et d’autres comme les mou^tazilah, les jahmiyyah, les khawarij et le restant des groupes des mauvais innovateurs ». fin de citation.

L’historien Ibnou l-^Imad Al-Hanbaliyy l’a décrit comme étant l’Imam l’illustre savant, l’océan de connaissance, le spécialiste de la croyance, et a dit : « L’auteur de nombreux ouvrages parmi ce qui a entraîné la réjouissance des visages chez ‘Ahlou s-Sounnah et qui a noirci les bannières des mou^tazilah et des jahmiyyah. Il a ainsi montré la voie de la vérité claire et il a réjoui les cœurs des gens de la foi et de la connaissance. Il y a justement son débat avec son ancien Chaykh Al-Jabba’iyy grâce auquel il a cassé le dos de tout mauvais innovateur ». fin de citation.

Chamsou d-Din Ibnou Khillikan dans Al-‘A^yan c’est-à-dire les illustres, l’a mentionné et l’a décrit en disant : « Le spécialiste des fondements, celui qui a défendu la voie de ‘Ahlou s-Sounnah et c’est de lui que se réclame le groupe des ‘Ach^ariyy et sa réputation nous passe de trop parler pour le présenter ». fin de citation.

Le Qadi Al-Qoudat ‘Abou ^Abdi l-Lah Ad-Damghaniyy le Hanafite a répondu à une question qui lui a été posée à Baghdad : « ……qui était de dire du maître des Imam illustres…, que dire au sujet des gens qui se sont rassemblés pour maudire le groupe des ‘Ach^arites et les  déclarer mécréants ? Comment leur répondre ? », Le Qadi a répondu : « Ils ont fait une mauvaise innovation et ils ont commis ce qu’il n’est pas permis de faire. Celui qui est investi d’une responsabilité doit renier cela et agir de sorte à ce que pareil acte ne soit plus commis ni pour eux ni pour leurs semblables ».

Après lui, le Chaykh ‘Abou ‘Is-haq Ach-Chiraziyy, que Allah lui fasse miséricorde, a écrit un commentaire sur cette réponse, en disant : « Les ‘Ach^ariyy sont les gens de ‘Ahlou s-Sounnah, ceux qui défendent la loi, ils répliquent aux mauvais innovateurs, que ce soit les qadariyyah ou d’autres. Celui qui leur porte atteinte, il aura porté atteinte à tout ‘Ahlou s-Sounnah et si cela est dénoncé auprès d’un responsable des musulmans, c’est un devoir pour lui de les corriger pour qu’ils arrêtent cela ».

Il a signé sur cette réponse et également d’autres ont signé et il a indiqué leur accord à cette réponse. Il y a parmi eux le Chaykh ‘Abou Bakr Mouhammad Ibnou ‘Ahmad ‘Ach-Chachiyy, l’élève de Chaykh ‘Abou ‘Is-haq.

Le Chaykh, l’illustre savant Diya’ou d-Din ‘Abou l-^Abbas ‘Ahmad Ibnou Mouhammad Ibni ^Oumar Ibni Youçouf Ibni ^Oumar Al-Qourtoubiyy a composé un épître qu’il a appelé Zajrou l-Mouftari ^ala ‘Abi l-Haçani l-‘Ach^ariyy, « empêcher le calomniateur qui calomnie ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy », dans lequel il a répliqué à certains mauvais innovateurs qui ont dit du mal de l’Imam Al-‘Ach^ariyy. Lorsque le Chaykh Taqiyyou d-Din Ibnou Daqiq Al-^Id en a pris connaissance, il a dit du bien de cet écrit.

Le Chaykh ^Izzou d-Din Ibnou ^Abdi s-Salam a dit la croyance de Al-‘Ach^ariyy, que Allah lui fasse miséricorde, englobe ce qu’ont indiqué les quatre-vingt dix-neuf Noms de Allah et il dit que Allah l’agrée à la fin de son traité de croyance : « Ceci est une partie de la croyance de Al-‘Ach^ariyy, que Allah lui fasse miséricorde, et la croyance du Salaf, celle des gens de la Tariqah, des voies Soufiyy, et celle des gens de Al-Haqiqah, ceux qui étudient les lois ».

Tajou d-Din ^Abdou l-Wahhab As-Soubkiyy a dit également : « Les Hanafiyy, les Chafi^iyy, les Malikiyy et ceux qui ne se sont pas égarés parmi les Hanbaliyy ont la même croyance et c’est la croyance de ‘Ahlou s-Sounnati wa l-Jama^ah. Ils suivent la voie du Chaykh de la Sounnah, ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy, que Allah lui fasse miséricorde ».

Ensuite, il dit : « En général la croyance de Al-‘Ach^ariyy, c’est ce qui est contenu dans le traité de croyance de ‘Abou Ja^far AtTahawiyy que les savants des différentes écoles ont approuvé et ont accepté pour croyance ».

Le Chaykh Mouhammad ^Arabiyy ….., le Chaykh des Malikiyy dans la Mosquée Al-Haram à Makkah, a dit : « Les meilleurs des Mouhaddith après ‘Abou l-Haçan jusqu’à notre époque sont des ‘Ach^ariyy et les livres des Tarikh, des histoires, des biographies des savants sont claires pour indiquer cela ».

Le ‘Oustadh, l’Imam Al-‘Isfarayiniyy, le spécialiste de jurisprudence, spécialiste de croyance a dit : « J’étais à côté du Chaykh Al-Bahiliyy comme une goutte dans la mer, et j’ai entendu le Chaykh ‘Abou l-Haçan Al-Bahiliyy dire : j’étais à côté du Chaykh ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy comme une goutte dans la mer ».

Al-Bayhaqiyy a dit : « Jusqu’à ce que le tour vienne à notre Chaykh ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy, que Allah lui fasse miséricorde. Il n’a pas innové dans la religion agréée par Allah quoi que se soit. Il n’a pas amené de mauvaises innovations mais a repris les paroles des compagnons, des successeurs et ceux qui les ont suivis parmi les Imams dans les fondements de la religion et les a approuvées en ajoutant plus de commentaires, plus d’explications. Et ce qu’il a dit au sujet des fondements et ce qu’il a amené dans les lois est correct par la raison contrairement à ce qu’ont prétendu les gens qui suivent leurs passions. Ainsi dans ses explications, il y a eu un renfort pour appuyer ‘Ahlou s-Sounnati wa l-Jama^ah de la part des Imams comme ‘Abou Hanifah, comme Soufyan Ath-Thawriyy parmi les gens de Al-Koufah, comme Al-‘Awza^iyy et d’autres parmi les gens de Ach-Cham, comme Malik, comme Ach-Chafi^iyy, des gens de deux Haram c’est-à-dire La Mecque et Médine, ‘Ahmad Ibnou Hanbal et d’autres parmi les spécialistes du Hadith comme Al-Boukhariyy et Mouslim, les Imams des spécialistes du Hadith et les Hafidh des Sounnan sur lesquels est basée la Loi agréée par Allah, que Allah les agrée tous ».

Le Qadi ‘Abou Bakr Al-Baqillaniyy a dit : « Je suis dans mes meilleurs états lorsque je comprends la parole de ‘Abou l-Haçan ».

Et Tajou d-Din As-Soubkiyy a dit : « Si nous devions passer en revue les fait remarquables de la vie du Chaykh Al-‘Ach^ariyy, les feuilles ne pourraient pas tout contenir et l’encre finirait avant de pouvoir tout écrire. Celui qui veut connaître son degré et qu’il remplisse son cœur de son amour, qu’il prenne le livre Kadhibou l-Mouftari c’est-à-dire « la dénonciation des mensonges des calomniateurs en ce qu’ils ont attribué à l’Imam ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy » qui a été composé par le Hafidh Ibnou ^akir Ad-Dimachqiyy. C’est un des plus illustres des livres qui comportent le plus de profits et les meilleurs ».

Ibnou ‘Abou l-Hajaj Al-‘Andalouçiyy a dit dans son …… : « Si le Hafidh ibnou ^Açakir n’avait pour mérite sur Al-‘Ach^ariyy que ce livre, cela aurait suffit ». Il a commencé sa biographie en disant : « Notre Chaykh, notre modèle, le Chaykh de la voie de ‘Ahli s-Sounnati wa l-Jama^ah, celui des spécialistes de la croyance, celui qui donne la victoire à la Sounnah du Maître des Messagers, celui qui défend la religion, celui qui œuvre pour défendre la croyance des musulmans d’une manière dont les traces restent jusqu’à nos jours, jusqu’au jour où les gens se livreront pour le jugement du Seigneur des mondes, l’Imam, le pieux, le bienfaisant, celui qui a défendu la loi contre les paroles calomniées et qui a défendu la communauté de l’Islam, il l’a appuyée d’une manière très importante et il a demeuré en oeuvrant, en relevant (ses trousses) jusqu’à purifier les cœurs de toutes confusions tout comme un …. Est purifié des souillures. Il a attisé les lumières de la certitude pour ne pas tomber dans ce qui entraîne le doute. Il n’a pas laissé une mauvaise parole d’un mauvais innovateur, il a enlevé le faux et la vérité a repoussé les méandres du faux ».

Certains ont prétendu que le Chaykh Al-‘Ach^ariyy était Malikite mais cela n’est pas vrai, il était Chafi^iyy, il a pris la jurisprudence auprès de ‘Abou ‘Ishaq Al-Marwaziyy.

Le ‘Oustadh ‘Abou Bakr ibnou Fourak a dit dans Tabaqatou l-Moutakallamin et le ‘Oustadh ‘Abou ‘Ishaq Al-‘Isfarayiniyy dans ce qu’a rapporté de lui le ChaykhAbou Mouhammad AlJouwayniyy, a également mentionné cela dans Charhou r-Riçalah.

Quant au Chaykh des ‘Ach^ariyy parmi les Malikite, c’est l’Imam, le Qadi ‘Abou Bakr Al-Baqilaniyy, il a suivi la voie de ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy dans la croyance mais dans la jurisprudence, il était Malikiyy et ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy était Chafi^iyy.

Le fait qu’il évite les gens des mauvaises innovations est la validité de sa croyance

L’Imam ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy a consulté les livres des mou^tazilah et des jahmiyyah et il a vu qu’ils sont tombés dans le négationnisme, ils ont annulés des textes et ont dit, que Allah nous préserve de leur mécréance, d’après eux Allah n’a pas de science, ni de puissance, ni d’ouie, ni de vue, ni de vie, ni d’exemption de fin, ni de volonté. Les hachwiyyah et les moujassimah ont dit, que Allah nous préserve de leur mécréance, d’après eux Allah a une science comme les sciences, une puissance comme les puissances, une ouïe comme les ouïes, une vue comme les vues. ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy a pris la voie qui est entre les deux, il a dit : « Certes, Allah Soubhanahou wa ta^ala, Celui Qui est absolument exempt d’imperfection, a une science pas comme les sciences, une puissance pas comme les puissances, une ouïe pas comme les ouïes, une vue pas comme les vues ».

Pour ce qui est de Jahm ibnou Safwan, il a dit que l’esclave n’a pas la capacité de faire quoi que ce soit, ni d’acquérir quoi que ce soit. Les mou^tazilah ont dit, que Allah nous préserve de leur mécréance, d’après eux l’esclave est capable de créer et d’acquérir en même temps.

L’Imam ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy a dit la voie entre les deux : « L’esclave n’a pas la capacité de créer mais a capacité d’acquérir (l’acte) ». Il a nié pour l’esclave de Allah la capacité de faire entrer en existence et a confirmé pour celui-ci la capacité de l’acquisition de l’acte (Al-Kasb).

Les hachwiyyah, les mouchabbihah, les assimilationnistes, ont dit, que Allah nous préserve de leur mécréance, d’après eux Allah sera vu avec un comment, une limite comme tout ce qui est vu. Les mou^tazilah, les jahmiyyah et les najariyyah ont dit, que Allah nous préserve de leur mécréance, d’après eux Allah ne sera pas vu.

‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy a pris la voie entre les deux et a dit : « Allah sera vu sans qu’Il s’incarne, sans qu’Il est une limite ni un comment et n’est pas de ceux qui ont une limite ni le comment, (ainsi nous Le verrons pas comme sont vus les créatures et sans comment) ».

Les najariyyah ont dit, que Allah nous en préserve, d’après eux Allah est partout sans qu’Il s’incarne et sans direction. Les hachwiyyah, les moujassimah, les assimilationnistes, ont dit, que Allah nous préserve de leur mécréance, d’après eux Allah est au dessus du Trône et que le Trône est un endroit pour Lui et qu’Il est assis dessus.

‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy a pris la voie entre les deux et a dit : « Allah est de toute éternité et il n’y a pas d’endroit de toute éternité, Il a créé l’endroit, Al-Kourçiyy, le piédestal et n’a pas besoin de l’endroit et après la création de l’endroit, Il est comme Il est de toute éternité avant de les créer (c’est-à-dire sans endroit) ».

Les mourji’ah ont dit, que Allah nous préserve de leur mécréance, d’après eux celui qui est sincère envers Allah une fois dans sa foi, dans sa vie, il ne sort pas de l’Islam par une apostasie (Ar-Riddah) (ni par une mécréance) et il ne lui sera inscrit aucun grand péché. Les mou^tazilah ont dit, que Allah nous préserve de leur mécréance, d’après eux celui qui commet le grand péché même s’il a la foi, même s’il est dans l’obéissance pendant cent ans, il ne sortira jamais de l’enfer.

‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy a pris la voie entre les deux et a dit : « Le croyant, celui qui croit en l’unicité de Allah ta^ala, mais qui est grand pécheur, c’est selon la volonté de Allah ta^ala. S’Il veut, Il lui pardonne et le fait entrer au paradis, s’Il veut, Il le châtie pour ses grands péchés puis le fait entrer au Paradis ».

Quant à ce que prétendent les moujassimah, ceux qui attribuent le corps à Allah, que l’Imam Al-‘Ach^ariyy avait repris dans son livre « Al-‘Ibanah » ce qui est conforme à l’attribution du corps à Allah et qu’Il serait incarné dans le ciel, ceci est réfuté par le fait que la copie sur laquelle il se base pour attribuer cela à l’Imam comporte des paroles qui lui sont calomnieusement attribuées et ils ne sont pas capable d’amener une seule copie qui soit digne de confiance mais ce qu’ils ont c’est une copie que eux-mêmes, les moujassimah, ce qui attribuent à Allah le corps, ont écrit.

Est ce qu’il est sensé de croire que pareils expressions proviennent de ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy à savoir lorsqu’ils disent que les musulmans se sont accordés dans leur innovation de dire « Ô toi, qui habite le ciel ?! »,  ceci est une calomnie claire, il suffit de dire pour répondre qu’aucun ‘Ach^ariyy ni ceux qui les ont suivis parmi les gens de l’Islam dans les époques passés et présentes ne disent cela. Donc si c’était tel qu’ils le disent, pourquoi les ‘Ach^ariyy ne disent pas cela.

Ces efforts, son application dans l’adoration et son ascèse dans le monde

Le Chaykh ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy était extrêmement étonnant dans son intelligence et sa grande capacité de compréhension et son approfondissement dans la science.

Durant près de vingt ans, il accomplissait la prière de AsSoubh avec le Woudou de la prière de Al-^Icha et ne disait rien de ces efforts d’acte d’adoration, il avait beaucoup de pudeur au sujet du bas-monde et était très actif au sujet de l’au-delà.

Il se nourrissait de fruits d’un morceau de terre que son ancêtre Bilal ibnou ‘Abi Bourdah ibni ‘Abi Mouça Al-‘Ach^ariyy avait dédié pour ses descendants (en effet, on peut faire en sorte qu’un bien soit dédié pour une mosquée ou on peut bloquer un bien pour ses descendants).

Ce qu’il dépensait durant l’année, était dix-sept Dirham, chaque mois un Dirham et quelques …..

Ses ouvrages

L’Imam Al-‘Ach^ariyy, que Allah lui fasse miséricorde, a dit dans son livre « Al-^Oumadou fi r-rou’yah » (le nom de la plupart de ses livres), ………..il y a un ouvrage dans lequel il a mentionné la plupart de ses écrits…………. Parmi ses livres, il y a Al-‘Ibanah, ….. contre les naturalistes, ceux qui prétendent que le monde n’a pas de début ou les assimilateurs, il a répliqué aux brahmah, aux mécréant des fils de ‘Israil, aux mazdéens et c’est un livre qui comporte douze chapitres.

Il y a aussi le livre ….. ……. ……  ….. « Al-Moukhtasarou fi t-Tawhidi wa l-Qadar », ………….. « Tafsirou l-Qour’an », ……………. et beaucoup d’autres, ce sont des livres de réplique ou de réponse, de détails.

Ainsi Al-‘Ach^ariyy, que Allah lui fasse miséricorde, avait écrit beaucoup d’ouvrages, certains ont dit ses ouvrages ont atteint plus de trois cents et celui qui veut qu’il consulte les références.

En effet, ‘Isma^il Bacha dans son livre « ….. l-^arifin », le premier tome, en a beaucoup mentionné.

Le livre Al-‘Ibanah est composé par ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy mais malheureusement la plupart de ces copies sont fausses. Toutes les copies que les anciens moujassimah se sont transmises et d’autres, ne sont pas corrects car elles n’ont pas été vérifiées par quelqu’un digne de confiance tout comme une copie peut être validée par un digne de confiance puis un autre et ainsi de suite jusqu’à l’origine de l’auteur qui l’a écrit de sa propre main ou qu’un digne de confiance l’a écrit suite à la dictée de l’auteur et qu’il a par la suite relu à l’auteur.

Ibnou ^Açakir n’a pas mentionné tout le livre « Al-‘Ibanah » mais il a mentionné quelque extrait qui ne comporte pas de paroles explicites pour attribuer le corps à Allah ou à L’assimiler à Ses créatures.

Par contre certaines versions qui sont imprimées de ce livre « Al-‘Ibanah », il y a des passages tels que pour tous les musulmans, ils ne leur échappent pas que ce sont des passages qui leur sont attribués calomnieusement, même un débutant dans la science de la religion, cela ne lui échappe pas. Et parmi, ces fausses copies, il y a ce que les hachwiyy ont ajouté comme paroles qu’aucun musulman ne dit, que dire de l’Imam Al-‘Ach^ariyy.

Et parmi ce qui indique qu’il est innocent de tout cela, il y a ce qu’a rapporté de lui le Chaykh ibnou Fourak, que Allah lui fasse miséricorde, qu’il a ainsi rassemblé dans un ouvrage, et parmi ces paroles, il y a ce qui indique que ce que contient « Al-‘Ibanah » comme attribution du corps à Allah, ce sont des calomnies attribués à ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy, que Allah lui fasse miséricorde.

Par ailleurs, « Al-‘Ibanah » n’est pas le seul ouvrage de ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy et n’est le dernier de ses compositions.

La voie de l’un des Imam est connu par ce que ses compagnons digne de confiance lui attribuent et la question de l’exemption de Allah de la localisation sur le Trône (Al-^Arch), dans le ciel ou ailleurs parmi les endroits est connu comme étant la voie de Al-‘Ach^ariyy par Tawatour d’une manière catégorique donc il n’y a rien à dire sur cela. Même si un wahabite ou un assimilateur t’amène le livre « Al-‘Ibanah » dans lequel il y a calomnieusement l’attribution du corps à Allah ta^ala et te dit que c’est le livre de Al-‘Ach^ariyy, tu dis que les ‘Ach^ariyy, ce sont ceux qui connaissent le mieux leurs Imam et par Tawatour, de manière catégorique, ils ont tous rapporté que la croyance de Al-‘Ach^ariyy est que Allah existe sans endroit.

Parmi les plus réputés de ses compagnons

Le mérite de celui qui suit indique le mérite de celui qui est suivi.

Parmi ses compagnons qui ont pris de lui et qui ont vécu de son époque et qui repris ses paroles ou qui ont pris la science de lui et qui sont parmi les plus hauts Imam et les plus réputés des gens, il y a ceux que l’historien de Ach-Cham a mentionné, qui est le Hafidh de Ach-Cham, ‘Abou l-Qaçim ^Aliyy ibnou l-Haçan ibni … l-Lah ibni ^Açakir dans son livre qu’il a composé pour défendre le Chaykh ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy en citant des faits remarquables et l’éloge des Imam.

Ainsi le Qadi des Qadi, le Chaykh Tajou d-Din le fils de l’Imam Qadi des Qadi Taqiyyou d-Din As-Soubkiyy a composé un chapitre spécial pour citer les plus grands savants qui se réclament de Chaykh ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy et ce lorsqu’il a fait sa biographie dans son livre Tabaqatou ch-Chafi^iyyah ou il a mentionné également :

  • ‘Abou Mouhammad AtTabariyy, les gens de Jourjan le connaissent sous le nom Al-M…janiqiyy, il a été chargé de la fonction de Qadi, juge dans la région de Jourjan, était très éloquent et débattait pour défendre la voie de Ach-Chafi^iyy dans la jurisprudence, et la voie de Al-‘Ach^ariyy dans la croyance.
  • ‘Abou Bakr …… Ach-Chachiyy, l’Imam de son époque dans la région de ce qui derrière le fleuve, c’était l’Imam des Chafi^iyy et celui qui connaissait le plus les fondements et celui qui voyageait le plus pour apprendre le Hadith.
  • ‘Abou Sahl AsSa^loukiyy An-Nayçabouriyy, qui est un spécialiste de jurisprudence, spécialiste de littérature, de langue, de grammaire, poète, spécialiste de la science de la croyance, Moufassir, spécialiste de l’exégèse du Qour’an.
  • ‘Abou Zayd Al-Marwaziyy qui est l’un des Imam des musulmans parmi ceux qui ont le plus retenu la voie de Ach-Chafi^iyy et celui qui a la meilleure réflexion pour déduire les lois et celui qui est le plus ascète dans le bas-monde (parmi les gens de son époque).
  • ‘Abou ^Abdou l-Lah ibnou Khafif Ach-Chiraziyy qui était un Chaykh dans la science des lois et qui s’attache à Chari^ah, la loi de l’Islam.
  • ‘Abou Bakr Al-Jourjaniyy Al-‘Isma^iliyy qui était bienfaisant envers ses parents et les invocations et bénédictions de ses parents ont eu un effet sur lui.
  • ‘Abou l-Haçan ^Abdou l-^Aziz ibnou Mouhammad ibni ‘Ishaq AtTabariyy qui était parmi les plus illustres des compagnons de ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy et est parti à AchCham et y a diffusé l’école de Al-‘Ach^ariyy là-bas.
  • ‘Abou l-Haçan ^Aliyy ibnou Mouhammad ibni Mahdiyy AtTabariyy ; ‘Abou ^Abdou l-Lah Al-‘Asbahaniyy ; connu également sous le nom Ach-Chafi^iyy ; ‘Abou Mouhammad Al-Q….. AzZouhriyy ; ‘Abou Bakr Al-Boukhariyy, connu sous le nom de Al-…daniyy ;‘Abou Mansour An-Nayçabouriyy ; ‘Abou Houçayn ibnou Sam^oun Al-Baghdadiyy ; ‘Abou ^Abdou r-Rahman Ach-Chouroutiyy ; ‘Abou ^Aliyy Al-Faqih …… ; ‘Abou Bakr Al-Bayhaqiyy ; Ibnou ^Açakir Ad-Dimachqiyy ; ‘Abou l-Fadil Al-^Asqalaniyy ; ‘Abou l-Haçan Al-Bahiliyy ; ‘Abou ‘Ishaq Al-‘Isfarayiniyy ; le Hafidh ‘Abou Nou^aym ; l’Imam ‘Ahmad Ar-Rifa^iyy ; le Qadi ^Iyad ; l’Imam An-Nawawiyy ; l’Imam Fakhrou d-Din Ar-Razi ; Ibnou Daqiq Al-^Id ; le Hafidh Mourtada AzZabidiyy ; le Chaykh Zakariya Al-‘Insariyy ; le Moufti de l’Egypte le célèbre Chaykh Mouhammad ^Illaych Al-Malikiyy ; le Chaykh de la Mosquée Al-‘Azhar ^Abdou l-Lah Ach-Charqawiyy et d’autres parmi les Imam de la religion qui sont très nombreux et seul Allah Souhanahou sait le nombre.

l’Imam ‘Abou Nasr Al-Qouchayriyy a dit de la poésie qui signifie :« Il y a deux choses, celui qui me blâme pour ces deux choses avec certitude, il est innocent de moi et je suis innocent de lui, mon amour de ‘Abou Bakr, l’Imam de bonne guidée et ma croyance en la voie ‘Ach^ariyy ».

Certains gens de science ont dit en poésie ce qui signifie : « Les ‘Ach^ariyy sont des gens qui ont eu la réussite pour atteindre la vérité, ils n’ont pas quitté la croyance, la Sounnah ni le Dhikr ».

Et l’Imam Al-Jazriyy Al-‘Iskandaraniyy a également dit en poésie ce qui signifie : « Prends ce que tu veux ou laisses, sont très nombreux les paroles des mauvais innovateurs. Certes le Prophète nous a légiféré une religion de droiture. Allah a donné la victoire à notre Chaykh et par lui, Il a profité aux gens. Al-‘Ach^ariyy, c’est notre Imam, le Chaykh de la religion et de l’ascèse ».

Et certains qui ont fait son éloge, ont dit en poésie ce qui signifie : « Dis à l’opposant, …, arrêtes ta langue de dire mauvaises innovations et laisses le fanatisme de côté et les insultes des savants, abandonnes, et saches que Al-‘Ach^ariyy est l’ennemi des mauvais innovateurs, c’est lui qui a excellé pour défendre la tradition du Messager et ce qu’il nous a donné comme lois. C’est un savant pieu, qui a rassemblé l’attachement à la religion et à l’ascèse. Que son Seigneur lui fasse miséricorde, tant qu’une étoile se couche ou se lève ».

Ce qu’a mentionné les savants de la vérité des contemporains de l’Imam Al-‘Ach^ariyy et ceux qui sont venus après eux pour faire l’éloge de sa voie et la validité de sa croyance indique sans aucun doute que l’Imam ‘Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy est l’Imam de ‘Ahli s-Sounnati wa l-Jama^ah.

Et ce que les moujassimah, les mouchabbihah et ceux qui renient le Tawassoul et ce qu’ils prétendent à son sujet ne sont que des calomnies par lesquels ils recherchent à diffuser leurs mauvaises croyances dans l’assimilationnisme et l’attribution du corps à Allah.

Celui qui veut davantage prendre connaissance sur la conduite de notre Imam Abou l-Haçan Al-‘Ach^ariyy, que Allah lui fasse miséricorde, nous l’orientons vers ce qu’a composé l’Imam Tajou d-Din As-Soubkiyy dans Tabaqatou ch-Chafi^iyyah pour rechercher à avoir plus d’informations au sujet de Al-‘Ach^ariyy, on vise par cela, (également) le livre Tabyinou kadhibou l-mouftari fima ….. ‘ila l-‘Imami ‘Abi l-Haçani l-‘Ach^ariyy.

Son décès

Il y a eu divergences, certains ont dit en l’an 333, d’autres 324 et d’autres 330 de l’Hégire, il est mort que Allah lui fasse miséricorde, à Baghdad et a est enterré entre Al-Kirakh et la porte de Al-Basrah.

Commentaires fermés sur Biographies : l’Imam Abou l-Haçan Al-‘Achaariyy

Biographies : Al-Houçayn Ibnou ^Aliyy

Posted in islam par chaykhaboulaliyah sur octobre 6, 2010
Tags: ,

Al-Houçayn Ibnou ^Aliyy

La louange est à Allah Qui a  envoyé Son messager avec la guidée et la religion de vérité.

Allah ta^ala a honoré la famille du prophète éminent en leur accordant un haut degré et une parenté pure digne de fierté. Et Il a fait qu’il y ait parmi eux des imams honorables et des savants…

Sa naissance

C’est en l’an quatre de l’Hégire honorée, sur la terre de Yathrib, illuminée par la venue du Messager r, qu’est né le petit fils du Messager. La naissance de Al-Houçayn est survenue une année et dix mois après la naissance de son frère Al-Haçan. Ainsi il est l’Imam éminent Abou ^Abdi l-Lah Al-Houçayn fils de ^Aliyy fils de Abou Talib fils de ^Abdou l-Mouttalib fils de Hachim fils de ^Abdou Manaf  Al-Qourachiyy, Al-Hachimiyy.

AtTabaraniyy a rapporté avec une chaîne de transmission de Salim de Abou l-Ja^d qu’il a dit : ^Aliyy, que Allah l’agrée a dit : « J’étais un homme qui aimais la guerre. Lorsque Al-Haçan est né, j’ai voulu l’appeler Harb –guerre en arabe– et le Messager de Allah l’a appelé Al-Haçan. Lorsque Al-Houçayn est né, j’ai voulu l’appeler Harb et le Messager de Allah l’a appelé Al-Houçayn. »

Et il a été dit que les prénoms Al-Haçan et Al-Houçayn n’étaient pas connus avant l’envoi du Prophète jusqu’à ce que le Messager de Allah appelle ses petits fils ainsi. Cela a été cité par Ibnou l-‘Ahir dans « ‘Ouçoudou l-Ghabah » et par d’autres que lui.

Une petite description

L’Imam Al-Houçayn, que Allah l’agrée était un homme beau, éloquent, savant, raisonnable, sage, réservé et généreux. Il faisait beaucoup d’actes de bien. Il était attaché à la religion et avait un haut degré. Il ressemblait physiquement à son grand-père le Messager de Allah. En effet, il est rapporté de ^Aliyy, que Allah l’agrée, qu’il a dit : Al-Houçayn ressemble à son grand-père de sa poitrine à ses pieds.

Il est rapporté de ^Oubaydou l-Lah fils de Yazid qu’il a dit : « J’ai vu Al-Houçayn fils de ^Aliyy. Ses cheveux et sa barbe étaient noirs mis à part quelques poils sur l’avant de la barbe. » Il est également rapporté qu’il se teignait les cheveux avec al-wasmah qui est une plante utilisée à cet effet, et qu’il avait des cheveux longs qui arrivaient parfois jusqu’aux épaules.

Une partie de faits remarquables et de ses mérites éminents

Notre maître Al-Houçayn, que Allah l’agrée, était un imam éminent, un maître glorieux. Il était une des épées de la vérité, une montagne qui marchait sur deux pieds. Il avait une origine honorable, une ascendance Charif et un haut degré. Il a appris et il a entendu le hadith de son grand-père le Messager  r et il a transmis de lui, ainsi que de ses parents et de Al-Farouq ^Oumar et d’autres encore. Parmi ceux qui ont rapporté de lui le hadith, il y a ses parents ^Aliyy et Fatimah,  le fils de son frère Zayd fils de Al-Haçan, et sa propre fille Sakinah, ainsi que Ach-Cha^biyy , le poète Al-Farazdaq et d’autres. Il était un savant respecté, un maître éminent que les gens et les grands compagnons glorifiaient  comme Abou Bakr, ^Oumar, ^Outhman et d’autres dignitaires parmi les gens. Son haut degré était reconnu de tous. De nombreuses paroles sont parvenues au sujet de son mérite et de son grand honneur. Il faisait partie de l’élite des gens. Il s’adonnait beaucoup aux actes d’adoration. Il était ascète. Il était émérite. Il multipliait les prières, le jeûne et le pèlerinage. Il a même été dit qu’il a effectué vingt-cinq pèlerinages à pieds. Il était honorable. Il donnait beaucoup d’aumônes, faisait miséricorde aux pauvres et aidait les plus démunis.

L’invocation de son grand-père le Messager honorable r a été exaucée en sa faveur : Il les avait en effet rassemblés un jour, lui, Al-Haçan et Fatimah et il a dit, ce qui signifie : « Ô Allah ce sont les gens de ma famille et mes plus proches. Ô Allah éloigne d’eux ar-rijs –lasouillure– et purifie-les ! »

Un homme que le messager de Allah r  a aimé a forcément ces caractères et cette excellence de comportement ! Comment n’en serait-il pas ainsi alors qu’il est le bien-aimé, le frère du bien-aimé, tout comme cela a été indiqué par les nouvelles, et comme en ont témoigné les paroles explicites rapportées. Ainsi, dans le Jami^ de l’Imam At-Tirmidhiyy, il est rapporté que le Prophète a fait une invocation pour Al-Haçan et Al-Houçayn. Il a dit ce qui signifie : « Ô Allah, je les aime tous les deux, alors aime-les tous les deux ! »

L’Imam ‘Ahmad dans Al-Mousnad, AtTabaraniyy et d’autres rapportent de Abou Sa^id une parole du Prophète r qui signifie : « Al-Haçan et Al-Houçayn sont les maîtres des jeunes gens du paradis. » Et, d’après le fils de ^Oumar, que Allah les agrée, le Messager de Allah r  a dit, ce qui signifie : «Ils sont mes deux rayhanah du bas monde »(rapporté par Al-Boukhariyy). At-Tirmidhiyy rapporte dans les Sounan la parole qui signifie : « Al-Haçan et Al-Houçayn sont mes deux rayhanah du bas monde. » Un homme qui a ce haut degré pour le Messager de Allah r  est certainement un homme qui a un haut degré de vertu que les gens aiment et respectent Notre maître ^Oumar, que Allah l’agrée, a affecté à Al-Houçayn un don régulier tout comme il a fait pour l’Imam ^Aliyy, à savoir 5000.  Et il l’honorait et le respectait.

Adh-Dhahabiyy a rapporté dans « As-Siyar» d’après Hammad, d’après  Ma^mar d’après Az-Zouhriyy que ^Oumar a donné des vêtements aux fils des compagnons mais qu’il n’avait rien qui soit digne de Al-Haçan et Al-Houçayn. Il a alors fait venir du Yémen des vêtements pour eux. Et il a dit : « Maintenant, je trouve que cela est digne d’eux. Je suis apaisé. »

Dans une autre nouvelle, il est rapporté qu’Abou l-Mahzam a dit : « Nous étions dans un convoi funéraire lorsque Abou Hourayrah vint enlever le sable qui collait aux pieds de Al-Houcayn avec son propre vêtement. » Et il est connu que Abou Hourayrah respectait les deux Haçan, Al-Haçan et Al-Houçayn. Il les aimait par amour pour le Messager de Allah r. Il a rapporté un jour : « Al-Houcayn était auprès du Prophète r qui l’aimait beaucoup. Il lui dit ce qui signifie : «  Va chez ta mère. » Je lui dis : « vais-je l’accompagner ? » Le Messager  répondit non. C’est alors qu’un rayon lumineux apparut et Al-Houçayn marcha sur les traces de ce rayon jusqu’à arriver auprès de sa mère. » (rapporté par AtTabaraniyy).

Dans un hadith rapporté par Al-Hakim, le Messager de Allah r a dit ce qui signifie : « Que celui qui m’aime  aime Houçayn. »

Sa mort martyr

Adh-Dhahabiyy dans As-Siyar et d’autres que lui ont rapporté de ^Amarah Ibnou Zadhan qu’il a dit : Thabith nous a rapporté de Anas que « L’ange chargé de la pluie demanda l’autorisation au Prophète de lui rendre visite. Le Prophète  r dit, ce qui signifie : « Ô ‘Oummou Salmah ferme la porte pour que personne ne vienne. » C’est alors que Al-Houçayn qui était encore enfant ouvra la porte et se mit sur les genoux du Prophète r. Le Messager de Allah r l’embrassa. L’ange lui dit : « Est-ce que tu l’aimes ? » Le Prophète répondit ce qui signifie : « Oui ». L’ange lui dit : «  C’est ta communauté qui le tuera. Si tu veux je te montre l’endroit où il sera tué. » Le Prophète lui dit ce qui signifie « oui ». Et l’ange ramena une poignée de terre rougeâtre. » Thabith a dit : « Nous disions que c’est la couleur de la terre de Karbala. »

Voici le résumé parvenu au sujet de la mort martyre de l’Imam Al-Houçayn, que Allah l’agrée. Lorsque les gens de Al-Koufah, une ville en Irak, apprirent les nouvelles de la mort de Mou^awiyah et de la prise du califat par Yazid, ils envoyèrent un écrit à Al-Houçayn qui se trouvait à Médine. Ils l’invitèrent à venir afin de lui prêter allégeance. Il leur retourna une réponse avec la personne qu’ils avaient envoyée et fit  accompagner ce messager par son cousin paternel, Mouslim Ibnou ^Aqil. Lorsque son cousin arriva à Al-Koufah, il se réunit avec certains de ses partisans et prit d’eux l’engagement d’obéissance et d’allégeance à Al-Houçayn. Ils s’engagèrent à le soutenir et à le protéger. Lorsque Al-Houçayn voulut marcher vers l’Irak, les personnes dont l’avis était digne de considération tels que Ibnou l-^Abbas et Ibnou ^Oumar le lui déconseillèrent. Mais il ne suivitpas leur conseil. Yazid apprit la nouvelle du voyage de Al-Houçayn. Il nomma ^Oubaydou l-Lah Ibnou Ziyad gouverneur sur l’Irak et il lui ordonna de combattre et de tuer l’Imam Al-Houcayn. Ibnou Ziyad arriva à Al-Koufah avant Al-Houçayn. Il put ainsi attraper et tuer Mouslim Ibnou ^Aqil le cousin de l’Imam Al-Houçayn. Puis il envoya une armée dirigée par ^Oumar fils de Sa^d Ibnou Abi Waqqas à la rencontre de Al-Houçayn. Ce dernier était arrivé avec ses compagnons dans une région appelée Karbala et y avait fait une halte. Mais il ne trouva personne de ceux qui lui avaient écrit et promis de le soutenir. Lorsqu’il rencontra ^Oumar Ibnou Sa^d, l’Imam Al-Houçayn lui dit : « Je vous fais trois propositions. Soit vous m’envoyez au combat. Soit je rencontre Yazid soit je reviens d’où je suis venu. » ^Oumar Ibnou Sa^d accepta la proposition de Al-Houçayn. Mais Ibnou Ziyad qui avait envoyé ^Oumar Ibnou Sa^d qui avait refusé ! Il dit : «  Je n’accepterai que s’il fait un pacte d’allégeance pour Yazid. » Mais Al-Houçayn lui dit : « Cela n’aura jamais lieu ; Al-Houçayn n’allait pas s’engager pour le fils de Mou^awiyah qui avait refusé de s’engager par pacte d’allégeance pour l’Imam ^Aliyy le quatrième calife. ». Au matin du dixième jour de Mouharram, le jour de ^Achoura, Al-Houçayn se prépara pour le combat. Il avait avec lui trente-deux cavaliers et quarante hommes à pied. Quant à ^Oumar Ibnou Sa^d, il s’apprêta avec quatre mille combattants. Le combat s’engagea. Al-Houçayn, que Allah l’agrée, se défendit par sa droite et par sa gauche jusqu’à ce que Zar^ah Ibnou Charik lui donne un coup sur sa main gauche et qu’un autre lui donne un coup sur l’épaule. Sinan Ibnou ‘Anas lui planta une lance qui le fit tomber à terre. Chamr Ibnou l-Jawchan lui trancha la tête et la prit. On avait trouvé sur lui trente-trois coups de lames et trente-quatre autres coups.

Il avait le jour de sa mort cinquante six ans et cinq mois. Il a été dit qu’il avait cinquante-huit ans. Son martyre a eu lieu un vendredi, le 10 de Mouharram de l’an 61 de l’Hégire honorée.

Son enterrement

Il a été dit que lorsque Al-Houçayn u fut tué, on ramena sa tête à Yazid . Il porta le bâton sur lequel il s’appuyait à la bouche de Al-Houçayn et lui entrouvrit  les lèvres jusqu’à voir les dents. Abou Barzah Al-‘Aslamiyy lui dit : « Tu mets ton bâton dans la bouche de Al-Houçayn ?! Par Allah, il n’est de dieu que Lui, j’ai vu les lèvres du messager de Allah r sur ces deux lèvres pour les embrasser. » Il lui parla durement et sèchement puis il quitta l’assemblée.

Le corps honoré fut enterré à Karbala et il y a divergence sur le lieu d’enterrement de sa tête. Il a été dit qu’elle fut enterrée à Damas puis déplacée en Egypte. C’est l’avis de la plupart des historiens.

Un événement étrange

Parmi les choses survenues après la mort de Al-Houçayn u, il y a ce qui est rapporté de Abou Janab Al-Kalbiyy, il a dit : « je suis allé à Karbala et j’ai vu un homme honorable parmi les arabes. Je lui dîs : « il m’est parvenu que vous entendiez des lamentations des Jinn pour la mort de Al-Houçayn. » Il répondit : «  Tu ne trouveras aucun homme libre ni aucun esclave sans qu’il te dise qu’il a entendu cela. » Je lui dîs : « Et toi qu’as-tu entendu ? » Il dit : « Moi j’ai entendu les Jinn dire (poésie en arabe) :

Le Messager a passé sa main sur le front de Al-Houçayn

et grâce à cela il a eu un éclat sur les joues

Ses parents sont des dignitaires de Qouraych

et son grand-père est le meilleur des grands-pères. »

Ce qui arrive aux injustes :

Ad-Dhahabiyy a rapporté dans As-Siyar d’après As-Souddiyy qu’il a dit : Je suis allé à Karbala pour faire du commerce. Un vieil homme nous prépara un repas et nous dînâmes chez lui. Nous évoquâmes la fin de Al-Houçayn. Je dis : « Il n’y a pas une seule personne qui ait participé à son assassinat sans qu’elle ait eu une mauvaise mort. » Il me répondit « combien vous êtes menteurs ! Moi, je fais partie de ceux qui ont participé à son assassinat ! » Nous n’avions pas quitté l’assemblée que cet homme s’était rapproché de la lanterne, il voulait baisser l’intensité du feu en éteignant une partie du feu de la mèche avec son doigt .  C’est alors que le feu prit dans ses doigts. Il voulut l’éteindre en soufflant. Le feu prit dans sa barbe. Puis le feu prit dans tout le corps et il tomba mort dans l’eau.

Que Allah fasse miséricorde à notre maître Al-Houçayn et qu’Il nous rassemble avec lui et Son Messager honorable dans les jardins du paradis.

Commentaires fermés sur Biographies : Al-Houçayn Ibnou ^Aliyy
« Page précédente

%d blogueurs aiment cette page :